Imyigaragambyo muri Afurika y’epfo yo kwamagana intumwa z’u Rwanda ziri mu nama ya WEF muri icyo gihugu !

Publié le par veritas

Dr Egide Ndayisimiye (ufite mikoro) ashyikiriza ubutumwa bw'abigaragambya intumwa ya WEF (ufite ikote ry'ubururu n'amataratara)

Dr Egide Ndayisimiye (ufite mikoro) ashyikiriza ubutumwa bw'abigaragambya intumwa ya WEF (ufite ikote ry'ubururu n'amataratara)

Kuva ku italiki ya 3 kugera ku italiki ya 5 Gicurasi 2017, mu mujyi wa Durban muri « Afurika y’epfo » hateraniye inama ikomeye yo ku mugabane w’Afurika y’umuryango witwa WEF (World Economic Forum). Iyo nama ya WEF ikaba ihuza abakuru b’ibihugu by’Afurika n’abanyemari bakomeye, kugira ngo bigire hamwe uburyo ibihugu by’Afurika byahuriza hamwe imbaraga mu kuzamukira rimwe mu majyambere y’umugabane wose. Inama nk’iyo akaba ari ingira kamaro cyane ku bakuru b’ibihugu kuko baboneraho umwanya wo guhamagarira abashoramali bakomeye gushora imari mu mishinga iteza imbere ibihugu byabo. Paul Kagame ukunda kwigaragaza nk’umukuru w’igihugu utsimbaraye ku mishinga y’iterambere, ntiyagombaga gutangwa muri iyo nama, ariko ku munota wa nyuma yasubitse urugendo rwe muri Afurika y’epfo, ahagararirwa muri iyo nama na Ministre w’imari w’u Rwanda. Ni mpamvu ki yatumye Paul Kagame adakandagiza ikirenge mu nama ya WEF ?
 
Amakuru « veritasinfo » ikesha ikinyamakuru « le monde » yemeza ko inama ya WEF iri kubera mu mujyi wa Durban muri Afurika y’epfo yari igiye gusubikwa bitewe ni uko umwuka wa politiki utifashe neza muri icyo gihugu. Ishyaka riri ku butegetsi muri Afurika y’epfo rya ANC rikaba ryaracitsemo ibice bibiri bihanganye, bitewe no kutavuga rumwe ku birego byo kunyereza umutungo bishinjwa perezida w’Afurika y’epfo Jacob Zuma ukomoka muri iryo shyaka ndetse amashyaka amwe atavuga rumwe n’ubutegetsi bwe akaba amusaba kwegura vuba na bwangu! Ubuyobozi bw’inama ya WEF bukaba bwaratinye ko inama yabwo muri icyo gihugu ishobora gufatwa nk’ije gushyigikira perezida w’icyo gihugu ; ariko nabwo, ubwo buyobozi bwa WEF busanga kudakoresha iyo nama byaba bitesheje agaciro inshingano zayo zo guteza imbere ibihugu by’umugabane w’Afurika.
 
Kugirango inama ya WEF yirinde guhabwa isura mbi n’abaturage, yiyemeje gukoresha inama muri Afurika y’epfo, ariko yiyemeza kohereza intumwa zayo mu myigaragambyo iyo ariyo yose yaba muri icyo gihugu kugirango izo ntumwa zifate ibyifuzo by’abaturage bigaragambya babigeze ku bari mu nama ya WEF babisuzume. Ibyo WEF ikaba yarabikoze muri ubwo buryo kugirango igaragaze isura yayo nziza ku baturage bashobora kuyifata nk’urwego ruhuza abakuru b’ibihugu n’abanyemali gusa, ikaba ititaye ku bibazo n’imibereho y’abanyafurika. Ni muri urwo rwego WEF yohereje intumwa yayo mu myigaragambyo yakozwe n’abanyarwanda baba muri Afurika y’epfo yabaye kuri uyu wa kane taliki ya 4 Gicurasi 2017 kugirango ibyifuzo by’abo banyarwanda bigaragambyaga bigezwe ku bari mu nama yayo!
 
