Burundi: le Canada accusé de planifier une «invasion» par le parti au pouvoir

Publié le par veritas

Pascal Nyabenda président du CNDD-FDD

Pascal Nyabenda président du CNDD-FDD

Le Canada est en train de «concocter» un plan visant à «renverser les institutions démocratiquement élues du Burundi», accuse le parti au pouvoir à Bujumbura. La récente tournée africaine du ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, avait pour objectif de préparer «la venue d'une force d'invasion au Burundi», affirme un communiqué publié mardi soir par le Conseil national de défense de la démocratie - Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD).
 
La tournée du ministre Sajjan, terminée lundi, avait pour objectif d'évaluer le rôle accru que pourrait jouer le Canada au sein des missions de maintien de la paix des Nations unies (ONU). Accompagné par le lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire ainsi que l'ancienne haute-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme Louise Arbour, le ministre Sajjan s'est rendu en Éthiopie, au Kenya et en Ouganda, de même qu'en Tanzanie et en République démocratique du Congo, deux pays voisins du Burundi.
 
Le choix de ces destinations n'est pas «une simple coïncidence », affirme le communiqué signé par le président du CNDD-FDD, Pascal Nyabenda, qui demande aux pays de la région «de rejeter toutes doléances » du Canada concernant le déploiement d'une force onusienne au Burundi ou ailleurs dans la région. « Les communications des partis politiques au Burundi n'engagent qu'eux », a déclaré à La Presse Willy Nyamitwe, le conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza, affirmant ne pas savoir si son patron reprenait à son compte les propos de son propre parti.
 
Le Burundi est secoué par une violente crise politique depuis la candidature, puis la réélection pour un troisième mandat du président Nkurunziza ; plus de 500 personnes ont été tuées et 280 000 autres se sont réfugiées à l'étranger.
 
DALLAIRE ET ARBOUR ÉCORCHÉS
 
Le communiqué écorche au passage le général Dallaire, qui dirigeait la mission de l'ONU durant le génocide au Rwanda voisin, en 1994, l'accusant d'avoir aidé les troupes rebelles de Paul Kagame à prendre le pouvoir à Kigali et de vouloir maintenant soutenir les rebelles burundais. Le président burundais Pierre Nkurunziza, un Hutu, accuse depuis des mois son homologue rwandais Paul Kagame, un Tutsi, de vouloir déstabiliser son pays.
 
«Le Canadien Roméo Dallaire revient dans la région pour faire au Burundi ce qu'il a fait au Rwanda », dit Pascal Nyabenda, président du CNDD-FDD. Louise Arbour est également dénoncée avec virulence, elle qui a été procureure en chef du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). « Tout le monde sait qu'elle a eu la mission au [TPIR] de charger les victimes du génocide », accuse le CNDD-FDD, qui affirme qu'elle voudrait maintenant «monter des accusations contre les autorités burundaises afin de les expédier à [la Cour pénale internationale] à La Haye ». Ni Roméo Dallaire, ni Louise Arbour, ni le cabinet du ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion n'ont souhaité réagir à ces propos.
 
«RHÉTORIQUE DE CONSPIRATION»
 
Les accusations de Bujumbura n'étonnent pas Thierry Vircoulon, conseiller supérieur à l'International Crisis Group, qui y voit la réaction d'« un gouvernement aux abois ». Les autorités burundaises « se cherchent des boucs émissaires étrangers, estime le chercheur. Ils tirent sur tout ce qui bouge».
 
Si cette «rhétorique de conspiration » n'est pas nouvelle, Thierry Vircoulon constate cependant un durcissement du discours des autorités burundaises, qu'il attribue à la dégradation de la situation intérieure. « Le régime est en grande difficulté », dit-il, évoquant le manque de devises, les problèmes sanitaires comme la multiplication des cas de choléra, les pénuries de médicaments et la violence. « Et le problème des gouvernements qui arrivent à bout d'arguments, s'inquiète le chercheur, c'est que ça mène à de plus en plus de violence. »
 
