DÉCLARATION A L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES VICTIMES DE DISPARITION FORCÉE

Publié le par veritas

A l’occasion de la journée internationale des victimes de disparition forcée, le 30 Août proclamée par l’Assemblée Générale des Nations Unies, l’association sans but lucratif FONDATION CYIZA pour l’égalité, la paix et la justice au Rwanda ;
 
Ayant parmi ses objectifs, promouvoir, défendre et préserver la dignité humaine dans le monde et au Rwanda en particulier, contribuer aux efforts locaux, régionaux et internationaux visant la promotion de la culture de la paix, Contribuer à faire régner la justice au Rwanda, dans la région Africaine des Grands Lacs et au niveau International et lutter contre l’impunité et la corruption sous toutes ses formes ;
 
Soutient les efforts consentis au niveau international, régional, national et individuel pour éradiquer toute forme de privation de liberté se traduisant par des disparitions forcées perpétrées dans le monde; L’Association condamne énergiquement ces disparitions qui sont organisées et soutenues par des agents dans divers Etats, au Rwanda et dans la Région des Grands Lacs en particulier.
 
L’Association s’indigne de ces actes ignobles exécutées au Rwanda sous forme d’arrestation et détention arbitraires, enlèvement ou sous toute autre forme de privation de liberté par des agents de l’Etat, par des personnes ou des groupes de personnes qui agissent avec l’autorisation, l’appui ou l’acquiescement de l’Etat Rwandais dirigé par le Président Paul KAGAME pour des intérêts particuliers. Ces actes sont suivis de déni de la reconnaissance de la privation de liberté ou de dissimulation du sort réservé à la personne disparue ou du lieu où elle se trouve en la soustrayant ainsi à la protection de la loi. Ces mauvaises pratiques sont généralisées et s’effectuent systématiquement contre des personnes de  différentes catégories (défenseurs des droits de l’homme, hommes politiques,  des journalistes, des leaders dans toutes les couches sociales, etc.) pour des mobiles d’injustice, raison pour laquelle les auteurs dissimulent leurs actes.
 
Certaines victimes sont enlevées, torturées et assassinées, d’autres encore sont portées disparues pendant un certain temps et libellées après avoir subi des traitements inhumains et dégradants. Les cas de disparitions forcées et suivis d’assassinat pour certains, sont nombreux dont ceux du Député HITIMANA Léonard, le Lieutenant-Colonel CYIZA Augustin, André KAGWA RWISEREKA, RWIGARA Assinapol, le Capitaine NTIRUGIRIBAMBE Chrysostome, Illuminée IRAGENA, HABARUGIRA Damascène, des membres de la famille KAREGEYA, plus récemment la rafle de la famille RWIGARA, et bien d’autres.
 
Il est déplorable que jusqu’à présent, le Rwanda n’a pas ratifié la convention Internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. L’Association recommande vivement que le Rwanda ratifie cette convention ; Que l’Etat Rwandais dirigé par le président Paul KAGAME respecte la dignité de la personne humaine et accepte de collaborer avec les représentants des organismes onusiens et d’autres organisations afin de la manifestation de la vérité en cas de disparition forcée;
 
Que les présumés auteurs des disparitions forcées soient poursuivis.
 
 
Fait à Lille, le 30 août 2017
 
Pour l’Association FONDATION CYIZA AMANI Byusa
Président (sé)

Commenter cet article

CESAR 31/08/2017 22:48

La singularité inique de Kagame est l'absence d'humanité élémentaire, le mépris absolu des Rwandais. Pour lui ce sont des zébus ou des déchets dont il peut tourner dans tous le sens comme il l'entend ou en faire tout ce qu'il veut notamment, les exécuter sommairement, les torturer à la kandooya et jeter les cadavres dans les lacs et rivières du Rwanda ou tout simplement les brûler vifs, le tout sans conséquence aucune pour lui.
Parler c'est bon mais agir c'est encore mieux. C'est aux Rwandais de résister à la tyrannie de Kagame. La résistance à l'oppression est un droit inhérent à l'Homme. Ce droit a été consacré pat tous les Etats dits démocratiques. Les Rwandais doivent intégrer le sens de sacrifice, d'honneur et de dignité. L'honneur et la dignité n'ont pas de prix. Kagame souffre d'une paranoïa caractérisée. Il voit des ennemis partout voire même dans sa propre maison. Quand la nouvelle a été portée à la connaissance des Rwandais, Kagama pensé que c'est son médecin personnel, Emmanuel Gasakure, spécialiste en cardiologie, qui a porté ce fait à la connaissance du public rwandais. Il a ordonné son arrestation et son exécution. Le 25 février 2015, il a été froidement abattu comme un chien par un policier dans un commissariat de police, comme Clément Nubaha fut empoisonné et mourut sur le champ dans un commissariat de police en Belgique, le tout sans conséquence aucune pour les empoisonneurs. Il a fait exécuter son ami d'enfance Karegeya. Il a même reconnu son méfait devant des millions de Rwandais et étrangers. Il s'ensuit que les Rwandais peuvent pleurnicher jour et nuit mais ils ne seront jamais entendus par Kagame ou qui que ce soit. Le soutien n'est apporté qu'à celui qui a fait ou qui fait preuve de ses capacités effectives d'agir et dont le sens de sacrifice n'est pas à prouver. Jusqu'à ce jour, on ne voit que les pleurnichards. Les gémissements sont inopérants. Agissez et vous serez alors entendus et soutenus. Ingabire Umuhoza et ses compagnons qui croupissent dans les geôles de Kagame vous ont montré la voie. Empruntez la voie et le chemin indiqués. Montrez au monde que le Peuple Rwandais vient du fond des âges, qu'il a toujours relevé les défis lancés par des individus comme Kagamé, que si celui-ci se croit plus fort que lui, il se trompe. Il est regrettable que nonobstant les crimes abominables de Kagame les Rwandais de l'intérieur et de l'extérieur n'aient pas crée un collectif dont la mission est de défendre les intérêts et droits des victimes de Kagame, indépendamment de leur appartenance ethnique. Kagame broie les Hutu et les Tutsi. Il n'épargne même pas les enfants. Le problème est donc Kagame en tant que tel à savoir un tyran sanguinaire. Il ne s'agit donc pas de problème Hutu-Tutsi. Kagame a dit qu’il est défenseur au premier chef des droits et intérêts des Tutsi. Il s’est lui-même démasqué. Il est broyeur et fossoyeur des milliers de Tutsi.

.??!@ 31/08/2017 12:53

Gavumenti ya nyirarureshwa imaze kurahira. Tjr la primature reseevée aux Hutus de services dont Le cerveau se trouve dans l'estomac et l'estomac dans la tête. Ese niba amoko yaraciwe mu Rwanda aba bahutu kagame abwirwa n'iki ko ari abahutu? Kuki nta muhutu uraba chef d'état major ou chef de police? Ibi ni ikinamicoryo gufindafinda ngo amoko yose ari mu butegetsi byahe byo kajya. Ibibazo by'u Rwanda ntibizakemuka igihe cyose biterwa n'umuntu umwe kandi akaba ari nawe ufite ibisubizo bya byo wenyine. Ngirente niyo yagira ate ntiyakemura ikibazo cy'abazunguzayi, ruswa, ubushomeri, inzara yiswe nzaramba, akarengane gakorerwa Rwigara family n'abandi banyarwanda. Ngaho nahanyanyaze turebe.

muntu 31/08/2017 09:20

C'est bien que vous le dites; mais quelle solution pratique vous proposez???????

Nobody 31/08/2017 01:48

What's wrong with that? No problem.