Etats-Unis – Grands Lacs : L’argent au Rwanda contre la Paix en RDC ?

Publié le par veritas

http://lh6.ggpht.com/-bYnP8iQV2iQ/TeuwxwbXNJI/AAAAAAAAJkE/eKazgqWgYrM/_MG_5563.JPG?imgmax=512La défaite surprise du M23 contre l’assaut coordonné des FARDC et la brigade internationale de la MONUSCO ne cesse de susciter des débats en sens divers ici et là.  Si sur le plan techniquement militaire la déconfiture du M23 est tout à fait logique, la grande question qui traverse certains observateurs et profanes est de savoir ce qui a fondamentalement changé pour que dans la situation similaire qu’il y a un an la victoire change de camp ?


D’aucuns attribuent la nouvelle donne à la seule réorganisation des FARDC ; conséquence de la volonté politique résultant de la pression populaire exercée sur l’autorité politique de l’armée à la suite de la chute de Goma.  Un triomphalisme exagéré par une analyse erronée et contredite d’un revers de la main par Jérôme Ziambi Kengawe, diplômé de l’Ecole Royale Militaire (Belge). « Le gouvernement crie « victoire totale »… : « Cette « victoire » ne doit pas cacher l’extrême faiblesse des FARDC. Celles-ci ont tenté presque pendant 4 jours à conquérir les trois collines presque sans succès. Alors qu’il a fallu 6 heures pour que les sud-africains et les tanzaniens en viennent à bout de la bande à Makenga. Une armée estimée à 140.000 hommes qui ne parvient pas à vaincre 2.000 hommes que constituait le M23. Malgré cette « victoire », les tares sont encore vivaces, une armée dans laquelle il y a plus d’officiers que des sous-officiers, 185 généraux dont on a vu aucun au Nord-Kivu, 600 colonels plus de 40 000 sous lieutenants, etc. Pendant cette campagne contre le M23, c’est la MONUSCO qui s’est occupée de la logistique, d’évacuer des soldats blessés, une armée qui ne soigne pas ses hommes est-elle armée? Et demain si les sud-africains et les tanzaniens rentrent chez eux…quelle sera la suite? Ce triomphalisme béat qui enivre actuellement Kinshasa devrait céder la place à la réflexion sur la réforme de l’armée. »


D’autres estiment que c’est le résultat de la réaction de la MONUSCO qui a subi des critiques acerbes après la chute de Goma au point qu’une certaine unanimité se dégageait, tant sur le plan interne que sur le plan international, sur la mise à terme de ce « machin » budgétivore et inutile. C’est le cas notamment du Colonel Antoine Kasongo qui avance que la victoire des FARDC est à attribuer en premier lieu à la détermination de la communauté internationale qui s’est investie pour faire pression sur le Rwanda et l’Ouganda afin qu’ils respectent les résolutions d’Addis Abeba et n’apportent pas de soutien militaire aux forces négatives qui déstabilisaient l’Est de la RDC.


« Sans minimiser la victoire militaire des FARDC sur le M23, poursuit le Colonel Kasongo, il faut souligner le soutien de cette brigade d’intervention sans lequel l’issue aurait peut être pris une autre tournure. Autour du chef de l’État congolais gravitent deux camps : l’un composé des faucons avec Mende et François Mwamba et l’autre des colombes avec Tshibanda. Le chef n’arrive pas à arbitrer par peur d’être traité par l’opinion publique congolaise de connivence ou d’intelligence avec les agresseurs. Les faucons ignorent que la communauté internationale a réussi à désamorcer un conflit militaire dans la région des grands lacs qui devait opposer la Tanzanie et ses deux voisins le Rwanda et l’Ouganda avec comme théâtre des opérations le territoire congolais. Les belligérants auraient fait appel à leurs alliés respectifs entraînant un embrasement de la région. Cet aspect géostratégique n’est pas pris en compte par ceux qui croient que le Rwanda et l’Ouganda ont rendu les armes après la défaite militaire du M23. »


http://nanojv.files.wordpress.com/2013/05/mi25-fardc-ii.jpg«En insistant sur une solution politique et globale de ce conflit, la communauté internationale est consciente des faiblesses de l’armée congolaise. D’ailleurs la chambre basse du parlement congolais vient de poser un acte qui fait rire tous les observateurs des questions de défense; retenue à la source d’un montant de 1000 $ par député pour soutenir les FARDC. Une initiative malheureuse prise par des populistes et applaudie par des ignorants. Faisons ce simple calcul, rien que l’assemblée nationale réunira la somme de 1000$ X 500= 500 000$. Ces honorables ignorent que le sang n’a pas de prix. ils ont manqué l’occasion de se taire. Ceux qui veulent détourner cette somme n’ont qu’à trouver un autre moyen. »