Source : lapresse.ca

Commenter cet article

HCR-Rwanda-Urumojyi-impanuka 20/08/2016 03:24

Kirenga we,

Komera cyane, ubundi urumojyi rufasha abicanyi kwesa imihigo iyo bamaze kurunywa kuko ubwenge buba bwarozwe ntakimuntu kibarangwaho, abamaze kunywa urumojyi sukwica bivayo, bakarimbagura ni muri urwo rwego HCR iri gukoresha hamwe na amerika kuko biteguye gutera uburundi vuba aha cyane, bavuga ko kwica Presida w'uburundi Pierre Nkurunziza ari ngombwa kandi vuba cyane.
Abanyamerika, UN, MONUSCO, HCR, UNHCR, UNSCO, USA, etc.... ibyo backora muri afrika nukutumarira kwicumu ntakindi. Abo bazungu bakora iki muri afrika? Mube maso Rutuku - LusoferI yamanukiye afrika yibiyaga bigari, ntawe uzarokoka, Bazi gukora Genocide no kuyikoresha. Bizi ibibi byose byabanyakuzimu kuko ni amashitani gusa. Uko niko bari. Intambara ya kirimbuzi yo gutsemba -tsemba abahutu bose bo muri Great Lacks Region yarateguwe igiye gushyirwa mu bikorwa vuba cyane, intambara igiye gutangira bitarenze uku kwezi kwa munani (8). Izatsemba-tsemba buri muhutu wese uri muri Congo, Burundi, Rwanda.

ENOUGH 20/08/2016 00:11

Muzabaze Rukokoma niba ibyo mvuga mbeshya, abarundi bari ku ngoma nka CNDD/FDD, bashaka kwigana FPR nabi, ubu bishyize muyindi scenario yo kumva ko Nkurunziza apfuye bizaba nka Habyara.
Baribeshya, umututsi bazica nuwanze gunga afite inzira, mu Rwanda abatutsi babuze inzira.
Mumenye ko umurundi ntaho ahuriye numuyarwanda, sinumva ukuntu abatutsi batsembwa mu Rwanda, iyo za Nyamata, Butare, Cyangugu, muburundi hari abatutsi kandi bafite ingufu, none mubona abarundi haricyo byabaga bibabwiye? Ahubwo nicyo mutazi , Kagame burya yabaye impunzi Burundi! Yifuza ko nabatutsi babarundi bakumva uko bimera guhunga!!! kuko bari baradamaraye cyane!!! nibamara guhangayika bazamenya uko abatutsi bafashe urwanda kandi bararubatse nkanswe abitangiye uburundi kabiri kose, Ariko mbabaze ko abarundi bari Monarchie const.. ubu noneho CNDD ndabona aribyo igiye kugarura Byiza cyane, numuhutu yumve ukubwami bumera... Malheur aux Rwandais

Kirenga 20/08/2016 00:10

Ndabaramukije mwese. Ndagirango mbabaze ikintu kimwe. Mwe mwumva ari normal mwumva nta "tena" irimo kubona HCR ifatamwe urumogi i Cyangugu, Ambassadeur wa USA akaba yari i Cyangugu muri iyi minsi, abarwanya Nkurunziza bafashwa n'Amerika nabo babarizwa mu Kibira hafi aho ; mwumva ntasano ibyo bifitanye? Ntiwasanga bari babashyiriye akunyu ko ku mugongo w'ingona? Mwibuke ko HCR na CIA Byose ari bimwe mu maso y'Amerika. Abafite icyo babiziho nibabyandike amahanga abimenye.

HCR rwanda-impanuka-urumojyi 19/08/2016 20:05

HCR cg mpatsibihugu itabayeho ibibazo kwisi byaba bike cyane. abantu bamenya bike cyane naho mumenye byose byaba ibindi. ibiyobya bwenge, urumogii cg Marijuana ni byaburi wese anywa mubazungu. ahubwo hari ibindi byishi cyane bitavugwa birenze ibyo kandi birenze ubwenge bwamuntu w'umunyafrika. ntacyo muzi, muzabamenya. mubihugu bazi HCR, UN, etc... ntawe usinyana amasezerano nabo ngo barakorana ni ikizira. urugero: Russia.
mumenye neza icyo Capitalism bisobanuye hanyuma muzabamenya abo baribo.
iyo modoka bayirebemo neza ko ntamiti yitwa Brain Less Decompose maker, chemicals, Gays makers, Lesbian makers, etc... byose biragendana, ntabibi basiga inyuma, bagendana nabyo. ayo mashitani ayobowe na Lusoferi - amerika izabereka.

