RDC: "Nous avons l'impression au M23 d'être un groupe des vivants qui font du tapage au cimetière" - Bertrand Bisimwa

Publié le par veritas

http://afrikarabia.blogspirit.com/media/02/00/1559133960.jpgDans un long entretien accordé à Afrikarabia, Bertrand Bisimwa, le président du M23 revient sur les raisons du retrait de la rébellion du Nord de Goma. Bertrand Bisimwa accuse l'armée congolaise d'avoir tiré sur Goma et le Rwanda et demande "une enquête indépendante". Le président du M23 dénonce le rôle ambigu de certaines ONG et fustige la France qui "abuse de sa présence à l'ONU pour reprendre pied dans une région qui échappe à son influence". Sur les intentions du M23, Bertrand Bisimwa explique que "le moment venu", le mouvement rebelle proposera à la population "de prendre en charge son destin".

 

-AFRIKARABIA : Le M23 a opéré ces derniers jours ce que vous appelez un repli militaire. Pour quelles raisons et comment évaluez-vous la situation sur le terrain ?


-Bertrand BISIMWA : Notre mouvement s'est conformé aux décisions de la conférence des chefs d'État des Grands Lacs (CIRGL) qui avaient ordonné le gel des positions militaires dans la ville de Goma le 24 novembre 2012. Or depuis trois mois nous sommes l'objet d'attaques de l'armée gouvernementale sur les nouvelles positions assignées par cette déclaration à environ 15 km au nord de Goma. Pourtant, selon les chefs d'états de la CIRGL, le gouvernement devait démilitariser la ville de Goma et déployer à l'aéroport de la ville un bataillon constitué d'une compagnie de l'armée régulière, une seconde issue du M23 et une troisième constituée de la force neutre, mais ces exigences sont restées lettre morte. Nous étions à Kampala à la table des négociations. Malheureusement, le gouvernement congolais a fait le choix de la guerre contre celui de négociations.

 

En mars 2013, il nous a laissé à Kampala pour aller obtenir la Brigade d'Intervention en vue de faire la guerre au M23. Fort de la résolution 2098, ils ont retiré non seulement tous leurs négociateurs mais aussi leur personnel technique. Ils ont vu un avantage à reprendre la guerre pour chauffer leur opinion publique. Depuis le mois de mai, nous ne faisons que nous défendre. Les attaques de l'armée gouvernementale ont toutes échoué. Depuis le 23 août, les attaques ont repris avec beaucoup plus de moyens, des hélicoptères, des chars de combat, un flot d’armes et de munitions.

 

L'armée gouvernementale s'est adjoint des combattants FDLR. Nous sentons de leur part une forte détermination. À l'évidence, comme nous ne nous contentions que de la défense de nos positions, ils ont considéré notre stratégie comme une preuve de faiblesse. Et, je crois qu'ils se trompent parce que pour nous il s'agit du respect des exigences des chefs d'Etat de la CIRGL mais nous ne saurons pas longtemps subir ce mépris.


- AFRIKARABIA : Vous comptez passer à la contre-offensive ? Réoccuper Goma ?
 
-Bertrand BISIMWA :  Après tout ce qui s'est passé, nous avons le droit de protéger notre population des bombes qui tombent sur des maisons de civils en allant faire taire ces armes aux endroits d'où elles viennent. Mais nous voyons bien les simagrées du régime de Kinshasa. Ils cherchent à nous faire sortir de nos positions défensives pour nous accuser d'avoir repris la guerre. Visiblement, la communauté internationale est dupée par  leur stratégie. Il s'agit pour Kinshasa de se faire passer pour des victimes du M23. C'est pourquoi nous appelons à la constitution d'une commission d'enquête pour que les responsabilités soient clairement établies.


La communauté internationale ne fait que répéter ce que lui dit le gouvernement congolais, sans vraiment vérifier leurs assertions. Leurs mensonges se répètent de semaine en semaine et de mois en mois. Nous voulons faire en sorte que des enquêtes sérieuses se traduisent par des rapports sérieux.

