Rwanda : La FIDH se ravise-t-elle au sujet de Paul Kagame?

Publié le par veritas

En plus, on n’a pas le temps de faire ce genre de chose, il faut d’abord chercher à gagner sa croûte, se reposer et puis aller se trémousser le week-end. Il faut vivre un peu n’est-ce pas ? Quand on a fini toutes ces activités, on peut donc s’exprimer en lisant les débilités colonialistes ou anticolonialistes de Survie sur le Rwanda et écouter les apôtres du « développement » du Rwanda nouvellement convertis dire : oui c’est vrai, cela fait plus de vingt ans que Kagame est au pouvoir, je sais qu’il n’y a pas trop de liberté là-bas mais, euh, euh, son pays est mieux que d’autres. Et les droits humains ? D’accord, on dit qu’il fait massacrer les Congolais mais quand-même, j’étais au Rwanda et j’ai vu que le pays se développe, c’est vrai que ses opposants sont assassinés même à l’étranger mais je suis quand-même impressionné par euh, euh, par la façon dont le pays est développé quoi… Que peut-on faire avec de tels arguments ?
 
Je confesse que face à un tel niveau de sous-culture du « développement » de l’Afrique, un tel degré d’ignorance et d’insanité, il est préférable de se taire et de regarder pitoyablement votre interlocuteur qui ne comprend rien. Mais ne lui dites pas qu’il ne comprend rien, il va vous prendre pour un prétentieux, un arrogant et ça peut dégénérer. Comprenez-le, il est fasciné par la délinquance ou la criminalité organisée au milieu de l’incompétence ou de la médiocrité d’autres dirigeants africains. Le Rwanda c’est son lot de consolation.
 
Soyez indulgent, il n’est pas méchant. C’est un fieffé désespéré face à la dégradation des autres pays africains. Comme il est perdu, un peu déprimé parfois trouillard mais bavard, il se contente et se satisfait de ce qu’on lui apprend dans certains médias au sujet de Rwanda. Il arrive aussi qu’il se gave stupidement de la propagande de Survie qui lutte beaucoup, parfois trop, pour l’Afrique à la place des Africains.
 
Comprenez ces gens et ne leur en voulez pas. Un jour viendra où ils comprendront – ou ne comprendront pas – parce qu’ils ne lisent pas, parce qu’ils ne cherchent pas, parce qu’ils ont peur, parce qu’ils sont fatigués, parce que tout ça est trop fatiguant. Pour les réveiller ou les fatiguer davantage, ils peuvent lire le rapport de la FIDH sur « LA DÉMOCRATIE MISE SOUS TUTELLE AU RWANDA COMMENT LE FPR PÉRENNISE SA CONFISCATION DU POUVOIR ET L’ACCAPAREMENT DES RICHESSES ».

Je n’ai pas beaucoup d’estime pour cette organisation parce qu’elle fut parmi les premières à soutenir l’action du FPR en 1993, à distiller de fausses informations sur la situation politique du Rwanda. Elle a célébré l’arrivée du FPR au pouvoir et magnifié ses méthodes expéditives et contestables de « justice populaire » à travers les « Gacaca». Elle s’est extasiée sur le traitement réservé aux membres du gouvernement intérimaire et aux officiers supérieurs de l’armée rwandaise qu’elle accusait d’être des « génocidaires », avant même qu’ils soient jugés et pour nombre d’entre eux, acquittés.
 
Elle n’a pas une seule fois reconnue qu’elle s’était trompée ou qu’elle n’avait pas défendu la justice. Aujourd’hui, elle dit que le régime qu’elle avait acclamé hier n’est plus acceptable. Elle a mis 20 ans à le comprendre. Il n’est jamais trop tard pour bien faire, comme je ne suis pas borné et sectaire, je dis que tout le monde peut se tromper et moi le premier, à condition de l’admettre. Malgré mes réserves d’hier sur la FIDH, je fais quand-même la pub de son rapport sans attendre un instant qu’elle en fasse de même pour mon travail.
 