Imyigaragambyo yamaganye imiyoborere mibi ya Paul Kagame na FPR mu Rwanda
Impunzi zari mu myigararambyo i Duriban zari zitwaje ibyapa byamagana leta y'i Kigali

Impunzi zari mu myigararambyo i Duriban zari zitwaje ibyapa byamagana leta y'i Kigali

Impunzi z’abanyarwanda ziba mu ntara ya « Kwazulu-Natal » zifatanyije n’imiryango-Nyarwanda idaharanira inyungu iba mu gihugu cy’Afurika y’epfo ariyo : RDTJ (Rwandan platform of Dialogue, Truth and Justice) na JBG (Baho Mbeho) ; bateguye imyigaragambyo yo kwamagana Paul Kagame na leta y’u Rwanda  cyane ko bari bamaze kumenya ko Kagame azitabira iyo nama ya WEF iri kubera i Durban. Amakuru « veritasinfo » ikesha bamwe mu bagize inzego z’umutekano muri Afurika y’epfo, ahamya ko Paul Kagame yasabye igihugu cy’Afurika y’epfo guhagarika iyo myigaragambyo y’impunzi z’abanyarwanda ariko biranga, ahubwo iyo myigaragambyo ikaba yarashyizwe muri gahunda za WEF kugirango ibyifuzo by’abo banyarwanda bigaragambya bizagezwe ku bari mu nama yayo.
 
Ibyo byo gukurikirana imigendekere y’imyigaragambyo bikaba byari bikurikije icyemezo cy’ubuyobozi bwa WEF kugirango hadashobora kuvuka ibibazo byarogoya inama biturutse ku myigaragambyo, kandi igihugu cy’Afurika y’epfo kikaba kigendera kuri demokarasi no guha uburenganzira buri wese bwo kugaragaza ibitekerezo bye. Paul Kagame amaze kumenya ko ari uko ikibazo kimeze yahise asubika urugendo rwe rwo kujya mu nama ya WEF muri Afurika y’epfo ku munota wa nyuma, kuwa gatatu taliki ya 3 Gicurasi 2017 kugirango ahura n’imbyigaragambyo yari imutegereje, yohereza ministre w’imari ku muhagararira muri iyo nama!
 
Iyo myigaragambyo yari igamije kwereka amahanga amahano yakozwe na Kagame mu Rwanda ; ubwicanyi bwe burenze kamere bwatumye abanyarwanda bahunga igihugu ubu bakaba barakwiriye isi yose ndetse na n’ubu bakaba bagihunga nyuma y’imyaka 23 yose ari ku butegetsi! Muri iyo myigaragambyo abayitabiriye basabaga umuryango mpuzamahanga guha akato Paul Kagame n’ubutegetsi bwe kandi icyegeranyo cya ONU (mapping report) kimurega gukora génocide y’impunzi z’abahutu muri Congo kigahabwa agaciro, abakoze ayo mahano bayobowe na Kagame bagashyikirizwa inkiko mpuzamahanga.
 
Muri iyo myigaragambyo impunzi zo mu bihugu bigize akarere k’ibiyaga bigari zagezweho n’ibikorwa by’ubugome bya Paul Kagame nazo zari zitabiriye iyo myigaragambyo. Aha twavuga cyane cyane abakongomani n’abarundi. Abateguye iyo myigaragambyo bamaze kumenya ko Kagame atakije, ntabwo byababujije gukomeza gutegura igikorwa cyo kwigaragambya nk’uko iyo gahunda yari yarateguwe kuva mbere ; ariko hari abantu bamwe bashatse kubuza abandi kwitabira imyigaragambyo kuko muri gahunda yabo barwanya Kagame gusa, kandi bakaba bari bamaze kumenya ko atakije ! Igitekerezo cy’abo bashakaga kuburizamo imyigaragambyo cyaburiyemo kuko impunzi z’abanyarwanda ziri muri Afurika y’epfo zagaragaje ko zitarwanya umuntu umwe Paul Kagame gusa, ahubwo zirwanya imiyoborere mibi yose y’ishyaka rya FPR Inkotanyi.
 
