RDC-M23 : UNE PLENIERE EN FACE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE

Publié le par veritas

m23-kampala.pngC'est une journée toute pleine qui a couru jusqu’au-delà du petit matin de jeudi à vendredi à l'hôtel Serena de Kampala.


D'abord jeudi ce sont des rencontres à huis-clos entre le gouvernement congolais et les responsables en charge du suivi de l'accord cadre d'Addis-Abeba(les Nations Unies, l’Union Africaine, doublées d'un envoyé spécial des États-Unis d'Amérique et de l'Union Européenne.)


Les questions seraient centrées à ce niveau aux aspects exclusifs militaires et sécuritaire avec en toile de fond la démobilisation du M23 et l'amnistie.


Dans les après-midi et la soirée de ce jeudi 17 Octobre 2013 les discutions avec la communauté internationale se sont prolongées au M23.Bertrand Bisimwa a rencontré Martin Kobler le chef de la MONUSCO et Mary Robinson, l’envoyée du secrétaire général des Nations-Unies dans les Grands-Lacs. Le chef du M23 se dit croire en la fin heureuse du dialogue de Kampala avec ce nouveau souffle.


Dans la nuit, de ce vendredi 18 Octobre 2013, c'est un marathon qui se lance en 1+2 et la même communauté internationale. Mary Robinson assiste à une plénière de muscles et nerfs entre le gouvernement et les rebelles. On ne se fait pas de cadeaux devant les cinq membres des Nations-unies, de l'Union Africaine, de l'Union Européenne, et des États-Unis d'Amérique.


Réné AbandiL'avant-projet de l'accord de Kampala est rediscuté. Le M23 doit se transformer en parti politique et disparaître complètement comme mouvement politico-militaire. Les rebelles qui ne sont pas sous le coup des sanctions ni accuses de crimes contre l'humanité peuvent espérer en une vie rassurante après cette période de guerre du Nord-Kivu.


Les débats sont houleux, entre les deux partis la confiance n'est à refaire. Le Facilitateur Chrispus Kiyonga a proposé un plan de quatorze articles mais la délégation Congolaise a balayé cette démarche préférant aller directement vers l'objectif final et discuter sur un entendement commun de faire disparaître le M23,qu'il s'engage à déposer les armes, qu’il suive un processus de désengagement et d'intégration politico-militaire.


La délégation du M23 dans son 1+2 est composée de René Abandi, Kambasu Ngeve et Mashagiro Nzeyimana. Les rebelles semblent attendre un traitement digne après l'amnistie de ces membres qui le méritent et obtenir une place au soleil politico-administratif.

Le gouvernement Congolais, vers 2heures 25 minutes de Kampala, reste sur ses positions régaliennes de s'engager à rassure ceux qui écouteront la voie de la raison. Les conséquences de ce processus seront suivies à la loupe car, selon une indiscrétion dans les couloirs de Serena Hôtel, les États-Unis ont refusé toute idée d'amnistier les criminels indexés dans la rébellion du M23.


Ainsi donc, la communauté internationale en charge du processus d'Addis-Abeba à suivi cette plénière qui déterminera la fin du dialogue de Kampala dans quelques jours.

 


Magloire Paluku

 

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article