RDC : 200 ex-combattants du M23 investissent une localité dans l’est

Publié le par veritas

RDC : 200 ex-combattants du M23 investissent une localité dans l’est
Plusieurs centaines d'ex-combattants de la rébellion congolaise du Mouvement du 23 mars (M23) ont investi dimanche (15 janvier 2017) une localité dans l'est de la République démocratique du Congo, après trois années d'exil en Ouganda où ils s'étaient réfugiés, ont affirmé les autorités de Kinshasa, des informations démenties par Kampala.
 
Dans la nuit de samedi à dimanche, deux colonnes de ces ex-combattants du M23 ont investi Ishasha, dans la province du Nord-Kivu (est) à la frontière avec l’Ouganda, a affirmé le gouvernement, précisant que les ex-rebelles étaient au moins deux cent. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a affirmé à l’AFP que les Forces armées de RDC (FARDC) se battaient dimanche « contre ces personnes venues de l’Ouganda et qui normalement devaient se trouver en Ouganda sous la responsabilité des autorités de ce pays ».
 
Le chef militaire du M23, l’ex-général des FARDC, Sultani Makenga, est accusé par Kinshasa d’être à la tête de l’un des deux bataillons qui ont pénétré dans Ishasha (155 km au nord-est de Goma, capitale du Nord-Kivu). Aucun responsable militaire n’était toutefois disponible pour confirmer d’éventuels affrontements à Ishasha. « Notre antenne à Ishasha confirme la présence des éléments du M23 dans cette cité (…) où ils contrôlent plusieurs axes (…), mais il n’y a pas encore de combats ou d’affrontements », a rapporté à l’AFP Omar Kavota, directeur du Centre d’étude pour la promotion de la paix, de la démocratie et les droits de l’homme (Cepadho), basé dans la ville de Beni (est).
 
Le ministre ougandais des Affaires étrangères, Henry Okello Oryem, a vivement réagi à ces affirmations. «Le fait que l’Ouganda armerait ou autoriserait les rebelles du M23 à se baser ici (en Ouganda, ndlr) pour déstabiliser la RDC est le fruit de leur imagination. Pourquoi l’Ouganda devrait armer les rebelles du M23 ?», s’est exclamé le ministre, interrogé par un journaliste de l’AFP dans la capitale ougandaise Kampala. Le gouvernement de Kinshasa devrait plutôt « se concentrer sur les problèmes de gouvernance dans leur pays », a ajouté le ministre.
 
« Une recette bien connue »
 
Dernier mouvement des rébellions à dominante tutsi soutenues par le Rwanda et l’Ouganda dans l’est de la RDC, le M23 avait été défait en novembre 2013 par l’armée congolaise, appuyée par les Casques bleus de la mission de l’ONU en RDC (Monusco), après dix-huit mois de guérilla au Nord-Kivu. En décembre 2013 à Nairobi, le M23 et Kinshasa avaient signé des engagements, notamment pour ouvrir la voie au rapatriement de la plupart des combattants de l’ex-rébellion en vue de leur réinsertion dans la vie civile.
 
Mais depuis, selon Kinshasa, seuls 193 miliciens sur 1.500 ont été rapatriés d’Ouganda et 13 sont volontairement rentrés du Rwanda sur les centaines qui y étaient hébergés. En février 2013, 11 pays africains (RDC, Angola, Congo, Afrique du Sud, Centrafrique, Burundi, Rwanda, Soudan du Sud, Ouganda, Zambie et Tanzanie) avaient signé l’accord-cadre d’Addis Abeba, selon lequel Kinshasa s’engageait à une réforme du secteur de la sécurité, tandis que ses voisins s’engageaient à ne soutenir aucune rébellion sur le sol congolais.
 
En novembre dernier, Kinshasa avait accusé certains de ses voisins, sans les nommer, d’être de « mauvaise foi » dans l’application des engagements pris en 2013. Kinshasa faisait allusion au Rwanda et à l’Ouganda qui refusent toujours d’extrader des personnes poursuivies par la justice congolaise et qui se sont réfugiées sur leurs sols respectifs. De son côté, la RDC avait remis en octobre aux autorités rwandaises le chef des renseignements de la rébellion hutu des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Et en août, c’est le responsable de la sécurité du chef des FDLR Sylvestre Mudacumura qui était renvoyé à Kigali après son arrestation.
 
Mais pour le « Rassemblement », coalition de la majeure partie de l’opposition en RDC, les informations sur le retour du M23 dans l’est sont « une recette bien connue », a estimé dimanche un responsable du Rassemblement interrogé par l’AFP. « Chaque fois que le président (Joseph) Kabila perd du terrain sur le plan politique, il réactive des groupes armés en vue de récréer la situation d’avant », a commenté cet opposant sous couvert d’anonymat.
 
JA

Commenter cet article

AKIBISAMBO KASHOBOTSE 16/01/2017 14:59

Ubwo NZARAMBA wasanga yageze Ikambere ubwo MAKENGA YUBUYE INTWARO. MWIBUKE ko NTAGANDA ARI KUYACEKWA.

