Démission d'une responsable de l'ONU après l’annulation d'un rapport critique envers Israël

Publié le par veritas

le secrétaire général de l’ONU  Antonio Gutteres

le secrétaire général de l’ONU Antonio Gutteres

Rima Khalaf, secrétaire générale adjointe des Nations unies, a présenté vendredi sa démission après que le secrétaire général de l'ONU lui a demandé d’annuler un rapport accusant Israël de soumettre les Palestiniens à un régime d'apartheid.
 
Le conflit israélo-palestinien n’en finit pas de susciter des remous à l’ONU. La secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale des Nations unies (CESAO), Rima Khalaf, a présenté vendredi 17 mars sa démission après que le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres lui a demandé l’annulation d’un rapport rédigé par ses soins. Le rapport estime qu'Israël a soumis les Palestiniens à des conditions de vie pouvant s'apparenter au régime d'apartheid.
 
"Le secrétaire général de l'ONU m'a demandé hier matin de retirer (le rapport), je lui ai demandé de reconsidérer sa décision mais il a insisté. Sur ce, je lui ai présenté ma démission de l'ONU", a annoncé Rima Khalaf lors d'une conférence de presse à Beyrouth. Basée à Beyrouth, la CESAO est composée de 18 pays arabes, dont l'État de Palestine en tant que membre à part entière. Elle œuvre à renforcer la coopération et à promouvoir le développement entre ces pays.
 
"Crime d’apartheid"
 
Selon ce rapport, les Palestiniens sont soumis à une "fragmentation stratégique" permettant à Israël d'imposer une "domination raciale" avec des lois différentes en fonction des régions. "Israël est coupable d'imposer un régime d'apartheid au peuple palestinien, ce qui correspond à la commission d'un crime contre l'humanité", y est-il écrit. Le 15 mars, les États-Unis, principal allié d'Israël, ont réclamé le retrait du rapport de la CESAO, se disant "outrés" par le texte qui conclut que l'État hébreu est "coupable de politiques et de pratiques constitutives du crime d'apartheid".
 
"Qu'une propagande à ce point anti-israélienne émane d'une organisation dont la quasi-totalité des membres ne reconnaissent pas Israël n'est pas surprenant", a commenté l'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley. "On s'attendait bien sûr à ce qu'Israël et ses alliés exercent des pressions énormes sur le secrétaire général de l'ONU pour qu'il désavoue le rapport et qu'ils lui demandent de le retirer", a réagi, pour sa part, Rima Khalaf, de nationalité jordanienne, lors de son point de presse. Le secrétaire général a également pris ses distances avec le rapport, indiquant par la voix de son porte-parole Stéphane Dujarric que "le rapport en l'état ne reflète pas les positions du secrétaire général" et qu'il a été rédigé sans consultations avec ce dernier.
 
"Renforcer la crédibilité de Guterres" vis-à-vis de Washington
 
D’après des sources de France 24 à l’ONU, le secrétariat général avait pourtant pris connaissance de ce rapport depuis plusieurs mois. Le document a été diffusé, sans être rendu public, dès le 15 décembre 2016, avant la nomination de Gutteres. Ce dernier aurait eu tout le loisir de le contester avant sa publication mercredi. Après un peu plus de trois mois en poste, le secrétaire général de l’ONU semble avoir partiellement cédé aux pressions de l’administration Trump qui cherche à réduire les critiques vis-à-vis d’Israël. "En un sens, cette mini-crise constitue une bénédiction politique pour Guterres : il avait désespérément besoin de montrer aux États-Unis qu’il n’était pas anti-Israël. Son agacement vis-à-vis de ce rapport et la démission de Khalaf lui permettent de renforcer sa crédibilité auprès de Washington", a expliqué Richard Gowan, spécialiste de l'ONU au Conseil de l'Europe pour les Affaires étrangères, à France 24.
 
L’expert estime toutefois que les États-Unis vont continuer d’exercer une pression sur Guterres qui risque cependant de perdre sa crédibilité auprès des pays arabes. " Cet incident va achever de porter atteinte à l’image de l’ONU dans le monde arabe et laisser penser aux officiels de l’institution que Gueterres ne les protègera pas des pressions américaines à l’avenir. Il y aura une crainte que le secrétaire général soit prêt à sacrifier des individualités pour préserver le bon fonctionnement de l’organisation". C’était la deuxième fois depuis la prise de fonction d’Antonio Guterres que celui-ci demandait à Rima Khalaf de retirer un rapport. Le premier était un document portant sur l’injustice dans le monde arabe.
 
France24 avec AFP

Commenter cet article

USA 19/03/2017 19:49

Na Boutros Ghali yali umugabo- Mapping Report yaheze hehe?Onu ntabwo ikili umulyango, ni i Karita y'ikigarasha gusa. Yagombye kuvaho purement et simplement. Donald Trump wenda wabona avanyeho iliya salle ya cinema.

