Rwanda: pour Faustin Twagiramungu, «il est temps de mettre fin au chantage de Kigali»

Publié le par veritas

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/faustin-twagiramungu_0.jpgL’ancien Premier ministre rwandais, Faustin Twagiramungu, à la tête Rwandan Dream Intiative, parti d'opposition en exil, a décidé de rallier les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) - accusées par le gouvernement rwandais d’héberger des génocidaires en leur sein - et le Parti social-Imberakuri, dont l’ancien président a été condamné pour « divisionnisme ». Les autorités rwandaises n'ont pour l'instant pas réagi.

 

L'ancien Premier ministre rwandais, Faustin Twagiramungu, a décidé, avec son parti politique en exil, le Rwandan Dream Initiative, de signer un accord de collaboration avec les Forces démocratiques de libération du Rwanda, les rebelles hutus rwandais réfugiés au Congo et le Parti social-Imberakuri.


Les FDLR sont accusées par Kigali d'avoir des génocidaires en leur sein et de propager l'idéologie du génocide. Le PS-Imberakuri, de son côté, a vu son ancien président Bernard Ntaganda condamné et emprisonné en 2010 pour « divisionnisme ».


→ A (RE)LIRE : RDC: les FDLR demandent un dialogue inter-rwandais


Malgré cela, et alors que 2014 marquera les vingt ans du déclenchement du génocide au Rwanda après l'attentat contre l'avion du président rwandais Juvenal Habyarimana le 6 avril 1994, Faustin Twagiramungu a tenu à s'associer à ces deux formations. Interrogé par RFI, il affirme qu’« il est temps de mettre fin au chantage de Kigali, notamment du président Kagame, qui essaie chaque fois d’instrumentaliser le génocide, pour qualifier  tout le monde est génocidaire ».


« Je considère que les Rwandais, qui sont réfugiés depuis 1996 jusqu’à aujourd’hui et qui sont  dans les forêts congolaises, ne sont pas des génocidaires. S’il y en avait, ils ne seraient pas nombreux et je pense que la justice devrait s’en occuper », avance-t-il. « Nous savons qu’il y a presque 75 % de jeunes gens entre 20 et 30 ans. Ceux-là ne peuvent pas être accusés d’être des génocidaires », dénonce-t-il encore.


 → A (RE)LIRE : Assassinat de Patrick Karegeya: pour Kagame, «la trahison a des conséquences»


Il affirme que l’objectif de cette coalition entre le Rwandan Dream Intiative - son parti - les FDLR et le PS-Imberakuri, est de faire pression sur la communauté internationale pour qu’elle « puisse [les] aider à chercher un dialogue avec Kigali ».


Pression de la communauté internationale


http://www.jambonews.net/wp-content/uploads/2010/12/representant-rnc.jpgAu-delà de cette coalition, il en appelle également à tous les autres partis d'opposition rwandais en exil et à la communauté internationale. « Cette coalition n’est pas suffisante, à mon avis. Il y a plusieurs autres partis comme le RNC [Congrès national du Rwanda, ndlr], ou un autre qui s’appelle le PD [Parti démocrate, ndlr]... Il y a tout un tas de partis politiques et nous aimerions qu'ils se mettent ensemble, pour que la pression continue de croître, pour que la communauté internationale puisse prêter une oreille attentive à la situation du Rwanda qui perdure depuis vingt ans. »


 ► A (RE)ECOUTER : Faustin Twagiramungu, ancien Premier ministre rwandais président du nouveau parti Rwanda dream initiative (RDI)


Pour Faustin Twagiramungu, « nous ne pouvons pas continuer comme ça. S’il y a des criminels dans la forêt congolaise, il y a des criminels au Rwanda aussi. Il est temps, maintenant, que l’on suive l’exemple de l’Afrique du Sud, du Burundi. »


« Il faut qu’on apprenne à se parler, pas à se chasser et à se vanter que l’on peut tuer les gens dans les hôtels, et partout dans les pays où ils sont réfugiés », ajoute Faustin Twagiramungu, évoquant les propos du président rwandais Paul Kagame, dimanche 12 janvier, après l’assassinat, le 31 décembre en Afrique du Sud, de Patrick Karegeya, un ancien proche devenu l'un de ses plus farouches opposants. « La trahison a des conséquences », avait alors déclaré Paul Kagame, ajoutant à destination des opposants en exil, que « quiconque trahit notre cause ou souhaite du mal à notre peuple deviendra une victime. Il reste seulement à savoir comment il deviendra une victime. »


Interrogées par RFI sur cet accord entre Faustin Twagiramungu et les FDLR, les autorités rwandaises n'ont, pour l'instant, pas souhaité réagir.

 

 

RFI

Commenter cet article

Ibyiwacu 16/01/2014 17:23


Vous resterez dans des "il est temps..", le concret c'est pour quand?


ça fait presque vingt que vous dites "il est temps"!!!