Muri iyo myigaragambyo hagaragayemo abaturage bo mu gihugu cya Zimbabwe bamaganaga perezida Robert Mugabe ndetse n’abaturage bo muri Zambia basabaga ko bamwe mu baturage b’icyo gihugu barenganyijwe n’ubuyobozi bwabo barenganurwa. Umuyobozi w'icyo gikorwa cy'imyigaragambyo Dr Egide Ndayishimiye, yagejeje ubutumwa bukubiye ku mpapuro 7 ku bakuru b’ibihugu n’abanyemali bitabiriye inama ya WEF i Durban muri Afurika y’epfo. Ubwo butumwa bukaba bwarashyikirijwe intumwa ya WEF yari yoherejwe n’abakuru b’ibihugu bari muri iyo nama kugirango ifate ubwo butumwa ibubagezeho. Abanyarwanda bari muri iyo myigaragambyo batanze amasidi (CD) arenga 200 ariho filime mbarankuru ya «Untold stories Rwanda » yakozwe n’umunyamakuru wa BBC, Jane Corbin igaragaza uruhare rwa FPR na Paul Kagame muri « jenoside » yabaye mu Rwanda.
 
Iyo myigaragambyo ikaba yaritabiriwe cyane n’abantu benshi, ikaba yarabaye kuri uyu wa kane taliki ya 4 Gicurasi 2017 guhera saa yine za mu gitondo kugera saa saba ku isaha y’Afurika y’epfo. Abashinzwe umutekano bakaba bari babukereye muri iyo myigaragambyo kugirango hatagira umuntu uhutazwa. Imyigaragambyo yabaye mu mutuzo, nta muntu numwe wayigizemo ikibazo. Inama ya WEF irasoza imirimo yayo kuri uyu wa gatanu taliki ya 5 Gicurasi 2017 i Durban muri Afurika y’epfo.
 
 
Ubwanditsi bwa «veritasinfo» muri Afurika y’epfo

Commenter cet article

Ikiganiro padiri Nahimana yagiranye na Siméon Musengimana 06/05/2017 19:16

Ikiganiro padiri Nahimana yagiranye na Siméon Musengimana
https://www.youtube.com/watch?v=gd5ZMC7rDoM

NTWARI 06/05/2017 15:05

@Kayumba. Cette article n'est rien d'autre qu'un outil sale de falsfier l'histoire, ce qui est et sera toujour impossible pour vous. Votre projet de denier le genocide commis contre les tutsi ne vous servira rien. La liste des négationistes que vous aviez cité vous même est mondialement connu comme les gens qui essayent de prendre le monde comme fou en disant des mensonges que le Président Kagame qui a commandé la guerre d'arrêter le genocide contre les Tutsi et de reinstaurer la paix de tous les Rwandais peut devenir magiquement un criminel. Encore une fois vous dites des bêtises. La verité est très Claire vous avez choisit la politique sauvage de defendre votre projet sadique de semer la confusion en espérant couvrir les nazis noire qui ont commis le genocide contre les Tutsi. Vous avez choisit la brutalité sociale mais le President Kagame a montré qu'il est le président de l'unité et la reconciliation nationale donc il est radicalement différent de virus les génocidaires, voilà pourquoi vous dites des connêries contre lui. Philippe Reyitenj, Corbin et autre ont demontré qu'ils n'ont pas l'esprit de finesse, en acceptant d'être les marrionnettes du système de Nazis noires Hutu extremistes, nous ne nous attendions pas à autre chose, ils sont des hertiers de la politique genocidaire qui a perturbé la vie des Rwandais dépuis des tant et des tant d'années. Alors Ils vont continuer leurs blabla puisque c'est ce qu'ils ont toujours fait, mais la question qui se pose pour tout le monde c'est de savoir pourquoi ils ne veulent pas accepter l'ésprit de défaite qu'ils portent!! Oser changer la verité de l'histoire en disant que le President Kagame qui a ramené l'ordre dans la societé Rwandaise est celui le criminel, c'est l'ésprit de défaite qui vous incite à mentir le monde.

Kabare 06/05/2017 10:55

@ kayumba
Que tu soit un Hutu ou un Tutsi merci bcp or cette extraordinary verity
Voila prkoi demandons au congolais de faire tout or connaitre la reality crux qui comprennent pas le langue demandons a un volontaire de pouvoir en resume pr les swahiliphone et les rwandophone : @ Cesar a vs le clavier.

