Nord-Kivu – Le M23/RDF accusé de nouveaux pillages à Kiwanja .

Publié le par veritas

http://fr.globalvoicesonline.org/wp-content/uploads/2012/07/arm%C3%A9e-congolaise-FADRC.jpgDes hommes armés identifiés comme des rebelles du M23/RDF ont attaqué, dans la nuit du dimanche 6 octobre, le Centre de santé CBCA Buturande, dans la cité de Kiwanja (Nord-Kivu), rapporte radiookapi.net. Selon des sources sur place, plusieurs effets des malades et des gardes-malades ainsi que des matelas de l’hôpital ont été emportés par ces assaillants.


Après avoir commis ce forfait, ils se sont rendus au quartier Mabungo, dans la même cité, où ils auraient également pillé plusieurs habitations, renseigne la même source. Interrogés au sujet du pillage, des témoins ont indiqué que les assaillants ont emporté plusieurs biens de valeur appartenant aux paisibles citoyens de la localité de Mabungo. Il s’agit, notamment, des téléphones portables, de l’argent et autres biens de valeur. Ils ont tiré plusieurs coups de feu en l’air pour obliger la population à se terrer chez elle avant de s’attaquer à certaines maisons, précise la source.


Pour sa part, le chargé de communication du M23/RDF assure que l’attaque n’a pas été menée par des combattants de son mouvement. Pour lui, il s’agirait des bandits armés qui se sont affrontés dans la même nuit avec des rebelles du M23/RDF.


L’on se souviendra que des combattants du M23/RDF avaient déjà été accusés de pillages dans la même cité de Kiwanja dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 octobre 2013.


Le 27 septembre, ils auraient également pillé le centre de santé « Mapendo » de Kiwanja, dans le territoire de Rutshuru, tenu par des religieuses de la congrégation «Sainte chrétienne».

A son temps, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en RDC et chef de la Monusco, Martin Kobler, avait condamné, le 25 septembre dernier, les attaques perpétrées par des groupes armés contre des écoles et hôpitaux au Nord-Kivu.


Telle qu’elle est décrite, la situation sécuritaire de la cité de Kiwanja demeure préoccupante. Elle nécessite un rétablissement rapide de l’autorité de l’Etat dans cette partie orientale de la République démocratique du Congo. Ce qui permettra aux civils de vaquer paisiblement à leurs préoccupations. Raison pour laquelle, les yeux des Congolais sont braqués sur les pourparlers de Kampala, appelés à trouver une solution durable à l’insécurité provoquée par le M23/RDF soutenu par le Rwanda.


Le Congo a besoin d’une paix durable pour sa reconstruction. C’est pourquoi les autorités congolaises ont le devoir de tout mettre en œuvre pour sauver ce grand géant de l’Afrique convoité par ceux qui cherchent à exploiter ses immenses richesses.

 


T.M/LP 



 

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article