Uganda : Agasuzuguro n’ibitutsi Museveni yatutse abazungu mu muhango wo kurahira kwe byatumye bikubura barataha!

Publié le par veritas

Perezida wa Sudan Omar El-Bashir mu muhango wo kurahira kwa Museveni

Perezida wa Sudan Omar El-Bashir mu muhango wo kurahira kwa Museveni

Nibyo koko mu kinyarwanda baca umugani ugira uti : « abo umwami yahaye amata, nibo bamwimye amatwi ! » Kimwe mu bibazo bikomeye abanyafurika bashinja perezida Barack Obama wa Leta zunze ubumwe z’Amerika (USA) atashoboye kugeraho, ni uko yarahiye agatsemba ko atazemera abaperezida b’abanyagitugu muri Afurika bashobora kuzahindura itegeko nshinga kugira ngo bakomeze kwigundiriza k’ubutegetsi ! Muri iki gihe Obama arimo arangiza manda ye, nta muperezida n’umwe w’umunyagitugu muri Afurika wigundirije k’ubutegetsi, ahubwo ikigezweho ni uko abo banyagitugu bakaba n’abicanyi barimo :Museveni, Paul Kagame na Omar Al-Beshir bari kumuha urw’amenyo! Ikidashidikanywaho ni uko ubutegetsi bwa perezida Museveni na Kagame bwashingiwe igiti n’Amerika n’ibihugu by’i Burayi, none inyiturano abo banyagitugu bari guha abo bazungu ni iyokubandagaza no kubaha urw’amenyo!
 
Abaperezida bo muri Afurika barimo na Paul Kagame w’u Rwanda, ntibahwemye kugaragaza ko urukiko rwa CPI (urukiko mpuzamahanga mpanabwaha) barurwanya bivuye inyuma kuko bazi ko ari abicanyi ruharwa, bakaba batinya ko nabo bazagera ubwo barambikwaho ibiganza by’ubutabera bakagezwa imbere y’urukiko rwa CPI! Abo baperezida bavugako urukiko rwa CPI rwashyiriweho abanyafurika gusa kuko rubibandaho cyane nk’aho kuyindi migabane nta byaha bihakorerwa! Muyandi magambo abo baperezida bemera ko ari abanyabyaha bagomba guhanwa ariko bakaba bagomba kubabarirwa kuko n’ahandi hashobora kuba hari abanyabyaha batarahanwa !
 
Mu muhango wo kurahira kwa Museveni muri Uganda, intumwa z’ibihugu byo mu Burayi, Amerika na Canada bikubise bahaguruka mu birori byo kwizihiza ukurahira kwa Museveni baragenda bitewe ni uko Museveni yikomye bikomeye urukiko mpuzamahanga mpanabyaha rwa CPI; Museveni yeretse abo bazungu ko urwo rukiko ntacyo rumaze, ko ari baringa akaba nta kamaro rufite ! Museveni yasuzuguye icyemezo cyafashwe n’urwo rukiko cyamusabaga guta muri yombi perezida wa Sudani Omar Al-Bashir ushakishwa nurwo rukiko kandi ariwe wamutumiye ubwe ! Bashir akurikiranyweho ibyaha bya jenoside n’Urukiko Mpuzamahanga Mpanabyaha rwa CPI, ibihugu byose byashyize umukono ku masezerano yarushyizeho na Uganda irimo bikaba  bitemerewe kumwakira.
 
Imbere y’abo baperezida n’abandi bitabiriye irahira rye, Museveni yavuze ko CPI igizwe n’agatsiko k’abantu b’imburamukoro, avuga ko atayishyigikiye, nk’uko byatangajwe na BBC. Umuvugizi wa ministeri y’ububanyi n’amahanga wa Leta zunze ubumwe z’Amerika, Elizabeth Trudeau, yagize ati “bitewe ni uko Perezida Bashir yitabiriye uyu muhango ndetse Museveni agatuka urukiko rwa CPI, intumwa za Amerika n’iz’Umuryango w’Ubumwe bw’u Burayi ndetse n’iza Canada zahagurutse ziragenda mu rwego rwo kwerekana ko zitabishyigikiye.”
 
Yakomeje agira ati “Twizera ko kuba izo ntumwa ziyemeje kuva muri uwo muhango ari igikorwa gikwiye mu rwego rwo kwamagana umukuru w’igihugu udashaka gukorera mu mucyo ndetse akaba anashyigikira abakekwaho ibyaha bya jenoside, iby’intambara ndetse n’ibyibasiye inyokomuntu.” Mu mwaka w’2009 na 2010 Urukiko rwa CPI rukorera i La Haye mu Buholandi rwasohoye impapuro zo guta muri yombi Perezida Bashir kubera amahano yakorewe mu Ntara ya Darfur.
 
Museveni yavuze ko muri iki gihe yahinduye inshuti agomba kubana nazo, akaba yariyemeje kubana n’Abarusiya n’abashinwa kuko batamubangamiye mugutegekesha igitugu bityo akaba avuga ko yitandukanyije n’abanyamerika n’abanyaburayi kuko ari abirasi kandi bakaba bamusaba kubahiriza uburenganzira bw’ikiremwamuntu na demokarasi ! Museveni akaba yeretse abanyamerika igihandure kuko aribo bamukomeje mu rwego rwo kwigarurira akarere k’Afurika yo hagati! Paul Kagame nawe akaba yateye murya Museveni, yavuze ko nta mpamvu nimwe yatuma u Rwanda ruta muri yombi Al Bachir igihe yaba yitabiriye inama y’umuryango w’ubumwe bw’Afurika i Kigali !
 
Igihugu cya leta zunze ubumwe z’Amerika cyohereje abasilikare muri Uganda bo guhiga abarwanyi bo mu mutwe wa LRA (Armée de Résistance du Seigneur) urwanya leta ya Museveni, leta y’Amerika akaba ariyo ihemba abadepite n’abaministre ba Uganda. Amerika kandi yashyizeho ibihembo byo guta muri yombi abantu bose Kagame ashyize ku rutonde abita abajenosideri, ingabo za Kagame zijyanwa hirya no hino ku isi n’ingabo z’Amerika mu gikorwa cyo kugarura amahoro, leta ya Kagame ikabiherwa amafaranga atagira ingano ! Niba Obama adashyigikiye Museveni na Kagame yagombye nibura guhagarika izo nkunga abaha, ariko kuba atarabikoze kandi bigaragarako Kagame na Museveni basuzugura ibyo Obama avuga ; birerekana ko Obama, Museveni na Kagame bari mu mukino wo kujijisha!
 
Ababibona ukundi bazabitubwire neza !
 
veritasinfo

Commenter cet article

Habineza 17/05/2016 01:00

Aliko uyu musaza ngo Omar Bashir ko mbona yafotowe yishimye kurusha umwana waneye inzoka?

Akamasa 16/05/2016 14:15

Uyu Bantou Clan ndemeranya nawe nimuve mu manjwe muteze imbere kwanza ubunyafurika mwubahane cg twubahane nk, abanyafurika cyane cyane nk, abanyarwanda nahl ubundi umuyaburayi n, umunyamerika arirebera agaseka. ati twongeye twariye nibamarane

Bantou clan 16/05/2016 13:48

Ishuri ryawe rya mbere (diplome )ubumenyi bwawe bwa mbere ni ukubaha umunyanrwanda ibindi ni ubusa.

Bantou clan 16/05/2016 12:33

Nta muhutu ugomba kwihana , nta mututsi ugomba kwihana turi abirabura bicanye ,kuko satani ya rutuku yari yabagezemo ,murebane ,musuhuzane ,mwicarane, muganire, mugabane, musabane, iyo ntera ntabwo twari twayigeraho kuko hari abafite ibitekerezo inyuma, niyo mpamvu ,umuhutu n'umututsi bashobora gukundana ntagahato,nta manyanga ubushuma nk'ibyabaye . uwapfuye yarihuse. nari nibagiwe umutwa we yaribagiranye ntabaho.uwapfuye yarihuse. no sorry

Aralyalyata 16/05/2016 11:51

@Munyarukato Ange Makanji Uwera Caritas
Nkuko tubizi ko ufite ibiro mu rugwiro kwa so.
Ndabona uhakana urubanza rwa Arusha .
Twabwiwe ko ba jije na ba anketeri banditse byose nyuma baca imanza .
Ubu dutegereje imanza nshya ; zabatutsi bishe abahutu nkuko mapping repport yabitangaje .;
Uti njye ndasesa ibyarangiye nandike ibindi.
Uri iki ? ONU nshya ? Cg wasimbuye munywanyi wanyu Clington ; wavumbuye undi mutwe wo kwica utwasigaye no no gucukura ntawugukomye imbere ? Umva rero wa mukobwa we ; ntabwo uzi uko kwicirwa umuvandimwe bilyana. Ushaka kubimenya waha kuri twa tuzi twa Munyuza mwamarishije ababafashije gufata ubutegetsi ; ukatunywesha umwe mu babyeyi bawe cg umuvandimwe ; nyuma yicyunamo uzagaruke uvuge tugusubize.
Niba utabikoze; ziba ! Hanyuma ushyire muri ako gatwe kawe ko abanyarwanda bose babaye : hutu , twa na tutsi ! Mujya kwiba igihugu mwari muzi ko inzira za Demukrasi zibaho ; muhitamo kwica no kwicisha abanyarwanda kugirango mwuzuze uwo mudigi wanyu umeze nkurutete rwapfumutse , rutuzura. Sinzi icyo mushaka mutabonye ; nyamara ntimuzashobora gusiba amateka mabi yubwicanyi bwa Afrika yibiyaga mwikoreye. Inzira isigaye yo kubuhunga ni ukwiyahura nko ku rucuncu. Nabo bazungu urata ngo mwatwishe bareba baraceceka kuko tugenewe gupfa ! Isake izabika bakwihakanye gatatu ! Niko ma ! Nawe wize koko ? Ntabwo urabona ko mwariye akataribwa !
Ndangije nihanganisha : abahutu , abatutsi nabatwa ndetse nabanyamahanga bibihugu duturanye ; bazize intambara yurukozasoni yo gukoroniza bundi bushya Afrika ; kuva 01/09/90. Kugeza amagingo aya ; bene kurushoza ; bishingikirije amacuti yabacuruzi nabamiliyarideri bisi bakaba bataracurukura icumu.
Inzirakarengane zose zatashye ,Imana izihe iruhuko ridashira ! Kandi iyo Mana ifashe imfubyi ; abapfakazi n'incike zababyeyi bazize banakizira iyi ntambara yurukozasoni yo mu bihugu by Afrika y'ibiyaga .

Akamasa 16/05/2016 10:18

Ntugire ikibazo abagize uruhare mu bwicanyi mu minsi mike uraba ubamenye, ntawe utabazi muri make bose turi kumwe ngaha i Kigali ikindi imanza zo kubaburanisha nizitangira nziko ntawe uzongera guhomvovwa hano, uwishe wese agomba kuzabihanirwa nta vangura mbabajwe n, abatari kubona ko ejo ari habi kurusha uyu munsi, abishe ejo, abari kwica uyu munsi n, abazica ejo bose ni bamwe bagomba kuzabiryozwa niba muvuze abishe ejo muvuge nabishe uyu munsi

Ukoma 16/05/2016 10:03

Munyarukato uzatubwire n'umubare w'abahutu bishwe na FPR inkotanyi i Byumba, Ruhengeli, Kibungo, Gitarama, Butare, Gikongoro, Cyangugu,muri Congo, no ku Gisenyi! Ukoma urusyo akoma n'ingasire! Mwikomeza kuroga abanyarwanda mubacengezamo urwango! Imyaka 22 muyobora U Rwanda mwamaze kwerekana abo muri bo! Ikinyoma,ikinyoma!!!!!!! Igihe kirageze kugira ngo abanyarwanda basezerere urwango rwababayeno akarande!!!!

Nyirabarenzi 16/05/2016 09:02

@ Munyarukato,
Urakoze Munyarukato kuri ubu buhamya utugezaho. Ndakwinginze ubutaha uzanshirireho iby'ubwicanyi bwabereye imurambi ndetse n'ahandi hose muri Gikongoro ndetse nababugizemo uruhare.
Bibaye byiza wajya udufasha kumenya n'aho izo nkoramaraso zamaze abacu ziherereye hirya no hino kw'isi aho zihishahisha.
Uwiteka ugufashe muri uwo mugambi wawe mwiza wo guhesha abacu bishwe icyubahiro no kubaka urwanda rushya

bantou clan 15/05/2016 23:55

abirabura twaricanye umuntu uzaza hano ntiyicuze ; ubwenge bwe bufite aho bugarukira , twavuye mu bucakara. kumvako tukiburimo ntibishoboka byaba mu bitekerezo ,mu bikorwa cyangwa mu nyandiko njye nzabirwanya nta munyarwanda ugomba kwica undi. nzarwanya umunyarwanda wese wica undi.UMUNYARWANDA UTUKA UNDI NZAMURWANYA NAWE NIVUYE INYUMA .TUREKERAHO TWARIYEREKANYA BIRAHAGIGIJE ntabwo ndakaye kuko iyo wandikijije inyuguti nkuru uba urakaye mubimenye. STOP MUREKE GUKORERA RUTUKU

bantou clan 15/05/2016 23:54

abirabura twaricanye umuntu uzaza hano ntiyicuze ; ubwenge bwe bufite aho bugarukira , twavuye mu bucakara. kumvako tukiburimo ntibishoboka byaba mu bitekerezo ,mu bikorwa cyangwa mu nyandiko njye nzabirwanya nta munyarwanda ugomba kwica undi. nzarwanya umunyarwanda wese wica undi.UMUNYARWANDA UTUKA UNDI NZAMURWANYA NAWE NIVUYE INYUMA .TUREKERAHO TWARIYEREKANYA BIRAHAGIGIJE ntabwo ndakaye kuko iyo wayikijije inyuguti nkuru uba urakaye mubimenye. STOP MUREKERE GUKORERA RUTUKU

Munyarukato 15/05/2016 21:41

Banyarubuga,

Nkuko nabibasezeranije ubushize,ngiye kujya mbagezaho ubuhamya kuri génocide ndengakamere abahutu twakoreye abatutsi mu ntara zose z'igihugu.
Uyumunsi nahisemo kubagezaho iby'ubwicanyi bwakorewe abatutsi bari batuye ikibungo.

NB: Ndasaba ababishoboye bose kujya bangezaho ubuhamya bwaho bagiye bica abatutsi hose mu rwego rwo gusana no kubaka umuryango nyarwanda kuri : Numéro de téléphone,e mail na Facebook nabahaye ubushize maze nkabutangariza abakunzi b'amahoro uko bwakabaye nkuko nabyiyemeje.

Ngaho nimwihere amaso ibyo abahutu twakoze ikibungo nababigizemo uruhare.

IYICWA RY'ABATUTSI MUCYAHOZE ARI KIBUNGO ( By Damas)

Abayoboye Genoside muri komine Sake, ahahoze ari muri Perefegitura ya Kibungo.
Genoside ahahoze ari mu ntara ya Kibungo
Uwari uyoboye ikigo cya Gisirikare cya Kibungo Lt.Col Anselme Nkuriyekubona, afatanyije na Col. Pierre Celestin Rwagafirita wari ushinzwe ibikorwa bya Genoside byitwaga muri icyo gihe “Kwirinda kw’abasiviri cyangwa kwirwanaho”, nibo babaye ku isonga mu gushyira mu bikorwa Genoside muri icyo gice cy’iburasirazuba bw’u Rwanda. Ubwo Genoside yakorwaga i Kibungo, gutandukanya Abasirikare n’Abajandarume ntibyashobokaga kuko bari bambaye imyenda isa.
Itsinda ry’Abajandarume ryakoraga ku mabwiriza ya Lt.Col Anselme Nkuriyekubona ryari rigizwe n’amatsinda atatu yayoboye Genoside. Uwari uyoboye Genoside i Nasho ni Lt. Mujyakera akaba yari afite irindi tsinda yari abereye umuyobozi ryacaga ibintu ahahoze ari muri komine Sake. Mu mugi wa Kibungo Genoside yari iyobowe na Lt. Mihigo afatanyije na Lt.Maniraho, abo bagabo babiri nibo bateguye banayobora Genoside muri Economat ya Kibungo ahari hahungiye Abatutsi benshi, ku biro bya Komine Birenga, Ku biro bya Komine Kigarama, ku kiriziya ya Kabarondo, muri Komine Rukira, kuri Komine Sake, kuri kiriziya ya Nyarubuye no mu tundi duce tunyuranye tw’ahahoze ari Perefegitura ya Kibungo.
Ubufatanye bw’interahamwe n’ingabo za Leta
Ku itariki ya 7 Mata 1994, Lt. Col Anselme Nkuriyekubona yatumiye mu biro bye uwari Perezida w’interahamwe z’i Kibungo witwa Cyasa, amuha amabwiriza yo gukangura byihutirwa interahamwe kugirango zitangire kwica Abatutsi. Icyo gihe Cyasa yahise ahabwa imodoka Mazda yari iya BRALIRWA, kugirango imufashe guhuza ibikorwa bya Genoside muri Kibungo.
Muri uwo mubonano n’uwari umukuru w’ingabo i Kibumgo, Cyasa yahawe amabwiriza akurikira: ʺGuhuriza hamwe abicanyi no kubasobanurira ko kuva icyo gihe bagomba gukorera ku mabwiriza y’ubuyobozi bwa Gisirikare bwa Kibungo, kugeza Abicanyi mu duce twose no Gukangurira abasezerewe mu gisirikare kuba ku isonga mu kwica Abatutsiˮ.
Bamwe mu bafatatanyije na Cyasa gushyira mu bikorwa Genoside ahahoze ari mu ntara ya Kibungo nkuko babitangarije Rakia Omar ni aba bakurikira: Ndagije ufungiye Genoside, Kaporal Twagirayezu ubu uri muri Kongo, Najua uri muri Kongo, Djuma uri muri Kongo, na Abdoulkarim Butera. Aba bicanyi bari baberewe ku isonga na Lt Col Anselme Nkuriyekubona wari umukuru w’ingabo i Kibungo.
Ku itariki ya 9 Mata 1994, mu kigo cy’ingabo cya Kibungo hateraniye inama yari iyobowe na Lt Col. Anselme Nkuriyekubona, ikaba yari yitabiriwe n’uwari umukuru w’interahamwe z’i Kibungo Cyasa, iyo nama yari yanitabiriwe na Sylvain Mutabaruka wari umudepite na Ernest Rutayisire wari burugumesitiri wa Komine Sake.
Nyuma y’iyo nama, Lt.Col Anselme Nkuriyekubona yatanze bisi esheshatu zari iz’ikigo ONATRACOM zirimo abasirikare n’imitwe y’itwara gisirikare yo mu mashyaka yose yari mu Rwanda, igikorwa bari bashyize imbere cyari icyo gukora Genoside y’abatutsi ahari muri Komine sake kuko mu nama yari irangiye bemezaga ko Abatutsi barimo kugerageza kwirwanaho.
Ku itariki ya 10 Mata 1994, Abatutsi benshi bari bamaze guhungira mu kiriziya ya Kibungo no mu buyobozi bwa diyosezi ya Kibungo bari benshi. Mu rwego rwo gushishikariza gukora Genoside ku buryo bwa vuba, batangiye kumvisha Abahutu ko nibatirwanaho Abatutsi babatanga bakabamara bakoresheje Gerenade n’imbunda bahawe n’inkotanyi. Lt.Col Anselme Nkuriyekubona yabumvishaga ko Kibungo yasesewemo n’ingabo za RPF, icyo gihe yitiriraga impunzi zose z’Abatutsi zahungiraga mu bihaye imana n’ahandi ko ari ingabo za RPF zabinjiriye.
Itegurwa ry’igitero cyo kwica Abatutsi bari bahungiye mu bigo by’abihayimana i Kibungo ryari riberewe ku isonga na Lt.Col. Anselme Nkuriyekubona, Cyasa wari umukuru w’interahamwe za Kibungo, Zowa wari konseye wa segiteri Kibungo, na Nkurunziza Claver wari umukuru wa serire Cyasemakamba i Kibungo.