Sommes fatigue des assassins et ceula qui tue l'affrique dont FPR INKOTANYI ET LES TUTSI EXTREMISTES CAR TOUT LES TUTSI NE SONT PAS CRIMINEL !!

mbonyingabo 06/05/2017 10:36

dushimiye abateguye iki gikorwa

mbonyingabo 06/05/2017 10:35

Anyarwanda baba muri Africa yefpo bagizeneza gutegura ikigikorwa, kandi intangiriro yuruhara namasoso

kayumba 06/05/2017 10:08

DEVOIR DE MEMOIRE POUR LA VERITE
----------------------------------------------------------------
( Lu pour vous par Freddy Monanga)
L’histoire du génocide rwandais, telle qu’elle est présentée par Paul Kagame, est sûrement au point de s’effondrer. Pour la première fois depuis 20 ans, un grand média, la BBC, a diffusé un documentaire qui remet profondément en cause la version officielle de la tragédie rwandaise. Tout au long du documentaire, il est rappelé que toute personne qui ose contester l’histoire du génocide rwandais, telle qu’elle est présentée par Kagame et les médias dominants, fait l’objet de menace, de chantage ; est trainé dans la boue, traité de négationniste, de révisionniste, voire d’antisémite et de génocidaire, comme cela est rappelé dans un autre documentaire, de julien Teil intitulé « Rwanda, 20 ans après l'histoire truquée ». Un climat malsain, entretenu depuis deux décennies, et qui a fini par rendre impossible tout débat contradictoire sur cette affaire et la possibilité d’examiner sereinement des preuves, des témoignages et des faits qui, dès le début, contredisaient la version officielle.
Dans le documentaire de Jane Corbin, « Rwanda’s Untold Story », la journaliste britannique prend la précaution de tendre le micro à plusieurs personnalités qu’on ne saurait soupçonner de sympathie avec des « Hutus génocidaires ». La magistrate suisse Carla del Ponte, ancienne Procureure du Tribunal pénal international pour le Rwanda et pour l’ex-Yougoslavie ; le général tutsi en exil Faustin Kayumba Nyamwasa, ancien compagnon d’armes de Kagame et ancien chef d’Etat-major de l’armée rwandaise ; le docteur Théogène Rudasingwa, ancien chef de cabinet de Paul Kagame et ancien ambassadeur du Rwanda aux Etats-Unis ; l’éminent professeur belge Filip Reyntjens. La journaliste britannique assure que le président Paul Kagame et son parrain Tony Blair, ancien Premier ministre britannique, ont été sollicités mais qu’ils ont décliné la demande de participer au documentaire.
Trois vérités au moins
Au moins trois vérités capitales se dégagent des deux documentaires. Première vérité : Paul Kagame est l’homme qui a commandité l’attentat du 6 avril 1994 contre l’avion du président Juvénal Habyarimana. Deuxième vérité : il y a eu, dans le conflit rwandais, plus de Hutus massacrés par les hommes de Kagame que de Tutsis massacrés par les Interahamwe. Troisième vérité : la guerre du Rwanda n’avait pas pour enjeu le Rwanda. L’enjeu de la guerre du Rwanda c’était le Zaïre de Mobutu et ses immenses gisements miniers. Américains et Britanniques devaient s’emparer militairement des régions minières du Zaïre (l’actuelle République Démocratique du Congo), en se dissimulant derrière l’armée tutsie de Kagame. Une mission qui devait passer par la diabolisation des Français et l’éjection de la France de cette région que convoitaient les puissances anglo-saxonnes opérant sous couvert de Kagame.
Sur l’attentat du 6 avril, les témoignages de Faustin Kayumba et de Théogène Rudasingwa, deux anciens proches de Kagame et, aujourd’hui, deux grandes figures de l’opposition rwandaise, devraient suffire à enlever les derniers doutes de nos esprits pour au moins deux raisons. La première est que personne au monde n’a jamais été plus proche de Kagame, en ces moments décisifs de l’histoire du Rwanda que Kayumba et Rudasingwa. C’étaient ses confidents. Pour pouvoir contester leurs accusations contre Kagame, il faut avoir été beaucoup plus proche qu’ils ne l’étaient. Impossible. La deuxième raison est que ces deux leaders tutsis, étant des figures de l’opposition rwandaise, ils incarnent ce que sera la vérité officielle du Rwanda après le règne de Kagame, qui n’est pas éternel. Il est donc tout à fait responsable de commencer à anticiper ce que sera l’histoire officielle du Rwanda de demain, à savoir que c’est Paul Kagame qui avait commandité l’attentat du 6 avril 1994, acte considéré par l’ONU comme le facteur déclenchant du génocide.