Charles Onana
Facebook  10/08/2017

Commenter cet article

Hirrary 15/08/2017 12:35

Cesar @ Ni ukuzuza analyse wakoze werekana impamvu yibyabaye iwacu. Urebye ni amateka gusa kuko ntawabisubiza inyuma. Nkeka ko na Leadership muli izo ngabo nayo yasinziliye. Ingabo nizo ndorerwamo zumutekano wigihugu. Ni gute bemeye ayo mahano ya Dismas Nsengiyaremye na Gasana Anastase koko ? Ni gute babonaga ako kajagari kamashyaka yaganishaga igihugu muntambara ebyili ; ntihagire numwe uzamura urutoki koko ?Reba muli Egypte ibyo ingabo zakoze zibona ko umutekano wigihugu uli kumuteremuko.

@CESAR 15/08/2017 10:14

Mais il y a aussi lieu de se poser des questions sur cette détermination qui est quasi suicidaire dans certains cas. Lequel état d’esprit on retrouve chez des gens « qui n’ont rien à sauver ».

Byaba se ahubwo biterwa na biriya birwara chroniques (agakoko entre autre) byatwaritsemo ?

Nka wa mugani mu kinyarwanda, bati itondere igika gishaje kuko gishobora kuguhirimana.

Ibyo rero byari mu rwego rwo kwungurana ibitekerezo, ntabwo ari ugusebanya.

Murakoze.

CESAR 15/08/2017 00:53

Muneberi, il est vrai que Kagamé est aux commandes de notre pays par son courage et sa détermination. Nul ne peut soutenir le contraire. Celui qui gagne une guerre est celui sait ce qu'il fait, pourquoi et qui sait se battre. Tel est le cas de Kagamé. Mais une question se pose de savoir si les armées ougandaise, au nord, burundaise au sud et tanzanienne à l'est n'étaient pas intervenus pour l'appuyer dans son macabre forfait, Kagame allait vaincre les FAR? Pour ma part, Nsengiyaremye alors premier ministre a, par ses agissements négatifs prétendument contre Habyarimana, affaibli gravement l'efficacité opérationnelle des FAR et émietté les services secrets qu'il a remis aux mains de Kagamé via Iyamuremye Augustin, membre notoire du FPR. Ensuite, le commandant en chef à savoir le Président Habyarimana a été incapable de tenir correctement et utilement son bâton de commandement. Enfin, le 6 avril 1994, nonobstant l'embargo sur les armes contre le Rwanda, il fallait que les FAR assument leur responsabilité devant l'histoire. Pour ce faire, il fallait qu'au sein du haut commandement des FAR jaillisse un homme imbibé de sens du devoir et d'abnégation qui prenne les affaires en mains d'une part et qui soit capable mettre en veilleuse les politiciens qui ne sont que des amateurs incapables à tous les égards. Cet homme a été introuvé. C'est la combinaison de ces éléments qui, à mon sens, a permis à Kagamé à s'emparer du pouvoir en marchant dans le sang des siens. Nonobstant mes critiques sur ses agissements contre les Rwandais et sa gestion de notre pays, Kagamé était culoté. Il a osé et ça a marché. Maintenant, le Rwanda est à lui et les Rwandais sont ses sujets. Que celui qui a son courage vienne le détrôner, il aime dire. Kagamé adore le duel. Pour s'incliner, il faut qu'il soit au tapis. Il faut donc un homme courageux et qui soit en état de le mettre au tapis. C'est à cette condition qu'il peut comprendre qu'il ne pèse pas grand chose. Pour l'instant, il pense qu'il est plus lourd que le Rwanda et l'ensemble des Rwandais.

UMUGABO MUMAZI ABIRA: MUETEREMUKO 14/08/2017 20:43

UMUGABO YISHIMYE MUNNYO ASIGA UMUNWA NONE NAHAGARARE YUMVE.

"Perezida Kagame yasubije ko atagomba kubaho nk’uko abayobozi b’ibihugu bikomeye babayeho.

