Vers une invasion «ouverte et autorisée» de la RDC par les armées du Rwanda et de l’Ouganda?

Publié le par veritas

EASF

EASF

Dans le cadre d'un plan de démanteler les FDRL et conséquemment massacrer les réfugiés hutu à l'Est de la RDC, des manœuvres sont en cours pour remplacer la MONUSCO par l'EASF, une force armée sous la coupe de Kagame et Museveni.
 
Au cours, d’une conférence de presse tenue le 21 février 2015 à Kigali en marge de la visite du ministre allemand des Affaires étrangères, la ministre rwandaise des Affaires étrangères a fait une déclaration qui ne devrait pas passer inaperçue. En effet, Louise Mushikiwabo a affirmé que la MONUSCO qui coûte des millions de dollars par an, reste inefficace notamment en étant incapable de démanteler la rébellion hutu des FDLR. Pour elle, il serait temps de remplacer la MONUSCO par une autre force qui serait plus efficace dans l’éradication des FDLR. On notera d’abord que cette déclaration a été faite à l’occasion de la toute première visite d’un ministre des Affaires étrangères allemand au Rwanda.
 
Quand on sait que l’Allemagne est très impliquée (on ne sait pour quel intérêt) dans la chasse et la neutralisation des réfugiés hutu où qu’ils soient, on ne peut que prendre cette avertissement au sérieux. L’on sait en effet que l’Allemagne a arrêté et garde en prison depuis des années les leaders politiques des FDLR pour soi-disant les crimes qu’ils auraient commis en RDC alors que certains n’y ont jamais mis les pieds. Leur seul crime aux yeux des autorités allemandes est de se  déclarer ouvertement opposants au régime dictatorial installé au Rwanda en 1994.
 
L’on se rappellera ensuite que c’est un diplomate allemand, Martin Kobler, qui est le patron de la MONUSCO en RDC et que celui-ci ne jure que par l’anéantissement des réfugiés hutu vivant à l’Est de la RDC qu’il assimile tous aux FDLR, un mouvement politico-militaire étiqueté de « terroriste » par Kigali. Il semble donc que Kigali, en tandem avec Kampala, confiant dans le feu vert des superpuissances pour envahir ouvertement la RDC, soit en train de préparer l’opinion et de baliser le chemin médiatique et diplomatique en attendant le jour « J » .
 
Antécédents.
 
Ce ne serait pas la première fois que ces bras armés des Superpuissances dans la région depuis plus de 25 ans sous un prétexte apparemment légitime et banal soient mis à contribution pour asseoir les objectifs stratégiques de leurs maîtres. Ainsi : en 1996, sous prétexte de démanteler les camps de l’Est du Zaïre dont ils disaient être contrôlés par des « génocidaires », l’Armée Patriotique Rwandaise a servi d’exécutant pour chasser le maréchal Mobutu au pouvoir comme en avaient décidé ces superpuissances.
 
De même de 1998 à environ 2003, les armées rwandaises et ougandaises, sous prétexte de défendre les minorités ethniques apparentées à leurs populations, ont occupé et exploité l’Est de la RDC par le truchement des rébellions créées et soutenues par ces pays : RCD, RCD-Goma, CNCD, M23…
 
Prétextes en or
 
Pour le prochain coup, le prétexte est tout trouvé et est bien médiatisé que ce soit pour le Rwanda ou pour l’Ouganda. Le Rwanda de Paul Kagame est parvenu à faire admettre aux décideurs du monde qu’un mouvement dénommé « FDLR » est une organisation terroriste et qu’il serait à la base de l’insécurité à l’Est de la RDC et dans toute la région. La force de conviction du régime rwandais est d’autant plus incompréhensible que même les personnes physiques ou morales qui côtoient ces FDLR tous les jours savent que ces malheureux combattants ne font que protéger les réfugiés hutu estimés par le HCR et la RDC à près de 250.000 âmes, qu’ils ne réclament rien d’autre que de rentrer dans leur pays en toute dignité et jouir de leurs droits politiques, et qu’ils vivent en bons termes avec les populations congolaises…
 
Non, même ces ONG, ces Groupes d’Experts de l’ONU, ces officiers de la MONUSCO, qui tous savent que les FDLR aujourd’hui estimés à moins de 1500 hommes, mal équipés,  ne constitueraient en aucun cas une menace pour un quelconque pays et encore moins pour la région, n’osent pas démentir Kigali de peur de s’attirer les foudres de ses puissants protecteurs. C’est ainsi que l’organisation  FDLR continue à être agitée comme un épouvantail mais sans que personne ne se pose de questions sur sa nature, son objectif, sa vrai force et ses capacités.
 