Munyarukato

BANTOUCLAN 15/05/2016 20:05

Ntabwo wabana numwicanyi maze nakwicira ngo urire .ntiwabana n’umusambanyi ya rongora umugore wawe ngo utake,irunga mbidi reba aho ushyize ikirenge .ni nka yankumi igenda yikaraga hejuru y’ amaraso. abanyarwanda babonye inyungu mu bwicanyi nibangahe ?uretse rutuku ,ujya hirya yabona bigiye kugwa akagaruka hino kugirango burigihe abe ari hose.U RWANDA NI URWACU FOREVER

Utagera we, ntagereranya! 15/05/2016 18:12

http://www.igihe.com/amakuru/u-rwanda/article/ingabo-z-u-rwanda-n-iz-u-bufaransa-zarinze-perezida-hollanden-na-touadera-i

Abasirikare bacu bakoresheje ibyogajuru byacu (satellite) mu gucunga umutekano wa Perezida w'Ubufaransa.
Utagera we, ntagereranya.
Iyamarere yari hafi ya Perezida, yari mu metero 50!

Hahaaa

KWIBUKA NONEHO NGO NIGUTANGAGASOPO KUBAHUTU 15/05/2016 17:36

"Kwibuka ni uguha gasopo abagishaka kubiba ingengabitekerezo ya Jenoside"

REF : Igihe.com

BYAVUZWE NA GOVERNOR WINTARA YIBURASIRAZUBA ABA AMENYE IBANGA KO KWIBUKA ALI UGUHA GASOPO ABAHUTU BOSE NO KUBATERORIZA.

NIYOmpamvu ubona : Habaho kwibuka mugihugu hose
kwibuka kwa buli ministeri imwe imwe kuminsi itandukanye
kwibuka abakozi ba buli kigo cyigenga kuminsi itandukanye
kwibuka abakozi ba amabassade (buli ambassade) one by one
kwibuka abakozi buburere
kwibuka abakilisu . buli kiliziya
kwibika abakozi ba za Bank kuminsi itandukanye kandi buli bank
kwibuka abalilimbyi , abakinnyi bumupira .
nabandi bantu base , umuturage ahera mumudugudu yibuka , agakomeza kukarerere ............agakomeza mwitorero asengera .............................mbese bigakomeza KANDI NIKO ABA ATANGA AMAFRANGA YO GUFASHA ABAROKOTSE , NONE bamennye ibanga NGO NUGUTANGA GASOPO !!!

bwarakeye biraba 15/05/2016 15:38

ijambo rya kambanda ibutare iyo abanyarwanda babishaka nta maraso aba yaramenetse.Ucumbikiye uruziramire aba aziko ruzamwizirikaho,ntiwaba inshuti y'umwicanyi yakwicira ukarira.