 

-AFRIKARABIA : Un obus est tombé vendredi matin 29 août en plein marché de la ville de Gisenyi au Rwanda, et il a tué une mère de famille et grièvement blessé son bébé. D’autres obus sont tombés au Rwanda sans faire de victimes. Certains incriminent le M23. Quelle est votre réaction ?


http://lepotentielonline.com/site2/images/goma-degat-7.jpg-Bertrand BISIMWA : Ces tirs d'artillerie contre des populations civiles sont inacceptables. Le M23 n'en est pas responsable, par contre il en est victime. Dans quel sens ? Me demanderiez-vous. A qui profite le crime? Après les nombreux échecs de ses offensives militaires contre nos positions à Kanyarucinya le 23 mai, le 6, le 9 et le 14 juillet 2013, après la résistance de la MONUSCO à la pression des manifestants manipulés par le gouvernement de Kinshasa pour exiger l'intervention de la FIB (Brigade d'intervention de l'ONU, ndlr) contre nos forces, la folie du Gouvernement congolais le poussera à ne pas lésiner sur les moyens. Il ira jusqu'à sacrifier ses propres citoyens pour obtenir le résultat attendu: larguer des obus sur la ville pour obtenir l'intervention de la MONUSCO.

 

S'agissant des obus tombés au Rwanda, ceux qui tentent de nous faire porter la responsabilité ont toujours clamé qu'en combattant le M23 en réalité ils combattent contre les RDF et que le M23 n'est que le visage congolais de l'invasion rwandaise. Et pourtant, ils affirment que nous avons largué des bombes au Rwanda pour inviter le Rwanda dans les hostilités. C'est une contradiction flagrante, le gouvernement doit nous expliquer comment le M23 peut vouloir inciter les RDF (forces armées rwandaises, ndlr) à intervenir au Congo.

 

Lorsque vous lisez les déclarations de la société civile du Nord-Kivu sur les prétendues incursions des RDF sur le territoire congolais dans l'espace M23, vous serez porté à croire qu'il n'y aurait plus d'armée au Rwanda parce qu'elle se serait toute infiltrée au Congo. Notez que ceux qui accusent le M23 sont les mêmes qui prétendent que notre mouvement serait parrainé par le Rwanda. Cela devrait amener la communauté internationale à réfléchir sur l'identité de certains acteurs politico-militaires prêts à toutes les manipulations.


- AFRIKARABIA : Vous pensez à qui en particulier ? 


-Bertrand BISIMWA : En réalité, il y a une coalition dynamique qui s'est installée en RDC et qui nourrit l'ambition d'en découdre avec le Rwanda sur le territoire congolais. La coalition FARDC-FDLR fondée sur la promesse d'installer les FDLR au pouvoir au Rwanda partage son objectif avec les intentions du Président Tanzanien Jakaya Kikwete, dont les forces armées bénéficient de la couverture du mandat des Nations-Unies pour en découdre militairement avec le Rwanda sur le sol congolais.

 

La mise en scène de ce théâtre est assurée par la France qui abuse de sa présence à la tête du DPKO (direction des opérations de maintien de la paix de l'ONU, ndlr) pour non seulement reprendre pied dans une région qui échappe à son influence depuis qu'elle en avait été chassée en 1994 à la suite du génocide qu'elle avait soutenu, mais elle a besoin de prendre sa revanche à travers ses anciens poulains, les FDLR. Cette coalition a besoin de régler les comptes au Rwanda et la  meilleure façon de le faire c'est d'inviter leur adversaire sur le sol congolais.

 

Le M23 n'a pas intérêt que ses revendications soient obstruées par celles des Etats de la région. Pour ce faire, nous avons écrit au Président du Conseil de Sécurité et au Secrétaire Général des Nations-Unies pour solliciter une mission d'enquête indépendante susceptible d'apporter toute la lumière sur ces faits. C'est la raison fondamentale du retrait de nos forces de la ligne de front de Kanyarucinya à une dizaine de kilomètres au nord de la ville de Goma.


Normalement si la Joint Verification Mecanism (JVM) était encore opérationnelle, elle permettrait de faire toute la lumière sur ces bombardements contre les civils mais le général ougandais Geoffrey Muheesi qui en était le Président investi par la Conférence internationale des pays de la région des Grands Lacs (CIRGL) a été déclaré persona non grata par le Gouvernement congolais. C'est assez curieux.


-AFRIKARABIA : Vous considérez que la communauté internationale, et notamment l'ONU, ne sont pas neutres sur la crise au Nord-Kivu?