jacques bigirimana fnl burundi si urwanda 19/08/2016 18:33

jacques bigirimana fnl icyo avuga ku bwicanyi i burundi kungabo z amahanga no ku rwanda


https://www.youtube.com/watch?v=eEGbQniHUY4

Hamilton 19/08/2016 18:14

Abanya Canada nabanzi bamahoro, nibo bagenda bakikije USA aho iri hose yica, isahura, ikora amarorerwa yose, nubugome bwose. Canada ihora iruhande rwa USA imbere, inyuma, hose kuri USA. nimurebe aho berekana ngo interahamwe ziri kwica abatutsi murebe ibendera rwa Canada kuntugu zabasikare bari bahagarariye UN cg Loni mu Rwanda muri 1994 bavuga ngo ni interahamwe kandi bari kumwe nazo, mwumve namwe. ubusanzwe abanya canada bari mu rwanda mbere ya 1994 ariko biyerekanye muri 1994. ibyo bakoraga mu rwanda byari ugusenya urwanda nabanyarwanda kukiguzi icyo aricyo cyose. Abanya - Canada nibo bafashe ayo mafoto ubundi babeshyera abahutu ngo dore barishe nimurebe bahita babishyira kuri Media. Mwirinde abanya Canada kuko ni abakozi ba USA ni abanzi bamahoro muri afrika, bagendera kumategeko ya Amerika mubukoroni bundi bari gukorera afrika nabanyafrika. mwibuke abanyarwanda Canada yavanye muri afrika ngo ibahaye ubuhungiro iwabo hanyuma ikabasubiza ikigali mu Rwanda ngo nibacibwe imanza.

Abanyarwanda twicwa no kudashyira hamwe gusa ngo twivune abanzi bamahoro batwiciye kutumaraho kwisi kandi barakomeje kugeza ntanuwo kubara inkuru usigaye witwa umunyarwanda wa bene kanyarwanda.

Mbese nikuki Abazungu batwicira abantu kandi iwabo mubazungu kizira kwicana ubwabo hagati yabo. Mbese ubundi Abazungu bakora iki muri afrika yacu, badukorera iki? bagamije iki? kandi ninde utumira abazungu muri afrika? kuki batwinjirira mubuzima bwacu muri afrika?
ibi bibazo mubyibazeho. hanyuma igisubizo kizaboneka. Abanyarwanda beshi bazi Louise Arbour na dallaire Remeo ibyo badukoreye bagiye no kubikora mu Burundi. Abarundi mube maso. Mukomere kuburundi bwanyu ejo butaba amatongo nkuko abazungu babyifuza. ibendera ryanyu ry'uburundi murizamure isi yose iribone. Ntabukoroni mugikeneye kuko murigenga. Abarundi mwese mukunda amahoro mukomere kumuheto murwanire igihugu cyanyu ariyo gakondo yanyu. Mwirukane abacanshuro bose babazungu bari aho muburundi bagamije kubarimbura.

Ibaze nawe! 19/08/2016 17:52

Mu nkambi z'abanyarwanda, bajyaga batubwira ko Abo twita abagiraneza aribo bikoreraga (transport) INTWARO(armes), tukabyita ibigambo by'Interahamwe. None ni murebe ubuhamya buturutse i RWD. Réf: http://mobile.igihe.com/amakuru/u-rwanda/article/nyamasheke-imodoka-ya-hcr-yakoze-impanuka-inasangwamo-ibiyobyabwenge

Ibaze nawe! 19/08/2016 17:50

Mu nkambi z'abanyarwanda, bajyaga batubwira ko Abo twita abagiraneza aribo bikoreraga (transport), tukabyita ibigambo by'Interahamwe.
None ni murebe ubuhamya buturutse i RWD.