Une nouvelle donne qui a brouillé les cartes
 
En 2012, une nouvelle rébellion tutsi est créée par Kigali sur les cendres de l’ancienne dite CNCD dont le leader, le tutsi rwando-congolais Laurent Nkunda, avait trouvé refuge au Rwanda quelques mois auparavant. Ils lui donneront le nom de M23 et en quelques semaines, il s’emparera de la grande partie de la province du Nord Kivu. La curieuse rébellion parviendra même à s’emparer de la capitale de cette province, la ville de Goma à la barbe des milliers de soldats surarmés de la MONUSCO. De Goma, les rebelles tutsi menaceront même de marcher sur Kinshasa sur les traces de leurs prédécesseurs de 1997.
 
C’est alors qu’un tournant diplomatique se produisit. La RDC parvint pour une fois à obtenir de l’ONU que ses forces l’aident à rétablir sa souveraineté sur l’étendue de la province du Nord Kivu. Il s’en suivit la création en 2013 de la Brigade d’Intervention intégrée dans la MONUSCO et forte de 3000 hommes. Cette Brigade, composée d’unités provenant de la Tanzanie, de l’Afrique du Sud et du Malawi, n’auront pas de peine à affronter la rébellion fantoche du M23 et après quelques mois soit en décembre 2013 à la défaire et à voir ses chefs et les combattants se replier en Ouganda et au Rwanda. Comme le mandat de la Brigade d’Intervention était et est toujours- de démanteler tous les groupes armés opérant à l’Est de la RDC, le Rwanda, profitant du siège non permanent au Conseil d Sécurité qu’il occupait depuis 2012, parvint à imposer que la prochaine priorité de la Brigade d’Intervention devait être l’anéantissement des FDLR.
 
Or, c’était sans compter sur la réalité du terrain et les intérêts géostratégiques des acteurs locaux. En effet, il n’est pas nécessaire d’être Breveté d’Etat-major pour se rendre compte qu’il est inutile de lancer une attaque classique avec une préparation à l’artillerie lourde, une attaque au sol avec des véhicules blindés, un appui aérien avec des hélicoptères armés… contre un ennemi qui n’occupe aucun objectif-terrain bien précis et identifiable, qui vit au milieu de la population civile que l’attaquant est censé protéger, qui refuse le contact par le feu…Autant d’éléments d’appréciation que les officiers de la MONUSCO en général et de la Brigade d’Intervention en particulier, ont analysé avant de se lancer tête baissée dans une « opération contre les FDLR » qui n’en serait pas une.
 
Autres éléments, en s’impliquant dans le dossier de l’Est de la RDC, la Tanzanie et l’Afrique du Sud, en tant que puissances régionales incontestables ont davantage appris et peut-être elles découvrent petit à petit que les vérités professées par le FPR de Paul Kagame depuis 1990 ne sont plus immuables. De même, ces deux puissances veulent aussi leur part du gâteau dans l’exploitation de l’Est de la RDC qui est en cours depuis 1997 et leur mot à dire sur le dépeçage de la RDC si jamais il advenait. C’est donc cette nouvelle donne qui brouille les cartes du FPR de Paul Kagame (en réalité de ses commanditaires) qui est à la base de l’énervement de Kigali.
 
Changer le fusil d’épaule
 
Dès l’annonce des pays qui allaient fournir les troupes devant composer la Brigade d’Intervention de la MONUSCO, les conseillers de Paul Kagamé ont vu rouge et l’ont averti du risque de voir perdre le monopole de faire la pluie et le beau temps à l’Est de la RDC. Des démarches diplomatiques ont alors été menées en catimini pour mettre sur pied une force pouvant suppléer celle de l’ONU dans la région si c’était nécessaire. C’est ainsi que Kagame et Museveni ont mis sur pied une force dénommée : East African Stand-by Force (EASF) constituée de soldats rwandais et ougandais auxquels on a joint quelques soldats kenyans et burundais pour faire illusion du caractère est-africain de la force.
 
