Libération anticipée de Ferdinand Nahimana et l’abbé Emmanuel Rukundo condamnés par le TPIR

Publié le par veritas

Libération anticipée de Ferdinand Nahimana et l’abbé Emmanuel Rukundo condamnés par le TPIR
Le Mécanisme de l'ONU pour les tribunaux internationaux, qui a pris le relais du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a annoncé mercredi 14 décembre avoir accordé une libération anticipée à deux des condamnés du TPIR pour leur rôle dans le génocide au Rwanda, un historien et un abbé qui avaient écopé de lourdes peines, respectivement trente et vingt-trois ans de prison. Ils avaient déjà tous deux accompli les deux tiers de leur peine.
 
Il s'agit de l'historien Ferdinand Nahimana et de l'abbé Emmanuel Rukundo, deux des figures parmi les plus connues des condamnés du TPIR, et qui étaient tous deux détenus jusqu'ici dans la prison de Koulikoro au Mali, en vertu d'un accord entre ce pays et le TPIR. Une décision prise par le Mécanisme de l'ONU pour les tribunaux internationaux le 5 décembre mais qui n'a été annoncée sur son site que depuis hier, mercredi 14 décembre.
 
Et pour justifier cette décision, deux motifs invoqués par le président de ce Mécanisme, le juge Theodor Meron : le fait que dans chacun des deux cas, le condamné a déjà purgé les deux tiers de sa peine, mais aussi le fait qu'il a montré « des signes de réhabilitation qui militent en faveur de sa libération ».
 
Les deux hommes ne sont pas les premiers venus. Le premier est docteur en histoire de l'Université Paris VII-Jussieu et ancien professeur à l'Université du Rwanda. Agé aujourd'hui de 66 ans, Ferdinand Nahimana est parmi les fondateurs de la fameuse Radio Mille Collines, qui a joué un rôle de premier plan dans le génocide rwandais qui a fait plus de 800 000 victimes, essentiellement des Tutsi. Reconnu coupable notamment d'entente en vue de commettre un génocide, il a été condamné en appel à trente ans de prison dans le fameux « procès des Médias de la haine ».
 
Le second est un des rares prêtres condamnés pour son rôle dans le génocide rwandais. Aumônier de l'armée dans le nord du pays, l'abbé Emmanuel Rukundo a été condamné à vingt-trois ans de prison pour avoir aidé et encouragé à commettre le crime de génocide dans sa préfecture d'origine, Gitarama, dans le centre du Rwanda. Le Rwanda, justement, n'a pas encore réagi officiellement à cette double annonce mais nulle qu'elle sera sévèrement critiquée comme cela est déjà arrivé.
 
Certains milieux rwandais estiment en effet qu'il s'agit d'une minimisation du génocide de 1994.
 
RFI
 

Commenter cet article

kilimambogo boys 18/12/2016 00:44

kuri veritasinfo ! mujye mureka gukora copier coller y'amakuru yuzuye ibinyoma yandikwa n'abazungu SVP !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

CESAR 16/12/2016 23:25

"Certains milieux rwandais estiment en effet qu'il s'agit d'une minimisation du génocide de 1994.."