Réf:

http://mobile.igihe.com/amakuru/u-rwanda/article/nyamasheke-imodoka-ya-hcr-yakoze-impanuka-inasangwamo-ibiyobyabwenge

CANADA IRAGARUTSE RERO 19/08/2016 17:30

TWIZERE KO CANADA IZAVANA ISOMO NKILYO ABABILIGI BAVANYE MU RWANDA NA USA YAVANYE MULI SOMALIE. LOUISE ARBOUR NA DALLAIRE, NTAMUNYARWANDA UZAPFA ABIBAGIWE. NIBA BAGARUKAGA HANO HAFI YACU NGO TUBEREKE .

Mikwege 19/08/2016 16:20

Aba dictateurs bose bageze mu bihe byanyuma basaza nanduranya.

Nyabenda, isi yose icyo ibasaba nukurinda no kubohora aba baturage mwafashe bugwate.
Nimushyire igihugu mu mutuzo mukure urupfu mu burundi murebe ko hari uwongera kubavugaho.
Igihe rero mugihuzagurika, mukarasa abantu ku manywa y', ihangu, inzuzi zigatemba imirambo, SNR ikarigisa abantu itwaye amanywa ava nyanze bikunze nitaba na Canada, urwanda, France n'ibindi bihugu mwitwaza muzahirima nabi byange bikunde kandi murahemukira abazabakomokaho.

Kwita isi yose abanzi banyu sibyo bizatuma ingoma yanyu irama rwose. Ubutegetsi budahumuriza abaturage burutwa n'umugina kandi tôt ou tard burangira nabi.
CNDD/FDD n'uburundi n'ibintu bibiri bitandukanye rwose muribeshya.

Agapfa kaburiwe ni impongo

UHAMBA ISI NTAKURURA 19/08/2016 17:27

IBYO BITEKEREZO KUKI UTABIHA GACIRO? AMAHORO KO YAHINDAGA MBERE YA 1990. ABARUNDI BAZI UMWANZI BAHANGANYE, ANDI BAZAMUTSINDA. NKURUNZIZA NA KINANI BARATANDUKANYE CYANE. IMITEGO YOSE MWATEZE, KUGEZA UBU YAFASHE IKI?

kweli 19/08/2016 15:41

ils sont fous les canadiens....ubu se wavuga ko bashaka iki muri grand lac koko uretse kwanduranya uwabatumiye ninde? kariya gashwiriri romeo dallaire simperuka karishwe na trauma....?