«Jean-Jacques, Vous constaterez que dans les jours qui ont suivi la défaite du M23,  le gouvernement n’a pas communiqué officiellement les pertes et les blessés des affrontements si ce n’est que ce symbolique hommage aux sept tués, chiffre qui ne reflète pas la réalité. Pour mieux faire, que l’on partage les 500.000$ récoltés aux sept familles des soldats tombés sur le champ d’honneur et il y aura un tollé général au sein des unités qui ont combattu parce que les noms des autres tués auraient été oubliés par la hiérarchie. Une autre mutinerie éclatera. Le gouvernement qui a décidé d’engager le combat pour la défense de l’intégrité territoriale du pays a le devoir de prendre ses responsabilités. »


Curieusement, le général Bauma Abamba, commandant des opérations et de la 8ème région militaire au Nord-Kivu, vient d’annoncer au cours d’un récent point de presse le bilan de trois jours des combats: « 201 tués et plus ou moins 800 blessés et 3 soldats tanzaniens tués. Tout cela parce que Etumba aurait apporté de l’argent « des honorables » et le chiffre a été revu à la hausse. Si tu avais publié cet article que je sais que tu prépares depuis plus de trois semaines, avant la visite de Etumba; desc-wondo aurait davantage monté en crédibilité devant l’opinion publique congolaise… pour sa force d’anticipation sur les événements. A quoi a servi cette mise en scène d’enterrer 7 militaires alors que les pertes annoncées par le général Bauma est 207 : 7 = 26,9 , soit plus ou moins 27 fois plus sans compter le nombre de blessés. D’ailleurs le bilan de Bauma n’est pas correct parce qu’il ne tient pas compte des disparus et des prisonniers de guerre dont nous ignorons le sort. Si les parlementaires ont cotisé et remis le montant à l’état-major général des FARDC, l’opinion devra savoir qui a reçu quoi. Le sang n’a pas de prix, 201 tués c’est une compagnie plus et 800 blessés c’est un bataillon. (Antoine Kasongo). Les images des obsèques des 7 soldats à Goma : http://www.frequency.com/video/goma-enterrement-des-soldats-fardc-tus/130695788


D’autres encore comme nous, attribuent la défaite du M23 à une conjonction de plusieurs facteurs, en ce compris les deux précédents (http://desc-wondo.org/de-la-debacle-des-fardc-a-la-defaite-du-m23-radioscopie-dune-guerre-brouillee-jj-wondo/).Pour rappel et nous l’écrivions dans une précédente analyse, avec un effectif total de  24.955 personnes (au 30 juin 2013) et unbudget approuvé (du 1er juillet 2012 au 30 juin 2013) : 1. 347. 588. 800 $ US avec un  Coût additionnel estimé : 140 millions $ US pour le déploiement de la brigade d’intervention en 2013, la population congolaise et certains groupes de pression s’attendaient tout au moins à ce que ce budget colossal se justifie sur l’action de la MONUSCO sur le terrain. Une action de stabilisation de la RD Congo, telle que mentionnée dans son acte fondateur, la  résolution 1925 du Conseil de sécurité du 28 mai 2010 créant la Mission de l’Organisation des Nations Unies de stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), en remplacement, à partir du 1er juillet 2010 de la MONUC afin de mieux refléter la nouvelle réalité du pays en ces termes :


Agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, [Le Conseil de sécurité des Nations Unies] :


1. Décide de proroger jusqu’au 30 juin 2010 le mandat de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), décide également, puisque la République démocratique du Congo est entrée dans une nouvelle phase, que la Mission s’appellera à partir du 1er juillet 2010 « Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo » ou « MONUSCO »;


2. Décide que la MONUSCO sera déployée jusqu’au 30 juin 2011 et l’autorise à compter jusqu’à cette date, en sus des composantes civile, judiciaire et pénitentiaire appropriées, un effectif maximal de 19 815 soldats, 760 observateurs  militaires, 391 fonctionnaires de police et 1 050 membres d’unités de police constituées;


3. Autorise le retrait avant le 30 juin 2010 d’un effectif maximal de 2 000 soldats de l’Organisation des Nations Unies des zones dans lesquelles les conditions de sécurité le permettent;


4.  Autorise la MONUSCO, tout en concentrant ses forces militaires dans l’est du pays, à maintenir une force de réserve capable de se redéployer rapidement ailleurs dans le pays;  

http://www.jolpress.com/sites/default/files/styles/article_content_big/public/field/image/martin-kobler-monusco.jpgMais durant plus de deux ans, la MONUSCO s’enlisera dan le fourneau volcanique oriental congolais au point que presque tout le monde exigera son départ du Congo.