-Bertrand BISIMWA : La communauté internationale doit se mettre à la bonne place, c'est-à-dire non pas au service de quelqu’un, mais "au milieu du village", en toute indépendance du gouvernement congolais. Il est clair que les obus tirés sur la ville de Goma et sur le Rwanda l'ont été par les éléments des FARDC. La responsabilité en incombe à la brigade des forces gouvernementales stationnée à Goma et à ses abords.


-AFRIKARABIA : Les Nations unies semblent hésiter à se prononcer sur la responsabilité des tirs d'obus contre la population de ces derniers jours ?


-Bertrand BISIMWA : Voilà justement le problème. Les hommes des Nations unies supposés protéger les populations civiles ne le font pas mais nous ne voulons pas non plus qu'ils se prononcent dans la précipitation pour faire plaisir à un camp. Nous sommes conscients qu'ils sont sous pression des extrémistes du camp gouvernemental qui les menacent et le M23 peut en être le bouc-émissaire. Ils pourraient aussi être tentés de se ranger dans une option qui assure avant tout leur pérennité. Les effectifs de la MONUSCO, en comptant la brigade d'intervention, sont d'environ 20.000 personnes. Elles ont toutes un bon salaire et ne voudraient pas que leur mandat  interrompu. C'est pourquoi une enquête sérieuse et indépendante doit précéder toute annonce sur les responsabilités des tirs.

 

-AFRIKARABIA : Vous avez l'impression de servir d'épouvantail ?


http://www.congosynthese.com/ImgNews/IMG_6387h.JPG-Bertrand BISIMWA : Les dirigeants de Kinshasa sont incapables d'assurer une bonne gouvernance du Congo, mais il y a un domaine où ils sont excellents : la désinformation à travers les médias, y compris des médias internationaux et la rue. Ils ont une stratégie très efficace pour alimenter une campagne négative contre toute personne ou organisation qu'ils ont intérêt à faire passer pour la cause du malheur des congolais. Incapables de donner une réponse attendue aux problèmes de société, ils préfèrent créer un ennemi commun aux congolais pour couvrir leur échec.

 

Regardez, il y a de cela une année, Kabila était illégitime aux yeux des congolais mais depuis que le M23 est né, sa légitimité s'est même renforcée parce qu'il a réussi à nous présenter comme l'ennemi commun des congolais.  Ça lui permet donc de faire de notre mouvement le bouc émissaire de l'incurie dans la gestion de l'État. Le peuple congolais est malheureux. Alors qu'on lui offre en pâture un ennemi. Ça permet de mobiliser l'opinion publique à peu de frais. Pour consolider cette manipulation, le gouvernement congolais tente par tous les moyens d'empêcher de vraies enquêtes sur les accusations portées contre nous.

 

Human Rights Watch se prête au jeu en rédigeant des rapports contre le M23 à partir de Kinshasa. Ses témoignages sont recueillis par téléphone sans aucune vérification. HRW ne veut tout simplement pas vérifier sur le terrain les allégations. Tous les rapports de HRW depuis un an "ciblent" le M23. Comme si nous étions responsables non seulement de toutes les violations des droits de l'homme au Kivu, mais dans l'ensemble du pays. Prenons le cas du massacre de la population dans la localité de Kitchanga en mars dernier où 203 personnes ont été tuées et plusieurs maisons incendiées. Ici, chacun sait qu'ils ont été perpétrés par l'armée gouvernementale et ses alliés dès FDLR, de Pareco, APCLS, etc...

 

Les responsables de HRW dont les rapports sont lus comme l’Evangile ne se sont jamais rendus sur le terrain vérifier les faits, ils ont préféré tout simplement se taire. Nous ne sommes rien d'autre que leur cible. Qu'un enquêteur du HRW soit injurié par un militaire du M23, et aussitôt vous voyez sortir un rapport. Qu’on nous explique comment on peut, depuis New York ou Londres, documenter toutes ces accusations. Lorsqu'ils ont fait un rapport sur les événements de Rutshuru, ils ne sont pas venus, sous prétexte qu'ils seraient menacés. Pourtant, il y a des journalistes sur le terrain.

 

Les enquêteurs pourraient se faire accompagner par les militaires de la MONUSCO parce que celle-ci dispose des bases militaires dans notre espace et y bénéficie de la liberté de circulation. Ça a été la même chose avec la légende sur le général Bosco Ntaganda. Quand il était dans le parc, avant qu'il se rende à la CPI, toutes ces organisations épousaient le discours du Gouvernement congolais qui prétendait que le M23 n’avait été créé que pour prendre sa défense. Lorsque nous avons tout fait pour le neutraliser, personne ne nous a remercié d'avoir résolu un problème dont le monde entier se plaignait sans y apporter la solution.