Yagize ati “Uburyo bakoresha ni ‘reka dukomeze guhatiriza uyu mugabo (Kagame) kugeza ahari aho bizamuremerera.’ Njye niko nabisobanura. Sinkeneye kwemeza Obama cyangwa Trump n’undi wese w’i Burayi. Simbishaka kuko bivuze iki kuri njye? Ntacyo bivuze. Kubemeza ko ngiye kubaho ubuzima nk’ubwabo? Oya, mbere ya byose se ni inde wababwiye ko ngomba kubaho nkabo?”

Yakomeje agita ati “Njye sinkeneye kubaho nk’Abongereza, Abanyamerika, Abafaransa; ibyo ni imibereho yabo. Aho batuye ni ho batuye. Nkeneye kubaho nk’Umunyarwanda, Umunyafurika; sinkeneye guhinduka undi muntu. Ibyo abantu batuvuzeho mu myaka 20 ishize, baracyabivuga. Ntekereza ko hashobora kuba hari ikintu kitagenda kuri bo, ntabwo ari kuri twe.”

Perezida Kagame yongeye gutorerwa kuyobora u Rwanda mu matora yabaye ku ya 3-4 Kanama 2017 n’amajwi 98,79 %, atsinze umukandida wigenga Mpayimana Philippe wagize 0.73% na Dr Frank Habineza watanzwe na Green Party wabonye 0.48%. Iyi manda yatorewe izarangira mu 2024"

Inkotanyi nimuzane twadufuni twanyu mukore akazi mwigiye 15/08/2017 00:52

Ntamazi abira umugabo arimo, ntayo. Muhagarare kagome ninkotanyi ze baze babamene imitwe mureke kubwejagura hano. Inkotanyi oyeee, intore oyeeee. Nimuze mumenagure inturumyi zabanyarwanda zuzuye muburayi no muri amerika, muzane twadufuni twanyu mubamene imitwe izi nturumyi ntizizongere kutumena umutwe zibwejagura hano.