Cependant, derrière l’échec de la MONUSCO, il s’agissait selon Sonia Rolley d’une responsabilité collective qui doit être assumée par tous les acteurs :

 

«La MONUSCO est peut-être pointée du doigt à raison. Mais tous ces manquements ne suffisent pas à expliquer l’immense gâchis de ce conflit dans l’Est. Les causes de l’insécurité sont multiples : la faiblesse de la démocratie congolaise, l’échec de la réforme du secteur de la sécurité, l’exploitation illégale des ressources minières, mais aussi les conflits locaux et notamment liés à la terre qui sont trop souvent ignorés. C’est toute l’assistance étrangère au pays qui doit être repensée, pas seulement un mandat : le positionnement des chancelleries, l’affectation des aides financières et techniques, les stratégies d’intervention des humanitaires… (« La MONUSCO : Mission impossible ?», in revue Grotius International -Géopolitiques de l’humanitaire, 30 septembre 2012).


Adam Backzo, spécialiste des groupes armés dans le Nord-Kivu, estime quant lui : « La position de la MONUSCO après la chute de Goma devenait  intenable. Il y a un faux engagement, une fausse neutralité. Si la Monusco conserve ce positionnement, la guerre va continuer ». De plus, poursuit-il, « le soutien de la mission onusienne à une armée défaillante ne permet pas aujourd’hui au gouvernement de reprendre le contrôle de l’Est. . .», assure Waatibal Kumaba Mbuta, auteur de l’ouvrage ‘L’ONU et la diplomatie des conflits : le cas de la République démocratique du Congo’, L’Harmattan, Paris, 2012).


Le positionnement des chancelleries internationales


C’est une résultante de l’échec de la MONUSCO tel que susévoqué par Rolley et c’est également un facteur décisif qui a contribué à défaite du M23 lorsque l’on analyse la lecture qu’en a faite Thierry Vircoulon de l’ICG, dans une interview accordée à Afrikarabia le 5 novembre 2013 : « Un nouveau scénario s’écrit au Kivu ». Pour Vircoulon,  « La débâcle du M23 est le résultat de plusieurs facteurs. Le premier, ce sont les sanctions économiques contre le Rwanda (accusé de soutenir la rébellion, ndrl). Il y a ensuite les pressions diplomatiques et l’isolement de Kigali. Troisième facteur : la formation d’un binôme tactique efficace entre la Brigade d’intervention de l’ONU et l’armée congolaise...»


Il poursuit : « Il y a eu ce que l’on pourrait appeler un « alignement des planètes » francophones et anglophones sur le dossier rwandais. En clair, il y avait le couple France-Belgique d’un côté et le couple Grande-Bretagne-Etats unis de l’autre.On sait que depuis le génocide de 1994, les points de vue étaient « différents » sur la région. Aujourd’hui, tout le monde se retrouve pour dire que cette politique de contrôle indirect et d’interférence de Kigali au Congo, ne peut plus durer. »


Et si la guerre en RDC reste invariablement et uniquement une affaire de sous ?


Russell Feingold (photo). Après cette victoire rapide des FARDC sur le M23, à la suite des scènes hystériques de jubilation de cette victoire, quoi de plus légitime pour des populations meurtries depuis des décennies, peu à peu les langues se délient. Après les déclarations de l’envoyé spécial américain pour la Région des Grands Lacs, Russell Feingold, qui a ouvertement reconnu avoir intimé l’ordre à Kagame de ne pas faire intervenir ses troupes lors de l’offensive menée contre le M23, c’était le tour de Martin Kobler de s’exprimer via la presse allemande. Le chef de la MONUSCO au Congo a révélé que c’était lui le véritable chef des armées et des opérations militaires contre le M23 sur le terrain, reléguant à Kinshasa, à plus de 1500 Km du champ des batailles le chef de l’Etat congolais et sa pléthore de généraux dont l’opinion se pose la question à quoi servent-ils ? On a vu Kobler accompagner pas à pas les troupes et prendre des initiatives en lieu et place des autorités congolaises.