Romeo Dallaire na Louise Arboure mu Burundi 19/08/2016 15:14

OPÉRATIONS DE PAIX DE L'ONU Des missions « plus risquées » à venir pour le Canada Le retour du Canada au sein des opérations de paix des Nations unies passera par des missions plus « risquées », affirme le ministre de la Défense Harjit Sajjan, qui envisage aussi de déployer des Casques bleus canadiens à plus d’un endroit. La Presse s’est entretenue avec le ministre Sajjan, qui termine aujourd’hui une tournée d’une semaine en Afrique. Jean-Thomas LéveilléLa Presse « On ne se fera pas d’illusions : ce sera plus risqué », affirme sans détour Harjit Sajjan à propos du rôle accru que le Canada entend jouer bientôt au sein des missions de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU). « Le défi, c’est que les missions de paix soient adaptées à la menace », a déclaré le ministre canadien de la Défense lors d’un entretien téléphonique avec La Presse, hier, alors qu’il se trouvait en Tanzanie. Puisque la nature des conflits dans lesquels l’ONU intervient a beaucoup changé, notamment avec l’implication de groupes terroristes, « il faut avoir le mandat approprié pour que [les] troupes puissent faire le travail », poursuit-il, évoquant la « cruciale » protection des civils. Harjit Sajjan refuse de s’avancer sur l’endroit où son gouvernement décidera de déployer des Casques bleus canadiens, mais il dit que cette « mission de cueillette d’information » d’une semaine, qui l’a aussi conduit en Éthiopie, au Kenya, en Ouganda et en République démocratique du Congo, lui donne « une très bonne idée » de ce qu’il y a à faire. Le Canada étudie un éventail de possibilités « allant du contre-terrorisme à l’aide au développement », affirme le ministre, qui insiste sur la nécessité de mieux comprendre les conflits avant de s’y impliquer. Différents observateurs s’attendent à ce que le Canada annonce un déploiement de Casques bleus lors du sommet britannique sur les missions de paix des Nations unies qui se tiendra à Londres les 7 et 8 septembre, auquel le ministre Sajjan participera. DÉPLOIEMENT MULTIPLE ? Le Canada ne s’impliquera pas forcément dans une seule opération des Nations unies, a révélé hier à La Presse le ministre Sajjan. « On ne va pas se restreindre à un seul endroit », a-t-il déclaré, insistant sur l’importance d’adopter une approche régionale, car « la complexité des conflits » dépasse les frontières nationales. « Nous devons étudier où nous avons besoin de faire du renforcement des capacités, où il faut faire du développement, où il faut envoyer nos troupes spécialisées et où il faut faire du soutien à la paix traditionnel. » — Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale Des observateurs consultés par La Presse au cours des derniers mois ont évoqué la possibilité que le Canada se joigne à la mission de l’ONU au Mali ou à celle en République centrafricaine, deux pays qui ne figuraient toutefois pas à l’itinéraire du ministre. Mais Harjit Sajjan avait indiqué avant son voyage qu’il ne fallait pas tirer de conclusions à partir de la liste des pays qu’il s’apprêtait à visiter et qu’un déploiement demeurait envisagé dans d’autres pays. D’AUTRES FAÇONS D’AIDER Le ministre Sajjan a également affirmé que le Canada étudie d’autres façons de soutenir l’action de l’ONU que de prendre part à une opération de paix, évoquant notamment le « formidable travail d’organisations comme l’UNICEF [Fonds des Nations unies pour l’enfance] ». Harjit Sajjan a d’ailleurs rencontré samedi, en Ouganda, des représentants de l’UNICEF et du Programme alimentaire mondial (PAM) « pour discuter de la protection des enfants vulnérables durant les conflits armés », expliquait un communiqué de son cabinet. Le ministre a également profité de son séjour pour rencontrer des organisations non gouvernementales qui œuvrent sur le terrain, afin de mieux comprendre « les racines profondes » des conflits dans lesquels le Canada pourrait être appelé à intervenir. « Vous pouvez être surpris à quel point la compréhension des racines profondes d’un conflit peut vous mener dans une direction complètement différente [pour tenter de le solutionner] », estime M. Sajjan. Le lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire ainsi que l’ancienne haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et ancienne juge à la Cour suprême du Canada Louise Arbour ont accompagné le ministre Sajjan dans sa tournée africaine. http://plus.lapresse.ca/screens/92bf165c-4058-447c-88dc-5b9e70081b77%7C_0.html