https://www.youtube.com/watch?v=JqONMRiOcE0

HUTU DU BURUNDI yareze KAGAME KUBERA guteza ibibazo mu BURUNDI 15/05/2016 12:39

D’AGRESSION
DU RWANDA CONTRE LE BURUNDI
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 2
Table des Matières
I. Introduction
II. Burundi : cyclone des guerres fratricides et l’ombre du Rwanda
III. Le « troisième mandat » comme prétexte
IV. La crise burundaise : des schémas d'analyse endogènes incomplets
V. Les formes de l'agression rwandaise
a. Agression armée
b. Campagne de médisance
VI. Les origines et les raisons de l'agression rwandaise
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
VIII. Conclusion
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 3
I. INTRODUCTION
Dans ce Mémorandum, le Bureau chargé de la Communication à la Présidence de la
République du Burundi démontre le rôle prépondérant du Rwanda dans la préparation,
l'accompagnement et l'accomplissement des opérations de déstabilisation des
institutions burundaises en vue d’opérer un changement de régime favorable, avant
tout, aux intérêts idéologiques du FPR 1 et à d’autres intérêts géopolitiques et
géostratégiques de certaines puissances occidentales, certes inavoués mais visibles.
Comme partout ailleurs en Afrique, ce processus de déstabilisation du Burundi s'appuie
sur un contexte socio-politique marqué par :
∗ les frustrations de la jeunesse urbaine, fortement touchée par le manque
d'emploi et malléable aux manipulations politiciennes ;
∗ le mécontentement d'une partie de l'ancienne élite sociale qui digère peu la
consolidation d'un modèle de gestion de la société burundaise basée sur la
démocratie ;
∗ la mise à nue des responsabilités individuelles lors des différentes tragédies qui
ont endeuillé le Burundi à travers la CVR 2 et la CNTB 3 , instruments qui
interfèrent directement sur des intérêts vitaux de certains individus qui ont géré
la chose publique depuis les années des indépendances, en passant par
l’épuration ethnique, en 1965, 1969, le Génocide des Hutu de 1972 et la
spoliation des citoyens forcés à l’exil.
Ce Mémorandum entend démontrer comment le principe de neutralité auquel adhère
fortement le Burundi a été utilisé par le leadership militaire du Rwanda voisin pour
planifier la mise à mort du « modèle consensuel » burundais issu des Accords d’Arusha
signés en 2000 et de l’Accord de Cessez-le-feu global de 2003 qui ont défini une feuille
de route dans le partage du pouvoir entre les composantes ethniques au Burundi (Hutu,
Tutsi et Twa) dans l’administration politique et les forces de défense et de sécurité.
1 Front Patriotique Rwandais – parti au pouvoir au Rwanda, leadership tutsi
2 Commission Vérité et Réconciliation
3 Commission Nationale Terres et autres Biens
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 4
II. LE BURUNDI, CYCLONE DES GUERRES FRATRICIDES ET L’OMBRE DU
RWANDA
Sans vouloir faire oeuvre d’historien, nous pensons pourtant que pour mieux
comprendre les événements actuels, un bref aperçu sur certains événements qui ont
jonché l’histoire des deux pays voisins, le Burundi et le Rwanda, (qui partagent une
même configuration socio-culturelle et une langue presque commune) ne serait pas de
trop, car, l’actuelle agression rwandaise trouve ses racines dans les soubresauts du
passé, à partir de 1959, « l’année-charnière » où l’avenir de ces pays s’est joué4.
En effet, en novembre 1959 il se produisit ce que Jean-Paul
Harroy décrit comme « la secousse déterminante » de la
révolution paysanne Hutu et la contre-révolution Tutsi, au
Rwanda, « laquelle devait, la Belgique aidant, aboutir à la
disparition du monopole Tutsi 5 ». Cette collision meurtrière
entre Hutu et Tutsi au Rwanda fit plusieurs morts et des
dizaines de milliers de réfugiés qui s’éparpillèrent dans la région,
Hutu compris au Burundi. Plusieurs immigrés rwandais Tutsi
s’établirent donc dans certaines régions du Burundi. En mairie
de Bujumbura, certains quartiers furent littéralement envahis,
comme au quartier alors appelé OCAF6 , actuelle Ngagara, à
Mutakura, à Cibitoke, à Nyakabiga et à Musaga. Ce n’est pas
étonnant que ce soit ces mêmes quartiers, cinq (5) sur un total
de 3002 collines du Burundi, qui soient les seuls à s’être
soulevés en 2015. Encore qu’il faut souligner que ce n’était pas
tous les habitants de ces quartiers qui participaient à cette
insurrection, mais ils étaient pris en otage par des individus
armés qui barricadaient les routes et menaçaient d’éliminer
physiquement quiconque irait au travail ou enverrait son enfant
à l’école.
Avant 1962, même si le Rwanda et le Burundi étaient asservis par un même
colonisateur, la Belgique, n’empêche que rwandais et burundais se regardaient, à cette
époque, en chiens de faïence, si l’on en croit toujours Jean-Paul Harroy qui décrit les
difficultés qu’il a eu à organiser un match de football « le premier de l’histoire » entre
les deux pays, le 8 février 1959 au Stade de Ngozi. Ce match se soldat par un score
sévère de 4 à 1 en faveur de l’équipe burundaise.7
A ce climat malsain et d’instabilité politico-sécuritaire et de
difficile cohabitation entre les Hutu et les Tutsi des deux
pays s’ajoute cette guéguerre que nous rapportent les
historiens, entre le Prince Louis Rwagasore et un père
blanc défroqué, Albert Maus, de la congrégation des
4 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.293
5 ibid.
6 Office des Cités Africaines
7 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.301
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 5
missionnaires, soupçonné de vouloir importer le modèle
rwandais au Burundi. « l’Urundi n’est pas le Ruanda » écrira,
à cette époque, le Prince Louis Rwagasore, héros de
l’indépendance du Burundi, avant d’ajouter : « je peux
affirmer avec la force et la foi d’un homme convaincu, que le
Burundi ne tombera pas dans le même piège que celui qui a
été tendu au Rwanda8 » Maus s’opposait à l’indépendance
immédiate du Burundi. A la victoire du parti Uprona, Albert
Maus qui apprit la nouvelle étant dans les environs de
Rumonge alla se pendre au bord du lac Tanganyika. Ce lieu
touristique porte actuellement le nom de « Château Maus ».
Le Burundi ne sera pas pour autant épargné de confrontations aux allures d’épuration
ethnique comme au Rwanda. Après l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, en 1961
et l’indépendance du Burundi en juillet 1962, le Burundi connaîtra sa première crise
ethnique six ans après celle du Rwanda, en 1965. Pratiquement toute l’année est
animée d’événements qui font couler de l’encre, de la salive et du sang. Un coup d’état
est opéré, dans le sang, le 15 janvier de cette année avec l’assassinat du Premier
Ministre Pierre Ngendandumwe, un Hutu, abattu par M. Gonzales Muyenzi, un réfugié
Tutsi rwandais qui travaillait à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique. Le premier
ministre sortait d’une Clinique où il était allé rendre visite à sa femme qui venait
d’accoucher.
Les élections législatives du 10 mai 1965 consacrèrent la victoire
du parti Uprona, encore une fois, mais les candidats Hutu de ce
parti obtinrent plus de postes à l’Assemblée Nationale et au Sénat.
Par conséquent, tous les trois membres des bureaux des deux
chambres étaient Hutu. Cependant avec l’ombre des déchirures
inter-ethniques qui planait à la fois sur le Burundi et le Rwanda ce
fût difficile de maintenir la stabilité des institutions mises en place
par les urnes. Quelques mois plus tard une tentative de Coup
d’Etat ajouta de l’huile sur le feu et ce parlement fut dissout par le
Roi et des massacres furent perpétrés à Kamenge, un quartier
situé au nord de la capitale Bujumbura. On rapporte l’exécution de
plus d’une centaine de Hutu.
En 1966 un autre Coup d’Etat qui cette fois-ci réussit dépose le Roi et la République est
instaurée. Trois ans plus tard d’autres tueries contre les Hutu sont opérées mais
n’atteindront le point culminant avec le Génocide de 1972 lorsque plusieurs centaines
de milliers de burundais perdirent leur vie (entre 3.000 et 5.000 Tutsi contre 200.000
à 300.000 Hutu) tandis que plusieurs centaines de milliers de Hutu prirent le chemin
de l’exil et s’établirent au Rwanda (à l’époque dirigé par un pouvoir entièrement Hutu),
88 La Dépêche du Rwanda – Urundi n°431, du 18 décembre 1959
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 6
en Tanzanie et au Zaïre9. Ces citoyens burundais furent dépossédés de leurs propriétés
foncières ainsi que de tous leurs biens matériels, y compris de l’argent en banque.
A partir de 2005, après les élections et suites aux mesures
salutaires prises par le Président Nkurunziza, des centaines de
milliers de réfugiés (un demi million) prennent le chemin du retour, y
compris ceux qui avaient fui le pays quatre décennies durant, avec
toute la problématique de réintégration que cela génère. Le
Gouvernement du Burundi a pris le taureau par les cornes, aidé par
ses partenaires, en essayant de trouver des solutions appropriées
aux multiples problèmes ayant trait à la réintégration socioéconomique
des rapatriés. Les orphelins et veuves de la tragédie
génocidaire de 1972 n’ont pas été oubliés. Le Gouvernement a lancé
un vaste programme d’indemnisation et de régularisation en faveur
des ayants droit, qui ont du patienter et endurer des souffrances sans
nom quatre décennies durant.
Ce rétablissement de ces sinistrés dans leur droit n’était pas sans casse. Dès 2012
une farouche résistance contre la mise en oeuvre des décisions de la CNTB a été
observée surtout dans les quartiers Nyakabiga et Ngagara, anciens quartiers qui
avaient accueilli plusieurs réfugiés rwandais et qui deviendront, en 2015, bastions de la
résistance insurrectionnelle. Ce qui porta l’étiquette de « résistance contre le 3ème
mandat » n’était en fait qu’une suite logique de l’insubordination qui y avait déjà élu
domicile. Le reste n’était qu’un prétexte pour chasser du pouvoir le parti Cndd-Fdd et
son gouvernement dans le but de faire perdurer la spoliation et l’injustice qui
remontent au génocide de 1972.
9 L’actuelle République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 7
III. LE « TROISIEME MANDAT » COMME PRETEXTE
Le Burundi a organisé un processus électoral dans un climat de crise politico -
sécuritaire majeure en 2015, avec des incidences sur tous les aspects de la vie
nationale. Comme le reconnaît la CENI10, c’était dans « un contexte de fragmentation de
certaines formations politiques, de contestations politiques internes et de pesanteurs
régionales et internationales » mais qui, au finish, n’ont pas mis en échec ce processus
qui a finalement été bien mené puisque toutes les institutions ont pu être mises en
place11. Le succès de ce processus tenu dans ce contexte très particulier était en
grande partie « la soif de la population de voter pour renouveler les institutions
dirigeantes du pays », malgré l’appel de l’opposition au boycott, qui n’a pas été entendu,
ni les tirs et jets de grenades pendant la nuit, à la veille de chaque élection, aux fins de
dissuader la population à se rendre aux urnes.
Ce comportement de négation de l’accession au pouvoir par la voie des urnes a
commencé au lendemain des élections communales de 2010 sur fond de prétextes de
fraudes électorales. En ordre dispersé, l’opposition burundaise s’est présentée aux
élections et n’a pas supporté d’être vaincue par le parti au pouvoir depuis 2005, le
Cndd-Fdd12 qui s’est taillé la part du lion avec un score de 64%. Un rapport final de la
Mission d’observation électorale de l’Union Européenne13 dit ce qui suit : « Il [le CNDDFDD]
se distancie avec tous les autres partis dont le plus méritant d’entre eux, le FNL,
n’obtient que 14,15%. Viennent ensuite l’Uprona (6,25%), le Frodebu (5,43%), le MSD
(3,75%), l’UPD (2,21%), le Frodebu Nyakuri (1,36%) et le CNDD (1,26%). […] Une
explication se trouve dans la multiplication des acteurs politiques visant plus ou moins
le même électorat et donc un morcèlement des voix de l’opposition ».
Ce processus électoral a pourtant été salué par tous les observateurs nationaux et
internationaux qui ont qualifié les élections de 2010 de régulières et démocratiques
tandis que le peuple burundais a reçu les félicitations du Secrétaire général de l’ONU,
Ban Ki-Moon, en déplacement au Burundi14. Cet échec n’a donc pas été supporté par
ces « mauvais perdants qui ont réclamé un dialogue avec le parti vainqueur, le Cndd-
Fdd comme ils le font d’ailleurs aujourd’hui, entretenant sciemment le flou entre
« dialogue » et « négociation ». Devant une fin de non recevoir, quelques uns ont donc
préféré prendre le large et entamer une vaste campagne d’intimidation sur tout le
territoire national afin de saboter le restant du processus électoral. Plusieurs
permanences du Cndd-Fdd ont été incendiées dans plusieurs provinces du pays, des
grenades ont été lancées dans des lieux publics et privés faisant des morts et des
blessés. En 2010, entre les élections communales de mai, la présidentielle de juin et
les législatives de juillet on a dénombré 128 attaques à la grenade qui ont fait 11
morts et 69 blessés15.
10 Commission Electorale Nationale Indépendante
11 http://ceniburundi.bi/IMG/pdf/rapport_general_sur_le_processus_electoral_de_2015-12.pdf
12 Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie, parti au pouvoir au
Burundi
13 http://www.eueom.eu/files/pressreleases/other/final-report-burundi-2010_fr.pdf
14 http://bi.chineseembassy.org/fra/sgxw/t739096.htm
15 https://www.hrw.org/fr/world-report/2011/country-chapters/259441
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 8
Après les élections ces violences se sont poursuivies dans la province de Bujumbura
communément appelée Rurale et ont fait plus d’une centaine de morts. Il a fallu que le
Président Pierre Nkurunziza se lève personnellement et se rende dans cette province. Il
y a prononcé un discours très fort et a donné, aux forces de défense et de sécurité, à
l’administration territoriale ainsi qu’à la justice un ultimatum de deux mois pour que
cette spirale de violences soit endiguée.
Ces machines à tuer ont donc été vaincues. Ceux qui n’ont pas été arrêtés ou tués ont
fui vers la RDC voisine et d’autres vers la Tanzanie et ont organisé plusieurs attaques
contre le Burundi qui ont été à chaque fois déjouées et plusieurs groupes de
malfaiteurs démantelés, entre 2011 et fin 2014.
Certainement qu’en 2010 le Burundi a frôlé un risque grave de retour en guerre, se
retrouvant de fait dans « l’engrenage qui touche les pays sortant d’une guerre. Ceux-ci
ont 50% de chances de replonger dans un conflit au cours des cinq années suivant les
hostilités » comme le dit si bien un rapport de l’OAG16,17 s’appuyant sur les thèses de
Paul Collier18. N’eût été la bonne gestion du contentieux électoral par le Gouvernement
de Pierre Nkurunziza et la maturité politique du peuple burundais dans son ensemble,
le pays allait replonger dans le chaos.
Certains politiciens de l’opposition comme un certain Alexis Sinduhije, Leader du MSD19
étaient impliqués dans les recrutements, l’armement et l’encadrement de ces bandes
armées et essayaient de « convaincre les gouvernements régionaux et internationaux
que les exactions et les actes de corruption commis par les autorités burundaises
justifiaient une rébellion armée » selon un rapport des Experts des Nations Unies sur la
Région des Grands-Lacs20, publié le 29 novembre 2011.
La veille de la publication de ce rapport, un hebdomadaire burundais, le Journal Iwacu
dans sa livraison du 28 novembre 2011, avait publié une interview exclusive de M.
Alexis Sinduhije. A la question du journaliste Antoine Kaburahe qui lui demandait s’il
pensait [aux élections] de 2015, M. Sinduhije a surpris : « 2015 ne peut pas être dans
le schéma des perspectives politiques au Burundi. […] Sauf s’il y a miracle, nous
sommes embarqués dans un processus révolutionnaire d’au moins trois ans et donc,
pas de place pour les élections ». Il promettait même que cette révolution allait se
mener « avec gravité et responsabilité » car selon Sinduhije, « préserver les vies des
civiles innocents » devrait être une nécessité21.
Moins d’une semaine plus tard, c’est France 24 qui diffusait un reportage de Pauline
Simonet sur une nouvelle rébellion au Burundi, le FRONABU22 - Tabara dont la base
arrière se trouvait au Sud Kivu de la RDC et qui viserait, curieusement, une
16 Observatoire de l’Action Gouvernementale
17 http://arib.info/oag-analyse-contextuelle-26112010.PDF
18 Collier Paul, Briser l’engrenage du conflit : guerre civile et politique de développement, Rapport de la Banque
Mondiale, New York : Oxford University Press, 2003.
19 Mouvement pour la Solidarité et le Développement
20 http://ddata.over-blog.com/3/15/38/72//CONSEIL-DE-SECURITE.pdf
21 http://iwacu-burundi.org/blogs/rolandrugero/files/2015/01/From-2011-28-11-170712.jpg
22 Front National pour la Révolution au Burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 9
« Révolution » au Burundi 23 . Toutes les sources concordantes précisent que ce
mouvement étouffé dans l’ oeuf appartenait à Alexis Sinduhije, à l’instar d’un autre qu’il
lancera plus tard, en 2015, le FOREBU – Tabra.
Parallèlement, un autre groupe rebelle s’organisait dans la brousse de Milamila en
Tanzanie. Il s’agit du FRD24 – Abanyagihugu dirigé par un certain Kabirigi Pierre-Claver,
qui lança sa première attaque au mois de novembre 201125. Jusqu’au mois d’avril
2012 il était complètement défait et ses leaders, tués ou arrêtés.
Au mois de mai 2012 l’armée congolaise annonçait avoir abattu un autre important
Chef rebelle du nom de Claver Nduwayezu, surnommé Carmel ou Mukono26. Ce dernier
avait mené des incursions sanglantes dans les zones riveraines de la Rusizi au Burundi
et en RDC. Il était accusé d’être à la tête du bain de sang de septembre 2011 à
Gatumba (près de Bujumbura), lorsque 39 personnes au moins ont été savagement
tuées.
En septembre de la même année, c’était le tour d’un certain Nzabampema, un
dissident du FNL27, de déclarer la guerre contre le Gouvernement du Burundi, appelant
toute la population à la résistance28. En 2013 il a multiplié des embuscades mais son
mouvement a subi de lourdes pertes en hommes et en matériel qu’il s’est finalement
retranché loin de la frontière, dans les profondeurs de l’Est de la RDC où, selon les
informations à notre disposition, reste encore actif dans des actes de vols à main
armée.
En 2013, sur appel du Président de la République qui demandait aux leaders de
l’opposition en exil de rentrer pour préparer les élections de 2015, Alexis Sinduhije
rentre en mars 2013 et annonce publiquement la couleur de son retour : organiser
des manifestations, à l’instar du printemps arabe. Ce qui avait échoué par le
truchement d’une rébellion armée allait donc être atteint par un soulèvement populaire,
une révolution, selon cet opposant29 qui multipliait des déplacements vers Kigali.
Une année, jour pour jour, le 8 mars 2014, M. Sinduhije organisa une insurrection
populaire durant laquelle des éléments de la police furent séquestrés pendant plusieurs
heures et désarmés, par des jeunes sous l’emprise de la drogue dont des enfants. Des
activistes de la Société civile et des cadres de la CNIDH ont du intervenir pour
récupérer ces armes et les remettre aux forces de l’ordre30 . M. Sinduhije prit de
nouveau le large et reste sous mandat d’arrêt international tandis que plusieurs
dizaines de membres du MSD furent arrêtés et jugés.
Néanmoins, M. Sinduhije ne désarma point. Le 24 décembre 2014, dans son édition
du matin, la Radio RPA31 fondée par lui-même annonça que des jeunes burundais des
23 http://www.france24.com/fr/20111202-burundi-ombre-guerre-groupes-armes-rebellion-tutsi-Hutu-presidentnkurunziza-
reporter
24 Forces pour la Restauration de la Démocratie
25 http://www.rfi.fr/afrique/20111126-une-nouvelle-rebellion-burundi
26 http://www.africa1.com/spip.php?article21464
27 Front National de Libération
28 https://wazaonline.com/fr/archive/declaration-de-guerre-contre-le-burundi-info-ou-intox
29 https://www.youtube.com/watch?v=nmdlJjVMLws
3030 https://www.youtube.com/watch?v=k-sd3qzkiqU&list=UU3uSN_ifXSf8dB_HYZrS0jQ&index=76
31 Radio Publique Africaine
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 10
partis d’opposition ont passé plusieurs jours à Kampala, en Ouganda, à la rencontre de
M. Sinduhije pour y apprendre des stratégies et techniques de soulèvement populaire.
Selon la même station radio, des consultants étrangers ont formé ces jeunes et ils ont
élu M. Patrick Nkurunziza, du parti Frodebu, afin qu’il soit leur coordinateur sur terrain,
au Burundi.
Une semaine plus tard, le 31 décembre 2014, le Burundi subit une attaque armée en
provenance de l’Est de la RDC32, dans la province de Cibitoke. D’après les documents
saisis et les témoignages de ceux qui ont été capturés vifs par l’armée burundaise, le