CESAR 14/08/2017 19:56

Pour Kagamé, la Vérité sur les crimes qui ont été commis au Rwanda contre les Tutsi constitue un crime de négationnisme du génocide des Tutsi qu'il n'a, au surplus, prononcé publiquement devant les Rwandais qu'en 2015.
La FIDH dit la vérité et aucun des obligés de Kagamé opérant en France ni Kagamé lui-même n'a infirmé l'effectivité des affirmations de la FIDH.
Question
Pourquoi Kagame via Gauthier, Ibuka France ( branche des organes officieux du FPR), Sherpa, Survie et autres officines opérant en France au bénéfice du régime Tutsi Rwandais n'ont-ils par porté plainte contre la FIDH pour négation du génocide des Tutsi ou vont-ils le faire dans les prochains jours ou prochaines semaines? A voir
Quant à Onana Charles, les excroissances du régime Kagamé ci-dessus citées n'ont jamais pu oser l'affronter. Il en est de même de Ndagijimana Jean-Marie-Vianney, ancien ambassadeur du Rwanda en France et ex-ministre des affaires étrangères du FPR, après la sortie de son livre" Kagamé a sacrifié les Tutsi " (voir la Toile).
Concernant la FIDH, comme le dit Onana, mieux vaut tard que jamais.
Mais la FIDH, pour être plus crédible, doit aller plus loin à savoir reconnaître publiquement ses erreurs et demander à la Cour de Cassation française qui vient de rejeter le pourvoi qu'avait formé le handicapé à vie rwandais , Simbikangwa Pascal, condamné à plus de vingt ans de prison pour planification et exécution du génocide des Tutsi, aux fins de révision de son procès.
En effet, la FIDH état accusateur en chef contre ce handicapé. Elle a joué un rôle déterminant dans la condamnation de celui-ci.
Or, même un idiot mongolien ou toute une personne frappé d'insanité d'esprit qui sait lire et écrire comprend parfaitement qu'un handicapé, fonctionnaire de bas niveau c'est-à-dire occupant un poste non décisionnel et placé administrativement sous l'autorité du Directeur Général des Services Secrets Rwandais, Iyamuremye Augustin, membre notoire du FPR, ex-ministre des Affaires Etrangères de Kagamé et Ex-Sénateur du FPR, agissant au sein du gouvernement rwandais au bénéficie du FPR et sous l’autorité de Kagame, ne peut seul planifier et exécuter le génocide dit des Tutsi, le tout dans un Rwanda dirigé par l'opposition et le FPR.
Il suffit que la FIDH dise la Vérité c’est-à-dire qu’elle reconnaisse qu'elle a été enrôlée dans les accusations contre ce handicapé par les officines du régime rwandais opérant en France, dont il décrit macabrement dans son Rapport évoqué dans cet article et qu'elle n'a pas vérifié l'effectivité de leurs dires sur l'accusé. Bref, qu’elle s’est trompée et qu’elle a été trompée.
Si Kagame est devenu expert dans la fabrication des chiffres sur la prétendue performance économique, chiffres retenus pour les saintes écritures par ignorants ou ceux qui souffrent d’un dysfonctionnement intellectuel caractérisé, il ne peut indéfiniment cacher ses méfaits et la paupérisation indescriptible qui frappe des millions de paysans rwandais. C’est bien lui-même qui a dit devant des millions de Rwandais, que sur les papiers, un ministre peut dire qu’il a construit des écoles, hôpitaux, routes etc. mais le moment venu, il sera mis devant le fait accompli c’est-à-dire il devra montrer ces écoles, hôpitaux et routes. Nul ne peut cacher les faits notoires. Les faits sont têtus, a-t-conclu.
Sur le génocide dit des Tutsi, il convient de préciser aux experts en dissertation sur ce mot, devenu , un mot passe-partout, utilisé à tort et à travers par certains y compris les soi-disant experts du génocide des Tutsi que génocide est une qualification juridique des faits criminels et nullement ces faits, que pour qualifier ces faits de génocide tel qu’il est défini en droit interne rwandais ou en droit interne français (articles 211-1 et suivants du code pénal), il faut en tout état de cause préciser préalablement ces faits et ce, chronologiquement. A défaut, la qualification de génocide des faits non chronologiquement précisé est erronée ou est une spéculation. Or, le droit ne retient pas les spéculations ou fabulations, peu importe leur auteur.
Concernant le génocide dit des Tutsi, aucun Rwandais n’a nié ou ne nie les crimes qui ont été commis contre les Tutsi.
Ce qui pose problème, c’est leur qualification juridique à savoir génocide dit des Tutsi. L’analyse des faits notoires au demeurant sur le drame rwandais infirme l’effectivité de cette qualification.
Nul n’a jamais démontrer juridiquement comment les Tutsi qui les premiers ont déclenché en flagrance une guerre contre les Hutu et le Rwanda, massacré les Hutu du nord du Rwanda, femmes, enfants, hommes de tous âges, ( en raison de leur cruauté, Monsieur Kouchner Bernard, alors ministre français, a donné un nom aux bouchers: les KMERS NOIRS), fait le nettoyage des Hutu dans la partie sous son contrôle( plus de 2 millions de déplacés de guerre), décapité l’opposition qui , pourtant prétendait être l’alliée du FPR (assassinats de Gapysi Emmanuel, Gatabazi Félicie, Bucyana Martin, tous trois présidentiables), assassiné le Président Habyarimana alors que Kagame qui prétendait incarner les intérêts des Tutsi venait de signer le fameux Accord de Paix d’Arusha qui était pourtant favorable aux Tutsi( 40% des postes politiques, administratifs tant civils que militaires lui leur avaient été attribués par cet Accord), aux seules fins de s’emparer du pouvoir par la force au Rwanda en voie de démocratisation et l’exercer sans partage au sein d’un régime purement Tutsi, peuvent-ils oser affirmer que les Hutu ont commis le génocide contre les Tutsi. Des milliers de Tutsi de l’intérieur ont quitté les écoles, universités et leur travail pour s’enrôler volontairement dans l’armée du FPR contre le Rwanda et les Hutu (voir Rapport dit Mucyo contre la France et les déclarations de Ntaganda Bernard, ex-soldat de l’armée du FPR, devant la Cour Pénale Internationale). Dans un Rwanda dont l’économie était entre les mains des Tutsi à plus de 80%, certains hommes d’affaires Tutsi, devenus millionnaires grâce au régime Habyarimana (avantages fiscaux, accès prioritaire aux marchés publics, crédits bancaires garantis par l’Etat Rwandais, baisses des charges sociales etc.) ont financé le FPR contre le Rwanda et le Gouvernement à qui ils devaient pourtant ce qu’ils étaient et étaient devenus. Comment les mêmes Tutsi peuvent-ils oser soutenir que les Hutu ont commis le génocide contre les Tutsi ? Les mêmes Tutsi et leurs alliés français en l’occurrence qui crient sur tous les toits « génocide des Tutsi » n’expliquent pas pourquoi si les Hutu ont effectivement planifié le génocide des Tutsi, les grands financiers du FPR notoirement connus au Rwanda n’ont pas été inquiétés outre mesure par les mêmes Hutu alors que la logique élémentaire veut que dans ce cas les Hutu devaient nécessairement commencer par Tutsi de haut rang dont les financiers du FPR connus des Rwandais.
