Sud-Soudan : Des ex-M23/RDF et autres forces étrangères appuieraient les combattants du président Salva Kiir

Publié le par veritas

http://kivutimes.files.wordpress.com/2014/02/sud_soudan.jpg?w=722&h=503

Les rebelles sud-soudanais ont accusé les forces gouvernementales le dimanche 2 février dernier de saccager la ville natale de leur chef Riek Machar, en violation d’un cessez-le feu, et disent que l’armée gouvernementale était appuyé par des combattants étrangers notamment certains fugitifs du Mouvement du 23 mars, une ancienne rébellion de la RDC voisine.


Le Porte-parole rebelle Lul Ruai Koang dit que les forces et les combattants de la justice soudanaise et l’égalité de la SPLA gouvernement – un groupe rebelle du nord de la frontière – ont détruit la ville du nord de Leer le samedi dernier, massacrant des femmes et des enfants alors qu’ils fuyaient en voulant se sauver.


Un porte-parole de l’armée a dit qu’il n’avait pas reçu de rapports de combats à Leer, où l’organisation médicale Médecins Sans Frontières (MSF) a déclaré la semaine dernière que plus de 200 membres de son personnel avaient été contraints de fuir en raison de l’insécurité grandissante.


Le gouvernement accuse les rebelles de bafouer le cessez le feu signé le 23 Janvier.


http://www.faafiye.com/wp-content/uploads/2013/07/Salvakiir_02.jpgLes revendications et contre-revendications sont arrivent de moins en mois – les contingents de l’Afrique de l’Est ont commencé à arriver dans le Sud-Soudan, sept semaines après des violences ont éclaté dans la capitale, Juba, avant de se propager à travers le plus récent état du monde.


"Les forces de (président Salva) Kiir ont brûlé l’ensemble de la ville Leer et l’ensemble des villages environnants", a déclaré Koang dans un communiqué.

"La dernière destruction de la ville Leer dans l’état d’Unity n’a pas une importance stratégique, opérationnel ou tactique, mais une simple nécessité pour la satisfaction psychologique."


Koang dit que l’armée ougandaise, qui à l’air comme au sol, en appui de la SPLA, a a lutté pour reprendre les villes tenues par les rebelles avant le cessez-le feu. La même source précise que l’armée du gouvernement de Juba avait gonflé ses rangs des combattants du groupe rebelle du M23 vaincus dernièrement dans le Kivu en RDC, avant de se refugié en Ouganda et au Rwanda.


Le porte-parole de la SPLA Philip Aguer a dit qu’il n’avait pas reçu de rapports de miliciens étrangers rejoignant la lutte aux côtés des forces loyalistes sud-soudanaises.


Pour sa part, le porte-parole de l’armée ougandaise colonel Paddy Ankunda qualifie les allégations de rebelles « de mensonges bon marché ».


Des milliers de personnes ont été tuées et plus de 800.000 ont fui leurs maisons depuis que les combats ont été déclenchés par une lutte de pouvoir entre le président Salva Kiir et Reich Machar, son ancien adjoint limogé en Juillet.


Le conflit, qui a pris une dimension largement ethnique entre les tribus Dinka et Nuer de Kiir et Machar respectivement, a apporté le Sud Soudan, pays stratégique en matière d’exploitation de pétole pour la France, le Kenya, etc., au bord de la guerre civile.


Machar a accusé vendredi Kiir de saboter les pourparlers de paix – qui reprennent en Ethiopie voisine cette semaine – et de mener une campagne d’épuration ethnique, dans une interview à Reuters dans son repaire de brousse dans l’Etat de Jonglei à distance.


Une équipe d’avance de facilitateurs envoyés par les pays d’Afrique orientale est arrivé à Juba dimanche dernier pour commencer à observer la trêve fragile.


http://www.marianne.net/photo/art/default/804705-965252.jpg?v=1297162129Les diplomates s’attendent à ce qu’ils se concentrent sur les trois villes de point d’éclair de Malakal et Bentiu, à proximité des principaux champs de pétrole, et Bor, où certains des affrontements les plus lourdes ont eu lieu, ainsi que la capitale.


"Nous allons commencer notre mission, au moins les équipes seront déployées, la semaine prochaine," a déclaré aux journalistes à Juba le général Gebreegzabher Mebrahtu, un général éthiopien à la retraite qui dirige l’équipe de l’avance.


La violence, la pire depuis que le Sud-Soudan a obtenu son indépendance du Soudan en 2011, a provoqué une crise humanitaire. Au moins 3,2 millions de personnes déplacés et refugiés– plus d’un quart de la population – sont victimes des pénuries alimentaires, dit l’Organisation des Nations Unies. L’insécurité entrave les activités des organisations humanitaires.


(Reportage additionnel par Richard Lough à Nairobi, Aaron Maasho à Addis-Abeba et Elias Biryabarema à Kampala; Écrit par Richard Lough, édité par Robin Pomeroy pour Reuteurs)

 

Source : kivutimes

Commenter cet article