but principal de cette attaque était d’empêcher la tenue des élections en 2015. Parmi
ces combattants on note une présence remarquable d’enfants soldats et de membres
du MSD,.
En plus de tous ces actes de violences pour perturber ou arrêter le processus
électoral de 2015, ajoutons les différentes manoeuvres dilatoires de l’opposition
burundaise qui ont démontré à suffisance que certains acteurs ne voulaient pas la
tenue de ces élections, mais préféraient, à la place, un partage du pouvoir dans un
gouvernement de transition.
C’est le cas, par exemple, de la carte d’identité biométrique. C’est un projet qui a été
initié par le Gouvernement, en 2012, mais décrié par l’opposition qui disait que ce
n’était qu’un moyen mis en place pour frauder les élections de 2015. Cependant, en
décembre 2014, à quelques mois de la tenue des élections, la même opposition est
sortie de ses gongs pour réclamer une carte d’identité biométrique, ce qui, selon ses
arguments, empêcherait le parti au pouvoir de frauder les élections. Bien évidemment,
ce n’était plus possible compte tenu des délais constitutionnels.
Ainsi donc, le soulèvement populaire d’avril 2015, la tentative de coup d’état de mai
2015 ainsi que les attaques armées ne constituent que le point de démultiplication de
cette crise politico – sécuritaire qui était rampante que d’aucuns préfèrent, à tort,
placer au lendemain du Congrès du Cndd-Fdd du 25 avril 2015, qui a désigné Pierre
Nkurunziza comme son candidat à l’élection présidentielle de la même année. En effet,
dès le lendemain, des jeunes répondant à l'appel d'une partie de la Société Civile
burundaise et des politiciens de l’opposition radicale sont descendus dans la rue pour
« manifester contre le 3ème Mandat du Président Nkurunziza », disait-on, ce qui n’était
qu’un prétexte car le refus des élections avait commencé très longtemps avant.
On annonçait « des manifestations pacifiques » mais les Burundais, surtout les
habitants de Bujumbura virent plutôt une insurrection. Des jeunes gens investirent les
rues dès la matinée du 26 avril 2015, détruisirent des infrastructures publiques et
brûlèrent des voitures de la Fonction Publique et d’autres institutions républicaines,
bloquèrent les routes au moyen de barricades et pneus brûlés, s'en prirent à la police
au moyen de pierres, de Cocktail Molotov, grenades et fusils d'assaut. Des quartiers
furent réduits à se vider de leurs habitants incapables de se rendre au travail sans
risque de se faire agresser alors que les enfants furent empêchés de se rendre aux
cours, certains placés aux premières lignes lors de cette insurrection ; des maisons
32 République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 11
appartenant aux policiers furent brûlées, les insurgés établirent des barrages et
rançonnèrent les habitants, etc33.
Malgré cette insurrection à Bujumbura et le climat de peur qui ont gelé l’activité
économique dans le pays, une grande majorité de la population burundaise garda le
calme. Sur les 119 communes que comptait alors le Burundi, 116 restèrent en paix.
Par contre, la contestation devint principalement une occasion d'une remise en cause
violente de l’autorité publique, processus en crescendo qui allait aboutir au coup d’État
(manqué) du 13 mai 2015.
Ainsi, d’avril à juillet 2015, sur un total de 245 personnes blessées lors de cette
insurrection, 154 sont des policiers dont 2 amputés de jambes par grenade, alors qu'il
Hutu a eu 71 civils blessés par les manifestants dont 49 par grenade. Sur les 92
personnes mortes, 52 personnes ont été tuées par ces manifestants violents (14
policiers, 1 militaire, 37 civils dont 10 par grenade).
Ces violences se sont intensifiées jusqu’à la création de milices urbaines34 qui ont tenté
d’arrêter le processus électoral en perturbant la sécurité, principalement à Bujumbura.
De juin à la mi-décembre 2015, la capitale du Burundi a vécu sous des tirs plus ou
moins nourris durant la nuit, des attaques à la grenade contre la police35 ou des
meurtres ciblés de membres des corps de défense et de sécurité. Le plus
emblématique de ces meurtres est l'assassinat du Lieutenant-Général Adolphe
Nshimirimana le 2 août 201536, au nord de Bujumbura, suivi un mois plus tard d'une
attaque contre le Chef d’État-Major de l’Armée burundaise37 (Hutu) après l'assassinat
d'un des prédécesseurs 38 à la retraite, le Colonel Jean Bikomagu (Tutsi). Ces
assassinats qui ciblaient des personnes d’ethnies différentes avaient un but : semer le
virus de la division et créer un schisme au sein de l’Armée nationale, pour que ces
divisions soient récupérées par l'opposition radicale au travers des désertions. En
attendant, la même opposition armait des jeunes 39 dans les mêmes quartiers où
avaient sévi l’insurrection de mai et juin 2015.
Heureusement, l'engagement des forces de défense et de sécurité pour sauvegarder
l’unité et la cohésion nationales ont prévalu sur ces calculs mesquins et divisionnistes.
Ainsi, la Force de Défense Nationale et la Police Nationale du Burundi, composées de
toutes les couches de la population burundaise (50 % Hutu, 50 % Tutsi, des Twa
cooptés), ont permis à la vaste majorité des Burundais de garder la sérénité dans un
contexte marqué par les peurs et les rumeurs, et de refuser l'offre d'une nouvelle
guerre civile40.
33 https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I
34 http://www.reuters.com/article/us-burundi-unrest-idUSKBN0TC1OE20151123
35 http://www.iwacu-burundi.org/?s=attaque+contre+police
36 http://www.iwacu-burundi.org/un-assassinat-eclair/
37 http://www.iwacu-burundi.org/le-chef-detat-major-general-echappe-a-un-attentat/
38 http://www.iwacu-burundi.org/alerte-lancien-chef-detat-major-le-colonel-jean-bikomagu-tue/
39 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
40 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/12/09/civil-war-unlikely-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 12
IV. LA CRISE BURUNDAISE : DES SCHEMAS D'ANALYSE ENDOGENES
INCOMPLETS
Plusieurs analyses ont tenté de déceler les causes véritables de la crise burundaise, en
l'attribuant uniquement à des facteurs de frustrations politiques et sociales des élites
politiques et de la jeunesse burundaise. Ainsi, le Professeur André Guichaoua
(Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) écrit 41 : « Plus profondément, la rupture
générationnelle qui s’exprime alors illustre la désillusion des jeunesses urbaines et
rurales sans travail en ville ou condamnés à la survie sur des parcelles de terre
étriquées. Confrontées à l’impuissance du nouveau régime à desserrer les contraintes
économiques et offrir des perspectives d’avenir, elles refusent le retour à un ordre
autoritaire qui ne cesse de restreindre les libertés individuelles et collectives et de
renforcer l’encadrement des populations. La dimension politique de cette révolte se
prolonge au travers d’une double exigence éthique de respect de la dignité des citoyens
et de moralisation des élites au pouvoir. Des aspirations comprises voire partagées par
tous, au-delà des ethnies et des régions d’origine, mais que ces élites ne peuvent ou
refusent d’entendre. »
Quoique juste sur des attentes de la jeunesse que le Gouvernement n'a pas pu combler
souvent par manque de moyens, le Burundi étant confronté à beaucoup de défis, cette
analyse oublie de souligner que la priorité première du gouvernement sur ces dix
premières années était d'asseoir la stabilité institutionnelle au travers d'un processus
d’autorégulation démocratique dont s'est approprié la population. Et le pas franchi sur
ces dix dernières années est une première depuis l’indépendance du pays, en 196242.
Ce processus, qui demande du temps au risque de réveiller les démons d'un passé
traumatique, est en passe d’être achevé avec le travail de la Commission Vérité et
Réconciliation.
Le Burundi ne peut pas aspirer vivre la stabilité économique et la moralisation de la vie
politique sans que les institutions chargées de ces missions soient viables et
demeurent sous une menace constante de renversement de pouvoir comme l'a prouvé
la tentative de putsch de mai 201543 ainsi que d’autres, au lendemain des élections de
2005 et celles de 2010.
C'est justement le coup d’État du 13 mai 2015 qui a fait comprendre à de nombreux
burundais et amis du Burundi que la crise de 2015 n’était en rien « adossée à la
contestation du 3ème mandat », mais rentrait dans le cadre d'un plan plus vaste de
l'agression du Rwanda contre le Burundi et de l’ingérence dans les affaires intérieurs
de la part de certaines puissances occidentales, comme la Belgique.
41 https://theconversation.com/heurs-et-malheurs-du-modele-burundais-53279
42 Voir point 10 de ce Mémorandum: “Les signes d'une stabilité renforcée à long terme”
43 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/07/15/understanding-crisis-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 13
V. FORMES DE L'AGRESSION RWANDAISE
a. Agression armée
L'agression du Rwanda contre le Burundi s'est faite sous différentes formes, la plus
visible étant au niveau militaire. Les enquêtes dans les camps de réfugiées burundais
au Rwanda, notamment dans celui de Mahama, ont démontré que des jeunes
burundais, et même des enfants, sont souvent enrôlés de force dans des unités de
rébellion aux fins d'une infiltration au Burundi. Le rapport de l'organisation Refugees
International a documenté en détail ces opérations de recrutement44, vérifiées ensuite
par la presse (Al Jazeera45, Newsweek46, IBtimes47,48 RFI49), même si d'autres sources en
avaient déjà parlé (Washington Post50, African Defense51, France2452).
Par ailleurs, l'administration burundaise a déjà signalé à plusieurs reprises les entraves
des autorités rwandaises pour le retour des réfugiés burundais désireux de regagner
leur patrie, avec des intimidations et de longues procédures administratives qui
découragent plus d'un. En outre, il conviendra de souligner que la ministre des Affaires
Étrangères du Rwanda a affirmé ce 30 janvier 2016 devant le Conseil Paix et Sécurité
de l'Union Africaine que le Rwanda n'entendait pas extrader les personnes recherchées
par la justice burundaise pour participation dans la tentative de coup d’État du 13 mai
2015. Pourtant, dans le cadre de bon voisinage et du respect des traités régionaux en
matière de coopération judiciaire et sécuritaire, le Gouvernement du Burundi a toujours
réagi favorablement à toutes les demandes d'extradition des personnes jugées comme
menace aux intérêts vitaux du Rwanda.
Par ailleurs, ces opérations de recrutement, d’enrôlement et de formation militaire de
jeunes burundais, dont des enfants, ont d'ailleurs été dénoncées par l’Envoyé Spécial du
Président des États-Unis d’Amérique dans la région des Grands Lacs africains, M.
Thomas Perriello : « Le Rwanda est parfaitement au courant de la volonté du
gouvernement américain d’imposer des mesures dans les situations similaires à celles
du M23. Nous avons exprimé un certain nombre d’inquiétudes publiquement et en
privé à propos de la crise au Burundi. J’ai moi-même rencontré certains des anciens
enfants-soldats burundais arrêtés ici en RDC. Et nous allons continuer de garder l’oeil
sur cette situation ... »53
44 http://bit.ly/1O4n3Wm
45 http://america.aljazeera.com/articles/2015/12/14/burundian-refugees-face-forced-recruitment-in-rwandancamp.
html
46 http://europe.newsweek.com/burundi-refugees-recruited-rwanda-406039?rm=eu
47 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-children-refugee-camps-rwanda-recruited-soldiers-1533221
48 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
49 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
50 https://www.washingtonpost.com/opinions/burundis-dangerous-neighbor/2015/11/18/298b1e88-8bbe-11e5-
934c-a369c80822c2_story.html
51 http://www.african-defense.com/defense-news/rwanda-accused-of-recruiting-burundi-refugees-for-new-rebelforce/
52 http://www.france24.com/fr/20151104-video-rwanda-burundi-rebelles-anti-nkurunziza-refugies-ingerence
53 http://www.rfi.fr/afrique/20160126-rwanda-burundi-rdc-pense-envoye-special-americain-tom-perriello
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 14
Les forces de défense et de sécurité du Burundi (FDN54 et PNB55 ) ont fait face à
plusieurs agressions venues du Rwanda, dont les plus visibles sont :
Un groupe d’hommes armés venu du Rwanda a tenté d’attaquer la zone Rugazi,
commune Kabarore dans la province de Kayanza, en dates du 10 et 11 juillet 2015. Le
bilan de cette tentative d'attaque, qui visait à faire dérailler le processus électoral alors
en cours, a coûté cher au groupe d'assaillants56 : 31 parmi eux ont été tués, 170
hommes se sont rendus, d'autres capturés (voir image), 78 armes saisies avec 4
groupes électrogènes, 1 mortier 60 et 2 radios Motorola. Ceux qui ont été capturés
affirment avoir été entraînés au Rwanda, avant de recevoir des armes des services de
sécurité rwandais57.
Le 12 juillet 2015, à Muyinga dans la
commune de Giteranyi, zone Ruzo,
les forces de l'ordre ont saisi 60
fusils d'assaut de type Kalachnikov
enterrés le long de la rivière Kagera
qui coule en venant du Rwanda. Un
mois plus tard, le 7 août 2015, sur la
colline Masaka de la zone Gisenyi,
dans la province Kirundo, une
trentaine de fusils d'assaut de type
Kalachnikov, 810 cartouches, 58
chargeurs et 52 bretelles ont été
saisis sur un groupe d'hommes qui
venaient attaquer le chef-lieu de
Kirundo. Parmi eux, un ancien policier
burundais a admis devant la justice que leur unité avait été recrutée et formée dans le
camp de réfugiés de Mahama, au Rwanda. Enrôlé sous les encouragements du Dr
Jean Minani, un opposant réfugié à Kigali, chacun des assaillants devait recevoir
200.000 Fbu au terme de l'attaque à Kirundo.
Toutes ces armes saisies avait une caractéristique
commune : elle n’étaient pas marquées, ce qui
n'est pas le cas de l'arsenal militaire au Burundi. De
nombreuses tenues de l’armée rwandaise ont été
saisies lors des opérations de désarmement de la
population, sur ces derniers mois, comme ici, à
Mutakura (effets militaires saisis le 23 octobre
2015, voir image).
54 Force de Défense Nationale
55 Police Nationale du Burundi
56 http://www.mdnac.bi/fr/article/l%E2%80%99attaque-d%E2%80%99un-groupe-arm%C3%A9-dans-lacommune-
kabarore
57 http://www.isanganiro.org/spip.php?article9448
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 15
Une nouvelle attaque est survenue le 21 novembre 2015 sur le
cabaret Top Hill, au chef-lieu de la province Kirundo, et visait à
assassiner notamment le gouverneur et des responsables
politiques proches du parti au pouvoir au Burundi. Les trois
assaillants en action ont été désarmés par les forces de sécurité,
avant d'avouer en audience publique qu'ils agissaient toujours
sous l'instigation du Dr Jean Minani, qui est par ailleurs un ancien
député élu à Kirundo, qui dirige actuellement la coalition
CNARED58, qui regroupe en son sein les putschistes de mai 2015,
les responsables de l’insurrection armée de 2015, les frondeurs
du Cndd-Fdd, ainsi que deux anciens présidents membres de
l’opposition radicale.
Après les échecs successifs des
différentes attaques menées avec
des groupes venus directement du
Rwanda, les services de
renseignement rwandais ont décidé
de changer d’itinéraire pour les
recrues burundaises. En effet, les
services de renseignement congolais
ont alerté le Burundi dès octobre
2015 que des insurgés burundais
allaient être infiltrés au Burundi à
travers la frontière congolaise, avec
de faux documents administratifs. Il
n'a pas fallu longtemps pour que les
enquêtes menées par la presse
viennent étayer ces informations 59 .
Ce réseau d’infiltration au Congo mis
sur pied par les services de renseignement militaire rwandais (DMI), est impliqué dans
le convoyage de ces infiltrés burundais vers la frontière jusqu’à la rivière de la Rusizi,
après leur avoir fourni de fausses cartes d’électeurs congolais.
Ainsi, le 12 janvier 2016, l’armée congolaise présentait à une délégation parlementaire
congolaise une quarantaine d'infiltrés interceptés avec des cartes d’électeur
congolaises afin de faciliter leur entrée au Burundi 60 (voir images). Les services de
renseignement burundais en arrêteront pour leur part cinq alors déjà présents sur le
territoire burundais.
58 Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi et de l’Etat
de droit
59 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
60 http://uviraonline.com/fizi-le-general-fariala-presente-les-infiltres-en-possession-des-cartes-delecteur-a-ladelegation-
de-kin/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 16
Suite à ces arrestations, les services de sécurité burundais ont décidé de ne plus
accueillir de ressortissant étranger qui présente la carte d’électeur congolaise comme
identifiant administratif.
Plusieurs jeunes qui ont subi ces formations au Rwanda ont finalement brisé le silence.
Certains ont été arrêtés et d’autres ont déposé les armes par leur propre volonté, se
sont rendus à la police et ont accepté de parler à la presse locale et internationale. Des
témoignages poignants avec des éléments probants sur la chaîne de recrutement,
celle de commandement et les actes qu’ils devaient poser afin d’attirer de l’ostracisme
sur le pouvoir de Bujumbura. Le phénomène de cadavres mutilés dans les rues de
Bujumbura en 2015, l’assassinat ignoble des trois soeurs catholiques âgées en
septembre 2014, l’incendie qui a détruit un supermarché chinois en septembre 2015,
etc.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 17
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 18
b. Campagne de médisance
L'autre forme de l'agression rwandaise contre le Burundi est sur le plan médiatique.
Par l'entremise de relais médiatiques sur les réseaux sociaux, la machine de
propagande du gouvernement rwandais mène depuis plusieurs années une campagne
soutenue visant à manipuler l'information sur le Burundi en faveur de l'opposition
radicale.
Cette campagne de propagande est principalement axée sur deux lignes de
communication, toutes tournant autour de l’idée d'une imminence d'un génocide au
Burundi et d’un système décousu, incapable de bien gouverner le pays:
∗ montrer que la crise qu’a connu le Burundi dans le courant des élections de
2015 est exclusivement le résultat d'une mauvaise gouvernance interne, et
mettre en parallèle du coup les acquis économiques et sociaux du Rwanda.
Ce processus de légitimation de la politique rwandaise post-1994 vise à conforter l’idée
que le modèle de gestion politique burundais, qualifié de « tribaliste »61, ne profite pas à
la population mais aux seules élites politiques, elles-mêmes corrompues. C'est dans ce
sens d'ailleurs que s'inscrivaient les propos des dirigeants rwandais62 à la veille du coup
d’État du 13 mai 2015, clamant que « la population burundaise ne voulait plus du
Président Nkurunziza »
∗ montrer à l'opinion internationale que le Burundi est au bord d'un génocide anti-
Tutsi, comme ce fut le cas au Rwanda en 1994.
Ainsi, le président Paul Kagame n'a pas caché son parti-pris en foulant aux pieds les
règles élémentaires de diplomatie, de réserve et de bon voisinage avec ces propos
tenus en place publique le 6 novembre 2015 : « Le Burundi, s'est vu couper les aides
internationales à cause de sa mauvaise situation, une situation qui rappelle un peu celle
qui a prévalu ici. Comment des dirigeants peuvent-ils s'autoriser à massacrer leur
population du matin au soir ? »
61 http://www.theafricareport.com/Interview/what-i-dont-accept-is-interference-president-paul-kagamerwanda.
html
62 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_crise-au-burundi-le-president-rwandais-critique-l-attitude-denkurunziza?
id=8976235
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 19
Cette campagne de médisance et de calomnie a été menée avec l'aide de quatre
principaux points focaux :
∗ Au Burundi, les messages alarmistes d'un génocide imminent ont été l'objet de
relais des journalistes Teddy Mazina 63 , 64 et Innocent Muhozi 65 , tous de la
Télévision Renaissance.
∗ Au Rwanda voisin, c'est principalement le journaliste Albert Rudatsimburwa66 ,
directeur de la Radio Contact FM, très proche du FPR, qui se chargera d'assurer
le relais des messages alarmistes et mensongers67, des rumeurs68, avec parfois
des informations qui indiquent ses liens avec l'opposition radicale. Ainsi, il est le
premier à annoncer la tentative de putsch du 13 mai 2015, sur Twitter.
∗ En France, ce réseau de communication s'appuie principalement sur l’écrivain
David Gakunzi, président de l'organisation Paris Global Forum69 et parrain de la
Télévision Renaissance d'Innocent Muhozi70. Depuis les débuts de la crise, ses
différentes interventions, que ce soit dans LeNouvelObs 71 , sur les réseaux
