Rwanda : Selon Paul Kagame, tout opposant politique est un terroriste qu’il faut éliminer physiquement !

Publié le par veritas

http://ikazeiwacu.unblog.fr/files/2013/03/paul-kagame-300x263.jpgLe chef de l’État rwandais, Paul Kagamé, a accordé à Jeune Afrique sa première interview depuis l’assassinat de l’opposant Patrick Karegeya.


Après la mort, le 1er janvier en Afrique du Sud, de Patrick Karegeya, ancien chef des services de renseignement extérieur du Rwanda, le pouvoir de Kigali a immédiatement été pointé du doigt par les opposants en exil et la famille de la victime, et désigné comme responsable, voire coupable.


Le président rwandais a fini par briser le silence, le 10 janvier, avec des responsables lors d’une « breakfast prayer », lors de laquelle il a évoqué les conséquences de la trahison, sans pour autant citer Karegeya.


Dans l’édition de Jeune Afrique à paraître ce dimanche (n°2767, 19-25 janvier 2013), Paul Kagamé répond pour la première fois à une interview sur le sujet. "Le terrorisme a un prix, la trahison a un prix. On est tué comme on a soi-même tué", répond-il à la question "Qui a tué Patrick Karegeya ?".


Le dirigeant rwandais précise sa pensée et juge que la communauté internationale applique, pour le Rwanda, une politique du "deux poids, deux mesures". "Quand il s’agit du Rwanda, l’injonction qu’on nous donne est la suivante : ces individus qui vous combattent et qui ont juré votre perte par tous les moyens, s’il vous plaît, protégez-les. […] Je suis désolé, mais je n’accepte pas cette logique."

 

Jeune Afrique

Commenter cet article

Mayele Deogratias Karegeya 21/01/2014 14:12


Kagame est convaincu et persuadé que son agissement est correct voire même naturel. Alors, trêve de littérature...renversez-le ou de grâce laissez-le regner jusqu'à la fin de ses jours. Il n'est
que mortel comme tout le monde. Oh...que Dieu, ou..l'esprit de Kagame exhausse les souhaits des uns et des autres. Paradoxal....et complexe quand tout le monde- tout critique politique
rwandais-se veut être le plus correct. En tout cas, que Dieu nous garde en vie pour pouvoir assister au dénouement de cet imbroglio socio-politique . Qui vivra verra, dit-on!