Depuis lors, les médias pro-Kagame ne cessent de vanter l’efficacité de cette force qui pourtant n’a pas encore été déployée nulle part. Cette publicité mensongère et intentionnée vient de franchir une nouvelle étape car le régime du FPR de Paul Kagame (ou plutôt ses parrains) sont parvenus à convaincre les instances de l’Union Africaine (dont on connaît le sérieux !) qu’elles seraient très bien inspirées en confiant le mandat de la MONUSCO à l’Est de la RDC à la fameuse Force de Kagame et Museveni dénommée : EASF.
 
Que peut- la RDC ?
 
Encore une fois, la RDC va être prise à la gorge à un moment crucial de son histoire. En effet, avec la fin de mandat de Joseph Kabila, le pays est à la croisée des chemins. Les prédateurs savent qu’une telle période de transition pendant laquelle les politiciens se positionnent à qui mieux mieux,  n’est pas propice pour penser aux intérêts supérieurs de la nation. La RDC n’est pas membre de la Communauté Economique de l’Afrique de l’Est dont la fameuse force créée et qui est sensée y assurer la sécurité. Mais ses membres influents que sont le Rwanda de Paul Kagame et l’Ouganda de Yoweri Museveni clament que leur sécurité est menacée par les éléments se trouvant en RDC et donc qu’ils ont un droit légitime d’aller les démanteler.
 
Le pire est qu’ils sont soutenus (ou même encouragés) dans cette voie par les superpuissances qui régentent le monde. Maintenant le Rwanda dénonce officiellement l’inefficacité de la MONUSCO et son incapacité à anéantir les Hutu au Kivu. Il ne tardera pas à demander le remplacement de la Brigade d’Intervention par une Brigade de sa EASF. L’Ouganda va lui emboîter le pas en évoquant la mystérieuse rébellion d’ADF-Nalu. Les deux compères ont presque déjà l’aval de l’Union Africaine.
 
La RDC, en pleine période de transition démocratique, ce qui ne peut avoir lieu chez ses agresseurs (Kagame 20 ans de pouvoir, Museveni 29 ans au pouvoir, et sans limitation de mandats…), saura-t-elle s’opposer à cette nième humiliation ? That is the question.
 
Emmanuel Neretse
Musabtimana.be
23/02/2015
 
 
 

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article

Pat 26/04/2015 22:54

Aha. Soyons tout yeux et tout oreille

Dan 02/03/2015 14:30

Seule la faveur de Dieu donnera de la stabilité dans les montagnes de la RD Congo. Un pays qui semble ne pas avoir d'avocat, mais il y a le paraclet.

Bene 25/02/2015 18:09

Nkunda kubabwira ko ibintu bizahinduka kuko Kikwete atali Tanzania, na Zuma nawe akaba adasa ku matwara ye n'abandi ba Sud-africains ku kibazo cy'abahutu extrémistes. Abandi ba Tanzania cyangwa aba sud-africains bumvikana n'u Rwanda muli politique n'ubucuruzi. Abahoze ali abakuru ba Tanzania na Afrique du Sud bose baza kenshi mu Rwanda. Bafitanye relations nziza na Kagame. Ibi birahagije kutwereka ko amatwara ya Zuma na Kikwete abandi batabishyigikiye. Aba nibavaho, ibintu bizahinduka. Cyakora bien sûr baroroherana kuko, mumaso ya banyamahanga, ntibakoza isoni kuburyo bugaragara aba présidents babasimbuye. Kikwete we yajyiye. Zuma nawe aba sud-africains bamufitiye dossiers nyinshi. Afite abamurwanya benshi. Kabila nawe interahamwe yazivuyeho kandi nawe ali munzira ajyenda. Naho Obama, kubera intege nke, yaje yisunga cyane abanya Burayi. Cyane cyane Abafransa. Bituruka mu bibazo afite muli Moyen Orient na Russie. Aragirango abanyaburayi bamworohere. Ingurane nuko nabo bamusabye kw'aborohera muli Grands-Lacs. Abafransa bamwe, n'Ababiligi bamwe bagitsimbaraye ku Nterahamwe, baboneraho kongera kubyutsa umutwe kuko noneho Amerika isigaye yorohera cyane politique y'ibihugu byabo muli Grands-lacs. Obama navaho nabyo bizahinduka.
Ngarutse kuli Kikwete na Zuma, bombi bahuriye kukinntu kimwe. Bombi barashaka kwirira ifaranga muli Congo, dore ko n'abanyekongo bazi kulitanga. Kuriyo mpamvu ntawabaveba. Barashaka kurya iby'ubusa.

