Pourquoi Joseph Kabila s'accroche au pouvoir en RDC ?

Publié le par veritas

Pourquoi Joseph Kabila s'accroche au pouvoir en RDC ?
Le mandat du président Joseph Kabila, son dernier d'après la Constitution, a expiré mardi 20 décembre. Il refuse pourtant de céder sa place à la tête de la République démocratique du Congo.
 
Il s'est à peine exprimé depuis le début de la crise. Joseph Kabila parle peu et se montre peu depuis son arrivée au pouvoir en 2001. Après deux mandats, le dirigeant de 45 ans doit laisser sa place, d'après la Constitution de la République démocratique du Congo. Sauf que le président congolais a reporté sine die la prochaine élection présidentielle.
 
Kabila a perdu le soutien de son peuple
 
Successeur de son père, Laurent-Désiré Kabila, assassiné par son garde du corps, Joseph Kabila a été élu à deux reprises (2006 et 2011) mais les scrutins avaient été entachés par des soupçons de fraude. En 2016, une grande partie des Congolais n'en veulent plus et lui adressent un carton rouge symbolique pour l'expulser du pouvoir.
 
Kabila veut préserver sa fortune
 
L'insondable Joseph Kabila s'accroche à la présidence, notamment parce qu'il craint de voir disparaître son immense fortune. "Lui et sa famille ont amassé une énorme somme d'argent, explique Ida Sawyer de l'organisation Human Rights Watch. On parle de centaines de millions de dollars et le fait qu'ils continuent à amasser tout cet argent donne l'impression que cette famille présidentielle ne s'apprête pas à partir."
 
Kabila divise pour mieux continuer à régner
 
Au-delà des intérêts financiers, Joseph Kabila craint peut-être pour sa vie. Il s'est fait de nombreux ennemis au cours de ses quinze années de pouvoir. Le report de la présidentielle est également une manœuvre pour diviser l'opposition et surtout gagner du temps. Les évêques catholiques qui supervisent les pourparlers espèrent un accord avant Noël.
 
Sauf que Kabila semble inflexible. Il a récemment nommé un nouveau gouvernement et réprime encore les manifestations réclamant son départ. Mardi des heurts dans les principales villes du pays ont fait 22 morts selon la police nationale (26 selon Human Rights Watch). Par crainte de l'embrasement, Etienne Tshisekedi, chef de file de l'opposition congolaise, a appelé à "résister pacifiquement".
 
 
Source : franceinfo

Commenter cet article

Gms 23/12/2016 00:41

Joseph Kabila ni umutsi wumunyarwanda wiyitiriye ko ari umukongomani kandi ari umwega wumututsi mwene wabo wa Kagome. Ariko ngo bari kubaka Hima Tutsi murii afrika yibiyaga bigali nari nibagiwe. Nibubake ntibabe bubaka hejuru yumusenyi. Bafite amerika bazabubakira umunara ubajyana muri Marsi ntibazatura kwisi da!

Rufangura 22/12/2016 22:14

"Successeur de son père, Laurent-Désiré Kabila", aba bazungu barasetsa pe, uriya harya ngo ni mwene Kabila hahahahahahahahahahahahaha, bazamukorere examen ya DNA maze barebeko abemerera....
Naho ubundi aka kagabo kagomba kwizirika ku butegetsi kuko kakoze amabi menshi gatinyako bazakabaza, usibyeko it's a matter of time nubundi ararushywa n'ubusa.

Aratinya ibyo yakoze 22/12/2016 15:01

Aratinya ibyo yakoze. Ukora ibyiza, ukabisanga imbere yawe, wakora bibi, nabyo bikaguherekeza iziraherezo.
Ashaka kuhasiga ubuzima.
Ikibazo rero, ni uko ba bicanyi ba Ruharwa, aribo ba mbere batinya URUPFU, kuko baba baruzi, kandi barigize indakoreka...
Ngirango mwabonye umugabo Idi Amin yiruka "kibuno mpa amaguru", abasoda ba Nyerere bamwirutse inyuma!