sociaux72, dans le Huffingtonpost73 à travers la voix de son ami Bernard-Henri
Lévy74, ou ailleurs75, l'antienne est la même : un génocide anti-Tutsi s'installe au
Burundi, semblable à celui de 1994 au Rwanda.
∗ En Belgique, le relais de communication est assuré par Me Bernard Maingain,
qui compte parmi ses clients le parti MSD et la Radio Publique Africaine (RPA),
tous créés par Alexis Sinduhije. Maître Maingain affirmait, sur la RTBF belge,
être « informé que les Imbonerakure ont été formés par des FDLR76, c’est-à-dire
des anciens de l’idéologie génocidaire Hutu. Le Burundi va vers un "nouveau
Rwanda" [de 1994]. Il y a un risque réel de massacre. » 77 Il y a quelques
semaines, il a induit en erreur la Rédaction de France 378, en y faisant diffuser
une vidéo de prétendues exactions dans la province Karusi par la jeunesse du
63 https://twitter.com/teddymazina/status/661863780561866752
64 https://twitter.com/teddymazina/status/686859017994530816
65 http://info.arte.tv/fr/burundi-la-peur-dun-nouveau-genocide-en-afrique
66 https://twitter.com/albcontact/status/662191948674015233
67 https://twitter.com/albcontact/status/600995491397111808/photo/1
68 https://twitter.com/albcontact/status/598801891821285376
69 http://www.parisglobalforum.org/
70 http://www1.rfi.fr/actufr/articles/105/article_71896.asp
71 http://rue89.nouvelobs.com/blog/rues-dafriques/2015/05/16/rwanda-1994-burundi-2015-234572
72 https://twitter.com/DavidGakunzi/status/694853036745834496
73 http://www.huffingtonpost.com/bernardhenri-levy/so-burundi-does-not-becom_b_7450414.html
74 http://laregledujeu.org/auteurs/
75 http://www.opinion-internationale.com/2015/06/17/un-genocide-se-prepare-entretien-avec-davidgakunzi_
35509.html
76 Front De Libération du Rwanda, Milice rwandaises créées par le parti MRND, parti du président Juvénal
Habyarimana, au Rwanda
77 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_burundi-il-y-a-un-risque-reel-de-massacre-comme-au-rwanda?id=8981166
78 http://www.jeanmarcmorandini.com/article-348208-france-3-diffuse-par-erreur-des-images-presentees-commeayant-
ete-tournees-au-burundi.html
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 20
Cndd-Fdd. En réalité79, ces images remontaient à un mois auparavant, et avaient
été prise dans une contrée dans laquelle on parlait le haoussa et non le kirundi.
France 3 s'est excusé pour cette erreur80, le procédé de manipulation de Me
Maingain ayant grandement choqué le peuple burundais dans son ensemble, le
Gouvernement de la République du Burundi a porté plainte contre France 3.
Ayant mis en évidence ces connivences, il importe de retracer certaines affinités :
David Gakunzi est un frère de M. Muhozi, tous deux oncles à Teddy Mazina et cousins
d'Albert Rudatsimburwa. A cette famille burundo-rwandaise s'ajoute donc Me Bernard
Maingain, dont il est utile de souligner qu'il défend notamment les intérêts du FPR81
dans l'affaire de l'avion présidentiel rwandais abattu en 1994. Tous ces acteurs
reviennent sur la même thématique qu'on retrouve dans les discours des dirigeants
rwandais, à savoir l'imminence d'un génocide au Burundi.
Il importe, ici, d’indexer quelques personnes qui ont joué un rôle clé dans cette chaîne
de manipulation de l’information :
∗ La Représentante américaine aux Nations Unies, Samantha Power, très zélée
dans le dossier « Burundi » est une amie, de longue date, à Alexis Sinduhije. Des
informations non vérifiées font état d’une fille qui serait née de ce couple
d’anciens journalistes qui sont par ailleurs associés dans la mise en route de la
Radio Publique Africaine82, une station radio qui a joué un très grand rôle dans la
propagation de rumeurs qui ont fait fuir la population burundaise vers fin 2014,
vers le Rwanda.
∗ L’ancien Secrétaire général de l’East African Community (EAC) M. Richard
Sezibera, rwandais, a beaucoup manoeuvré pour influencer des décisions de la
Communauté dont fait partie le Burundi. Ayant échoué, il s’est tourné vers le
Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union Africaine, par l’entremise de l’algérien
Ismaïl Chergui, pour faire passer des décisions hâtives et irréfléchies afin de
nuire à la souveraineté du Burundi et saboter le processus démocratique. La
dernière en date étant celle de la tentative d’envoie d’une force de 5.000 soldats,
la fameuse MAPROBU, avec comme prétexte la prévention d’un génocide qui
serait en préparation par les autorités burundaises.
Il convient aussi de souligner que cette stratégie de déstabilisation par l'entremise
de la communication s'appuie aussi sur un relais médiatique savamment mis en
place par Kigali depuis plusieurs années.
Enfin, des procédés de manipulation des masses ont été aussi entrepris depuis
pratiquement fin 2013 au travers des campagnes supervisées par les services de
79 http://observers.france24.com/fr/20160114-erreur-france-3-images-massacre-burundi
80 http://www.ozap.com/actu/massacre-au-burundi-le-soir-3-s-excuse-pour-la-diffusion-d-une-video-amateur-a-lorigine-
douteuse/487981
81 http://www.humanite.fr/monde/me-bernard-maingain-%C2%AB-un-dossier-longtemps-pollue-par-lesmanipulations%
C2%A0%C2%BB-487598
82 https://en.wikipedia.org/wiki/Alexis_Sinduhije
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 21
renseignement rwandais, principalement avec les réseaux sociaux. Opérant dans un
champ social où l’oralité occupe une place de base dans la gestion de l'information,
des unités de fabrication des rumeurs ont fleuri depuis décembre 2013, jusque
vers octobre 2015, inondant les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, etc) d 'alertes
au génocide et au massacre ethnique contre les Tutsi. Ces stratagèmes ont
d'autant marché que la téléphonie mobile connaît une croissance fulgurante au
Burundi, notamment dans la ruralité avec l’arrivée du 3G et des smartphones. De
milliers de familles burundaises ont finalement fui cette situation de constante
tension psychologique vers les pays limitrophes. Jusqu’à ce que l'opinion se rende
compte de la fausseté de ces alertes, et que leur importance s'effondre.
Toujours dans le registre de la manipulation des masses, on notera la diffusion
d'une prophétie religieuse par un rescapé Tutsi du génocide de 1994, juste avant
l’entrée du Burundi dans la période électorale en avril 2015. Le prophète en
question, Gakwaya Damascene83, un agent des services de renseignement rwandais,
annonçait un génocide au Burundi (plus d'un million de morts dans le pays en 2015),
avant que le pays ne soit pris par une rébellion menée par Léonard Nyangoma
(Président – fondateur de la coalition CNARED84 ), et comprenant notamment
Agathon Rwasa, Alexis Sinduhije, et l'appui de l'armée américaine. Diffusée dans un
pays où la majeure partie de la population est croyante et chrétienne, avec la
poussée du mouvement charismatique et des églises « born again », cette
prophétie a grandement participé à nourrir la psychose d'une imminente guerre
dans les populations urbaines, surtout à Bujumbura. Malheureusement, la réalité a
progressivement démontré la fausseté des prophéties, qui s'appuyaient par ailleurs
sur un schéma politique correspondant aux prévisions des services de
renseignement rwandais. A savoir, la scission de l’armée du Burundi avec la
candidature du Président Pierre Nkurunziza, suivie par le déclenchement de
massacres inter-ethniques, et l'imposition d'un gouvernement de transition avec à la
tête une formation politique dirigée par un opposant Hutu ayant une légitimité
historique mais sans réel poids politique, donc facile à gérer. C'est d'ailleurs sur
base de ce schéma que les opposants burundais réfugiés au Rwanda et en Belgique,
malgré des idéologies totalement différentes, ont été poussés à former le CNARED
avec à la tête Léonard Nyangoma.
83 https://www.youtube.com/watch?v=w1rm39buSNg
84 Conseil national pour le respect de l'Accord d'Arusha pour la Paix et la réconciliation au Burundi,
http://www.iwacu-burundi.org/le-cnared-aujourdhui-et-demain/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 22
VI. LES ORIGINES ET LES RAISONS DE L'AGRESSION RWANDAISE
La partie émergée de l’iceberg est certainement le dossier des fameux corps du lac
Rweru. Mi-juillet 2014, des riverains du lac Rweru, burundais et rwandais, ont annoncé
avoir dénombré une quarantaine de corps humains sans vie, flottant, ligotés ou dans
des sacs en jute qui venaient échouer dans le lac Rweru, charriés par la rivière
Akagera qui trouve origine au Rwanda.
Quatre de ces corps ont été repêchés et enterrés sur le sol burundais, sans avoir été
identifiés. Dans un point de presse, le Procureur général de la République du Burundi a
fait connaître les résultats d’une enquête préliminaire à ce propos. Pour lui donc, c’était
sûr et certain que ces cadavres venaient du Rwanda : « Cela est corroboré par la
géographie de l’endroit où ont été découverts ces cadavres, les rapports des différents
services de sécurité, ceux des autorités administratives burundaises, les témoignages
des Burundais et Rwandais agriculteurs et pêcheurs riverains de la rivière Akagera et
du lac Rweru » a-t-il dit85.
La police du Burundi n’ayant pas les moyens scientifiques d’identification de ces
cadavres, le Gouvernement du Burundi a saisi l’Union africaine qui a répondu
favorablement à la requête du Burundi quatre mois plus tard86 au moment où le
Rwanda continuait de refuser toute investigation, arguant que « c’est un problème
interne au Burundi ». Au contraire, une mystérieuse tentative de « vol de ces
cadavres » fut organisée par d’inconnus venus du Rwanda à bord de plusieurs bateaux
à moteur, dans la nuit du 21 au 22 septembre 201487.
Cet antécédent ne pouvait donc que fâcher le régime de Kigali qui, selon toute
évidence, avait un intérêt à ce que la lumière ne soit pas faite. Tout porte à croire aussi
qu’il a trouvé, à sa façon, un moyen de se venger contre le Burundi à travers une
campagne de médisance et une volonté sans cesse accrue de pourfendre l’ordre
constitutionnel établi au Burundi, basé sur un partage de pouvoir entre les principales
ethnies burundaises, gage de la cohésion sociale.
Au regard des efforts, considérables, consentis par les services de renseignements
rwandais pour diviser les services de sécurité burundais, au vu des procédés de
déstabilisation des masses mis en branle depuis lors, nul ne peut plus douter de
l’efficacité du « remède Arusha » aux violences sociales qui ont endeuillé le Burundi
depuis l’indépendance.
En effet, malgré la pression psychologique subie par la société burundaise encore
traumatisée par un passé proche violent, la population est restée très largement unie.
La crise politique enclenchée par certains opposants en mal de stratégie électorale, et
avec le soutien des services de renseignement rwandais est restée dans des termes
politiques et n'a pas pris de dimension ethnique comme l’espéraient les autorités
rwandaises. Ces dernières comptaient sur l’éruption de violences ethniques au Burundi
85 http://www.rfi.fr/afrique/20141014-procureur-burundi-cadavres-lac-rweru-proviennent-rwanda
86 http://www.rfi.fr/afrique/20150310-burundi-rwanda-cadavres-lac-rweru-ua-pierre-nkurunziza-nkosazanadlamini-
zuma
87 http://www.rfi.fr/afrique/20140923-lac-rweru-groupe-non-identifie-tente-voler-cadavres
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 23
pour invoquer le concept de « responsabilité de protéger » (R2P88) et intervenir au
travers de l'East African Standby Force (EASF) au motif de protéger la minorité Tutsi.
Heureusement, le génocide et les violences ethniques prévus au Burundi n'ont jamais
eu lieu. En témoignent d’ailleurs, les propos des élus du peuple qui débattaient de la
question en décembre dernier 89 , lors d'une session parlementaire retransmise en
direct sur toutes les radios opérant au Burundi. Sans peur, après avoir décliné l'identité
(ethnie, région), les députés et sénateurs burundais, Hutu, Tutsi et twa ont
catégoriquement rappelé que la population burundaise dénonçait les manipulations
politiciennes sur un hypothétique génocide au Burundi.
Ces violences ethniques ne reverront jamais le jour, d'ailleurs, grâce aux Accords
d'Arusha, complétés par l'Accord Global de Cessez-le-feu de 200390 qui a accouché de
la nouvelle structure des forces de défense et de sécurité du Burundi. En effet, le
partage du pouvoir politique sur base de quotas ethniques 91 fait que toutes les
composantes de la société burundaise se retrouvent dans les instances de prise de
décision et de gestion de la sécurité. Or, comme le stipule l'Accord d'Arusha, les
différents conflits burundais se sont nourris des méfiances réciproques entre les deux
principales communautés ethniques, les Hutu et les Tutsi, « sur fond de lutte de la
classe politique pour accéder au pouvoir et/ou s’y maintenir »92. En créant des forces
de défense et de sécurité représentant toute la diversité de la composition
démographique du Burundi, que ce soit au niveau ethnique et régional, avec des
mécanismes de contrôle et de vérification en cas de besoin, l'Accord Global de Cessezle-
feu a permis de rétablir la paix93 et la confiance dans la très grande majorité des
coeurs des Burundais.
La crise politique de 2015 alimentée par les manoeuvres rwandaises a démontré que
le modèle de gestion politique par consensus hérité d'Arusha a uni le peuple burundais,
malgré des mémoires blessées94 et éclatées. Or, c'est justement cette étape qui effraie
les dirigeants rwandais : la politique de gestion politique initiée par le FPR est basée sur
une fausse négation des identités (car au fond tout le monde connaît l'ethnie de l'autre),
et la mise en avant d'un socle matériel (progrès économique) qui gommerait
progressivement les attaches identitaires. Parallèlement, ce processus s'accompagne
d'un rappel sans cesse renouvelé du « péché Hutu » avec le génocide Tutsi de 1994,
dans lequel finalement la responsabilité dans ce crime se transmet par filiation95 :
même si l'enfant Hutu né après 1994 n'a aucune responsabilité dans le génocide, il a le
devoir de porter le poids de ce crime contre l’humanité puisqu'il a été commis en son
nom (Politique « Ndi Umunyarwanda »).
Le processus de gestion de la société post-génocide au Rwanda s'accompagne d'un
verrouillage des lectures possibles de l'histoire. Les mémoires sont réduites au silence,
88 Le Rwanda co-préside d'ailleurs le “Groupe d'Amis du R2P” au sein des Nations Unies
89 https://www.youtube.com/watch?v=p7iez2x4h7k
90 http://www.mdnac.bi/sites/default/files/Accord_global_de_cessez-le-feu_16.11.11.pdf
91 60 % pour les Hutu pour des postes politiques et 40 % pour les Tutsi, ainsi que 50 %-50 % dans l’armée et dans
la police, en plus des Twa qui sont systématiquement coptés
92 http://bnub.unmissions.org/Portals/bnub-french/accorddarusha.pdf
93 http://www.hdcentre.org/uploads/tx_news/42BurundiReportFrench.pdf
94 http://www.impunitywatch.org/docs/Burundi_Mem_Research_Report_FR.pdf
95 https://www.youtube.com/watch?v=QP9cppLRZrs
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 24
mises au pas. Au Burundi, l'approche a été toute autre. L'accent a été mis sur un
véritable partage des mémoires, des peurs, des expériences de toutes les
composantes de la société burundaise. La mise en place de la Commission Vérité et
Réconciliation, l'instauration des mécanismes de partage du pouvoir, la prééminence
d'un modèle de gestion politique du pays par le dialogue sont des facteurs qui font
qu'aucune vérité n'est exempte de critique. La société burundaise, et ses dirigeants
sont alors en perpétuelle remise en question, ce qui alimente positivement la
démocratie burundaise.
Le Burundi a fait le choix d'un modèle de gestion des violences sociales, une gestion
basée sur l’institutionnalisation des identités (ethniques, régionales, genre) et un débat
ouvert sur l'Histoire. Ce modèle-là est perçu comme un danger idéologique pour le
pouvoir rwandais, qui tire principalement sa légitimité politique de la distorsion des
mémoires collectives et individuelles, sous prétexte du génocide rwandais. Le Burundi a
fait le choix d'une société ouverte sur son passé et son futur, le Rwanda l'inverse : et le
passé, et le futur sont lus sous un angle dicté par ceux qui ont pris le pouvoir au
lendemain du génocide de 1994. Au Burundi, le débat sur l'histoire est institutionnalisé
et démocratique, au Rwanda il est tout fait, répété. Sauf que nos deux pays ont vécu
des soubresauts sanglants de l'Histoire en vases communicants. Les massacres
ethniques au Rwanda en 1959 ont nourri les tensions ethniques au Burundi jusqu’au
génocide de 1972, ce qui a poussé plusieurs centaines de milliers de Hutu burundais à
prendre le large, une grande partie se déversant sur le Rwanda qui était entre les
mains d’une classe politique Hutu. Ces tensions ethniques au Rwanda ont également
nourri la formation d’une rébellion Tutsi dont l'une des principales bases-barrières était
le Burundi. Par conséquent, les Hutu burundais en exil au Rwanda formèrent des
mouvements de rebellions, avec l’appui du gouvernement rwandais. Les leaders
politiques burundais Hutu qui ont émergé au lendemain des élections de 1993 (dont
les Présidents Melchior Ndadaye, Domitien Ndayizeye, Sylvestre Ntibantunganya, …)
avaient évolué pour la plupart au Rwanda, etc.
Laisser éclater un processus de Vérité et de Réconciliation au Burundi, aux portes du
Rwanda, avec ces témoignages croisés, complexes, qui n’hésiteront pas de s'emparer
des vécus burundais mais aussi rwandais tant les liens entre les familles, les
communautés sont mêlées entre les deux pays, laisser donc éclore cet élan, loin de la
lecture unilinéaire imposée sur le Rwanda par le FPR constitue un grave danger pour le
pouvoir rwandais. Le débat sur l'Histoire du Burundi sera aussi, par ricochet, celui sur
l'Histoire du Rwanda (qui n'a jamais eu lieu). Des mensonges risquent d’être défaits, de
part et d'autre de la frontière burundo-rwandaise : voilà la peur du FPR de Paul Kagame.
La remise en question de la version officielle de l'histoire rwandaise ne peut se faire
sans toucher à la légitimité historique qui fonde le pouvoir de l'actuel leadership
rwandais. Contrairement au Burundi, où la contradiction et la remise en question sont
des acquis démocratiques reconnus et établis depuis une dizaine d’années.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 25
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
L'agression du Burundi par le Rwanda est un cas parmi d'autres d'un
leadership politique qui tient peu à coeur le respect de la souveraineté
des pays voisins, pour peu que ses intérêts soient en jeu. Le cas le plus
emblématique est la République Démocratique du Congo96, qui a subi les
agressions du Rwanda depuis une vingtaine d’années.
Suite aux accusations plusieurs fois répétées par les autorités
rwandaises d'une présence d'Interahamwe97 et FDLR98 au Burundi, le
gouvernement burundais a accepté que la CIRGL99 envoie une mission
d’enquête militaire pour vérifier l'exactitude de ces allégations. Les
résultats des enquêtes ont été négatifs.
Par contre, dès août 2015, la demande du gouvernement burundais,
pour une enquête menée dans le cadre régional sur l'implication
rwandaise dans la formation militaire et l'armement des réfugiées et
citoyens ordinaires burundais, s'est heurtée au refus catégorique des
autorités rwandaises. Pourtant, les évidences continuent à être
fournies. En témoigne le dernier rapport100 des experts de l'ONU sur le
soutien de l’armée et des services de renseignement rwandais à
l'opposition radicale burundaise afin de renverser les instituions
burundaises. En attendant une réaction ferme de la Communauté
Internationale aux demandes du Burundi, le gouvernement soutient que
la solution à la crise actuelle ne peut venir que d'un dialogue
interburundais franc et inclusif, lequel aboutira à un pacte sur la
démocratie, un instrument qui viendra s’ajouter à la Charte de l’Unité
nationale adoptée par référendum le 5 février 1991, à l’Accord
d’Arusha de 2000 et à l’Accord Global de Cessez-le-feu de 2003.
Les burundais ont besoin de cet instrument pour renforcer leur
démocratie et mettre un terme à la spirale de violences qui
accompagnent chaque processus électoral depuis 1961, lorsque le
pays était encore en quête de son indépendance.
96 http://www.droitcongolais.info/files/Rapport-final_Groupe-d-experts-du-Conseil-de-securite-de-l-ONU--Nov.-
2012-.pdf
97 Milice rwandaise créée par le MRND, parti du président Juvénal Habyarimana, au Rwanda
98 Forces démocratiques de libération du Rwanda
99 Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs
100 https://assets.documentcloud.org/documents/2704241/UN-Burundi.pdf
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 26
VIII. CONCLUSION
La paix et la sécurité sont rétablies sur tout le territoire national malgré quelques défis