Au fil des déclarations des uns et des autres, l’on se rend compte que c’est ailleurs que les jeux se sont joués et se joueront encore pour la suite de cette victoire militaire atypique où le vainqueur se montre incapable d’imposer ses conditions de reddition au vaincu, comme cela se fait normalement à la fin de chaque guerre où il y a un vainqueur et un vaincu.


Par ailleurs, les observateurs se posent la question si la position actuelle de Kigali résulte d’une mauvaise lecture et appréciation de la conjoncture géostratégique régionale des puissances du monde et de la politique africaine d’Obama par Kagame. Ou bien s’agit-il juste d’un profil bas stratégique opéré par l’homme fort de Kigali, le temps de laisser passer la foudre et revenir à la scène régionale autrement ? Sous une autre forme que lui seul parvient à la réaliser depuis qu’il crée ou qu’il exécute par procuration la mise en place des pseudo-rébellions en RD Congo.


http://umuseke.rw/wp-content/uploads/2013/10/Senateri-Russ-Feingold-arakora-ibishoboka-ngo-arangize-intambara-zibera-muri-Congo.jpgDepuis la fuite du M23 en Ouganda principalement, la première réaction des États-Unis est que le gouvernement américain, sans avoir pris le temps d’évaluer les conséquences possibles de cette guerre et de proposer des pistes efficaces de consolidation de la paix dans la région, envisage déjà la levée des sanctions qui frappaient ​​le Rwanda si le pays prouve qu’il a contribué à la fin pacifique de la rébellion M23 dans l’est de la RDC. C’est comme si ce point suffisait à lui seul pour montrer la bonne foi du Rwanda dans une région où les rébellions se muent nominativement sans foncièrement changer d’acteurs et de commanditaires. Est-ce de la poudre aux yeux ou s’agit-il d’un ultime examen de repêchage accordé à Kagame pour le remettre sur la scène régionale par le biais du puissant lobby qui travaille pour lui et qui comprend des grosses pointures comme Bill Clinton, Susan Rice, Herman Cohen et Tony Blair ?


Les propos de Feingold, d’abord exigeant aux congolais de ne pas poursuivre le M23 dans leurs derniers retranchements et de privilégier le dialogue face à un ennemi dont on dit qu’il est militairement vaincu jette le doute sur les coulisses de la conclusion politique de la guerre contre le M23.


De plus, en déclarant ce qui suit pour justifier les sanctions contre le Rwanda, l’architecte du M23 : « Les Etats- Unis ont choisi cette année d’être ferme à l’égard de notre préoccupation qu’il existe un ensemble crédible de rapports prouvant que le Rwanda a apporté son soutien au M23, au moins dans le passé. Le Rwanda est un ami et un allié, et nous avons beaucoup d’admiration pour ce qu’ils ont accompli, mais un tel soutien pour le M23, bien sûr, est incompatible avec notre point de vue, avec le droit international et, en particulier, propre position du Rwanda en tant que signataire de la Convention ». Donc, nous avons été francs avec notre ami. Nous avons, dans certains cas, imposé des sanctions en raison d’un problème – des préoccupations au sujet, par exemple, le soutien – le recrutement ou l’assistance en termes d’enfants soldats pour le M23 et l’implication du Rwanda dans cette guerre ».


Feingold a précisé en outre que « s’il s’avère que le Rwanda n’est plus impliqué dans de telles activités, si il s’avère que leur rôle dans la fin de la guerre a été positif… et si ça se confirme qu’il y a une approche différente et positive du Président Kagame au cours de ce nouveau processus positif, par rapport nous avons vu jusqu’ici, alors nous serions certainement disposé à examiner l’opportunité de poursuivre ou non ces sanctions » [financières].


Cependant, l’assurance avec laquelle a réagi le porte-parole de la RDF, l’armée rwandaise, le général de brigade Joseph Nzabamwita, laisse supposer que le Rwanda pourrait encore agir autrement dans la région une fois qu’il récupère les sous et l’aide suspendus par l’administration américaine. Le nerf de la guerre reste invariablement l’argent.


Le général Nzabamwita dit du Rwanda «L’engagement à une solution durable qui vise à mettre un terme au conflit en RDC et ses conséquences, y compris l’utilisation d’enfants soldats, reste inchangé.» Il maintient la ligne négationniste de considérer la crise au Congo comme un problème interne au Congo et que son Gouvernement est victime d’une sanction sur des questions qui ne sont ni sur son territoire ni dans ses pratiques. Critiquant indirectement les FARDC, qui se seraient déjà indisciplinées après la victoire contre le M23, il précise pour rappeler les américains à leur relation stratégique : « La collaboration entre le gouvernement du Rwanda et les Etats-Unis reste forte notamment dans le domaine du maintien de la paix et le Rwanda continuera à tenir ses forces aux plus hauts standards de professionnalisme et de discipline ».


