France : Fillon maintient sa candidature malgré sa possible mise en examen !

Publié le par veritas

Le candidat à la présidentielle française François Fillon au Salon de l'Agriculture à Paris, le 1er mars 2017

Le candidat à la présidentielle française François Fillon au Salon de l'Agriculture à Paris, le 1er mars 2017

François Fillon a choisi mercredi de se maintenir dans la course à l'Elysée malgré sa possible mise en examen, une décision qui alimente la division à droite avec de premières défections, dont celles de Bruno le Maire et des centristes de l'UDI.
 
"Je ne céderai pas, je ne me retirerai pas". "J'irai jusqu'au bout", a déclaré le candidat des Républicains devant la presse à son siège de campagne. "Ce n'est pas moi seulement qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle", a-t-il clamé. Son entourage avait annoncé cette déclaration après le report de dernière minute mercredi matin de la visite de l'ancien Premier ministre au Salon de l'Agriculture. Il s'y est finalement rendu dans l'après-midi au milieu d'une cohue de caméras dans une marche rythmée au son de ses partisans ("Fillon, président") et de ses adversaires ("Voleur! Rends l'argent").
 
Après une matinée d'intenses spéculations, François Fillon, déstabilisé par les affaires, avait fini par expliquer : "Mon avocat a été informé que je serai convoqué le 15 mars par les juges d'instruction afin d'être mis en examen". Il a assuré qu'il se rendrait bien à cette convocation, non sans tirer à boulets rouges contre l'institution judiciaire. Sa femme Penelope, visée par des accusations d'emplois fictifs comme collaboratrice parlementaire ainsi qu'à La Revue des Deux Mondes, est également convoquée à des fins de mise en examen.
 

Commenter cet article

kalisa 02/03/2017 10:04

Nubundi Fillon yatwaye umwanya wa Alain Juppé. Nabe umugabo avanemo Candidature ye nkuko yabitangaje ko n'ahamwa n'icyaha azavanamo ake karenge. Uriya mujyanama we weguye ni akaghabo.

10défendrelajustice76 02/03/2017 03:16

Les violentes attaques verbales proférées par M.Fillon contre la justice (relevant de l’ « outrage à magistrat »)et les médias sont indignes d'un candidat à la présidence de la République.Ces attaques en disent long sur la « moralité »,l’« honorabilité » de cette figure incontournable de la sarkozie.Le président de la République,conformément à la constitution,se doit d'être le gardien des institutions.Les propos de M.Fillon (« coup d’Etat institutionnel », « assassinat politique », « guerre civile »…etc)témoignent d'une absence totale de maîtrise de lui-même comme d'un rapport perverti à la LOI (notamment constitutionnelle).La dangerosité du personnage pour la stabilité du pays ne peut plus être ignorée,niée.Notons enfin que M.Macron a fait preuve,en la circonstance,d'un réel sang-froid et d'une hauteur de vue qui l'honore:tolérance zéro pour les délinquants.M.Macron a marqué un point comme l'on dit dans une société politique qui est traversée par de fortes turbulences.

Nkongoli 01/03/2017 23:46

Ibya Fillon biratangaje! Ntabwo ashobora gutsinda amatora mu Bufaransa nk'igihugu gifite demokarasi isesuye, icyakora ari nko mu Rwanda ho yayatsinda kuko abaturage batorerwa bo bakaba badatora! Kiretse kandi niba Fillon yizeye ko Putine ashobora kuzadurumbanya amatora mu Bufaransa nkuko yabikoze muri Amerika Trump agatorwa ariko kubikora mu gihugu nk'Ubufaransa ntibyoroshye!! Ibyo amatora yo mu Bufaransa birimo urujijo rwinshi kuburyo buri munota havuka affaires nshya!

lilima 01/03/2017 22:22

Ntacyo turabona koko. Umenye kuli ino si ,ntamuntu utabeshya: Fillon yalivugiye ati nzahagalika ibyamatora umunsi,abacamanza bankoreye mise en examen,none ati nzakomeza?
Undi nawe ati niba narahanuye indege,bivuze iki,ko nawe iyo antanga yali kunyica. Ntibuteye kabili,,bati yahanuwe n'ingabo ze?