Romeo Dallaire na Louise Arboure mu Burundi 19/08/2016 15:14

OPÉRATIONS DE PAIX DE L'ONU Des missions « plus risquées » à venir pour le Canada Le retour du Canada au sein des opérations de paix des Nations unies passera par des missions plus « risquées », affirme le ministre de la Défense Harjit Sajjan, qui envisage aussi de déployer des Casques bleus canadiens à plus d’un endroit. La Presse s’est entretenue avec le ministre Sajjan, qui termine aujourd’hui une tournée d’une semaine en Afrique. Jean-Thomas LéveilléLa Presse « On ne se fera pas d’illusions : ce sera plus risqué », affirme sans détour Harjit Sajjan à propos du rôle accru que le Canada entend jouer bientôt au sein des missions de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU). « Le défi, c’est que les missions de paix soient adaptées à la menace », a déclaré le ministre canadien de la Défense lors d’un entretien téléphonique avec La Presse, hier, alors qu’il se trouvait en Tanzanie. Puisque la nature des conflits dans lesquels l’ONU intervient a beaucoup changé, notamment avec l’implication de groupes terroristes, « il faut avoir le mandat approprié pour que [les] troupes puissent faire le travail », poursuit-il, évoquant la « cruciale » protection des civils. Harjit Sajjan refuse de s’avancer sur l’endroit où son gouvernement décidera de déployer des Casques bleus canadiens, mais il dit que cette « mission de cueillette d’information » d’une semaine, qui l’a aussi conduit en Éthiopie, au Kenya, en Ouganda et en République démocratique du Congo, lui donne « une très bonne idée » de ce qu’il y a à faire. Le Canada étudie un éventail de possibilités « allant du contre-terrorisme à l’aide au développement », affirme le ministre, qui insiste sur la nécessité de mieux comprendre les conflits avant de s’y impliquer. Différents observateurs s’attendent à ce que le Canada annonce un déploiement de Casques bleus lors du sommet britannique sur les missions de paix des Nations unies qui se tiendra à Londres les 7 et 8 septembre, auquel le ministre Sajjan participera. DÉPLOIEMENT MULTIPLE ? Le Canada ne s’impliquera pas forcément dans une seule opération des Nations unies, a révélé hier à La Presse le ministre Sajjan. « On ne va pas se restreindre à un seul endroit », a-t-il déclaré, insistant sur l’importance d’adopter une approche régionale, car « la complexité des conflits » dépasse les frontières nationales. « Nous devons étudier où nous avons besoin de faire du renforcement des capacités, où il faut faire du développement, où il faut envoyer nos troupes spécialisées et où il faut faire du soutien à la paix traditionnel. » — Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale Des observateurs consultés par La Presse au cours des derniers mois ont évoqué la possibilité que le Canada se joigne à la mission de l’ONU au Mali ou à celle en République centrafricaine, deux pays qui ne figuraient toutefois pas à l’itinéraire du ministre. Mais Harjit Sajjan avait indiqué avant son voyage qu’il ne fallait pas tirer de conclusions à partir de la liste des pays qu’il s’apprêtait à visiter et qu’un déploiement demeurait envisagé dans d’autres pays. D’AUTRES FAÇONS D’AIDER Le ministre Sajjan a également affirmé que le Canada étudie d’autres façons de soutenir l’action de l’ONU que de prendre part à une opération de paix, évoquant notamment le « formidable travail d’organisations comme l’UNICEF [Fonds des Nations unies pour l’enfance] ». Harjit Sajjan a d’ailleurs rencontré samedi, en Ouganda, des représentants de l’UNICEF et du Programme alimentaire mondial (PAM) « pour discuter de la protection des enfants vulnérables durant les conflits armés », expliquait un communiqué de son cabinet. Le ministre a également profité de son séjour pour rencontrer des organisations non gouvernementales qui œuvrent sur le terrain, afin de mieux comprendre « les racines profondes » des conflits dans lesquels le Canada pourrait être appelé à intervenir. « Vous pouvez être surpris à quel point la compréhension des racines profondes d’un conflit peut vous mener dans une direction complètement différente [pour tenter de le solutionner] », estime M. Sajjan. Le lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire ainsi que l’ancienne haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et ancienne juge à la Cour suprême du Canada Louise Arbour ont accompagné le ministre Sajjan dans sa tournée africaine. http://plus.lapresse.ca/screens/92bf165c-4058-447c-88dc-5b9e70081b77%7C_0.html

Romeo Dallaire na Louise Arboure mu Burundi 19/08/2016 15:13

OPÉRATIONS DE PAIX DE L'ONU



Des missions « plus risquées » à venir pour le Canada


Le retour du Canada au sein des opérations de paix des Nations unies passera par des missions plus « risquées », affirme le ministre de la Défense Harjit Sajjan, qui envisage aussi de déployer des Casques bleus canadiens à plus d’un endroit. La Presse s’est entretenue avec le ministre Sajjan, qui termine aujourd’hui une tournée d’une semaine en Afrique.

Jean-Thomas LéveilléLa Presse


« On ne se fera pas d’illusions : ce sera plus risqué », affirme sans détour Harjit Sajjan à propos du rôle accru que le Canada entend jouer bientôt au sein des missions de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU).

« Le défi, c’est que les missions de paix soient adaptées à la menace », a déclaré le ministre canadien de la Défense lors d’un entretien téléphonique avec La Presse, hier, alors qu’il se trouvait en Tanzanie.