 

Par contre, il fallait trouver un autre prétexte pour recaler le M23 et HRW a été, encore une fois, mis à contribution. Il a, à partir de ses bureaux à Kinshasa et à Londres, publié un grand rapport qui prétend qu' "on ne peut pas discuter avec le M23". Or nous avions tout mis sur la table. HRW n'analyse pas vraiment le vide de gouvernance de la RDC. La communauté internationale fait confiance à HRW pour analyser la situation. En réalité, ses rapports ne font que consolider la gouvernance négative du régime du président Kabila. Ainsi, la communauté internationale est induite en erreur.


-AFRIKARABIA : Pourquoi le M23 est-il accusé de commettre des viols massifs, y compris au Sud Kivu ? Même le docteur Mukwege, depuis Bukavu, accuse le M23 de violer massivement des femmes. 


-Bertrand BISIMWA : Ces accusations sont imaginaires. C'est de la propagande. Je connais particulièrement le Dr. Denis Mukwege, c'est un médecin très courageux et très compétent. Je sais qu'il est soucieux des victimes de violences sexuelles et ce n'est pas facile pour lui de voir défiler devant table d'opération les horreurs de toutes ces femmes dont les orifices sont méchamment détruits. Certainement que ces déclarations ils le tiennent des victimes parce que je ne le vois pas aller enquêter sur le terrain pour tirer les responsabilités. Peut-être son erreur est de ne pas faire attention à la notion de logique dans ces témoignages. Car, dans la réalité des faits, comment le M23 pourrait-il commettre des viols au Sud-Kivu, dans la région de Bukavu ? Nous n’y sommes pas !

 

Vous trouverez que le lieu de la commission des forfaits se trouve à plus de 350 Km de l'espace où le M23 est établi. Je vous invite à tirer la conclusion par vous-mêmes. Les informations du très respectueux Dr. Denis Mukwege à ce sujet ne sont pas à l'abri de manipulations. On nous accuse de tous les malheurs du peuple congolais. Tout observateur un peu sérieux peut démonter ces affabulations.


- AFRIKARABIA : D’autres ONG portent les mêmes accusations…

 
http://info.microetape.com/wp-content/uploads/2013/05/hrw.jpg-Bertrand BISIMWA : Certaines ONG ont fait des accusations de viol une sorte de "marchandise", parce qu'elles ont découvert que c'était très "vendable" vis-à-vis de la communauté internationale. Cela procure des financements. Vous avez aujourd'hui un nombre incalculable d'ONG "spécialistes des viols" qui se sont improvisées dans la région. Comment tous ces gens ne voient-ils pas que beaucoup de ces viols sont commis par l'armée gouvernementale, par les FDLR, etc ? Que ce sont les FDLR qui ont importé les viols massifs comme arme de guerre dans la région ? Mais dire cela, c'est risquer des problèmes avec Kinshasa et perdre la faculté d'exploiter ce filon.

 

C'est pourquoi cette fable des viols commis par le M23 prospère. Tous ceux qui se donnent la peine d'aller sur le terrain, comme le secrétaire général des Nations unies ou encore Mme Mary Robinson son envoyée spéciale dans la Région des Grands-Lacs connaissent la vérité et c'est pourquoi ils n'hésitent pas à proposer le débats sur les causes profondes de la crise dans l'Est de la RDC à travers les pourparlers de Kampala.


-AFRIKARABIA : Dans une guerre, il y a le volet de belligérance armée, mais aussi la guerre diplomatique et enfin la guerre médiatique. N'avez-vous pas le sentiment d'avoir perdu cette troisième partie de la guerre ?


-Bertrand BISIMWA : Je n'ai pas ce sentiment-là. Mais il est vrai que nous n'avons pas été entendus, c'est dommage. C'est une faiblesse pour nous d'avoir laissé s’amplifier une propagande aussi déloyale, alors que nous condamnons et sanctionnons les viols dans notre mouvement. On a écrit une légende sur notre compte. Mais, il faut dire que l'adversaire et même malheureusement les Nations-Unies recourent à des moyens déloyaux pour nous interdire de nous exprimer. Ils nous ont tous interdit de passer sur les antennes des médias congolais y compris la radio Okapi en menaçant des sanctions les médias qui diffusent notre point de vue et c'est très grave.