Le responsable du génocide
Ce qui, mécaniquement, amène à la question de savoir qui est le responsable du génocide rwandais. Carla del Ponte avait prévenu après sa nomination en tant que Procureure du Tribunal d’Arusha que s’il s’avérait un jour que ce sont les rebelles tutsis qui ont abattu l’avion du président Habyarimana, toute l’histoire du génocide rwandais devra être réécrite. Nous y sommes. En d’autres termes, à la responsabilité des Interahamwe, qui avaient usé de machettes, il faudra ajouter la responsabilité de celui qui ordonna de lancer les missiles. Faustin Kayumba résume l’histoire à venir du Rwanda par cette sagesse, parlant de Kagame, de l’attentat et des massacres : « Si nous sommes en pleine saison sèche et que vous jetez une allumette dans l’herbe, vous viendra-t-il à l’idée de penser que l’herbe ne brûlera pas ? »
Il faut rappeler dans quel climat explosif était le Rwanda en avril 1994. Le documentaire en fait mention et Bernard Desgagné en donne un résumé exhaustif. « La guerre et l’occupation du territoire par les tueurs de Kagame, à partir de septembre 1990, avaient donné lieu à des massacres de masse de la population civile hutue. Un million de réfugiés essentiellement hutus, chassés de leurs terres, s’étaient agglutinés autour de Kigali, dans des camps de la mort d’où l’on sortait une centaine de cadavres par jour, à cause des maladies et de la faim. De plus, un grand nombre de réfugiés en provenance du Burundi avaient afflué au Rwanda en 1993 pour fuir les massacres dont étaient victimes les Hutus dans ce pays, aux mains de l’armée et de civils tutsis. Voir leurs frères burundais ainsi persécutés ne fit rien pour rassurer les Hutus du Rwanda » devant l’armée tutsie de Kagame.
« Lorsque l’avion transportant les deux présidents hutus fut abattu, les Hutus, déjà martyrisés, en vinrent à la conclusion que le FPR et ses partisans ne voudraient jamais de la démocratie », ce que confirment d’ailleurs le documentaire de la BBC ainsi que de nombreux témoignages et des faits avérés. « Pour Kagame, le pouvoir a toujours été au bout du fusil, et non dans les urnes. Certains Hutus, désespérés et fous de rage, prirent des machettes et décidèrent de tuer ceux qu’ils percevaient comme les responsables de leurs souffrances. Qu’on le qualifie de génocide ou non, le massacre des Tutsis, en avril 1994, n’était pas le résultat d’un plan diabolique du pouvoir hutu. (…) Il a duré quelques jours seulement et était essentiellement terminé à la fin d’avril. Par comparaison, les massacres de Hutus et d’opposants politiques, eux, sont systématiques et bien organisés par le FPR. Ils se sont étirés sur 24 ans, jusqu’à aujourd’hui ». Dans un précédent article au sujet des corps flottants récemment découverts sur le lac Rweru, nous avons fait remarquer que, vingt ans après le génocide, les populations hutues continuaient d’être massacrées au Rwanda, sous nos yeux indifférents et avec la complicité des grandes démocraties européennes et américaines, qui financent et parrainent Paul Kagame tout au long de ses interminables massacres.
Les victimes invisibles
La deuxième vérité du génocide rwandais est que la majorité des victimes furent des Hutus et non des Tutsis. Dans le documentaire, les chercheurs Christian Davenport et Allan Stam posent une question arithmétique et mettent les chiffres sur la table. Il vivait au Rwanda environ 500.000 Tutsis avant le génocide. Selon l’association Ibuka, proche de Kagame, 300.000 Tutsis ont survécu au génocide, ce qui revient à dire que 200.000 Tutsis ont péri dans le génocide. Or le génocide rwandais avait coûté la vie à 800.000 personnes, selon l’ONU, 1.000.000 selon le régime de Kagame. D’où cette question : qui étaient les 600.000 à 800.000 autres victimes ? Une