Rwanda: l'étrange affaire du chanteur Kizito risque de déstabiliser le Rwanda

Publié le par veritas

http://www.slateafrique.com/sites/default/files/imagecache/article_v2/2014-04-28_1136/kizito-affaire.jpg

              Le chanteur Kizito Mihigo répondant à la presse le 15 avril à Kigali / AFP

 

Le chanteur, rescapé du génocide, prône la réconciliation. Et pourtant, le pouvoir de Kigali l'accuse de haute trahison. Tentative d'éclairages.


Kizito Mihigo, un chanteur populaire au Rwanda est au centre d’une affaire bien troublante. Le 15 avril, il est arrêté, en compagnie de trois autres personnes, dont un journaliste. Le site News of Rwanda rapporte que le chanteur est accusé de terrorisme, d’atteinte à la sûreté de l’Etat et de trahison. Le site d’informations avait ajouté que le chanteur «fait l’objet d’une enquête pour avoir préparé des attaques à la grenade contre le gouvernement».


L’annonce de l’arrestation de cet artiste et, surtout, des accusations portées contre lui, suscitent l’émoi et le doute au sein de la population. Kizito Mihigo est un artiste apprécié dans le pays. Comme le rappelle le quotidien belge Le Soir, «depuis son retour au Rwanda en 2011, il était devenu une véritable vedette, non seulement à cause de la popularité de ses chansons, mais aussi à cause de la fondation qu’il avait créée, vouée à la paix et à la réconciliation».


L’artiste est un orphelin qui a perdu sa famille dans le génocide des Tutsi au Rwanda, en 1994. Rescapé, il a suivi des études de musique à Bruxelles, financées, selon des indiscrétions du Soir, par le président Paul Kagamé qui accuse aujourd’hui le chanteur de gospel de terrorisme et surtout de vouloir le tuer.


Ces accusations surprennent, d’autant plus qu’elles sont en totale contradiction avec l’engagement humaniste de Kizito Mihigo et l’œuvre de réconciliation à laquelle il s’emploie à travers sa fondation pour la paix et ses chansons.


Pourtant, l’affaire est en train de prendre une autre tournure. Vendredi dernier, lors d’une audience de son procès, le chanteur confirme des aveux qu’il avait déjà longuement fait devant la presse.


«J’accepte les accusations. Mais que les choses soient claires, j’ai fait ces crimes lors de conversations. Je n’ai ni acheté de grenades, ni donné de l’argent», a-t-il indiqué dans des propos rapportés par RFI.


Plusieurs observateurs voient ces aveux comme une manœuvre du pouvoir en place. Le blog The Green Frog croit par exemple savoir que les accusations portées à l’encontre de Kizito Mihigo ne tiennent pas la route.

 


 

«Comment est-il possible pour un chanteur d’attaquer un gouvernement, et surtout d’assassiner un président qui possède le système de sécurité le plus efficace du continent?», s’interroge The Green Frog.


De la même façon, les aveux du chanteur confortent la thèse d’une affaire montée de toute pièce, ajoute, pour sa part Umuhuza. Ce blog consacré à la réconciliation du Rwanda affirme que l’affaire est louche. Il s’agit d’une «tentative maladroite du clan Kagamé pour distraire l’opinion rwandaise et internationale sur les déchirements au sein même de l’ethnie tutsi qui domine le pouvoir depuis 1994», peut-on lire sur le blog.


Pour Umuhuza, quatre éléments incitent à prendre à être prudent: l’étrange «disparition» du chanteur peu avant l’annonce de son arrestation, les aveux devant la presse avec large diffusion dans les médias officiels et sur les réseaux sociaux, un tribunal «non compétent» et un «avocat qui se désiste quelques heures avant l’audience».


Colette Braeckman, éditorialiste au Soir et spécialiste de la région des Grands Lacs, estime que cette affaire est, peut-être, le prélude de nouveaux déchirements au Rwanda, nés des jalousies et de rancœurs pas encore apaisées entre Tutsi eux-mêmes.

 

 Kizito Mihigo devant les prisoniers

 


 

Sur ce point, Umuhuza explique:


«Le jeune tutsi Kizito Mihigo qui avait tout juste 13 ans en 1994 et qui est réellement un rescapé du génocide  contrairement aux autres jeunes tutsi de sa génération qui sont rentrés au Rwanda après la conquête du pays en 1994, ne doit pas faire la même lecture de l’histoire que ces autres frères tutsi.  Mais lorsqu’il le dit publiquement et que de par sa notoriété, il ose l’exprimer en chanson, il a alors franchi la ligne rouge et est devenu paria dans la “fratrie”.» 


La désormais «affaire Kizito» semble donc une affaire interne au clan Kagamé, mais qui risque de déstabiliser à nouveau le pays et la région.


Slate Afrique

Commenter cet article

Jean Musafiri 30/04/2014 19:39


RPF/FPR= SYSTEME  CRIMINEL  POLITICO-MAFIEUX !!


LA MAFIA POLITIQUE RPF/ FPR CONTINUE SA CHASSE IMPLACABLE A L’ENNEMI-FANTOME SANS DESEMPARER. ELLE
VOUE UNE HAINE VISCERALE A TOUS CEUX QUI NE LUI FONT PAS ALLEGEANCE, NOTAMMENT: LES HUTU INTELLECTUELS & RICHES ET LES TUTSI  LIBRE-PENSEURS QUI S’OPPOSENT CONTRE SON  POUVOIR DICTATORIAL ET SES CRIMES INQUALIFIABLES!!!


 


 

kabuga 30/04/2014 10:11


tu peu être fort; tu peut te croire invaincible, mais le mieux est de savoir que l'on peut tromper le peuple quelques années mais pas toutes les années. les rues de l'Histoire montre la naissance
et la mort, umwicanyi ameze nk'umusambanyi asambana agatinda yenda n'abo bavukana. Utwo dututsi ariko yica urubozo tuzomuruka. Ivyo kwifatira abantu ni ivy'akanya gato cyane

kabuga 29/04/2014 15:04


Urashobora kubuza kuryogora abahambaye, ariko ntushobora guhagarika amaborogo y'abo wishe. PICARD

Mayele Deogratias Karegeya 29/04/2014 15:02


" Un homme qui n'est pas capable de mourir pour une juste cause n'est digne de vivre." Martin Luther King Jnr qui se repète, plus de 50 ans après sa mort, à travers le jeune Kizito? Si
Kizito a préféré mourir pour ce qu'il croit être une juste et noble cause, il est digne de vivre pour certains. Néamoins, de par sa propre confession, il remplit toutes les conditions
requises pour être taxé de traîtrise. L'affaire  Kizito Mihigo est un cas pendable dans le contexte politico-idéologique du F.P.R. En effet, l'adhésion au F.P.R est très similaire - à
l'adhésion- au satanisme, où le non respect du pacte se solde par une mort certaine. Cet homme a vécu dans un syncrétisme qui ne pouvait que finir mal: jouer au chrétien( Dieu seul sait s'il
jouait le chretien)et être un porte-flambleau, propagandiste notoire du parti au pouvoir tel Sakombi Inongo - chez "le grand frère régional " avec son MPR au Zaïre, ou
 Nsengiyumva Bernard et les Impala du temps du MRND. Qui vivra verra! Mais rien de nouveau sous le soleil qui brille, au Rwanda.