Il aurait été logiquement de dire « certains milieux de Tutsi Rwandais..... ».
Ces milieux ne sont en réalité que ceux qui ont fait le génocide dit des Tutsi un fonds de commerce. Sur ces personnes qui ont été anticipativement libérées étaient prisonniers de l'ONU.
1/ Sur Professeur Nahimana, le TPIR n'a jamais apporté les preuves des faits invoqués à son encontre. Il a été condamné uniquement pour avoir été un des initiateurs de la création de la RTLM. Il convient de précise que RTLM n'était écoutéeque sut une partie de Kigali et que les massacres ont été commis sur l'ensemble du Rwanda (voir jugement du TPIR Affaire Nahimana Ferdiand sur la Toile). Certes, il y a eu dérapage de certains journalistes mais leurs propos ne peuvent certainement un crime et encore moins un génocide des Tutsi. A côté des journalistes de la Radio Muhabura, ils étaient des nains Dans l'affaire Nahimana, les juges du TPIR ont refusé de comparer les émissions de la RTLM avec celles de Radio Muhabura.
2/ Les soi disant témoins à charge contre l'Abbé Emmanuel Rukudondo étaient des témoins fournis par le gouvernement après une formation dispensée par les membres de la police politique et payés par le TPIR pour charger cet abbé. Certains ont avoué avoir été payés pour fournir un faut témoignage contre ce religieux. Par ailleurs, même un débile mental comprend parfaitement qu'au regard de la situation d'ensemble de notre pays après l'assassinat du Président Habyalimana par Kagame, il est hasardeux pour quiconque qui n'est pas frappé de dysfonctionnement intellectuel de soutenir qu'un religieux avait le pouvoir d'empêcher les massacres des Tutsi. Enfin, Kagame avait déployé des milliers de soldats lourdement armés à Kigali et dans les préfectures. Or, force est de constater qu'il n'a rien fait pour sauver les siens.Que celui qui connaît les noms des Tutsi qui ont été sauvés par Kagame dise leurs noms et prénoms et leurs lieux de résidence.
Le génocide est une qualification juridique d'un fait criminel et nullement un fait. Il est chanté sur tous les toits par Kagame et les siens ainsi que les excroissances de son régime opérant à l'étranger.Il est devenu un mont vulgaire que les intéressés utilisent comme bon leur semble.Il ont transformé une qualification juridique d'un fait en un fait. Pour rendre crédible leur la nouvelle définition du génocide, Kagame, les siens et les excroissances de son régime opérant à l'étranger, ils chanté répétitivement et colporté à grande échelle le mot « génocide des Tutsi » sur les radios, télévisions, journaux et tous les autres canaux de communication moderne. Le constat est qu'ils ont évité d'exposer chronologiquement les faits portant sur les crimes qui ont été commis au Rwanda, le tout éviter d'être démasqués. Eviter d'être démasqués car l'exposer chronologiques des faits confirme l'existence des crimes qui ont été commis contre les Hutu, les Tutsi, les Twa, les réfugiés burundais qui étaient au Rwanda depuis les années 70 d'une part infirme l'existence du génocide dit des Tutsi. Dans le Rapport dit Mucyo contre la France, il est expressément indiqué que le FPR organisation politico-militaire qui incarne les Tutsi a déclenché une guerre contre le gouvernement rwandais d'alors aux seules fins de s'emparer du pouvoir par la force et instaurer un nouveau régime, version Kagame, que des milliers de Tutsi du Rwanda, des pays voisins du Rwanda et d'ailleurs ont quitté leur travail, les écoles et universités pour s'enrôler massivement dans le FPR contre leur propre pays, que des hommes d'affaires rwandais ont significativement financé la guerre contre le Rwanda et le gouvernement qui les a rendu millionnaires par la possession de l'économie rwandaise à plus de 80%. Il ressort de ces aveux sans équivoque de Kagame que ce sont les Tutsi qui les premiers ont commencé les massacres des Hutu, que ce sont les Tutsi qui ont décapité, le leadership Hutu, que la commission de ces crimes était une condition sine qua none pour s'emparer du pouvoir par la force, dans un Rwanda en voie de démocratisation et politiquement pluraliste et l'exercer au sein d'un régime purement Tutsi. Les massacres contre les Tutsi sont la conséquence inéluctable des crimes commis par les Tutsi contre les Hutu. J'ai maintes fois aux demandé aux théoriciens du génocide des Tutsi d'expliquer comment en fait et en droit les Tutsi peuvent être victimes du génocide, qualification juridique des crimes, conséquence de leurs méfaits contre les Hutu. Une fois de plus, aucun Rwandais ne peut nier les crimes qui ont été commis contre les Tutsi. Toutefois, leur qualification juridique de »génocide » tel que celui-ci est défini par le code pénal de notre pays pose problème. Crier sur tous les toits« génocide des Tutsi » ne peut nullement permettre de qualifier de génocide les crimes qui ont été commis contre les Tutsi Rwandais. Il faut apporter les preuves y afférentes quant à l'effectivité de cette qualification. Or, jusqu'à ce jour, ni Kagame, ni le TPIR ni quiconque autre n'a jamais apporté les preuves irréfutables de l'existence du génocide dit des Tutsi. Pour opérer une fuite en avant, Kagame a pénalisé toute demande d'un débat entre Rwandais sur les crimes qui ont été commis dans notre pays, indifféremment d'ethnie des victimes. Exposer oralement ou expressément les faits à savoir le déroulement chronologique de la commission de ces crimes constitue un crime de négationnisme du génocide des Tutsi et de crime de divisionnisme, lourdement punissable. Kagame a fait le génocide dit des Tutsi un instrument d'oppression contre les opposants Hutu et de chantage contre la France d'une part et un fonds de commerce d'autre part. Un fonds de commerce car des étrangers qui viennent ici au Rwanda sont conduits comme des moutons au Mémorial et payent des dollars US pour regarder des milliers de cranes de victimes rwandaises, réduites aux seules victimes Tutsi, exposés par lui. Le tout au mépris de la tradition séculaire de notre pays qui requiert le respect des morts quels qu'ils soient. Kagame a transformé les cranes des Rwandais en produits d'exhibition touristique afin qu'ils puissent rapporter des dollars. Le génocides est un crime d'une particulière gravité que tout homme pourvu d'humanité ne peut se permettre d'évoquer à tort et à travers. Exposer les cranes des Rwandais au titre de produits touristiques constitue une insulte à l'endroit des victimes.
Kagame a ordonné l'exhumation et la réduction en miettes des restes des Présidents Mbonymutwa et Kayibanda. Le Président Kayibanda n'a jamais profané les tombes d'anciens rois du Rwanda alors qu'ils avaient à leur actif des milliers de cadavres de Hutu et Tutsi de basses conditions ou qui avaient déchus de leur Ubututsi par le roi. En criant sur tous les toits « génocide des Tutsi », l'objectif visé par lui est double.Il entend en tirer financièrement partie par les aides financièrement accordées à un pays qui sort du génocide directement gérées par lui et dont une partie est placée dans les paradis fiscaux et bénéficier d'impunité pour les crimes abominables qu'il a commis non seulement contre des millions de Hutu mais également contre les Tutsi sans oublier des millions de cadavres de Congolais. La France est membre du Conseil de Sécurité. Elle peut jouer un rôle majeur dans la création d'une Commission internationale d'enquêtes sur les crimes qui ont été commis au Rwanda et en RDC contre les Rwandais et les Congolais. Elle peut également s'associer aux actions portant condamnation et sanctions contre Kagame et les siens pour violations massives des droits de l'homme au Rwanda contre les opposants. Pour que la France reste passive, Kagame lui fait du chantage en accusant ses soldats qui ont opéré au Rwanda avant 6 avril 1994 d'avoir commis le génocide des Tutsi et colporté à grande échelle ses accusation avec l'appui de ses excroissances françaises. Il a même accusé l'ambassadeur français à l'ONU en 1994 d'avoir commis le génocide des Tutsi. En utilisant le mot « génocide des Tutsi » à tort et à travers et en accusant les autorités civiles et militaires françaises d'avoir commis le génocide des Tutsi, il a lui-même confirmé l'inexistence de celui-ci. Il a ôté toute crédibilité à ses affirmations. Celles-ci ne sont que des divagations et doivent être retenues comme telles. Une mise au point : les crimes qui ont été commis commis contre certains Tutsi ne sont pas à prouver. Le problème que je soulève depuis plusieurs années est celui de leur qualification juridique au regard de l'examen chronologique des faits portant sur le drame rwandais et de la définition du génocide donnée par la loi rwandaise. J'ai écopé cinq ans ferme pour négationnisme du génocide dit des Tutsi et divisionnisme pour avoir soulevé ce problème qui est strictement juridique. En privé, certains juges rwandais, reconnaissent qu'il est hasardeux d'invoquer contre un accusé la planification du génocide contre les Tutsi sans préalablement les preuves corroborant l'effectivité des faits invoqués et de leur qualification juridique. Etant les obligés de Kagame et non pas les juges au service de la justice pour tous les Rwandais, ils exécutent les décisions de Kagame. Les affabulations et divagations de Kagame sont, en principe, la loi que les juges doivent appliquer et la loi qui a été votée par le parlement rwandais et promulguée par Kagame en personne, l'exception. Aux juristes rwandais d'éclairer les Rwandais, profanes en droit: comment et pourquoi, les crimes qui ont été commis contre les Tutsi sont constitutifs de génocide ou ne sont pas constitutifs de génocide.

