Un gorille congolais refuse la nationalité rwandaise, après 11ans d’enlevement au parc Virunga!

Publié le par veritas

http://voiceofcongo.net/wp-content/uploads/2013/09/WEB_287375.jpg

Un gorille congolais, volé par des soldats rwandais en 2002, durant la guerre d’agression-invasion est revenu tout seul au parc de Virunga. Cette information m’a été donnée par un internaute qui vit à GOMA. Monsieur Salumu Michel, est fonctionnaire au ministère de l’environnement dans le nord Kivu. Il est au service de la protection d’espèce rare du parc de Virunga. Il connait bien la vie des gorilles qu’il côtoie depuis son âge.

 

En 2002, quand Kagamé et ses troupes ont occupé une partie du Kivu, ils ont profité pour tout emporté au Rwanda. Les militaires rwandais ont amené plus de 20 bébés gorilles et quelques adultes pour renforcer le tourisme dans les montagnes rwandaises. Parmi, les bébés gorilles volés, il y avait « MUPIRA », qui était le plus éveillé. Michel salumu, l’approchait souvent quand il guidait quelques rares touristes qui venaient au parc. Il a finit par le dompter, jusqu’à lui donné le nom de MUPIRA, « football en swahili ». Quand, il a été kidnappé par les rwandais, il n’avait que 2 ans…

 

Avant-hier, le 24 Aout, alors qu’il était avec ses collègues en inspection dans le parc, il sera surpris de voir un gorille qui criait en le voyant. Il s’est vite souvenu de cris de MUPIRA, et ils se sont embrassés comme deux bons amis. En vérifiant sa puce, c’était bien, son ami MUPIRA, porté disparu depuis 2002. C’est étonnant qu’un gorille reconnaisse son ami qu’il a perdu de vue depuis plus de 8 ans. Plus étonnant encore, Mupira est revenu avec son clan, composé de plus de 7 individus. Comme quoi, nous avons encore une fois la preuve que mêmes les animaux congolais aiment leurs pays.

 

Signalons que pour approcher les gorilles dans les montagnes, ca peut vous coûter plus de 200 euros. Bizarre, bizarre ! Même des gorilles congolais ne pensent pas devenir Rwandais.

 

 

Source : voiceofcongo.net

 

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article