MEMORANDUM:ACTE D'AGRESSION DU RWANDA AU BURUNDI 15/05/2016 12:39

D’AGRESSION
DU RWANDA CONTRE LE BURUNDI
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 2
Table des Matières
I. Introduction
II. Burundi : cyclone des guerres fratricides et l’ombre du Rwanda
III. Le « troisième mandat » comme prétexte
IV. La crise burundaise : des schémas d'analyse endogènes incomplets
V. Les formes de l'agression rwandaise
a. Agression armée
b. Campagne de médisance
VI. Les origines et les raisons de l'agression rwandaise
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
VIII. Conclusion
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 3
I. INTRODUCTION
Dans ce Mémorandum, le Bureau chargé de la Communication à la Présidence de la
République du Burundi démontre le rôle prépondérant du Rwanda dans la préparation,
l'accompagnement et l'accomplissement des opérations de déstabilisation des
institutions burundaises en vue d’opérer un changement de régime favorable, avant
tout, aux intérêts idéologiques du FPR 1 et à d’autres intérêts géopolitiques et
géostratégiques de certaines puissances occidentales, certes inavoués mais visibles.
Comme partout ailleurs en Afrique, ce processus de déstabilisation du Burundi s'appuie
sur un contexte socio-politique marqué par :
∗ les frustrations de la jeunesse urbaine, fortement touchée par le manque
d'emploi et malléable aux manipulations politiciennes ;
∗ le mécontentement d'une partie de l'ancienne élite sociale qui digère peu la
consolidation d'un modèle de gestion de la société burundaise basée sur la
démocratie ;
∗ la mise à nue des responsabilités individuelles lors des différentes tragédies qui
ont endeuillé le Burundi à travers la CVR 2 et la CNTB 3 , instruments qui
interfèrent directement sur des intérêts vitaux de certains individus qui ont géré
la chose publique depuis les années des indépendances, en passant par
l’épuration ethnique, en 1965, 1969, le Génocide des Hutu de 1972 et la
spoliation des citoyens forcés à l’exil.
Ce Mémorandum entend démontrer comment le principe de neutralité auquel adhère
fortement le Burundi a été utilisé par le leadership militaire du Rwanda voisin pour
planifier la mise à mort du « modèle consensuel » burundais issu des Accords d’Arusha
signés en 2000 et de l’Accord de Cessez-le-feu global de 2003 qui ont défini une feuille
de route dans le partage du pouvoir entre les composantes ethniques au Burundi (Hutu,
Tutsi et Twa) dans l’administration politique et les forces de défense et de sécurité.
1 Front Patriotique Rwandais – parti au pouvoir au Rwanda, leadership tutsi
2 Commission Vérité et Réconciliation
3 Commission Nationale Terres et autres Biens
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 4
II. LE BURUNDI, CYCLONE DES GUERRES FRATRICIDES ET L’OMBRE DU
RWANDA
Sans vouloir faire oeuvre d’historien, nous pensons pourtant que pour mieux
comprendre les événements actuels, un bref aperçu sur certains événements qui ont
jonché l’histoire des deux pays voisins, le Burundi et le Rwanda, (qui partagent une
même configuration socio-culturelle et une langue presque commune) ne serait pas de
trop, car, l’actuelle agression rwandaise trouve ses racines dans les soubresauts du
passé, à partir de 1959, « l’année-charnière » où l’avenir de ces pays s’est joué4.
En effet, en novembre 1959 il se produisit ce que Jean-Paul
Harroy décrit comme « la secousse déterminante » de la
révolution paysanne Hutu et la contre-révolution Tutsi, au
Rwanda, « laquelle devait, la Belgique aidant, aboutir à la
disparition du monopole Tutsi 5 ». Cette collision meurtrière
entre Hutu et Tutsi au Rwanda fit plusieurs morts et des
dizaines de milliers de réfugiés qui s’éparpillèrent dans la région,
Hutu compris au Burundi. Plusieurs immigrés rwandais Tutsi
s’établirent donc dans certaines régions du Burundi. En mairie
de Bujumbura, certains quartiers furent littéralement envahis,
comme au quartier alors appelé OCAF6 , actuelle Ngagara, à
Mutakura, à Cibitoke, à Nyakabiga et à Musaga. Ce n’est pas
étonnant que ce soit ces mêmes quartiers, cinq (5) sur un total
de 3002 collines du Burundi, qui soient les seuls à s’être
soulevés en 2015. Encore qu’il faut souligner que ce n’était pas
tous les habitants de ces quartiers qui participaient à cette
insurrection, mais ils étaient pris en otage par des individus
armés qui barricadaient les routes et menaçaient d’éliminer
physiquement quiconque irait au travail ou enverrait son enfant
à l’école.
Avant 1962, même si le Rwanda et le Burundi étaient asservis par un même
colonisateur, la Belgique, n’empêche que rwandais et burundais se regardaient, à cette
époque, en chiens de faïence, si l’on en croit toujours Jean-Paul Harroy qui décrit les
difficultés qu’il a eu à organiser un match de football « le premier de l’histoire » entre
les deux pays, le 8 février 1959 au Stade de Ngozi. Ce match se soldat par un score
sévère de 4 à 1 en faveur de l’équipe burundaise.7
A ce climat malsain et d’instabilité politico-sécuritaire et de
difficile cohabitation entre les Hutu et les Tutsi des deux
pays s’ajoute cette guéguerre que nous rapportent les
historiens, entre le Prince Louis Rwagasore et un père
blanc défroqué, Albert Maus, de la congrégation des
4 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.293
5 ibid.
6 Office des Cités Africaines
7 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.301
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 5
missionnaires, soupçonné de vouloir importer le modèle
rwandais au Burundi. « l’Urundi n’est pas le Ruanda » écrira,
à cette époque, le Prince Louis Rwagasore, héros de
l’indépendance du Burundi, avant d’ajouter : « je peux
affirmer avec la force et la foi d’un homme convaincu, que le
Burundi ne tombera pas dans le même piège que celui qui a
été tendu au Rwanda8 » Maus s’opposait à l’indépendance
immédiate du Burundi. A la victoire du parti Uprona, Albert
Maus qui apprit la nouvelle étant dans les environs de
Rumonge alla se pendre au bord du lac Tanganyika. Ce lieu
touristique porte actuellement le nom de « Château Maus ».
Le Burundi ne sera pas pour autant épargné de confrontations aux allures d’épuration
ethnique comme au Rwanda. Après l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, en 1961
et l’indépendance du Burundi en juillet 1962, le Burundi connaîtra sa première crise
ethnique six ans après celle du Rwanda, en 1965. Pratiquement toute l’année est
animée d’événements qui font couler de l’encre, de la salive et du sang. Un coup d’état
est opéré, dans le sang, le 15 janvier de cette année avec l’assassinat du Premier
Ministre Pierre Ngendandumwe, un Hutu, abattu par M. Gonzales Muyenzi, un réfugié
Tutsi rwandais qui travaillait à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique. Le premier
ministre sortait d’une Clinique où il était allé rendre visite à sa femme qui venait
d’accoucher.
Les élections législatives du 10 mai 1965 consacrèrent la victoire
du parti Uprona, encore une fois, mais les candidats Hutu de ce
parti obtinrent plus de postes à l’Assemblée Nationale et au Sénat.
Par conséquent, tous les trois membres des bureaux des deux
chambres étaient Hutu. Cependant avec l’ombre des déchirures
inter-ethniques qui planait à la fois sur le Burundi et le Rwanda ce
fût difficile de maintenir la stabilité des institutions mises en place
par les urnes. Quelques mois plus tard une tentative de Coup
d’Etat ajouta de l’huile sur le feu et ce parlement fut dissout par le
Roi et des massacres furent perpétrés à Kamenge, un quartier
situé au nord de la capitale Bujumbura. On rapporte l’exécution de
plus d’une centaine de Hutu.
En 1966 un autre Coup d’Etat qui cette fois-ci réussit dépose le Roi et la République est
instaurée. Trois ans plus tard d’autres tueries contre les Hutu sont opérées mais
n’atteindront le point culminant avec le Génocide de 1972 lorsque plusieurs centaines
de milliers de burundais perdirent leur vie (entre 3.000 et 5.000 Tutsi contre 200.000
à 300.000 Hutu) tandis que plusieurs centaines de milliers de Hutu prirent le chemin
de l’exil et s’établirent au Rwanda (à l’époque dirigé par un pouvoir entièrement Hutu),
88 La Dépêche du Rwanda – Urundi n°431, du 18 décembre 1959
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 6
en Tanzanie et au Zaïre9. Ces citoyens burundais furent dépossédés de leurs propriétés
foncières ainsi que de tous leurs biens matériels, y compris de l’argent en banque.
A partir de 2005, après les élections et suites aux mesures
salutaires prises par le Président Nkurunziza, des centaines de
milliers de réfugiés (un demi million) prennent le chemin du retour, y
compris ceux qui avaient fui le pays quatre décennies durant, avec
toute la problématique de réintégration que cela génère. Le
Gouvernement du Burundi a pris le taureau par les cornes, aidé par
ses partenaires, en essayant de trouver des solutions appropriées
aux multiples problèmes ayant trait à la réintégration socioéconomique
des rapatriés. Les orphelins et veuves de la tragédie
génocidaire de 1972 n’ont pas été oubliés. Le Gouvernement a lancé
un vaste programme d’indemnisation et de régularisation en faveur
des ayants droit, qui ont du patienter et endurer des souffrances sans
nom quatre décennies durant.
Ce rétablissement de ces sinistrés dans leur droit n’était pas sans casse. Dès 2012
une farouche résistance contre la mise en oeuvre des décisions de la CNTB a été
observée surtout dans les quartiers Nyakabiga et Ngagara, anciens quartiers qui
avaient accueilli plusieurs réfugiés rwandais et qui deviendront, en 2015, bastions de la
résistance insurrectionnelle. Ce qui porta l’étiquette de « résistance contre le 3ème
mandat » n’était en fait qu’une suite logique de l’insubordination qui y avait déjà élu
domicile. Le reste n’était qu’un prétexte pour chasser du pouvoir le parti Cndd-Fdd et
son gouvernement dans le but de faire perdurer la spoliation et l’injustice qui
remontent au génocide de 1972.
9 L’actuelle République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 7
III. LE « TROISIEME MANDAT » COMME PRETEXTE
Le Burundi a organisé un processus électoral dans un climat de crise politico -
sécuritaire majeure en 2015, avec des incidences sur tous les aspects de la vie
nationale. Comme le reconnaît la CENI10, c’était dans « un contexte de fragmentation de
certaines formations politiques, de contestations politiques internes et de pesanteurs
régionales et internationales » mais qui, au finish, n’ont pas mis en échec ce processus
qui a finalement été bien mené puisque toutes les institutions ont pu être mises en
place11. Le succès de ce processus tenu dans ce contexte très particulier était en
grande partie « la soif de la population de voter pour renouveler les institutions
dirigeantes du pays », malgré l’appel de l’opposition au boycott, qui n’a pas été entendu,
ni les tirs et jets de grenades pendant la nuit, à la veille de chaque élection, aux fins de
dissuader la population à se rendre aux urnes.
Ce comportement de négation de l’accession au pouvoir par la voie des urnes a
commencé au lendemain des élections communales de 2010 sur fond de prétextes de
fraudes électorales. En ordre dispersé, l’opposition burundaise s’est présentée aux
élections et n’a pas supporté d’être vaincue par le parti au pouvoir depuis 2005, le
Cndd-Fdd12 qui s’est taillé la part du lion avec un score de 64%. Un rapport final de la
Mission d’observation électorale de l’Union Européenne13 dit ce qui suit : « Il [le CNDDFDD]
se distancie avec tous les autres partis dont le plus méritant d’entre eux, le FNL,
n’obtient que 14,15%. Viennent ensuite l’Uprona (6,25%), le Frodebu (5,43%), le MSD
(3,75%), l’UPD (2,21%), le Frodebu Nyakuri (1,36%) et le CNDD (1,26%). […] Une
explication se trouve dans la multiplication des acteurs politiques visant plus ou moins
le même électorat et donc un morcèlement des voix de l’opposition ».
Ce processus électoral a pourtant été salué par tous les observateurs nationaux et
internationaux qui ont qualifié les élections de 2010 de régulières et démocratiques
tandis que le peuple burundais a reçu les félicitations du Secrétaire général de l’ONU,
Ban Ki-Moon, en déplacement au Burundi14. Cet échec n’a donc pas été supporté par
ces « mauvais perdants qui ont réclamé un dialogue avec le parti vainqueur, le Cndd-
Fdd comme ils le font d’ailleurs aujourd’hui, entretenant sciemment le flou entre
« dialogue » et « négociation ». Devant une fin de non recevoir, quelques uns ont donc
préféré prendre le large et entamer une vaste campagne d’intimidation sur tout le
territoire national afin de saboter le restant du processus électoral. Plusieurs
permanences du Cndd-Fdd ont été incendiées dans plusieurs provinces du pays, des
grenades ont été lancées dans des lieux publics et privés faisant des morts et des
blessés. En 2010, entre les élections communales de mai, la présidentielle de juin et
les législatives de juillet on a dénombré 128 attaques à la grenade qui ont fait 11
morts et 69 blessés15.
10 Commission Electorale Nationale Indépendante
11 http://ceniburundi.bi/IMG/pdf/rapport_general_sur_le_processus_electoral_de_2015-12.pdf
12 Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie, parti au pouvoir au
Burundi
13 http://www.eueom.eu/files/pressreleases/other/final-report-burundi-2010_fr.pdf
14 http://bi.chineseembassy.org/fra/sgxw/t739096.htm
15 https://www.hrw.org/fr/world-report/2011/country-chapters/259441
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 8
Après les élections ces violences se sont poursuivies dans la province de Bujumbura
communément appelée Rurale et ont fait plus d’une centaine de morts. Il a fallu que le
Président Pierre Nkurunziza se lève personnellement et se rende dans cette province. Il
y a prononcé un discours très fort et a donné, aux forces de défense et de sécurité, à
l’administration territoriale ainsi qu’à la justice un ultimatum de deux mois pour que
cette spirale de violences soit endiguée.
Ces machines à tuer ont donc été vaincues. Ceux qui n’ont pas été arrêtés ou tués ont
fui vers la RDC voisine et d’autres vers la Tanzanie et ont organisé plusieurs attaques
contre le Burundi qui ont été à chaque fois déjouées et plusieurs groupes de
malfaiteurs démantelés, entre 2011 et fin 2014.
Certainement qu’en 2010 le Burundi a frôlé un risque grave de retour en guerre, se
retrouvant de fait dans « l’engrenage qui touche les pays sortant d’une guerre. Ceux-ci
ont 50% de chances de replonger dans un conflit au cours des cinq années suivant les
hostilités » comme le dit si bien un rapport de l’OAG16,17 s’appuyant sur les thèses de
Paul Collier18. N’eût été la bonne gestion du contentieux électoral par le Gouvernement
de Pierre Nkurunziza et la maturité politique du peuple burundais dans son ensemble,
le pays allait replonger dans le chaos.
Certains politiciens de l’opposition comme un certain Alexis Sinduhije, Leader du MSD19
étaient impliqués dans les recrutements, l’armement et l’encadrement de ces bandes
armées et essayaient de « convaincre les gouvernements régionaux et internationaux
que les exactions et les actes de corruption commis par les autorités burundaises
justifiaient une rébellion armée » selon un rapport des Experts des Nations Unies sur la
Région des Grands-Lacs20, publié le 29 novembre 2011.
La veille de la publication de ce rapport, un hebdomadaire burundais, le Journal Iwacu
dans sa livraison du 28 novembre 2011, avait publié une interview exclusive de M.
Alexis Sinduhije. A la question du journaliste Antoine Kaburahe qui lui demandait s’il
pensait [aux élections] de 2015, M. Sinduhije a surpris : « 2015 ne peut pas être dans
le schéma des perspectives politiques au Burundi. […] Sauf s’il y a miracle, nous
sommes embarqués dans un processus révolutionnaire d’au moins trois ans et donc,
pas de place pour les élections ». Il promettait même que cette révolution allait se
mener « avec gravité et responsabilité » car selon Sinduhije, « préserver les vies des
civiles innocents » devrait être une nécessité21.
Moins d’une semaine plus tard, c’est France 24 qui diffusait un reportage de Pauline
Simonet sur une nouvelle rébellion au Burundi, le FRONABU22 - Tabara dont la base
arrière se trouvait au Sud Kivu de la RDC et qui viserait, curieusement, une
16 Observatoire de l’Action Gouvernementale
17 http://arib.info/oag-analyse-contextuelle-26112010.PDF
18 Collier Paul, Briser l’engrenage du conflit : guerre civile et politique de développement, Rapport de la Banque
Mondiale, New York : Oxford University Press, 2003.
19 Mouvement pour la Solidarité et le Développement
20 http://ddata.over-blog.com/3/15/38/72//CONSEIL-DE-SECURITE.pdf
21 http://iwacu-burundi.org/blogs/rolandrugero/files/2015/01/From-2011-28-11-170712.jpg
22 Front National pour la Révolution au Burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 9
« Révolution » au Burundi 23 . Toutes les sources concordantes précisent que ce
mouvement étouffé dans l’ oeuf appartenait à Alexis Sinduhije, à l’instar d’un autre qu’il
lancera plus tard, en 2015, le FOREBU – Tabra.
Parallèlement, un autre groupe rebelle s’organisait dans la brousse de Milamila en
Tanzanie. Il s’agit du FRD24 – Abanyagihugu dirigé par un certain Kabirigi Pierre-Claver,
qui lança sa première attaque au mois de novembre 201125. Jusqu’au mois d’avril
2012 il était complètement défait et ses leaders, tués ou arrêtés.
Au mois de mai 2012 l’armée congolaise annonçait avoir abattu un autre important
Chef rebelle du nom de Claver Nduwayezu, surnommé Carmel ou Mukono26. Ce dernier
avait mené des incursions sanglantes dans les zones riveraines de la Rusizi au Burundi
et en RDC. Il était accusé d’être à la tête du bain de sang de septembre 2011 à
Gatumba (près de Bujumbura), lorsque 39 personnes au moins ont été savagement
tuées.
En septembre de la même année, c’était le tour d’un certain Nzabampema, un
dissident du FNL27, de déclarer la guerre contre le Gouvernement du Burundi, appelant
toute la population à la résistance28. En 2013 il a multiplié des embuscades mais son
mouvement a subi de lourdes pertes en hommes et en matériel qu’il s’est finalement
retranché loin de la frontière, dans les profondeurs de l’Est de la RDC où, selon les
informations à notre disposition, reste encore actif dans des actes de vols à main
armée.
En 2013, sur appel du Président de la République qui demandait aux leaders de
l’opposition en exil de rentrer pour préparer les élections de 2015, Alexis Sinduhije
rentre en mars 2013 et annonce publiquement la couleur de son retour : organiser
des manifestations, à l’instar du printemps arabe. Ce qui avait échoué par le
truchement d’une rébellion armée allait donc être atteint par un soulèvement populaire,
une révolution, selon cet opposant29 qui multipliait des déplacements vers Kigali.
Une année, jour pour jour, le 8 mars 2014, M. Sinduhije organisa une insurrection
populaire durant laquelle des éléments de la police furent séquestrés pendant plusieurs
heures et désarmés, par des jeunes sous l’emprise de la drogue dont des enfants. Des
activistes de la Société civile et des cadres de la CNIDH ont du intervenir pour
récupérer ces armes et les remettre aux forces de l’ordre30 . M. Sinduhije prit de
nouveau le large et reste sous mandat d’arrêt international tandis que plusieurs
dizaines de membres du MSD furent arrêtés et jugés.
Néanmoins, M. Sinduhije ne désarma point. Le 24 décembre 2014, dans son édition
du matin, la Radio RPA31 fondée par lui-même annonça que des jeunes burundais des
23 http://www.france24.com/fr/20111202-burundi-ombre-guerre-groupes-armes-rebellion-tutsi-Hutu-presidentnkurunziza-
reporter
24 Forces pour la Restauration de la Démocratie
25 http://www.rfi.fr/afrique/20111126-une-nouvelle-rebellion-burundi
26 http://www.africa1.com/spip.php?article21464
27 Front National de Libération
28 https://wazaonline.com/fr/archive/declaration-de-guerre-contre-le-burundi-info-ou-intox
29 https://www.youtube.com/watch?v=nmdlJjVMLws
3030 https://www.youtube.com/watch?v=k-sd3qzkiqU&list=UU3uSN_ifXSf8dB_HYZrS0jQ&index=76
31 Radio Publique Africaine
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 10
partis d’opposition ont passé plusieurs jours à Kampala, en Ouganda, à la rencontre de
M. Sinduhije pour y apprendre des stratégies et techniques de soulèvement populaire.
Selon la même station radio, des consultants étrangers ont formé ces jeunes et ils ont
élu M. Patrick Nkurunziza, du parti Frodebu, afin qu’il soit leur coordinateur sur terrain,
au Burundi.
Une semaine plus tard, le 31 décembre 2014, le Burundi subit une attaque armée en
provenance de l’Est de la RDC32, dans la province de Cibitoke. D’après les documents
saisis et les témoignages de ceux qui ont été capturés vifs par l’armée burundaise, le
but principal de cette attaque était d’empêcher la tenue des élections en 2015. Parmi
ces combattants on note une présence remarquable d’enfants soldats et de membres
du MSD,.
En plus de tous ces actes de violences pour perturber ou arrêter le processus
électoral de 2015, ajoutons les différentes manoeuvres dilatoires de l’opposition
burundaise qui ont démontré à suffisance que certains acteurs ne voulaient pas la
tenue de ces élections, mais préféraient, à la place, un partage du pouvoir dans un
gouvernement de transition.
C’est le cas, par exemple, de la carte d’identité biométrique. C’est un projet qui a été
initié par le Gouvernement, en 2012, mais décrié par l’opposition qui disait que ce
n’était qu’un moyen mis en place pour frauder les élections de 2015. Cependant, en
décembre 2014, à quelques mois de la tenue des élections, la même opposition est
sortie de ses gongs pour réclamer une carte d’identité biométrique, ce qui, selon ses
arguments, empêcherait le parti au pouvoir de frauder les élections. Bien évidemment,
ce n’était plus possible compte tenu des délais constitutionnels.
Ainsi donc, le soulèvement populaire d’avril 2015, la tentative de coup d’état de mai
2015 ainsi que les attaques armées ne constituent que le point de démultiplication de
cette crise politico – sécuritaire qui était rampante que d’aucuns préfèrent, à tort,
placer au lendemain du Congrès du Cndd-Fdd du 25 avril 2015, qui a désigné Pierre
Nkurunziza comme son candidat à l’élection présidentielle de la même année. En effet,
dès le lendemain, des jeunes répondant à l'appel d'une partie de la Société Civile
burundaise et des politiciens de l’opposition radicale sont descendus dans la rue pour
« manifester contre le 3ème Mandat du Président Nkurunziza », disait-on, ce qui n’était
qu’un prétexte car le refus des élections avait commencé très longtemps avant.
On annonçait « des manifestations pacifiques » mais les Burundais, surtout les
habitants de Bujumbura virent plutôt une insurrection. Des jeunes gens investirent les
rues dès la matinée du 26 avril 2015, détruisirent des infrastructures publiques et
brûlèrent des voitures de la Fonction Publique et d’autres institutions républicaines,
bloquèrent les routes au moyen de barricades et pneus brûlés, s'en prirent à la police
au moyen de pierres, de Cocktail Molotov, grenades et fusils d'assaut. Des quartiers
furent réduits à se vider de leurs habitants incapables de se rendre au travail sans
risque de se faire agresser alors que les enfants furent empêchés de se rendre aux
cours, certains placés aux premières lignes lors de cette insurrection ; des maisons
32 République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 11
appartenant aux policiers furent brûlées, les insurgés établirent des barrages et
rançonnèrent les habitants, etc33.
Malgré cette insurrection à Bujumbura et le climat de peur qui ont gelé l’activité
économique dans le pays, une grande majorité de la population burundaise garda le
calme. Sur les 119 communes que comptait alors le Burundi, 116 restèrent en paix.
Par contre, la contestation devint principalement une occasion d'une remise en cause
violente de l’autorité publique, processus en crescendo qui allait aboutir au coup d’État
(manqué) du 13 mai 2015.
Ainsi, d’avril à juillet 2015, sur un total de 245 personnes blessées lors de cette
insurrection, 154 sont des policiers dont 2 amputés de jambes par grenade, alors qu'il
Hutu a eu 71 civils blessés par les manifestants dont 49 par grenade. Sur les 92
personnes mortes, 52 personnes ont été tuées par ces manifestants violents (14
policiers, 1 militaire, 37 civils dont 10 par grenade).
Ces violences se sont intensifiées jusqu’à la création de milices urbaines34 qui ont tenté
d’arrêter le processus électoral en perturbant la sécurité, principalement à Bujumbura.
De juin à la mi-décembre 2015, la capitale du Burundi a vécu sous des tirs plus ou
moins nourris durant la nuit, des attaques à la grenade contre la police35 ou des
meurtres ciblés de membres des corps de défense et de sécurité. Le plus
emblématique de ces meurtres est l'assassinat du Lieutenant-Général Adolphe
Nshimirimana le 2 août 201536, au nord de Bujumbura, suivi un mois plus tard d'une
attaque contre le Chef d’État-Major de l’Armée burundaise37 (Hutu) après l'assassinat
d'un des prédécesseurs 38 à la retraite, le Colonel Jean Bikomagu (Tutsi). Ces
assassinats qui ciblaient des personnes d’ethnies différentes avaient un but : semer le
virus de la division et créer un schisme au sein de l’Armée nationale, pour que ces
divisions soient récupérées par l'opposition radicale au travers des désertions. En
attendant, la même opposition armait des jeunes 39 dans les mêmes quartiers où
avaient sévi l’insurrection de mai et juin 2015.
Heureusement, l'engagement des forces de défense et de sécurité pour sauvegarder
l’unité et la cohésion nationales ont prévalu sur ces calculs mesquins et divisionnistes.
Ainsi, la Force de Défense Nationale et la Police Nationale du Burundi, composées de
toutes les couches de la population burundaise (50 % Hutu, 50 % Tutsi, des Twa
cooptés), ont permis à la vaste majorité des Burundais de garder la sérénité dans un
contexte marqué par les peurs et les rumeurs, et de refuser l'offre d'une nouvelle
guerre civile40.
33 https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I
34 http://www.reuters.com/article/us-burundi-unrest-idUSKBN0TC1OE20151123
35 http://www.iwacu-burundi.org/?s=attaque+contre+police
36 http://www.iwacu-burundi.org/un-assassinat-eclair/
37 http://www.iwacu-burundi.org/le-chef-detat-major-general-echappe-a-un-attentat/
38 http://www.iwacu-burundi.org/alerte-lancien-chef-detat-major-le-colonel-jean-bikomagu-tue/
39 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
40 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/12/09/civil-war-unlikely-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 12
IV. LA CRISE BURUNDAISE : DES SCHEMAS D'ANALYSE ENDOGENES
INCOMPLETS
Plusieurs analyses ont tenté de déceler les causes véritables de la crise burundaise, en
l'attribuant uniquement à des facteurs de frustrations politiques et sociales des élites
politiques et de la jeunesse burundaise. Ainsi, le Professeur André Guichaoua
(Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) écrit 41 : « Plus profondément, la rupture
générationnelle qui s’exprime alors illustre la désillusion des jeunesses urbaines et
rurales sans travail en ville ou condamnés à la survie sur des parcelles de terre
étriquées. Confrontées à l’impuissance du nouveau régime à desserrer les contraintes
économiques et offrir des perspectives d’avenir, elles refusent le retour à un ordre
autoritaire qui ne cesse de restreindre les libertés individuelles et collectives et de
renforcer l’encadrement des populations. La dimension politique de cette révolte se
prolonge au travers d’une double exigence éthique de respect de la dignité des citoyens
et de moralisation des élites au pouvoir. Des aspirations comprises voire partagées par
tous, au-delà des ethnies et des régions d’origine, mais que ces élites ne peuvent ou
refusent d’entendre. »
Quoique juste sur des attentes de la jeunesse que le Gouvernement n'a pas pu combler
souvent par manque de moyens, le Burundi étant confronté à beaucoup de défis, cette
analyse oublie de souligner que la priorité première du gouvernement sur ces dix
premières années était d'asseoir la stabilité institutionnelle au travers d'un processus
d’autorégulation démocratique dont s'est approprié la population. Et le pas franchi sur
ces dix dernières années est une première depuis l’indépendance du pays, en 196242.
Ce processus, qui demande du temps au risque de réveiller les démons d'un passé
traumatique, est en passe d’être achevé avec le travail de la Commission Vérité et
Réconciliation.
Le Burundi ne peut pas aspirer vivre la stabilité économique et la moralisation de la vie
politique sans que les institutions chargées de ces missions soient viables et
demeurent sous une menace constante de renversement de pouvoir comme l'a prouvé
la tentative de putsch de mai 201543 ainsi que d’autres, au lendemain des élections de
2005 et celles de 2010.
C'est justement le coup d’État du 13 mai 2015 qui a fait comprendre à de nombreux
burundais et amis du Burundi que la crise de 2015 n’était en rien « adossée à la
contestation du 3ème mandat », mais rentrait dans le cadre d'un plan plus vaste de
l'agression du Rwanda contre le Burundi et de l’ingérence dans les affaires intérieurs
de la part de certaines puissances occidentales, comme la Belgique.
41 https://theconversation.com/heurs-et-malheurs-du-modele-burundais-53279
42 Voir point 10 de ce Mémorandum: “Les signes d'une stabilité renforcée à long terme”
43 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/07/15/understanding-crisis-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 13
V. FORMES DE L'AGRESSION RWANDAISE
a. Agression armée
L'agression du Rwanda contre le Burundi s'est faite sous différentes formes, la plus
visible étant au niveau militaire. Les enquêtes dans les camps de réfugiées burundais
au Rwanda, notamment dans celui de Mahama, ont démontré que des jeunes
burundais, et même des enfants, sont souvent enrôlés de force dans des unités de
rébellion aux fins d'une infiltration au Burundi. Le rapport de l'organisation Refugees
International a documenté en détail ces opérations de recrutement44, vérifiées ensuite
par la presse (Al Jazeera45, Newsweek46, IBtimes47,48 RFI49), même si d'autres sources en
avaient déjà parlé (Washington Post50, African Defense51, France2452).
Par ailleurs, l'administration burundaise a déjà signalé à plusieurs reprises les entraves
des autorités rwandaises pour le retour des réfugiés burundais désireux de regagner
leur patrie, avec des intimidations et de longues procédures administratives qui
découragent plus d'un. En outre, il conviendra de souligner que la ministre des Affaires
Étrangères du Rwanda a affirmé ce 30 janvier 2016 devant le Conseil Paix et Sécurité
de l'Union Africaine que le Rwanda n'entendait pas extrader les personnes recherchées
par la justice burundaise pour participation dans la tentative de coup d’État du 13 mai
2015. Pourtant, dans le cadre de bon voisinage et du respect des traités régionaux en
matière de coopération judiciaire et sécuritaire, le Gouvernement du Burundi a toujours