question embarrassante. Les deux chercheurs américains y répondent par cette formule simple : « entre ce que l’opinion a été amenée à croire et la réalité des faits, il y a une énorme différence ». Dans un remarquable ouvrage du Canadien Robin Philpot, intitulé « Ca ne s'est pas passé comme ça à Kigali », et qui lui a attiré les foudres des médias occidentaux pro-Kagame, dont Radio Canada, l’auteur, dès 2005, remettait déjà en questions les chiffres officiels et le discours convenu des médias dominants sur le drame rwandais. Il ne sera pas le seul à être réhabilité lorsque la version actuelle du génocide rwandais sera définitivement battue en brèche.
Enfin, la troisième vérité : les vrais enjeux de la guerre du Rwanda. On ne comprend pas comment Kagame a réussi à mettre dans sa poche nos grands médias, nos dirigeants politiques, nos grands universitaires, voire nos universités qui continuent d’enseigner l’histoire mensongère du génocide rwandais ; nos associations, nos ONG, voire de respectables institutions internationales comme l’Union européenne, toujours docile devant ce dictateur africain. On ne comprend pas comment le monde entier s’est mis à suivre de façon moutonnière un quelconque maquisard africain, à peine instruit, et à la tête d’un tout petit pays enclavé au cœur de l’Afrique, pauvre et dépourvu d’enjeux stratégiques. On ne comprend pas comment Kagame et ses parrains ont réussi à berner le monde entier si on ne regarde pas la frontière ouest du Rwanda où s’étend l’ancien Zaïre de Mobutu avec ses immenses gisements miniers.
Taisez-vous et Kagame vous rendra riche !
Nous sommes au début des années 1990. Les gens ne le savent pas encore, mais il va y avoir des centaines de milliards de dollars à gagner dans un secteur dont le marché n’est que balbutiant. En Europe, on utilise encore des cabines téléphoniques pour appeler nos proches, le minitel pour traiter les données et des gros téléviseurs cathodiques qui pèsent comme des parpaings. Mais l’humanité va effectuer un grand bond dans le temps, et à moins cher. Les nouvelles technologies de l’information ! Les Américains, les Britanniques, les Israéliens et les Canadiens ont repéré un pays en Afrique, le Zaïre de Mobutu. Dans son sous-sol gisent les plus importantes réserves mondiales d’au moins quatre minerais indispensables à la fabrication d’une foule d’appareils qu’on appellera téléphones portables, écrans plats, consoles de jeux, smartphone, tablettes,… Le colombo-tantalite, aussi connu sous le nom de coltan. C’est le minerai dont est extrait le tantale, indispensable à la fabrication des condensateurs, ce qui permettra de miniaturiser les appareils électroniques tout en améliorant leur performance. Mais aussi la cassitérite ; le wolframite, le cobalt, l’or, le diamant, l’uranium, le chrome,…
Internet, dont personne ne sait vraiment ce que ça veut dire en 1990, va transformer la vie des milliards de gens sur la planète. Mais pour contrôler ce marché extrêmement juteux, il faut contrôler les gisements miniers, et surtout ne rien révéler aux populations locales et ne rien payer à l’Etat zaïrois.
Tout comme George Bush entreprendra de renverser Saddam Hussein pour s’emparer du pétrole irakien, Bill Clinton entreprit de renverser Mobutu pour prendre possession des gisements miniers du Zaïre. Mais Clinton s’y prend autrement. Il ne doit surtout pas utiliser directement la brutalité de l’armée américaine contre des populations africaines, les Congolais. Il se servira d’un Africain pour massacrer d’autres Africains. L’opération sera menée par Paul Kagame et son ami ougandais Yoweri Museveni. Kagame obtiendra tout ce qu’aucun dictateur africain n’a jamais eu : une complaisante couverture médiatique en Europe et en Amérique, des instructeurs militaires américains, canadiens, israéliens et britanniques, des renseignements, des armes,… et, plus important : la totale impunité, quel que soit le nombre des gens qu’il voudra tuer. La Cour pénale internationale devra se taire comme une tombe. Les chantres de la démocratie et des droits de l’homme en Europe et en Amérique, devront faire semblant de ne pas voir les crimes de Kagame. L’appel pour la création d’un Tribunal pénal international pour le Congo devra rester lettre morte, malgré des millions de morts. Les journalistes occidentaux devront se montrer complaisants avec le plus effrayant massacreur de la planète devenu, par magie, « le chouchou des grandes démocraties ». Marché conclu !