 

Une émission de débat de la Radio Maendeleo de Bukavu a été frappée d'interdiction parce qu'elle avait fait allusion à un communiqué officiel émanant du M23. Un journaliste à Walikale a été arrêté et menacé de mort par les services de sécurité du régime en place parce qu'il nous avait accordé une interview. A Beni, Radio Liberté a été fermée pour le même motif. La diffusion de la radio des Nations-Unies, Radio Okapi, à Kinshasa avait été paralysée pendant 24 heures pour avoir accordé la parole au M23. Curieusement ni les Nations-Unies, ni les corporations professionnelles des journalistes ne se sont jamais plaintes ne fut-ce qu'au nom de la liberté d'expression, ou d'opinion. C'est inquiétant.
Bref, de fois nous avons l'impression au M23 d'être "un groupe des vivants qui font du tapage au cimetière". 

 
-AFRIKARABIA : Mais cette image de groupe violent n'est pas seulement propagée par les médias congolais. C'est le cas de beaucoup de médias internationaux… ?


-Bertrand BISIMWA : Oui, sur le terrain, les médias congolais ne sont pas seuls en cause. Prenez le cas de la radio des Nations unies. Elle devrait être impartiale et rendre compte exactement du respect des droits de l'Homme et des libertés publiques. Or cette radio s'interdit de nous accorder la parole lorsqu'elle diffuse des allégations sans aucune vérification contre le M23. Par exemple on nous a accusé d'avoir pillé une radio à Rutshuru. Le directeur de cette radio a appelé Radio Okapi pour démentir cette information, il a été enregistré mais la radio des Nations unies a refusé de diffuser ce démenti parce qu'il disculpait le M23. Prenons un autre cas : le M23 a installé une administration à Kiwanja. Un chef d'un des quartiers a été tué par les FDLR/Nyatura et son adjoint enlevé. Radio Okapi a prétendu qu'ils ont été tués par le M23.

 

Lorsque la personne enlevée a été relâchée, elle a pris contact avec Radio Okapi mais celle-ci a refusé de requérir son témoignage de crainte de contredire l'information qu'elle venait de diffuser la veille. Troisième exemple, le Samedi 31 Aout, le M23 diffuse un communiqué pour dénoncer les attaques des FARDC-FDLR sur ses positions de Kibati. Pour corroborer la version contraire donnée par les FARDC un journaliste de la Radio Okapi Bernardin Nyangi fait un papier à ce sujet et se permet de modifier le contenu de notre communiqué en affirmant que le M23 accuse les FARDC d'avoir attaqué ses positions à Kibumba et Buhumba.

 

Interpellé au téléphone par le porte-parole de notre Mouvement pour que l'erreur soit corrigée par son auteur, le journaliste affirme avec fermeté que cela est impossible. Il est facile de vérifier ces faits en téléchargeant le Journal de midi et du soir de la Radio Okapi du 31 Aout 2013 et le confronter au communiqué N°055/M23/2013 du 31 Aout 2013. On nous a refusé la parole. Le travail à la MONUSCO est bien payé, personne n'a envie de perdre son boulot, alors ils relaient les légendes contre le M23. Nous sommes obligés de passer par les médias en Ouganda qui nous donnent la parole loyalement.


- AFRIKARABIA : Vous considérez que vous êtes diabolisés ?

 

-Bertrand BISIMWA : C'est exactement cela. Le gouvernement congolais mène cette guerre. Ça permet de ne pas aborder les questions de fond, de ne pas négocier avec nous. À Kampala, nous avons proposé un schéma acceptable pour sortir de cette crise. Nos adversaires ont rendu notre programme inaudible. Nous avons même installé une radio à Kibumba pour arroser la ville de Goma afin de diffuser des messages de sensibilisation et d'éducation de notre population à la paix, il s'agissait de la décourager de soutenir la guerre mais le gouvernement a brouillé notre fréquence par un émetteur puis qui diffusait des éléments sonores des films pornographiques. Vous vous imaginez un Gouvernement qui préfère du porno aux messages de paix. 