réagi favorablement à toutes les demandes d'extradition des personnes jugées comme
menace aux intérêts vitaux du Rwanda.
Par ailleurs, ces opérations de recrutement, d’enrôlement et de formation militaire de
jeunes burundais, dont des enfants, ont d'ailleurs été dénoncées par l’Envoyé Spécial du
Président des États-Unis d’Amérique dans la région des Grands Lacs africains, M.
Thomas Perriello : « Le Rwanda est parfaitement au courant de la volonté du
gouvernement américain d’imposer des mesures dans les situations similaires à celles
du M23. Nous avons exprimé un certain nombre d’inquiétudes publiquement et en
privé à propos de la crise au Burundi. J’ai moi-même rencontré certains des anciens
enfants-soldats burundais arrêtés ici en RDC. Et nous allons continuer de garder l’oeil
sur cette situation ... »53
44 http://bit.ly/1O4n3Wm
45 http://america.aljazeera.com/articles/2015/12/14/burundian-refugees-face-forced-recruitment-in-rwandancamp.
html
46 http://europe.newsweek.com/burundi-refugees-recruited-rwanda-406039?rm=eu
47 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-children-refugee-camps-rwanda-recruited-soldiers-1533221
48 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
49 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
50 https://www.washingtonpost.com/opinions/burundis-dangerous-neighbor/2015/11/18/298b1e88-8bbe-11e5-
934c-a369c80822c2_story.html
51 http://www.african-defense.com/defense-news/rwanda-accused-of-recruiting-burundi-refugees-for-new-rebelforce/
52 http://www.france24.com/fr/20151104-video-rwanda-burundi-rebelles-anti-nkurunziza-refugies-ingerence
53 http://www.rfi.fr/afrique/20160126-rwanda-burundi-rdc-pense-envoye-special-americain-tom-perriello
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 14
Les forces de défense et de sécurité du Burundi (FDN54 et PNB55 ) ont fait face à
plusieurs agressions venues du Rwanda, dont les plus visibles sont :
Un groupe d’hommes armés venu du Rwanda a tenté d’attaquer la zone Rugazi,
commune Kabarore dans la province de Kayanza, en dates du 10 et 11 juillet 2015. Le
bilan de cette tentative d'attaque, qui visait à faire dérailler le processus électoral alors
en cours, a coûté cher au groupe d'assaillants56 : 31 parmi eux ont été tués, 170
hommes se sont rendus, d'autres capturés (voir image), 78 armes saisies avec 4
groupes électrogènes, 1 mortier 60 et 2 radios Motorola. Ceux qui ont été capturés
affirment avoir été entraînés au Rwanda, avant de recevoir des armes des services de
sécurité rwandais57.
Le 12 juillet 2015, à Muyinga dans la
commune de Giteranyi, zone Ruzo,
les forces de l'ordre ont saisi 60
fusils d'assaut de type Kalachnikov
enterrés le long de la rivière Kagera
qui coule en venant du Rwanda. Un
mois plus tard, le 7 août 2015, sur la
colline Masaka de la zone Gisenyi,
dans la province Kirundo, une
trentaine de fusils d'assaut de type
Kalachnikov, 810 cartouches, 58
chargeurs et 52 bretelles ont été
saisis sur un groupe d'hommes qui
venaient attaquer le chef-lieu de
Kirundo. Parmi eux, un ancien policier
burundais a admis devant la justice que leur unité avait été recrutée et formée dans le
camp de réfugiés de Mahama, au Rwanda. Enrôlé sous les encouragements du Dr
Jean Minani, un opposant réfugié à Kigali, chacun des assaillants devait recevoir
200.000 Fbu au terme de l'attaque à Kirundo.
Toutes ces armes saisies avait une caractéristique
commune : elle n’étaient pas marquées, ce qui
n'est pas le cas de l'arsenal militaire au Burundi. De
nombreuses tenues de l’armée rwandaise ont été
saisies lors des opérations de désarmement de la
population, sur ces derniers mois, comme ici, à
Mutakura (effets militaires saisis le 23 octobre
2015, voir image).
54 Force de Défense Nationale
55 Police Nationale du Burundi
56 http://www.mdnac.bi/fr/article/l%E2%80%99attaque-d%E2%80%99un-groupe-arm%C3%A9-dans-lacommune-
kabarore
57 http://www.isanganiro.org/spip.php?article9448
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 15
Une nouvelle attaque est survenue le 21 novembre 2015 sur le
cabaret Top Hill, au chef-lieu de la province Kirundo, et visait à
assassiner notamment le gouverneur et des responsables
politiques proches du parti au pouvoir au Burundi. Les trois
assaillants en action ont été désarmés par les forces de sécurité,
avant d'avouer en audience publique qu'ils agissaient toujours
sous l'instigation du Dr Jean Minani, qui est par ailleurs un ancien
député élu à Kirundo, qui dirige actuellement la coalition
CNARED58, qui regroupe en son sein les putschistes de mai 2015,
les responsables de l’insurrection armée de 2015, les frondeurs
du Cndd-Fdd, ainsi que deux anciens présidents membres de
l’opposition radicale.
Après les échecs successifs des
différentes attaques menées avec
des groupes venus directement du
Rwanda, les services de
renseignement rwandais ont décidé
de changer d’itinéraire pour les
recrues burundaises. En effet, les
services de renseignement congolais
ont alerté le Burundi dès octobre
2015 que des insurgés burundais
allaient être infiltrés au Burundi à
travers la frontière congolaise, avec
de faux documents administratifs. Il
n'a pas fallu longtemps pour que les
enquêtes menées par la presse
viennent étayer ces informations 59 .
Ce réseau d’infiltration au Congo mis
sur pied par les services de renseignement militaire rwandais (DMI), est impliqué dans
le convoyage de ces infiltrés burundais vers la frontière jusqu’à la rivière de la Rusizi,
après leur avoir fourni de fausses cartes d’électeurs congolais.
Ainsi, le 12 janvier 2016, l’armée congolaise présentait à une délégation parlementaire
congolaise une quarantaine d'infiltrés interceptés avec des cartes d’électeur
congolaises afin de faciliter leur entrée au Burundi 60 (voir images). Les services de
renseignement burundais en arrêteront pour leur part cinq alors déjà présents sur le
territoire burundais.
58 Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi et de l’Etat
de droit
59 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
60 http://uviraonline.com/fizi-le-general-fariala-presente-les-infiltres-en-possession-des-cartes-delecteur-a-ladelegation-
de-kin/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 16
Suite à ces arrestations, les services de sécurité burundais ont décidé de ne plus
accueillir de ressortissant étranger qui présente la carte d’électeur congolaise comme
identifiant administratif.
Plusieurs jeunes qui ont subi ces formations au Rwanda ont finalement brisé le silence.
Certains ont été arrêtés et d’autres ont déposé les armes par leur propre volonté, se
sont rendus à la police et ont accepté de parler à la presse locale et internationale. Des
témoignages poignants avec des éléments probants sur la chaîne de recrutement,
celle de commandement et les actes qu’ils devaient poser afin d’attirer de l’ostracisme
sur le pouvoir de Bujumbura. Le phénomène de cadavres mutilés dans les rues de
Bujumbura en 2015, l’assassinat ignoble des trois soeurs catholiques âgées en
septembre 2014, l’incendie qui a détruit un supermarché chinois en septembre 2015,
etc.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 17
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 18
b. Campagne de médisance
L'autre forme de l'agression rwandaise contre le Burundi est sur le plan médiatique.
Par l'entremise de relais médiatiques sur les réseaux sociaux, la machine de
propagande du gouvernement rwandais mène depuis plusieurs années une campagne
soutenue visant à manipuler l'information sur le Burundi en faveur de l'opposition
radicale.
Cette campagne de propagande est principalement axée sur deux lignes de
communication, toutes tournant autour de l’idée d'une imminence d'un génocide au
Burundi et d’un système décousu, incapable de bien gouverner le pays:
∗ montrer que la crise qu’a connu le Burundi dans le courant des élections de
2015 est exclusivement le résultat d'une mauvaise gouvernance interne, et
mettre en parallèle du coup les acquis économiques et sociaux du Rwanda.
Ce processus de légitimation de la politique rwandaise post-1994 vise à conforter l’idée
que le modèle de gestion politique burundais, qualifié de « tribaliste »61, ne profite pas à
la population mais aux seules élites politiques, elles-mêmes corrompues. C'est dans ce
sens d'ailleurs que s'inscrivaient les propos des dirigeants rwandais62 à la veille du coup
d’État du 13 mai 2015, clamant que « la population burundaise ne voulait plus du
Président Nkurunziza »
∗ montrer à l'opinion internationale que le Burundi est au bord d'un génocide anti-
Tutsi, comme ce fut le cas au Rwanda en 1994.
Ainsi, le président Paul Kagame n'a pas caché son parti-pris en foulant aux pieds les
règles élémentaires de diplomatie, de réserve et de bon voisinage avec ces propos
tenus en place publique le 6 novembre 2015 : « Le Burundi, s'est vu couper les aides
internationales à cause de sa mauvaise situation, une situation qui rappelle un peu celle
qui a prévalu ici. Comment des dirigeants peuvent-ils s'autoriser à massacrer leur
population du matin au soir ? »
61 http://www.theafricareport.com/Interview/what-i-dont-accept-is-interference-president-paul-kagamerwanda.
html
62 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_crise-au-burundi-le-president-rwandais-critique-l-attitude-denkurunziza?
id=8976235
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 19
Cette campagne de médisance et de calomnie a été menée avec l'aide de quatre
principaux points focaux :
∗ Au Burundi, les messages alarmistes d'un génocide imminent ont été l'objet de
relais des journalistes Teddy Mazina 63 , 64 et Innocent Muhozi 65 , tous de la
Télévision Renaissance.
∗ Au Rwanda voisin, c'est principalement le journaliste Albert Rudatsimburwa66 ,
directeur de la Radio Contact FM, très proche du FPR, qui se chargera d'assurer
le relais des messages alarmistes et mensongers67, des rumeurs68, avec parfois
des informations qui indiquent ses liens avec l'opposition radicale. Ainsi, il est le
premier à annoncer la tentative de putsch du 13 mai 2015, sur Twitter.
∗ En France, ce réseau de communication s'appuie principalement sur l’écrivain
David Gakunzi, président de l'organisation Paris Global Forum69 et parrain de la
Télévision Renaissance d'Innocent Muhozi70. Depuis les débuts de la crise, ses
différentes interventions, que ce soit dans LeNouvelObs 71 , sur les réseaux
sociaux72, dans le Huffingtonpost73 à travers la voix de son ami Bernard-Henri
Lévy74, ou ailleurs75, l'antienne est la même : un génocide anti-Tutsi s'installe au
Burundi, semblable à celui de 1994 au Rwanda.
∗ En Belgique, le relais de communication est assuré par Me Bernard Maingain,
qui compte parmi ses clients le parti MSD et la Radio Publique Africaine (RPA),
tous créés par Alexis Sinduhije. Maître Maingain affirmait, sur la RTBF belge,
être « informé que les Imbonerakure ont été formés par des FDLR76, c’est-à-dire
des anciens de l’idéologie génocidaire Hutu. Le Burundi va vers un "nouveau
Rwanda" [de 1994]. Il y a un risque réel de massacre. » 77 Il y a quelques
semaines, il a induit en erreur la Rédaction de France 378, en y faisant diffuser
une vidéo de prétendues exactions dans la province Karusi par la jeunesse du
63 https://twitter.com/teddymazina/status/661863780561866752
64 https://twitter.com/teddymazina/status/686859017994530816
65 http://info.arte.tv/fr/burundi-la-peur-dun-nouveau-genocide-en-afrique
66 https://twitter.com/albcontact/status/662191948674015233
67 https://twitter.com/albcontact/status/600995491397111808/photo/1
68 https://twitter.com/albcontact/status/598801891821285376
69 http://www.parisglobalforum.org/
70 http://www1.rfi.fr/actufr/articles/105/article_71896.asp
71 http://rue89.nouvelobs.com/blog/rues-dafriques/2015/05/16/rwanda-1994-burundi-2015-234572
72 https://twitter.com/DavidGakunzi/status/694853036745834496
73 http://www.huffingtonpost.com/bernardhenri-levy/so-burundi-does-not-becom_b_7450414.html
74 http://laregledujeu.org/auteurs/
75 http://www.opinion-internationale.com/2015/06/17/un-genocide-se-prepare-entretien-avec-davidgakunzi_
35509.html
76 Front De Libération du Rwanda, Milice rwandaises créées par le parti MRND, parti du président Juvénal
Habyarimana, au Rwanda
77 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_burundi-il-y-a-un-risque-reel-de-massacre-comme-au-rwanda?id=8981166
78 http://www.jeanmarcmorandini.com/article-348208-france-3-diffuse-par-erreur-des-images-presentees-commeayant-
ete-tournees-au-burundi.html
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 20
Cndd-Fdd. En réalité79, ces images remontaient à un mois auparavant, et avaient
été prise dans une contrée dans laquelle on parlait le haoussa et non le kirundi.
France 3 s'est excusé pour cette erreur80, le procédé de manipulation de Me
Maingain ayant grandement choqué le peuple burundais dans son ensemble, le
Gouvernement de la République du Burundi a porté plainte contre France 3.
Ayant mis en évidence ces connivences, il importe de retracer certaines affinités :
David Gakunzi est un frère de M. Muhozi, tous deux oncles à Teddy Mazina et cousins
d'Albert Rudatsimburwa. A cette famille burundo-rwandaise s'ajoute donc Me Bernard
Maingain, dont il est utile de souligner qu'il défend notamment les intérêts du FPR81
dans l'affaire de l'avion présidentiel rwandais abattu en 1994. Tous ces acteurs
reviennent sur la même thématique qu'on retrouve dans les discours des dirigeants
rwandais, à savoir l'imminence d'un génocide au Burundi.
Il importe, ici, d’indexer quelques personnes qui ont joué un rôle clé dans cette chaîne
de manipulation de l’information :
∗ La Représentante américaine aux Nations Unies, Samantha Power, très zélée
dans le dossier « Burundi » est une amie, de longue date, à Alexis Sinduhije. Des
informations non vérifiées font état d’une fille qui serait née de ce couple
d’anciens journalistes qui sont par ailleurs associés dans la mise en route de la
Radio Publique Africaine82, une station radio qui a joué un très grand rôle dans la
propagation de rumeurs qui ont fait fuir la population burundaise vers fin 2014,
vers le Rwanda.
∗ L’ancien Secrétaire général de l’East African Community (EAC) M. Richard
Sezibera, rwandais, a beaucoup manoeuvré pour influencer des décisions de la
Communauté dont fait partie le Burundi. Ayant échoué, il s’est tourné vers le
Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union Africaine, par l’entremise de l’algérien
Ismaïl Chergui, pour faire passer des décisions hâtives et irréfléchies afin de
nuire à la souveraineté du Burundi et saboter le processus démocratique. La
dernière en date étant celle de la tentative d’envoie d’une force de 5.000 soldats,
la fameuse MAPROBU, avec comme prétexte la prévention d’un génocide qui
serait en préparation par les autorités burundaises.
Il convient aussi de souligner que cette stratégie de déstabilisation par l'entremise
de la communication s'appuie aussi sur un relais médiatique savamment mis en
place par Kigali depuis plusieurs années.
Enfin, des procédés de manipulation des masses ont été aussi entrepris depuis
pratiquement fin 2013 au travers des campagnes supervisées par les services de
79 http://observers.france24.com/fr/20160114-erreur-france-3-images-massacre-burundi
80 http://www.ozap.com/actu/massacre-au-burundi-le-soir-3-s-excuse-pour-la-diffusion-d-une-video-amateur-a-lorigine-
douteuse/487981
81 http://www.humanite.fr/monde/me-bernard-maingain-%C2%AB-un-dossier-longtemps-pollue-par-lesmanipulations%
C2%A0%C2%BB-487598
82 https://en.wikipedia.org/wiki/Alexis_Sinduhije
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 21
renseignement rwandais, principalement avec les réseaux sociaux. Opérant dans un
champ social où l’oralité occupe une place de base dans la gestion de l'information,
des unités de fabrication des rumeurs ont fleuri depuis décembre 2013, jusque
vers octobre 2015, inondant les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, etc) d 'alertes
au génocide et au massacre ethnique contre les Tutsi. Ces stratagèmes ont
d'autant marché que la téléphonie mobile connaît une croissance fulgurante au
Burundi, notamment dans la ruralité avec l’arrivée du 3G et des smartphones. De
milliers de familles burundaises ont finalement fui cette situation de constante
tension psychologique vers les pays limitrophes. Jusqu’à ce que l'opinion se rende
compte de la fausseté de ces alertes, et que leur importance s'effondre.
Toujours dans le registre de la manipulation des masses, on notera la diffusion
d'une prophétie religieuse par un rescapé Tutsi du génocide de 1994, juste avant
l’entrée du Burundi dans la période électorale en avril 2015. Le prophète en
question, Gakwaya Damascene83, un agent des services de renseignement rwandais,
annonçait un génocide au Burundi (plus d'un million de morts dans le pays en 2015),
avant que le pays ne soit pris par une rébellion menée par Léonard Nyangoma
(Président – fondateur de la coalition CNARED84 ), et comprenant notamment
Agathon Rwasa, Alexis Sinduhije, et l'appui de l'armée américaine. Diffusée dans un
pays où la majeure partie de la population est croyante et chrétienne, avec la
poussée du mouvement charismatique et des églises « born again », cette
prophétie a grandement participé à nourrir la psychose d'une imminente guerre
dans les populations urbaines, surtout à Bujumbura. Malheureusement, la réalité a
progressivement démontré la fausseté des prophéties, qui s'appuyaient par ailleurs
sur un schéma politique correspondant aux prévisions des services de
renseignement rwandais. A savoir, la scission de l’armée du Burundi avec la
candidature du Président Pierre Nkurunziza, suivie par le déclenchement de
massacres inter-ethniques, et l'imposition d'un gouvernement de transition avec à la
tête une formation politique dirigée par un opposant Hutu ayant une légitimité
historique mais sans réel poids politique, donc facile à gérer. C'est d'ailleurs sur
base de ce schéma que les opposants burundais réfugiés au Rwanda et en Belgique,
malgré des idéologies totalement différentes, ont été poussés à former le CNARED
avec à la tête Léonard Nyangoma.
83 https://www.youtube.com/watch?v=w1rm39buSNg
84 Conseil national pour le respect de l'Accord d'Arusha pour la Paix et la réconciliation au Burundi,
http://www.iwacu-burundi.org/le-cnared-aujourdhui-et-demain/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 22
VI. LES ORIGINES ET LES RAISONS DE L'AGRESSION RWANDAISE
La partie émergée de l’iceberg est certainement le dossier des fameux corps du lac
Rweru. Mi-juillet 2014, des riverains du lac Rweru, burundais et rwandais, ont annoncé
avoir dénombré une quarantaine de corps humains sans vie, flottant, ligotés ou dans
des sacs en jute qui venaient échouer dans le lac Rweru, charriés par la rivière
Akagera qui trouve origine au Rwanda.
Quatre de ces corps ont été repêchés et enterrés sur le sol burundais, sans avoir été
identifiés. Dans un point de presse, le Procureur général de la République du Burundi a
fait connaître les résultats d’une enquête préliminaire à ce propos. Pour lui donc, c’était
sûr et certain que ces cadavres venaient du Rwanda : « Cela est corroboré par la
géographie de l’endroit où ont été découverts ces cadavres, les rapports des différents
services de sécurité, ceux des autorités administratives burundaises, les témoignages
des Burundais et Rwandais agriculteurs et pêcheurs riverains de la rivière Akagera et
du lac Rweru » a-t-il dit85.
La police du Burundi n’ayant pas les moyens scientifiques d’identification de ces
cadavres, le Gouvernement du Burundi a saisi l’Union africaine qui a répondu
favorablement à la requête du Burundi quatre mois plus tard86 au moment où le
Rwanda continuait de refuser toute investigation, arguant que « c’est un problème
interne au Burundi ». Au contraire, une mystérieuse tentative de « vol de ces
cadavres » fut organisée par d’inconnus venus du Rwanda à bord de plusieurs bateaux
à moteur, dans la nuit du 21 au 22 septembre 201487.
Cet antécédent ne pouvait donc que fâcher le régime de Kigali qui, selon toute
évidence, avait un intérêt à ce que la lumière ne soit pas faite. Tout porte à croire aussi
qu’il a trouvé, à sa façon, un moyen de se venger contre le Burundi à travers une
campagne de médisance et une volonté sans cesse accrue de pourfendre l’ordre
constitutionnel établi au Burundi, basé sur un partage de pouvoir entre les principales
ethnies burundaises, gage de la cohésion sociale.
Au regard des efforts, considérables, consentis par les services de renseignements
rwandais pour diviser les services de sécurité burundais, au vu des procédés de
déstabilisation des masses mis en branle depuis lors, nul ne peut plus douter de
l’efficacité du « remède Arusha » aux violences sociales qui ont endeuillé le Burundi
depuis l’indépendance.
En effet, malgré la pression psychologique subie par la société burundaise encore
traumatisée par un passé proche violent, la population est restée très largement unie.
La crise politique enclenchée par certains opposants en mal de stratégie électorale, et
avec le soutien des services de renseignement rwandais est restée dans des termes
politiques et n'a pas pris de dimension ethnique comme l’espéraient les autorités
rwandaises. Ces dernières comptaient sur l’éruption de violences ethniques au Burundi
85 http://www.rfi.fr/afrique/20141014-procureur-burundi-cadavres-lac-rweru-proviennent-rwanda
86 http://www.rfi.fr/afrique/20150310-burundi-rwanda-cadavres-lac-rweru-ua-pierre-nkurunziza-nkosazanadlamini-
zuma
87 http://www.rfi.fr/afrique/20140923-lac-rweru-groupe-non-identifie-tente-voler-cadavres
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 23
pour invoquer le concept de « responsabilité de protéger » (R2P88) et intervenir au
travers de l'East African Standby Force (EASF) au motif de protéger la minorité Tutsi.
Heureusement, le génocide et les violences ethniques prévus au Burundi n'ont jamais
eu lieu. En témoignent d’ailleurs, les propos des élus du peuple qui débattaient de la
question en décembre dernier 89 , lors d'une session parlementaire retransmise en
direct sur toutes les radios opérant au Burundi. Sans peur, après avoir décliné l'identité
(ethnie, région), les députés et sénateurs burundais, Hutu, Tutsi et twa ont
catégoriquement rappelé que la population burundaise dénonçait les manipulations
politiciennes sur un hypothétique génocide au Burundi.
Ces violences ethniques ne reverront jamais le jour, d'ailleurs, grâce aux Accords
d'Arusha, complétés par l'Accord Global de Cessez-le-feu de 200390 qui a accouché de
la nouvelle structure des forces de défense et de sécurité du Burundi. En effet, le
partage du pouvoir politique sur base de quotas ethniques 91 fait que toutes les
composantes de la société burundaise se retrouvent dans les instances de prise de
décision et de gestion de la sécurité. Or, comme le stipule l'Accord d'Arusha, les
différents conflits burundais se sont nourris des méfiances réciproques entre les deux
principales communautés ethniques, les Hutu et les Tutsi, « sur fond de lutte de la
classe politique pour accéder au pouvoir et/ou s’y maintenir »92. En créant des forces
de défense et de sécurité représentant toute la diversité de la composition
démographique du Burundi, que ce soit au niveau ethnique et régional, avec des
mécanismes de contrôle et de vérification en cas de besoin, l'Accord Global de Cessezle-
feu a permis de rétablir la paix93 et la confiance dans la très grande majorité des
coeurs des Burundais.
La crise politique de 2015 alimentée par les manoeuvres rwandaises a démontré que
le modèle de gestion politique par consensus hérité d'Arusha a uni le peuple burundais,
malgré des mémoires blessées94 et éclatées. Or, c'est justement cette étape qui effraie
les dirigeants rwandais : la politique de gestion politique initiée par le FPR est basée sur
une fausse négation des identités (car au fond tout le monde connaît l'ethnie de l'autre),
et la mise en avant d'un socle matériel (progrès économique) qui gommerait
progressivement les attaches identitaires. Parallèlement, ce processus s'accompagne
d'un rappel sans cesse renouvelé du « péché Hutu » avec le génocide Tutsi de 1994,
dans lequel finalement la responsabilité dans ce crime se transmet par filiation95 :
même si l'enfant Hutu né après 1994 n'a aucune responsabilité dans le génocide, il a le
devoir de porter le poids de ce crime contre l’humanité puisqu'il a été commis en son
nom (Politique « Ndi Umunyarwanda »).
Le processus de gestion de la société post-génocide au Rwanda s'accompagne d'un
verrouillage des lectures possibles de l'histoire. Les mémoires sont réduites au silence,
88 Le Rwanda co-préside d'ailleurs le “Groupe d'Amis du R2P” au sein des Nations Unies
89 https://www.youtube.com/watch?v=p7iez2x4h7k
90 http://www.mdnac.bi/sites/default/files/Accord_global_de_cessez-le-feu_16.11.11.pdf
91 60 % pour les Hutu pour des postes politiques et 40 % pour les Tutsi, ainsi que 50 %-50 % dans l’armée et dans
la police, en plus des Twa qui sont systématiquement coptés
92 http://bnub.unmissions.org/Portals/bnub-french/accorddarusha.pdf
93 http://www.hdcentre.org/uploads/tx_news/42BurundiReportFrench.pdf
94 http://www.impunitywatch.org/docs/Burundi_Mem_Research_Report_FR.pdf
95 https://www.youtube.com/watch?v=QP9cppLRZrs
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 24
mises au pas. Au Burundi, l'approche a été toute autre. L'accent a été mis sur un
véritable partage des mémoires, des peurs, des expériences de toutes les
composantes de la société burundaise. La mise en place de la Commission Vérité et
Réconciliation, l'instauration des mécanismes de partage du pouvoir, la prééminence
d'un modèle de gestion politique du pays par le dialogue sont des facteurs qui font
qu'aucune vérité n'est exempte de critique. La société burundaise, et ses dirigeants
sont alors en perpétuelle remise en question, ce qui alimente positivement la
démocratie burundaise.
Le Burundi a fait le choix d'un modèle de gestion des violences sociales, une gestion
basée sur l’institutionnalisation des identités (ethniques, régionales, genre) et un débat
ouvert sur l'Histoire. Ce modèle-là est perçu comme un danger idéologique pour le
pouvoir rwandais, qui tire principalement sa légitimité politique de la distorsion des
mémoires collectives et individuelles, sous prétexte du génocide rwandais. Le Burundi a
fait le choix d'une société ouverte sur son passé et son futur, le Rwanda l'inverse : et le
passé, et le futur sont lus sous un angle dicté par ceux qui ont pris le pouvoir au
lendemain du génocide de 1994. Au Burundi, le débat sur l'histoire est institutionnalisé
et démocratique, au Rwanda il est tout fait, répété. Sauf que nos deux pays ont vécu
des soubresauts sanglants de l'Histoire en vases communicants. Les massacres
ethniques au Rwanda en 1959 ont nourri les tensions ethniques au Burundi jusqu’au
génocide de 1972, ce qui a poussé plusieurs centaines de milliers de Hutu burundais à
prendre le large, une grande partie se déversant sur le Rwanda qui était entre les
mains d’une classe politique Hutu. Ces tensions ethniques au Rwanda ont également
nourri la formation d’une rébellion Tutsi dont l'une des principales bases-barrières était
le Burundi. Par conséquent, les Hutu burundais en exil au Rwanda formèrent des
mouvements de rebellions, avec l’appui du gouvernement rwandais. Les leaders
politiques burundais Hutu qui ont émergé au lendemain des élections de 1993 (dont
les Présidents Melchior Ndadaye, Domitien Ndayizeye, Sylvestre Ntibantunganya, …)
avaient évolué pour la plupart au Rwanda, etc.
Laisser éclater un processus de Vérité et de Réconciliation au Burundi, aux portes du
Rwanda, avec ces témoignages croisés, complexes, qui n’hésiteront pas de s'emparer
des vécus burundais mais aussi rwandais tant les liens entre les familles, les
communautés sont mêlées entre les deux pays, laisser donc éclore cet élan, loin de la
lecture unilinéaire imposée sur le Rwanda par le FPR constitue un grave danger pour le
pouvoir rwandais. Le débat sur l'Histoire du Burundi sera aussi, par ricochet, celui sur
l'Histoire du Rwanda (qui n'a jamais eu lieu). Des mensonges risquent d’être défaits, de
part et d'autre de la frontière burundo-rwandaise : voilà la peur du FPR de Paul Kagame.
La remise en question de la version officielle de l'histoire rwandaise ne peut se faire
sans toucher à la légitimité historique qui fonde le pouvoir de l'actuel leadership
rwandais. Contrairement au Burundi, où la contradiction et la remise en question sont
des acquis démocratiques reconnus et établis depuis une dizaine d’années.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 25
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
L'agression du Burundi par le Rwanda est un cas parmi d'autres d'un
leadership politique qui tient peu à coeur le respect de la souveraineté
des pays voisins, pour peu que ses intérêts soient en jeu. Le cas le plus
emblématique est la République Démocratique du Congo96, qui a subi les
agressions du Rwanda depuis une vingtaine d’années.
Suite aux accusations plusieurs fois répétées par les autorités
rwandaises d'une présence d'Interahamwe97 et FDLR98 au Burundi, le
gouvernement burundais a accepté que la CIRGL99 envoie une mission
d’enquête militaire pour vérifier l'exactitude de ces allégations. Les
résultats des enquêtes ont été négatifs.
Par contre, dès août 2015, la demande du gouvernement burundais,
pour une enquête menée dans le cadre régional sur l'implication
rwandaise dans la formation militaire et l'armement des réfugiées et
citoyens ordinaires burundais, s'est heurtée au refus catégorique des
autorités rwandaises. Pourtant, les évidences continuent à être
fournies. En témoigne le dernier rapport100 des experts de l'ONU sur le
soutien de l’armée et des services de renseignement rwandais à
l'opposition radicale burundaise afin de renverser les instituions
burundaises. En attendant une réaction ferme de la Communauté
Internationale aux demandes du Burundi, le gouvernement soutient que
la solution à la crise actuelle ne peut venir que d'un dialogue
interburundais franc et inclusif, lequel aboutira à un pacte sur la
démocratie, un instrument qui viendra s’ajouter à la Charte de l’Unité
nationale adoptée par référendum le 5 février 1991, à l’Accord
d’Arusha de 2000 et à l’Accord Global de Cessez-le-feu de 2003.
Les burundais ont besoin de cet instrument pour renforcer leur
démocratie et mettre un terme à la spirale de violences qui
accompagnent chaque processus électoral depuis 1961, lorsque le
pays était encore en quête de son indépendance.
96 http://www.droitcongolais.info/files/Rapport-final_Groupe-d-experts-du-Conseil-de-securite-de-l-ONU--Nov.-
2012-.pdf
97 Milice rwandaise créée par le MRND, parti du président Juvénal Habyarimana, au Rwanda
98 Forces démocratiques de libération du Rwanda
99 Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs
100 https://assets.documentcloud.org/documents/2704241/UN-Burundi.pdf
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 26
VIII. CONCLUSION
La paix et la sécurité sont rétablies sur tout le territoire national malgré quelques défis