Lorsque ces points impératifs pour qualifier ou non de génocide des crimes qui ont été commis contre les Tutsi sont abordés ou soulevés face aux oligarques du régime et ses excroissances opérant en France d’une part et autres charlatans en tous genres d’autre part et qu’un débat leur est préposé, ils fuient ou sortent la négation du génocide des Tutsi en réponse à la proposition qui leur est faite. Leurs fuite en avant et refus manifeste de débat sur les faits criminels ci-dessus évoqués et leur qualification juridique à savoir la génocide réduit aux seuls Tutsi montrent manifestement qu’en réalité les crimes qui ont été commis au Rwanda par les Rwandais contre les Rwandais étaient revêtus de caractères civils et ethnique. Que celui qui m’infirme, prouve le contraire, par le jeu d’argument contre argument. Je précise que les crimes qui ont été commis contre les Tutsi comme ceux qui ont été commis contre les Hutu sont incontestables et que s’agissant des crimes contre les Tutsi, aucun Hutu ne les a jamais niés contrairement à ceux contre les Hutu niés publiquement par certains Tutsi qui ont accès aux médias et Kagame en personne.
Il n’existe aucun texte de l’ONU et encore moins une décision du TPIR qui dit « GENOCIDE DES TUTSI ». Par le jeu de bricolage juridique, consécutivement à l’incapacité notoire du procureur du TPIR de prouver l’effectivité de ses accusations contre les accusés Hutu à savoir « entente, planification et exécution du génocide dit des Tutsi, trois éléments cumulatifs et non alternatifs, les juges du TPIR ont fabriqué une crime » génocide des Tutsi et Hutu modérés ». Génocide des Tutsi et Hutu modérés est différent du « génocide des Tutsi » Dans le premier cas, les deux éléments : Tutsi et Hutu modérés sont cumulatifs alors que dans le second, les Hutu modérés sont exclus. De même la loi française qui sanctionne la négation du génocide, dit « Génocides reconnus par les tribunaux internationaux ». En l’espèce, il s’agit du génocide des Tutsi et Hutu modérés et sûrement pas « génocide des Tutsi ».
Il s’ensuit qu’il n’existe en France qui sanctionne le génocide dit des Tutsi uniquement.
Affirmer qu’il n’y a pas eu génocide au Rwanda mais les crimes qui ont été commis dans une guerre civile entre les Tutsi, auteurs du déclenchement de la guerre, aux seules fins de s’emparer du pouvoir par la force dans un Rwanda en voie de démocratisation et l’exercer sans partage au sein d’un régime purement Tutsi via le FPR, parti-Etat ou parti unique, ne constitue nullement une négation du génocide des Tutsi exclusivement non reconnu par aucun tribunal international.
Ce que la majorité écrasante des Rwandais demande à Kagame, c’est un débat public et royale entre Rwandais à savoir lui et ses opposants politiques sur
1/ les crimes qui ont été commis au Rwanda,
2/ sa gestion du Rwanda depuis juillet 1994.
Or, aux demandes qui ont été faites et lui sont encore faites, il réponde par la terreur, les assassinats, les disparitions, les emprisonnements et les tortures de ses opposants politiques.
Par ses agissements, Kagame infirme l’existence du génocide dit des Tutsi, devenu pour lui un outil d’oppression et de répression contre les Rwandais. Il s’est lui-même discrédité même si les excroissances de son régime continuent à colporter les fabulations d’un individu qui s’est lui-même démasqué ( par la fabrication des documents appelés pétitions des Rwandais, son autroproclamation président à vie du Rwanda, mensonge flagrant devant le monde entier à savoir » je ne briguerai pas un troisième mandat parce que je dois en tout état de cause respecter la constitution rwandaise, articles 101, » alors qu’il était en train de fabriquer les pseudos pétitions, fabrication des chiffes sur les grands indicateurs macro-économiques du Rwandais ou maquillage flagrant des comptes publics devenu un outil de gestion du Rwanda, vol de 100 millions de dollars en toute impunité pour acheter deux avions en Afrique du Sus, 50 millions la pièce, avions qu’ils loue au Rwanda lors de chacun de ses voyages à l’étranger, Kagame client des paradis fiscaux, Kagame incapable de payer ses soldats pendant deux mois lorsque certains bailleurs de fonds du Rwanda ont suspendu les miettes qu’ils allouaient au Rwanda en raison de ses mésaventures en RDC de sorte que pour payer les fonctionnaires et les soldats il a recouru au racket contre les paysans rwandais frappés durement de paupérisation et accablés par les 14 impôts du régime ou du FPR, Kagame ne paye par les impôts sur le revenu et sur les sociétés au Rwanda, il paye les impôts dans les pays où il a planqué ou planque ses magots, Kagame a fait publiquement brûler vifs les enfants rwandais dits enfants de rue appelés déchets par lui : preuve de l’absence d’humanité élémentaire chez Kagame, plusieurs milliards de francs rwandais détournés en toute impunité par les ministres (voir le rapport de la commission du parlement sous la direction de la députée Bwiza Connie qui a été sommée par Kagame de stopper ses investigations et les interrogatoires des ministres voleurs avec chantages et menaces en tous genres, celle-ci s’est finalement exécutée, à défait, elle aurait été éjectée par Kagame de son poste de députée).
Le Rapport de la FIDH brosse le tableau d’ensemble macabre du régime Kagame. J’invite les Rwandais à le lire.