Kabera 16/12/2016 23:14

"Ntabwo twabwira impunzi z'abarundi 80.000 ,ngo nibahambire,batahe iwabo, kuko ikibazo nyamukuru ,ali ingaruka zababaho" dit Kagame, Umuti se yahaye impunzi z,abanyarwanda zirukanywe muli Tanzania cyangwa izo bacyuye kungufu muli Kongo ,cyangwa izo Uburundi bwamuhaye,yarawibagiwe kano kanya?

Bizimana 16/12/2016 20:19

Umuti wamenyo.Dr Bizimana wa CNLG,ngo ruliya rukiko rwarekuye bano banyarwanda,rwakoze ikosa likomeye,kuko rutabanje kugisha inama u Rwanda. Tekereza nawe buno bwenge? Na dossier birukanseho,ngo bazizane nibikwe mu Rwanda,barazibuze.
Wenda na Kagame hali abazamushima,ngo arashaka yuko Papa azagusaba imbabazi! Kagame ntazo araka n,umuhungu we Ibingira zibyo bakoze i Kabgayi na Kibeho?

Kera Habayeho 16/12/2016 19:37

Inkuru igezweho ni Barack Obama wa amerika ushaka guhangana n'uburusiya ngo bwimitse Donald Trump kubutegetsi bamwibira amajwi mwikorana buhanga ry'Abarusiya. Amerika iri gukina muzunga yizengurukaho nkuruziga, Amerika ibyaha yakoze kwisi nibyishi cyane nibyo biri kuribyinisha muzunga.
Reka jyewe nikurikiranire ubuhanuzi bwa Baba Vanga (baba-vanga.com) nzarebe koko ko ubu buhanuzi budasohora. Jyewe nzi neza cyane Abarusiya kubuhanga buhanitse, ubushobozi, n'ubuhangange. Nigishijwe nabarusiya batandukanye muri University nahise mbakurira ingofero kuko bansigiye ubuhanga nubumenyi ntagereranwa ntigeze mpabwa nundi uwo ariwe wese. Ibi bihangange biraziranye muburyo bwose, aho bazahurira ntihazamera ibyatsi wamugani wumuhanzi w'umunyarwanda wa kera.