-AFRIKARABIA : Aujourd’hui la RDC est menacée de balkanisation. Vous êtes montré du doigt comme un acteur majeur de ce processus de balkanisation..
 
http://hebdo.ahram.org.eg/Media/News/2013/9/2/2013-635137330552453488-245.gif-Bertrand BISIMWA : Cette balkanisation est un processus dont Kinshasa porte la responsabilité. Ce n'est pas un problème récent, mais il a pris une acuité particulière ces dernières années. Depuis plus de 50 ans des gens sont tués dans notre région. Depuis plus de 50 ans les villages sont pillés, les femmes sont violées, les familles dépouillées de tout ce qu'elles possèdent. Aujourd'hui, il y a un exode rural terrible parce que vivre à la campagne présente encore plus de danger que de grossir les taudis en ville. Qui est responsable de cette situation, de la mauvaise gouvernance quasiment institutionnelle ? Au M23, nous revendiquons le droit de vivre dans notre région sans risquer à tout moment de se faire tuer, violer, dépouiller. Nous refusons d'être contraints à l'exil. Nous voulons vivre normalement, comme presque partout dans le monde….

 

-AFRIKARABIA : Que reprochez-vous exactement au président Joseph Kabila ?

 

- Bertrand BISIMWA : Nous n'avons rien contre lui personnellement. C'est le système politique qui est devenu insupportable. Il abandonne la rue aux forces négatives. Ces forces négatives prennent la place qui devrait revenir au pouvoir. La situation aurait pu évoluer autrement…


-AFRIKARABIA : Vous n'êtes pas le seul groupe armé en RDC. Pourquoi Kinshasa ne parle que de vous ?


- Bertrand BISIMWA : On compte au moins 50 groupes armés en RDC et à peu près une trentaine dans la région du Nord-Kivu. Mais parlons franchement : la plupart de ces groupes armés ont été créés par le gouvernement congolais lui-même. En 2008, lorsqu'on a organisé une conférence sur la paix et la sécurité dans le Kivu, Kinshasa a suscité la formation de plus d'une centaine de groupes armés dont la plupart étaient basés dans la ville de Goma et n'avaient strictement aucune activité. Un nombre invraisemblable de groupes Maï-Maï sont apparus qui portaient chacun le nom de leur leader. Ils étaient tous entretenus par Kinshasa. Il n'y avait pas d'affrontements entre ces groupes armés et l'armée gouvernementale, pas d'affrontements au Nord Kivu car ils étaient tous assujettis à Kinshasa. C'était seulement une façon de créer la confusion pour éviter une remise en cause de la mauvaise gouvernance généralisée.

 

-AFRIKARABIA : Seul le M23 est accusé par Kinshasa de créer un risque de balkanisation ?

 

-Bertrand BISIMWA : Je viens de vous expliquer pourquoi. Nous entendons sans arrêt cette accusation : balkanisation, balkanisation, balkanisation. À force de scander ce mot, il ne nous fait plus peur. À un certain moment, nous serons en mesure de constater que le gouvernement congolais a définitivement échoué à avancer des solutions pour garantir la sécurité publique, les services publics qui sont espérés par tous, l’éducation, la santé, les moyens d'une certaine prospérité régionale. Nous en tirerons des conséquences.


- AFRIKARABIA : Des conséquences à quelle échéance ?


-Bertrand BISIMWA : - Le moment venu, nous proposerons à la population de prendre en charge ensemble notre destin. Cette échéance se rapproche car ici la population est fatiguée que les autorités de Kinshasa n’offrent aucune espérance. Kinshasa fait des habitants de ce pays des clochards, les femmes risquent à tout moment d’être violées par des militaires du gouvernement et par toute une série de groupes armés de sa création. Nous en avons assez. Nous prendrons nos responsabilités si cette dégradation n'est pas enrayée rapidement. Grand est notre étonnement de constater que ceux qui clament tout haut la balkanisation du Katanga (les Kata Katanga), n'attirent aucune attention.


-AFRIKARABIA : Comment pourriez-vous proposer à la population une telle option alors que le M23 semble si impopulaire ?


-Bertrand BISIMWA : Impopulaire par rapport à qui et à quoi ? Kinshasa a donné le pouvoir aux voyous de la rue et à des agitateurs manipulés. Croyez-vous que la société civile du Nord Kivu demande la guerre ? Croyez-vous que les gens ne soient pas intéressés à la sécurité dans le Kivu ? A la liberté dans le Kivu ? Aux Droits de l’Homme dans le Kivu ? A la prospérité dans le Kivu ? Avez-vous vraiment entendu s'exprimer l'opinion publique du Kivu ? Non. On n’entend que des voyous des rues et des petits leaders, des agitateurs inféodés à Kinshasa. Il y a un jour où la majorité silencieuse du Kivu s'exprimera et à ce moment il sera trop tard pour le pouvoir de Kinshasa de se racheter.