ESE MWAMENYE KO NA CYAKIGEGA CYA KILINGTONI (Clinton Global Initiative) ako gatsiko k'AMABANDI (Evodi said) Ubu Kiri gukinga imiryango yacyo....

MUTEREMUKO
VUVE TRUMP.

kalisa 16/01/2017 14:47

Ibya Congo ni agahomamunwa! uyu munsi niho twijihije isabukuru ya 16 y'urupfu rwa Kabila Père. Ngo yishwe na Kadogo (musome Jeune Afrique y'uku kwezi).Mu by'ukuri birazwi ko Kabila wanze kuva ku butegetsi ni mwene wabo na Kabarebe. Ariya masezerano aherutse gushyirwaho umukono abasenyeri babigizemo uruhare ntabwo azashyirwa mu bikorwa kuko ba mpatseibihugu bagomba kuguma gucukura amabuye muri Congo. Inzira yo kuburizamo ariya masezerano ni ugushoza intambara na za M23 gutyo umutekano ukabura, amatora akigizwayo babyita gukina Prolongations!!!

Mupagasi 15/01/2017 21:48

@ Uwera Caritas,

Niko sha!! Uziko uri inkaritasi koko! Ese mbere yo gushyanuka wagiye usubira mu mateka ko ntashidikanya ko wahura n'amasomo yagabanya ubwo bugoryi bwawe!!
Nikoye? Uzabaze mbere yuko abo bacancuro benewanyu bigarura urwanda rwategekwaga n'ababarusha ubugome nuko batashoboye gusimbuka imitego yanyu.
Uzabaze igisobanuro ry' ijambo:" UZI ICONDICO??".
Nusobanukirwa icyo ryavugaga, abarikoreshaga n'uko bakubiswe bizagufasha kwiyoroshya no korohera abandi.

Uwera Cartas 15/01/2017 19:58

Ngaho nimuyirwane se dore ko mugira amagambo yabarenze kandi aragira ibikorwa!!
Nababwiye kenshi ko abahutu intwaro yanyu ari ukubwejagura, ko muzahorana umuvumo wo kwangara ubuzima bwose kandi igihugu cyose kizabakira kitazagira amahoro.

Ngaho nimugire icyo mukora se kitari ukubwejagurira kuri Internet no kumarana!!

Muzanga kumva ariko ntimuzanga kubona!!!

Sam 16/01/2017 00:24

Ariko bavandimwe, mwarekaga gutukana muvangamo namoko, iyuvugako abahutu aribigoryi ujye ubanza kwibaza ngo mbese nuwabaremye nikigoryi? Noneho utekereze uwakuremye atandukanye ate nuwaremye umuhutu, muvandimwe, niba kagame yarigishije abatutsi urwango no kuryanishamoko yibaniraga neza , azabibazwa niyaremye abo bantu yateranije akabigisha kwangana, kuva kera kose sinigeze mbona haraho umututsi yanganye numuhutu , basangira akabisi nagahiye, uko kagame yoheje abatutsi babacongomani bagahunga igihugu ntawubirukanye, abavandimwe bachu bakajya kugundira iyubuhungiro muli uganda tubireba , byababaje buli muntu wese, none dore ingaruka yabyo yabaye umuzi wo kwichana no gutekimitwe ngo abahutu barabanze, nta muhutu wanze umututsi cyangwa ngo amuvangure, abatutsi bo muli congo banzwe na kagame wabatesheje igihugu chabo nanubu bikaba byarabyaye intambara yakarande bitwazako barengera bene wabo bali badafite nikibazo nakimwe, politike mbi ya kagame niyo ihejeje abavandimwe ninchuri zachu ishanga ngo azabashorera abahe congo da! Azarinda yipfira ntayo abahaye naba Makenga biha kurimbura abantu ngo bararwanira igihugu , baligutamwanya wubusa ahubwo urwo yasimbutse ejo bundi nirwo yagaritse kwisanganiza, umbabaje ni shefu wacyu Mwambutsa watabaye abanyejomba inkotanyi zirariye kubamara ngo ziri guhora, ariko bene wachu mwakwitahiye mukaza mukibera mu byanyu ko nta handi byagiye? Tukongera kwibanira uko twahoze twisangirira amata mukava kugasi ka kibuye !

Niyonzima jean de Dieu 15/01/2017 22:52

Inyenzi rwose mugira amayeri ariko mugashyir mo nu ubugoryi. Uyu wiyita Mupagasi ubu aziko yarangije abantu. Ese NIBA MURI IBICUCU mutekereza ko abandi badafite ubwenge bwo gushyishoza . Ubwo uri hanikiye wowo niyo ndaya Muskiwa caritas muhani ijyambo ngo muri kuyobya uburari? Imvugo yi Inyenzi irazwi neza kuburyo ni igitambambuga bizabagora kugitega imitego nkiyo.