France/Rwanda: une délégation française «citoyenne» à Kigali

Publié le par veritas

http://images.lpcdn.ca/641x427/201101/03/227198-president-rwandais-paul-kagame.jpgTandis que Kigali et Paris traversent une nouvelle crise diplomatique, une délégation française, notamment composée de deux parlementaires, se trouve au Rwanda jusqu’à dimanche. Cette mission présentée comme «mémorielle» et «citoyenne» a pour objectif de resserrer les liens entre les sociétés civiles française et rwandaise et n’a, selon Paris, rien d’officiel.


Vingt-deux personnes pilotées par un sénateur PS et un député UMP sont actuellement au Rwanda pour quatre jours au cours desquels ils vont visiter des lieux de mémoire et rencontrer des parlementaires et la société civile rwandaise. Selon les organisateurs, malgré la crise que traverse le Rwanda et la France, il n’a jamais été question d’annuler ce déplacement prévu de longue date.


«L’idée de cette visite, c’est de développer des moyens de comprendre ce qui s’est passé, explique David Khalfa, président de l’association RBF France-Forum de la Mémoire, à l'initiative du voyage. Et peut-être aussi trouver les outils qui permettraient à l’avenir que ce genre de catastrophe humaine ne se reproduise plus ». « Les membres de la délégation sont ici présents en leur nom propre. L’enjeu de la visite dépasse de très loin la polémique actuelle», a-t-il ajouté. Monsieur Khalfa, a par ailleurs refusé de prendre position sur la controverse opposant Paris à Kigali. Il a assuré que ce voyage était entièrement financé par son association et les membres de la délégation.


« J'ai été un peu bouleversé par les accusations »


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_ARP2082687_0.jpgOr forcément, le spectre des tensions diplomatiques, à la suite de nouvelles accusations du président rwandais à l’égard de la France, plane sur la visite. Le sénateur PS de l’Aveyron, Alain Fauconnier, qui fait partie de la délégation, a avoué pour sa part qu'il avait été « un peu bouleversé par les accusations », alors qu'a priori, en tant que parlementaire, il faisait totalement confiance à son gouvernement et à son armée. « Mais cette confiance, a-t-il précisé, n’exclut pas la vigilance et le devoir de recherche. Je viens en curieux pour essayer de comprendre ce qui s’est passé


La délégation est également composée de l'actrice franco-rwandaise et ex-Miss France Sonia Rolland, et de l'écrivain franco-rwandaise Annick Kayitesi. Lors de l’annonce de cette visite la semaine dernière, la ministre des Affaires étrangères rwandaise Louise Mushikiwabo avait par ailleurs tweeté : «Bienvenue à la délégation française au Rwanda! C'est ça l'honneur de la France». Elle faisait bien sûr référence à des commentaires de responsables français qui avaient estimé que les propos du président Kagame avaient sali «l'honneur de la France».


Le 7 avril dernier, à la veille de la commémoration du déclenchement du génocide de 1994, le président rwandais Paul Kagame avait accusé la France, pour son rôle dans les massacres qui ont fait 800 000 morts, essentiellement des Tutsis. La France, alliée en 1994 du régime extrémiste hutu à l'origine du génocide, avait protesté en annulant la venue de sa délégation à Kigali.

 

RFI

Commenter cet article