 
-AFRIKARABIA : Récemment, des habitants de Goma ont attaqué un camp de la MONUSCO en reprochant aux militaires onusiens de ne rien faire pour leur sécurité, de ne pas agir contre le M23 ?

 
http://www.france24.com/fr/files_fr/imagecache/france24_169_large/article/image/goma_0.jpg- Bertrand BISIMWA : C’est la version officielle, celle de Kinshasa. Certains médias ont raconté l'histoire de cette façon. Mais ça n'a rien à voir avec la réalité. Voilà ce qui se passe vraiment : le gouvernement congolais a choisi l'option de la guerre. Ces dernières années cette option avait échoué parce que nous avions infligé tellement de pertes à l’armée gouvernementale. Mais Kinshasa n'a pas changé d'option. A présent, le gouvernement veut se servir de la MONUSCO à cet effet. Ils ont donc fait des pressions très importantes sur les militaires des Nations unies pour valider cette option belliciste.

 

Ceux qui ont attaqué le camp de la MONUSCO sont des garçons de la rue, des gens manipulés qui ont été payés pour cette attaque. Croyez-vous que les citoyens de Goma soient stupides au point d'en appeler à une guerre dont ils seront les premières victimes? C'est la politique de Kinshasa de verser de l'argent à des soi-disant manifestants spontanés. Au Kivu, c'est la misère, la plupart des familles survivent avec moins de un dollar par jour. Si vous proposez cinq dollars à quelqu'un pour participer à une manifestation, vous trouvez du monde. La preuve est à trouver dans la campagne électorale de 2011, c'étaient toujours les mêmes personnes qui allaient accueillir tous les candidats, qu'ils soient de la majorité présidentielle ou de l'opposition. On a affamé le peuple pour bien le manipuler et Kinshasa a de l’argent pour ça, pas pour améliorer le bien-être des Congolais.


AFRIKARABIA : Ceux qui ont attaqué la MONUSCO auraient été payés ?
 
-Bertrand BISIMWA : Eux et d'autres. La population ayant été clochardisée, tout s'achète. Prenons le cas de HRW. Lorsqu'ils appellent une femme qui prétend avoir été violée par le M23 et lui proposent 20 $ comme frais de transport pour se rendre à leur bureau au centre-ville, puis 20 $ pour retourner chez elle, toute la ville est prête à témoigner. C'est devenu un bizness. En fait, il y a une telle misère que les gens n'ont pas le choix. Ils ne veulent pas la guerre, mais ils sont payés pour faire semblant de la vouloir ou pour forcer d'autres à la faire. Ecrivez-le, les habitants du Kivu sont fatigués de la guerre. Nous voulons résoudre les problèmes à la table des négociations. Encore faudrait-il que Kinshasa ne se refuse à négocier.


-AFRIKARABIA : Comment négocier dans ces conditions ?


- Bertrand BISIMWA : Au M23, nous souhaitons un dialogue réellement inclusif. Pour cela, il faudrait engager une négociation dans un cadre non-gouvernemental. La mauvaise solution, ce serait un forum pour se partager les responsabilités et les avantages sur le dos des Congolais. Nous voyons bien que c'est la solution que voudrait promouvoir Kinshasa. Le mandat du président Kabila va s'achever en 2016. Lui et son équipe voudraient organiser un forum qui leur permette de trouver une certaine légitimité prolongée au-delà de 2016. Il leur suffit de proposer des postes à des gens facilement manipulables afin que Kabila et son incurie perdure. Ils voudraient prolonger ce système qui permet à une poignée de s’enrichir au prix de la misère générale.

 

- AFRIKARABIA : Vous-même, vous sentez-vous congolais ou Kivutien ?


- Bertrand BISIMWA : Lorsqu'on me pose la question, j'ai l'habitude de répondre que je suis né dans une région qui s'appelle le Kivu, et que je suis Congolais. Je voudrais rester Congolais si on nous donne les moyens d'en être fier. Je ne serai que Kivutien si seul le Kivu nous garantit une protection.

 


Propos recueillis par Jean-François DUPAQUIER – Afrikarabia

 

 

Source : Afrikarabia

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article