Le problème, pour la crédibilité de nos démocraties, et même pour la conscience de ceux qui profitent du confort des appareils électroniques, grâce à l’occupation brutale et le pillage du Congo par les hommes de Kagame, c’est que l’homme n’arrive pas à se fixer des limites. Kagame continuera à tuer au-delà de « sa mission », et sans compter. Le rapport Mapping de 2010 ouvre juste une lorgnette sur les crimes du dictateur rwandais. A force de tuer sans compter, il a fini par créer la panique et l’effroi jusque dans les rangs de ses proches. Faustin Kayumba le décrit comme « un homme qui aime tuer ». La journaliste belge Colette Braeckman le décrit à peu près dans les mêmes termes. Filip Reyntjens qui intervient dans le film de Jane Corbin le décrit comme le plus grand criminel du monde encore en fonction. Bref, une sorte de massacreur pathologique, devenu un problème pour tout le monde à la fois.
La mainmise de Kagame sur le Congo, qui se poursuit, sera responsable de la mort de plus de six millions de Congolais et des centaines de milliers de femmes violées. On n’oublie surtout pas que plus de 300.000 réfugiés hutus rwandais furent massacrés dès les premier mois de l’occupation du Congo par les hommes de Kagame avec l’appui des Etats-Unis, du Canada et du Royaume-Uni. Le massacre s’est poursuivi au Congo et au Rwanda. Même des rescapés du génocide préfèrent s’exiler et fuir le Rwanda, leur propre pays qu’ils avaient cru devenir un havre de paix après les atrocités qu’ils avaient subi. Exil où le dictateur sait aussi atteindre ses victimes. Dernière victime en date, Patrick Karegeya, son ancien compagnon d’armes et ancien chef des renseignements rwandais, assassiné en Afrique du Sud le 1er janvier 2014.
Où sont passées nos valeurs ?
Nous en sommes donc là avec l’histoire de ce petit pays dont la paisible population n’avait rien demandé à personne mais que nos grandes démocraties décidèrent un jour d’utiliser pour gagner de l’argent. Mais aussi pour se discréditer et se ridiculiser pour longtemps aux yeux des Africains. Pour s’emparer des gisements miniers, toutes les valeurs de la civilisation occidentale furent enterrées dans les collines du Rwanda et les zones minières de l’Est du Congo. Les experts de l’ONU ont publié plusieurs rapports dans lesquels apparaissent nos multinationales impliquées dans le pillage, en marge des aventures militaires de Paul Kagame au Congo. Patrick Mbeko a établi la liste de ces multinationales et leurs ramifications. Elles sont liées à une foule de décideurs politiques américains, canadiens, britanniques, israéliens et européens de premier plan. Mais aussi aux patrons des grands médias occidentaux et aux personnalités qui façonnent notre manière de penser. Une véritable maffia au cœur de nos démocraties. Kagamé devait être solidement protégé, jusque dans les coulisses des médias. D’où la loi du silence dans les grands médias sur la plus grande campagne d’extermination des populations depuis la Seconde guerre mondiale. Une boucherie financée à 100% par les contribuables européens et américains.
Il faut espérer que, dans un proche avenir, de courageux journalistes emboîteront le pas à leur consœur Jane Corbin pour éclairer l’opinion internationale sur ce qui s’est passé au Rwanda et au Congo ces vingt dernières années. Une démarche qui contribuera énormément à aider les Rwandais à se réconcilier. Le peuple rwandais ne méritait pas ce que l’Occident lui a fait subir. Surtout pas pour des enjeux miniers dont son sous-sol est dépourvu. Si les Congolais savent pourquoi ils sont massacrés, les Rwandais, eux, ont été massacrés pour rien.