Et les Congolais dans tout ça ?


http://ikazeiwacu.unblog.fr/files/2013/11/1465250_752856591394521_1304987425_n.jpgD’abord la RD Congo, à l’instar des autres pays africains, se réduit à nouveau à un pays aux dirigeants illégitimes et extravertis devenus des courtiers d’une politique de télé-guidance commanditée à partir des acteurs politiques et économiques occidentaux au service de leur légitimation internationale afin de mettre les Congolais devant un fait accompli. Dans ce décor des fins des mandats présidentiels constitutionnels qui se profilent en Ouganda et en RDC en 2016 et au Rwanda en 2017, la machine se met doucement et lentement place pour créer des présidents à vie comme on l’a fait sous les Mobutu et Kadhafi que cette même communauté a neutralisés par la guerre qui les a faits héros divins.


Une pratique que Dieudonné Musibono Eyuk’anki qualifie de la stratégie criminelle de la télégouvernancequi plonge les populations congolaises dans une misère et une pauvreté absolues chroniques par des choix politiques (démocratiques) et des guerres décides et imposés à partir de l’extérieur. « Une mascarade qui consiste à propulser au sommet de l’Etat des dirigeants fabriqués par des ‘racistes affairistes maffieux », écrit-il,’ « qui n’ont pour seul intérêt que l’accès rapide et facile aux richesses du pays. Des dirigeants sans vision claire ni projet de société autour desquels on crée des mythes où tout est fait pour montrer qu’ils travaillent bien alors qu’ils sont incapables d’établir clairement aucun bilan à la fin de chaque exercice budgétaire»


Mus par la corruption et l’appât du gain, les pseudos intellectuels Congolais et leurs courtisans occidentaux qui défilent à la cour des « petits princes nègres », développent du sophisme pour défendre leur « messie » devant l’évidence de l’échec du bricolage.


Pour s’en rendre compte, on voit déjà des pancartes des partis politiques pulluler  dans les rues de la capitale pour vanter la pseudo victoire militaire oubliant qu’il y a encore une quarantaine de groupes armés à neutraliser, notamment dans le Katanga où tout est fait pour taire l’incapacité de l’armée de contrer Bakata Katanga.


Ce qui ne peut que créer la frustration populaire, la destruction des valeurs morales locales et des intelligences, la corruption, l’émergence de la médiocrité et la prolifération des opportunistes et flatteurs qui s’accompagnent de la paupérisation croissante des Congolais qui ne voient dans leur assiette aucune retombée de la propagande faite sur les performances militaires, économiques et le succès de la cohésion décrétée du fait des concertations réunissant une majorité de plus de 80% des partisans du pouvoir.


Et on voit déjà cette propagande pavlovienne se mettre en action sous l’action de celui à qui les « télégouverneurs » occidentaux ont assigné la mission, le Ministre Mende, qui après un séjour discret en Belgique au lendemain de la déroute du M23, où il s’est entretenu avec une dame de la presse occidentale chargée de faire la même chose en Occident, commence à matraquer que « La plus grande, la plus importante des mesures qui était la fin de la guerre qu’on nous faisait à l’Est a été accomplie. Je pense que maintenant la rébellion du M23 a été vaincue. C’est la première promesse que les concertations nationales ont arraché du chef de l’État ».


Ce que M. Mende oublie est que cette ‘victoire’ décidée par l’ONU ne suffit pas à opérer, par un coup de baguette magique, les profondes réformes des FARDC qui continuent à recevoir un salaire de 60$ US mensuel ni à stopper l’indiscipline (déjà signalée dans les rangs des FARDC) et la corruption qui gangrène cette armée de 140.000 hommes au maigre budget de 250.000.000 $ US (contre 5,7 milliards de $US pour 107.000 militaires angolais et qui évoluent encore comme une armée du 19è siècle selon les reporters de De Spiegel qui ont suivi Kobler dans ses prérogatives de commandant suprême des armées au Congo.


Et avec une population sous-scolarisée et désinformée, l’expression savoir pour ne pas subir aura encore du temps à devenir une réalité dans ce Congo jeté en pâture à toutes sortes de prédateurs de pire espèce…

 

Jean-Jacques Wondo 

 

Commenter cet article