RDC : l’ONU accuse le Rwanda d’ingérence

Publié le par veritas

Incamake y'abatumva uru rurimi neza: umushakashatsi Luntumbue, impuguke mubyerekeranye n’umutekano n’amahoro mu bihugu by’Afurika ; yatanze ikiganiro maze agira icyo avuga ku kirego umuryango w’abibumbye urega u Rwanda cyo gufasha umutwe wa M23 intambara. Luntumbue asanga u Rwanda rushaka gufata intara ya Kivu rukayigarurira kugira ngo rubone uko rukumira umutwe wa FDLR ururwanya no kwiba amabuye y’agaciro ari muri ako karere. Nubwo u Rwanda rukangata ruvuga ko rugiye gutera Congo, Luntumbue avuga ko muri iki gihe u Rwanda rudashobora gutera Congo nk’uko rwabikoze mu bihe byashize kuko ubu rusa n’uruzirikiye amaboko imugongo n’umuryango mpuzamahanga kandi n’iturufu ya jenoside rwarishaga ikaba ubu yaratangiye guta agaciro bitewe n’ubutegetsi bw’igitugu buri mu Rwanda. Luntumbue abona ikibazo cy’umutekano muke mu karere kigomba gukemurwa no guha imbaraga leta ya Congo igashobora gucunga umutungo wayo kandi n’igihugu cy’u Rwanda kigashyirwamo ubutegetsi bwa demokarasi, leta iriho igashyikirana n’abo itavuga rumwe nayo batagize uruhare muri jenoside. Ndlr :Ubu Kagame ngo yatanze amabwiriza yo kurwana muri Congo ingabo ze zikarenga Goma zikagarukira ahantu hose hazazishobokera muri Congo ! Reka tubitege amaso !

 


http://media01.radiovaticana.va/imm/1_0_724750.JPGEntretien - La semaine dernière, les Nations unies, ont à nouveau accusé le Rwanda d’ingérence dans le conflit en République démocratique du Congo (RDC). L’ONU a déclaré avoir des « informations crédibles et cohérentes » sur un soutien de l’armée rwandaise aux rebelles du M23.


Pourquoi le Rwanda veut-il contrôler la province du Nord Kivu ?

 
Pour Michel Luntumbue, chercheur au Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, dans le secteur « Conflit, sécurité et gouvernance en Afrique », deux raisons peuvent l’expliquer : « initialement c’était pour des raisons sécuritaires, pour contrer la présence de l’opposition armée des Hutus installée dans l’est du Congo. Le Rwanda craignait qu’ils s’organisent à partir de la RDC pour reconquérir le pouvoir au Rwanda. L’autre volet c’est l’exploitation des ressources naturelles ». 


Parmi ces ressources il y a le minerai. En 2011, selon la banque centrale rwandaise, l’exportation minière a rapporté environ 50 millions d’euros à l’Etat, devenant ainsi la première source de rentrée de devises, dépassant pour la première fois, l’exportation du thé, qui a toujours été le premier secteur d’exportation.


« Dans un contexte d’affaiblissement, le gouvernement congolais n’est pas en mesure de garantir l’intégrité territoriale, ni la souveraineté économique. Les ressources du Kivu trouvent un nouveau circuit de sortie essentiellement vers le Rwanda et l’Ouganda. Donc le Rwanda tire des intérêts évidents, économiques, dans cette ingérence en RDC », explique Michel Luntumbue.


Kigali rejette les déclarations de l’ONU et accuse la RDC de viser des civils sur son territoire. Le jeudi 29 août, après des chutes d’obus sur Goma, la ville de l’Est de la RDC et la ville voisine de Gisenyi au Rwanda, Kigali a dénoncé un bombardement « inacceptable », accusant comme elle le fait régulièrement, la RDC de viser les civils.

Le Rwanda a promis de se défendre si besoin


Mais pour le chercheur du Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, « le Rwanda aujourd’hui n’a plus les mains libres comme par le passé. Et Paul Kagame, le président rwandais, se sert un peu de la tension régionale et de la question du Kivu comme un moyen de briser l’isolement dans lequel il est de plus en plus. Il a de moins en moins de marge de manœuvre aujourd’hui, du fait du tiédissement du soutien dont il disposait jusque-là. Je ne crois pas à une confrontation directe sur le terrain parce que le contexte est différent et encadré plus que jamais par la Communauté internationale ». 


Que faudrait-il faire pour rétablir la paix dans cette région ?


Michel Luntumbue distingue deux clés possible pour rétablir la paix dans la région du Nord-Kivu. « La première repose sur la consolidation de l’État congolais. Une partie de la crise est liée à l’affaiblissement et à l’effondrement de l’État en RDC. Une économie illicite s’est développée à laquelle se sont greffé les voisins de la RDC parmi lesquels le Rwanda. 



L’autre volet de la crise, c’est évidemment le règlement des conséquences du génocide de 1994. L’avènement au pouvoir de Paul Kagame trouve sa légitimité historique dans la lutte contre ceux qui ont perpétré le génocide. Mais au bout de plus d’une décennie, il y a une usure de ce pouvoir monolithique et autoritaire. Une des dimensions essentielle pour le retour à la paix dans la région, c’est la démocratisation du Rwanda ». 


Une démocratisation qui devra se faire à travers la mise en place d’un dialogue entre le gouvernement rwandais et ceux qui composent l’opposition. « Bien évidemment pas ceux qui ont participé au génocide », précise Michel Luntumbue. 



Michel Luntumbue, chercheur au Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, interrogé par Audrey Radondy 


 

 

Source : radio vatican

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article