Aliko bombi bafite buli umwe icyo yihariye:

Zuma asanzwe ali igisambo (corrompu). Ubwo busambo akaba abufatanije n'umuhungu we ucukura amabuye muli Congo. Ibi babanje kubikorera muli Centrafrique igihe cya president Bozize. Bucyeye aba sud-africains barahava birukanywe na Bafransa na ba Tchadiens igihe cya Seleka. Cyakora Zuma muli Congo abafransa ho baramworoheye kuko abaha izindi services kubyerekeye FDLR.

Naho Kikwete we ntawutazi ko umugore we ali mubyara wa ex president Habyarimana. Kikwete akaba ali n'umuntu wali waranacengewe na idéologie bantoutisante en vogue dans un certain milieu militaro-intellectuel belge et français. Ninacyo kera yapfaga na Nyerere. Nyerere yali yaranze kwazamuka kubera ethnisme ye. Certainement amplifié par ses relations avec sa femme, tout de suite son vrai visage a été mis à jour à travers ses relations difficiles avec le pouvoir rwandais actuel dont son seul tort serait de ne pas être exclusivement dominé par ce qu'il considère comme la race bantou chère à son idéologie ethniste et raciste.
Autrement dit, l'idéologie extrémiste hutu, a bénéficié de ce que l'on a appelé, dans un certain milieu intellectuel, l'ALIGNEMENT DES PLANETES: c'est-à-dire l’avènement et la personnalité d'Obama dans un contexte de la géopolitique actuelle, la corruption de Zuma, l'ethnisme de Kikwete, les faiblesses et la corruption de Kabila, sans oublier, parfois, quelques maladresses de la diplomatie rwandaise dans le dossier congolais.
Néanmoins, quelques échéances électorales et une meilleure compréhension de la politique rwandaise et ougandaise pour la paix et l'intérêt de toute la région, vont bientôt mettre un terme à ce concours de circonstances en faveur à l'idéologie extrémiste hutu et leurs alliés.
Si tout le monde s'y met pour combattre l'ethnisme, porte d'entrée des malheurs de toute l'Afrique, dans les Grands-lacs, alors nous allons vaincre les marchands d'armes, les corrompus, les opportunistes, les ethnistes, les divisionnistes bantoutisants racistes et leurs alliés, pour mener le seul combat qui vaille qui est celui de combattre la pauvreté.

Paulin Semanzi 25/02/2015 10:31

Dans cette histoire, les superpuissances, dont l'Allemagne, ne font que poursuivre leurs intérêts supplées par Kagame/ M7. Et c'est leur droit! Ce qui n'est pas du tout nouveau: USA, UK, Allemagnw, France ont par ex. souetenu le régime d'aparheid qui pronaient ouvertement le racisme. Grâce à eux, les racistes sudafricains étaient en posséssion des armes nucléaires.

Museveni et Kagame se protègent eux-mêmes avec leurs ethnies. Ce qui est incompréhensible pour moi est le comportement du Burundi et du Kenya. Mais ce qui risque de surprendre les occidentaux, sera peut-être la réaction de la Tanzanie et de l'Afrique du Sud dont les intérêts divergent complétement de ceux du duo Kagame/M7! Ces 2 pays sont sousestimés et jamias pris en considéartion (ce ne sont que des africains) par les Occidentaux qui préfèrent travailler avec les états voyous (Ouganda/Rwanda) dirigés par leurs HAUSNIGGER.

Mais l'histoire moderne nous prouve que ces occidentaux peuvent se tromper dans leur analyse et plan, le cas de la Syrie et et de l' Ukraine le prouvent bien.

Arrêtons de pester contre les allemands, francais, américains et soyons lucides. Les africains doivent eux-mêmes resoudre leurs problèmes, sinon nous serons toujours exploités par d'autres peuples. Aujourd'hui l'occident, demain peut-être l'orient. Et même un président américain NOIR ne peut rien contre cette triste réalité. Débarassons-nous de ces voyous par nos propres moyens et surtout évitons de compter sur les occidentaux

Emmanuel Niyorurema 24/02/2015 19:03

FDLR-Veritasinfo, Mwahiye ubwoba ba sha! Mwicare hasi rero tubacucume. Twababwiye ko amaraso y'abatutsi n'iriya genocide mwakoze muri 1994 bizabakurikirana. Sasa mwicare hasi musarure ibyo mwabibye!