Inkotanyi zasubijwe urwanda benerwo 14/08/2017 19:31

umunyarwanda uvuye mubuhungiro mubihugu byo hanze ya Afrika iyo ageze mu Rwanda ntabwo aba akitwa umunyarwanda ukundi. iyo agize Imana ntahure nibyago ngo ahabwe agafuni, cg gukatirwa Burundu, yoherezwa muri Immigration y'urwanda aho abanyamahanga bajya gusaba ibyangombwa byo byabimukira. yagira Imana akazabona ibya temporary, nibindi , nibindi. Urwanda rwasubiranye benerwo. ntamvuzi-mvuzi ukundi. urwanda ni Funga Kinwa wara nikume kicwe.

Muneberi 14/08/2017 18:52

Have have wa mucanshuro we na ba Kabirigi, Nsabimana, Bagosora n'abandi barakubiswe baracanganyikirwa bagwa intagarane nka twa dushwiriri.
Uzegere Gen, Kabirigi aho akora ubuzamu mu bufaransa azakubwira ko abo ukinisha mu bugambo utazi abo aribo.
Urwanda rwasubiranywe na benerwo, niba ari amagambo muzayavuga mugobwe.

Mbonyingabo 14/08/2017 11:37

i like the way Mr Onana build he is agreement.

yellow 14/08/2017 03:22

Tu as chante?

&& Comment tu ta pelle? Je ma pelle coup couper Kibambu &&&. Mukomereze aho namwe.

Richard 14/08/2017 02:15

Si dico vobis veritatem quae non creditis mihi? En tout cas j'aime Charles Onana, combatant tenace pour la verité, rien que la verité. Dans in monde mechant où nous vivons, la verité est in delit mais il y a des gens qui prennent le risque d'exposer la mechanceté. Jamais Le mal ne vaincra le bon.