Yahya 19/03/2017 01:12

Muvandimwe, iyo abarabu Banga abanyafurika biral ntiyari kuba muszin wa Muhammad saw . ibibarimo Imana izabishyira hanze

kilimambogo boys 18/03/2017 18:03

ariko mubitabo (ibitabo feki kuko ibivuga ukuri barabitwitse) byitwa ko ari iby'Imana ntibasiba kutubeshya ngo aba nya israheri n'ubwoko bw'imana ! waba ubwoko bw'imana ugakora amahano nkayo izombwa zikora depuis des milliers années ?! imbwa zishe Yezu umwana w'imana ?!!!
sinzi ikigoryi cy'umunyafurika nigeze kumva kivuga ngo abatutsi n'abayahudi !!! ahahaahh ntabwoko kw'isi bwanga abirabura kurusha abajuif n'abarabu (bose bakomoka kumuntu umwe abraham)

African Value 18/03/2017 16:45

mubange imiheto, amacumu nimyambi muvunire umuheto izo mbwa ngo UN. naho ibindi mubyibagirwe. usibye namabuye ya Congo bakeneye namagufa yanyu, impfiko, ubwonko, ibihimba byanyu byirondoka, nibindi bice byose byimibili yanyu yabanyafrika. beshi mwibeshya kubazungu kuko mutari mubazi. ubu twarabamenye cyane. nimukanguke bwakeye kera cyane. harya hamaze kwicwa million magana angahe muri afrika yibiyaga bigali, inkoramaraso zifatanyije nande? zihagarikiwe nande? zikurahe izo ntwaro nibikoresho byose bakoresha? babihabwa nande? amadolar yisuka buri munsi aho kwa Bukarabankaba kubera iki?
Twese tuva amaraso atukura. iyo utarereka abazungu ko nawe uri umuntu nkabo barakwica kugeza no kubagukomokaho bose bashize kuko baba babona uri ikintu utari umuntu. gewe mfite Caranichikove yange ngendana. mbere yuko umwanzi wange anyica ndamutanga nkamushyira aho ashaka kunshyira. burya sibwabundi. nkeneye kubaho ntanumwe umpa kubaho keretse uwandemye. musome Bible mumenye neza cyane ko Imana yaremye abantu ikabaha byose ngo birwaneho, kandi kuva na kera kose birwanyeho muntambara zitandukanye. ntimukayobe ngo mwitwaze Imana cg Bible aho kwirwanaho. iyo ubuze ubwenge Imana irakureka ugahinduka ikivume kubera kubura ubwenge, ukicwa kandi ntihagire inkurikizi nimwe.

mbwira abumva nimwene kanyarwanda.
Reaction and Action ningombwa cyane kuri twe abanyafrika bo muri great lakes region. na nyina wundi abyara umuhungu. African Value as we Africans.

Tuzizibuyelyakongo 18/03/2017 14:47

Igihe cy'ilimbuka ly'iyi ONU yamaze abantu kizagera lyali ? Ibeshya ko ishinzwe amahoro ; abayikulikiye ikabicisha . Yimitse " les 3 kakas" muri Afrika y'ibiyaga ; aba batutsi bakora ampire hima_tutsi ; babigeraho bishe miliyoni zitabalika zabanyafrika y'ibiyaga. Ingabo zabo ziba RDC zimarayo iki ? Guhagarikira ubutegetsi bwaba Kaguta-kabange_kagame ? Ingabo bongeza muri Kongo ni iziki ? Ko mbona uretse kuvoma ibuye ;bapfa buri munsi irebera kuva 1990 kugeza ubu !
Uburasirazuba bwa RDC ngo mu myaka 50 ntibuzaba bugishobora guturwa : ubutaka n'amazi yi kuzimu biri kwanduzwa (=uburozi buva mu mabuye acukurwa) kubera gutaganyura itaka basahuranwa amabuye yagaciro . ONU n'ibihangange biyigize ; ubushinwa ; ibihugu bikikije RDC ; abaperezida biyi ampire hima-tutsi bose balimo kurashya itaka bayora muri Kongo byose bikulilira i Kigali ; ariyo mpamvu u Rwanda rwose ari igisoda gusa gusa kuko abaturage babishe ; nutishwe arabundabunda ngo atamenwa umutwe.
ONU imaze iki cg yakoze iki muri Afrika y'ibiyaga ?
Ibyo tuzi bibi yadukoreye ni bike . Kuko imiti n'impungure bihumanye yatugabuliye bizamenywa n'abaramuke bazadukomokaho.
Niba isi yose yabakene ilira kubera ONU .
Ndibuka indege za ONU zigenda hejuru yimitwe yimpunzi nka eclaireur inkotanyi zikulikira zica ; ONU yarangiza iti mfite genocide yakozwe ninkotanyi mu kabati ariko sinayisohora kuko tugikeneye kuguma hano kubera ili buye lya Kongo !Uyu mulyango ushinzwe iki ?