RUGAMBA 05/05/2017 22:16

MUKOMERE TUBARINYUMA IGIKORWA MWAKOZE CYO GUTANGA CD CYIREREKANA KO MUKORANA UBUHANGA

Rukokoma ni wowe ubwirwa! 05/05/2017 21:15

Agatsiko kari i Kigali muzakavanishaho inyundo n'ubuhiri , nka kwa kundi kwa Idi Amin. Pour Agatsiko, tous les moyens sont bons, y compris en dessous de la ceinture.
Rukokoma ni wowe ubwirwa!

Mwiza 05/05/2017 19:25

@ kubahutu MWESE

AHO mwaphiriye ntimwumva namba
GUSA igikorwa nkicyo nicyo kizima kandi gituma burya agatsiko kabicanyi gashya ubwoba mwagombye gukora uko mushoboye wends mukagira icyo mugeraho kuko iyo ntahohahuriye niwacu AHO ubwo ko bumwe bwagitutsi aribwo bukoma !!

GUSA MWABAHUTUMWE mushatse mwava ibuzimu mukajya iwabuntu kuko intumbi nizo zitajya zinyagambura BITABAYE ibyo tuzakomeza tubice umwe umwe kuvomesha amazi ikanya mpaka tubamazeho dore ko abahutu mumeze nkinka CG imbogo dore ko arizo ziruka boshye izitagira umutima iyo zibonye Intare imwe GUSA kabone niyo zaba 1000000000.

Gupha ntawe byishe AHO

Kabare 05/05/2017 19:14

@ntwari
Yaba umwe cg uruhinja icyangombwa nuko batekereje gushyira hamwe Kandi ngo aho umwe cg babiri bateraniye hamwe Uwiteka aba arikumwe Nabo . Tubifurije amahoro Kandi courage kuko Afrique du Sud ntaho ihuriye murwanda kuko murwanda haba imyigaragambyo iyo Ari abicanyi Gusa bamaze guhaga amaraso yinzirakarengane nibinyoma . Iyo ndaribwaribwa ahakandagira ngo wirebere uko intama zambarwa yatinye gukandagira yo Hari gutahuka amayezi !!!!

NTWARI 05/05/2017 17:28

Nari ndimo nitambukira mu mujyi wa Durban mbona utwo tugabo twigaragambyaga nabonaga ari nka dutatu cyangwa tune, turimo tubangamira abantu bihitiraga tubahereza CD abandi nabo bakatwiyama kuko batanazishakaga. Ngo izo CD rero NGO zari ziriho Filime maye!!! Filime nyabaki SE?! Ngo ni cya gifilime cyitwa Rwanda Untold story. Niba hari igifilime kibishye Kandi cyibeshya ni kiriya!!! Ngo cyakozwe n'umunyamakuru w'umugore ushaje bahaye amafaranga ngo asebye Perezida w'u Rwanda. Ubwose ibyo bi CD nabonaga batanga nk'utanga inzoga y'umushari yaraye babihaga bariya banyafrika y'epfo ngo bibamarire iki? Ngo bitume batabona ko u Rwanda rwavuye habi SE? Ngo bitume batabona ko rugeze ahantu heza SE? Ngo bitume batamenya ukuri kwihishe inyuma y'abanze gutaha mu Rwanda se kubera amahano basize bahakoze? Ngo bimare iki? Ubwose abantu batatu nibo afrika iri buteho umwanya ngo irumva amahamba bavuga ngo barasebya perezida w'u Rwanda?Igihe babomborekaniye se bamusebya byatanze iki?, uretse ko bimaze kuba nk'indirimbo ya karahanyuze, hari ikindi byamaze? Sha bitinde bitebuke ukuri kuzajya ahagaragara maze ibyo bigambo mwitwaza mushaka guhisha amafuti yanyu ya genocide mwakoze ku ngoma zanyu z'ivanguramoko, abandi muhisha amanyanga mwakoze mu gihugu, mukihisha mu bigambo ngo byo gusebya Perezida w'u Rwanda, umunsi ukuri kwabambitse ubusa muzibura! Uretse ko mwatangiye no kubwambara kuko ntamuntu ukinabitayeho. Puuuu nzajya mpora nshimira Imana itarangize interahamwe cyangwa imbwa kuko mbona byose ari bimwe.

Diane Rwigara 05/05/2017 12:44

"Quand ils ont massacré sans jugement les interahamwe, j'ai applaudi des deux mains, ce n'était que justice. Quand ils ont ensuite massacré les Hutu, je n'ai rien dit car je n'étais pas hutu; ceux-ci n'avaient qu'à naître Tutsi. Puis ils se sont mis à tuer des Tutsi, et je me suis dit que ceux-là s'étaient sans doute mêlés de politique; ils n'avaient qu'à fermer leur gueule. Et un jour ils ont tué mon père! Là je me suis levée, réalisant que nous étions tous en danger, que le fascisme n'a pas d'ethnie ni de couleur politique!" Diane Rwigara.

Turi mu rugendo 05/05/2017 21:55

Humura Nshuti. Imana niyo nkuru.
Twese turi mu rugendo, dereva ni imana.
Ntugasitare, kuko amasengesho yanjye aguherekeje.

Alonso 05/05/2017 18:01

n'importe quoi muba mwabuze icyo muvuga Rwanda ni igihugu gihagaze neza muri africa. ibyo mwavuga vyose ibyo mwakora byose ntacyo muzabasha guhindura impamvu zanyu turazizi.Abanyarwanda benshi tuzi ukuri