Kera Habayeho 16/12/2016 21:10

.com
, {}`~¿
[]°@()

INTITI 16/12/2016 20:06

TUBWIRE SE MULI MAKE ,UBWO BUMENYI WAHAVANYE ,UBWO ALIBWO NICYO WABUKORESHEJE KUGITI CYAWE CYANGWA SE KUGIHUGU.

KABONERO 16/12/2016 14:08

BYENDAGUSETSA:
URWANDA NGO BARWIMYE AMADOSIER ABITSE ARUSHA YA TPIR. SPECIAL FORCE NGO IRATEGURA KUJYA KUZIZANA. KWIBA IMIRAMBO YA RWERU BYARABANANIYE.
"UTULI IMBERE,TULI INYUMA YAWE,NYAKUBAHWA PREZIDA" UWO NI UMUTURAGE ABWIRA KAGAME MU MUSHYIKIRANO.IZO MBYINO, NA MOBUTU NA KINANI BARAZIBYINYE!
MINISTRE KABONERO ATI HALI INDI GENOCIDE YABEREYE MULI UGANDA AHITWA LUWERO,ITAVUGWA,MULI ZA 1970? IYO MWAKOREYE ABAHUTU YO,MUZAYEMERA LYALI?

EVODE 16/12/2016 17:03

MBESE AHO EVODE UWIZEYIMANA YABA AZI NEZA IKIBUGA AKINIRAMO UMUPIRA? NTABWO AZATINDA KUBONA KO IKIBUGA AKINIRAMO,KILIMO INKIRAMENDE NDENDE,ADASHOBORA GUSIMBUKA.

NTAMBABAZI 16/12/2016 16:12

NYUMA Y'UBUFARANSA BUDASABA IMBABAZI KULI GENOCIDE BAKOZE,NONEHO NA PAPPA NAWE ,AGOMBA GUSABA IMBABAZI KAGAME ,KUBERA ABAKRISITU BAKOZE GENOCIDE. MAYE SE KAGAME WE AZASABA LYALI IMBABAZI ZIBYAHA YADUKOREYE ?

Biracyaza 16/12/2016 15:27

Barasaba ko habaho Ishuri ry’Imiyoborere ryitirirwa Kagame - Abakuze mwaba mwibuka Institut prezida kayibanda? Abana be ,baravugaga ngo niga muli institut prezida pappa!
Twapfuye duhagaze koko. Milioni na za milioni zabaturage bo mukarere kibiyaga bigali babuze ababo kubera Kagame,ejo bazarota bohereza abana babo kwiga muli ilyo shuli?

Ubutabara bw'Abazungu buragorora ntabwo BUHONYORA 15/12/2016 18:19

Nkunze gusubiza inkuru zo kuri igihe.com, mbinyujije hano, kuberako nziko babisoma.

Ref : http://www.igihe.com/amakuru/u-rwanda/article/kuba-ibitumizwa-mu-mahanga-byarakubye-inshuro-enye-ibyoherezwayo-biteye-inkeke

Ibyo Premier Ministre avuga nibyo, ariko na none twagombye kwibaza ibibazo byinshi.
Iby’ingenzi ni ibi bikurikira :

1.Isoko rya mbere ryacu ryagombye kuba abaturanyi: Tanzania, Uganda, Burundi…
None ni twe tubahindamo ubudehe..

None mwambwira ibintu dukora mu Rwanda, Tanzania idafite? Uganda idafite?

Uduseke? Ikawa? Icyayi ? Isukari? Urumogi wenda !!!

2. Twakunze kubaho nk’abazungu, igihe robinet yo muri Congo yari itarafungwa, tutiteganyiriza iminsi mibi.

Ni aho rero KWIGA bigira akamaro, KUREBA KURE.

Perezida Habyarimana, we yari yarabibonye. Kandi azandikwa mu mateka y’igihugu nk’Umukuru w’igihugu wakoreye igihugu, mu rwego rumwe nk’Umwami Rwabugiri.

Yego nta byera ngo dee…

Ubutabara bw'Abazungu buragorora ntabwo BUHONYORA 15/12/2016 17:35

Ubutabara bw'Abazungu buragorora ntabwo BUHONYORA. Ntabwo ari règlement de compte ethnique ou politique.
Ababyumva ukundi bambabarire, ariko byagombye kubatera isoni.