MAKENGA 24/02/2015 19:26

Wowe NIYORUREMA ibyo uvuga bitandukanye n'ibitekerezo by'uwakwise izina. Uravuga gucucuma wishimye cyaneeeeeee!!! Uri beshya cyane kuko uragaragaza ko watatakaye mu gukurikira ukuntu isi izenguruka. Vuba cyane uzamenya abateguye n'abashyize mu bikorwa genocide Nyarwanda! Iyi genocide mwirirwa muririmba mubeshya amahanga nti
bizafata ni nko gufatanya urwondo n'icyuma! Gabanya amagambo ushyire ubwenge ku
gihe. Ukuri kuzatsinda!

Cibitoke 24/02/2015 16:01

Kagame, Museveni sont de véritables fous, des marionnettes purs et simples qui n'ont aucun sens sens d'amour envers les citoyens Africains. Des élements uniquement caractérisés tout simplement par la " Bantouphobie ". Il faut que les Africains se dressent comme un seul un homme contre ces derniers dictateurs sanguins criminels qui sont toujours infestés par la haine, la convoitise, l'avarice et le versement du sang Africain. Marionnettes et bêtes qui sont Kagame , Museveni,.., certaines puissances dupent ces derniers puisqu'elles les utiliser pour piller et liquider les Africains. Bien évidemment, il faut souligner que ces puissances cotoient beaucoup des chefs d'Etats ignares, qui ont bien sûr une vision très courte comme Kagame , Museveni et d'autres. Ils sont absolument bêtes comme leurs derrières.
Comme Sergei Lavrov, ministre des relations extèrieures de la Russie l'a bien dit hier, certaines puissances se dissimilent derrière des gens stupides comme Kagame, des ONG, ..pour détruire d'autres pays et d'autres peuple. Ces mêmes puissances se cachent également derrière l'ONU comme instrument de propande, mensonges pour démanteler des peuples souverains. C'est le cas par exemple de la Serbie, l'Iraq, Afghanistan, Syrie, Libye,....;estime le ministre russe.
Alors c'est le même cas qui se passe chez nos frères Rwandais au Congo. Les supercheries, manigances,mensonges et manipulations de kagame et Museveni, pour nous en tant qu'Africains, nous en avons mare. Que ce délinquant Kagame et ces puissance prédatrices occidentales cesse de nous gratter dans les yeux sinon les jours à venir lui réservent un mauvais sort.
La force de l'East African community, est la future force militaire de l'empire Hima-tutsi que Kagame et Museveni veulent utiliser cette fois-ci et pour la première fois pour aller massacrer nos frères et soeurs Congolais et Rwandais en République démocratique du Congo. Et puis ce sera le tour du Burundi et de la République Unie de la Tanzanie. Cette force négative de l'empire hima tutsi de Museveni doit être évaporeé dans les plus bref délais car l'objectif principal est de raser le peuple Bantou en Afrique et plus particulièrement Afrique centrale ;et non pas de protéger les gens comme le prétendent Kagame et Museveni et leurs acolytes.

Rwanyonga 24/02/2015 21:51

Merci Cibitoke. Nous devons attaquer l'EMPIRE HIMA TUTSI from today.

Kiza 24/02/2015 15:24

Analyse mukora niyo aliko byaba bishoboka ko kagame na Museveni, imitwe balimo itazabahira. Iliya alliance bakoze ilimo nizindi ngabo zibindi bihugu, nilyo hulizo lizabanza kubagora. Kubera ko bose badafite gahunda zimwe-Ibyo kagame yamenyreye byo kugira abantu udukingilizo, sinzi ko bizashoboka no mungabo zili kurugamba. Hazazamo rero ibyitso! Witegereje neza , usanga bisa nkibyo Hitler yakoze ,mbere yuko intambara ya kabili irangira.Yarangiye gute?Ikindi ni uko kuruhande rwa Kongo narwo halimo abagabo bafite ingabo koko zumwuga .Museveni yaravuze ngo bazi kurwana, nyamara ngo iminsi ikona ingwe. Tubitege amaso gusa.

safari 24/02/2015 14:56

Ces allemands sont aussi sous les ordres de ces dévideurs. Ces memes décideurs qui ont chassé Kagame de l'est de la RDC. Ce qui est certain, le régime de Kigali n'est plus dans l'équation des décideurs. Il est maintenant question de temps