Puisque la nature des conflits dans lesquels l’ONU intervient a beaucoup changé, notamment avec l’implication de groupes terroristes, « il faut avoir le mandat approprié pour que [les] troupes puissent faire le travail », poursuit-il, évoquant la « cruciale » protection des civils.

Harjit Sajjan refuse de s’avancer sur l’endroit où son gouvernement décidera de déployer des Casques bleus canadiens, mais il dit que cette « mission de cueillette d’information » d’une semaine, qui l’a aussi conduit en Éthiopie, au Kenya, en Ouganda et en République démocratique du Congo, lui donne « une très bonne idée » de ce qu’il y a à faire.

Le Canada étudie un éventail de possibilités « allant du contre-terrorisme à l’aide au développement », affirme le ministre, qui insiste sur la nécessité de mieux comprendre les conflits avant de s’y impliquer.

Différents observateurs s’attendent à ce que le Canada annonce un déploiement de Casques bleus lors du sommet britannique sur les missions de paix des Nations unies qui se tiendra à Londres les 7 et 8 septembre, auquel le ministre Sajjan participera.

DÉPLOIEMENT MULTIPLE ?

Le Canada ne s’impliquera pas forcément dans une seule opération des Nations unies, a révélé hier à La Presse le ministre Sajjan.

« On ne va pas se restreindre à un seul endroit », a-t-il déclaré, insistant sur l’importance d’adopter une approche régionale, car « la complexité des conflits » dépasse les frontières nationales.

« Nous devons étudier où nous avons besoin de faire du renforcement des capacités, où il faut faire du développement, où il faut envoyer nos troupes spécialisées et où il faut faire du soutien à la paix traditionnel. »

— Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale

Des observateurs consultés par La Presse au cours des derniers mois ont évoqué la possibilité que le Canada se joigne à la mission de l’ONU au Mali ou à celle en République centrafricaine, deux pays qui ne figuraient toutefois pas à l’itinéraire du ministre.

Mais Harjit Sajjan avait indiqué avant son voyage qu’il ne fallait pas tirer de conclusions à partir de la liste des pays qu’il s’apprêtait à visiter et qu’un déploiement demeurait envisagé dans d’autres pays.

D’AUTRES FAÇONS D’AIDER

Le ministre Sajjan a également affirmé que le Canada étudie d’autres façons de soutenir l’action de l’ONU que de prendre part à une opération de paix, évoquant notamment le « formidable travail d’organisations comme l’UNICEF [Fonds des Nations unies pour l’enfance] ».

Harjit Sajjan a d’ailleurs rencontré samedi, en Ouganda, des représentants de l’UNICEF et du Programme alimentaire mondial (PAM) « pour discuter de la protection des enfants vulnérables durant les conflits armés », expliquait un communiqué de son cabinet.

Le ministre a également profité de son séjour pour rencontrer des organisations non gouvernementales qui œuvrent sur le terrain, afin de mieux comprendre « les racines profondes » des conflits dans lesquels le Canada pourrait être appelé à intervenir.

« Vous pouvez être surpris à quel point la compréhension des racines profondes d’un conflit peut vous mener dans une direction complètement différente [pour tenter de le solutionner] », estime M. Sajjan.

Le lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire ainsi que l’ancienne haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et ancienne juge à la Cour suprême du Canada Louise Arbour ont accompagné le ministre Sajjan dans sa tournée africaine.

http://plus.lapresse.ca/screens/92bf165c-4058-447c-88dc-5b9e70081b77%7C_0.html

RNC: icyo rudasingwa avuga kuri DMI ubwicanyi kibeho na kayumba nyamwasa igice cya kabiri 19/08/2016 14:42

RNC: icyo rudasingwa avuga kuri DMI ubwicanyi kibeho na kayumba nyamwasa igice cya kabiri


https://www.youtube.com/watch?v=mz7J2U8QgT4

Kuni 19/08/2016 14:13

Ubugabo butisubiraho bubyara ububwa.

Mbonyingabo 19/08/2016 13:43

Uburundi bukomeze kubamaso rwose, inzirabakoresheje muguhirika Habyarimana nizo bagikoresha, kubulyo bazanyemwo na Roméo Dallaire.