BURUNDI yareze u RWANDA:ACTE D'AGGRESSION 15/05/2016 12:38

D’AGRESSION
DU RWANDA CONTRE LE BURUNDI
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 2
Table des Matières
I. Introduction
II. Burundi : cyclone des guerres fratricides et l’ombre du Rwanda
III. Le « troisième mandat » comme prétexte
IV. La crise burundaise : des schémas d'analyse endogènes incomplets
V. Les formes de l'agression rwandaise
a. Agression armée
b. Campagne de médisance
VI. Les origines et les raisons de l'agression rwandaise
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
VIII. Conclusion
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 3
I. INTRODUCTION
Dans ce Mémorandum, le Bureau chargé de la Communication à la Présidence de la
République du Burundi démontre le rôle prépondérant du Rwanda dans la préparation,
l'accompagnement et l'accomplissement des opérations de déstabilisation des
institutions burundaises en vue d’opérer un changement de régime favorable, avant
tout, aux intérêts idéologiques du FPR 1 et à d’autres intérêts géopolitiques et
géostratégiques de certaines puissances occidentales, certes inavoués mais visibles.
Comme partout ailleurs en Afrique, ce processus de déstabilisation du Burundi s'appuie
sur un contexte socio-politique marqué par :
∗ les frustrations de la jeunesse urbaine, fortement touchée par le manque
d'emploi et malléable aux manipulations politiciennes ;
∗ le mécontentement d'une partie de l'ancienne élite sociale qui digère peu la
consolidation d'un modèle de gestion de la société burundaise basée sur la
démocratie ;
∗ la mise à nue des responsabilités individuelles lors des différentes tragédies qui
ont endeuillé le Burundi à travers la CVR 2 et la CNTB 3 , instruments qui
interfèrent directement sur des intérêts vitaux de certains individus qui ont géré
la chose publique depuis les années des indépendances, en passant par
l’épuration ethnique, en 1965, 1969, le Génocide des Hutu de 1972 et la
spoliation des citoyens forcés à l’exil.
Ce Mémorandum entend démontrer comment le principe de neutralité auquel adhère
fortement le Burundi a été utilisé par le leadership militaire du Rwanda voisin pour
planifier la mise à mort du « modèle consensuel » burundais issu des Accords d’Arusha
signés en 2000 et de l’Accord de Cessez-le-feu global de 2003 qui ont défini une feuille
de route dans le partage du pouvoir entre les composantes ethniques au Burundi (Hutu,
Tutsi et Twa) dans l’administration politique et les forces de défense et de sécurité.
1 Front Patriotique Rwandais – parti au pouvoir au Rwanda, leadership tutsi
2 Commission Vérité et Réconciliation
3 Commission Nationale Terres et autres Biens
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 4
II. LE BURUNDI, CYCLONE DES GUERRES FRATRICIDES ET L’OMBRE DU
RWANDA
Sans vouloir faire oeuvre d’historien, nous pensons pourtant que pour mieux
comprendre les événements actuels, un bref aperçu sur certains événements qui ont
jonché l’histoire des deux pays voisins, le Burundi et le Rwanda, (qui partagent une
même configuration socio-culturelle et une langue presque commune) ne serait pas de
trop, car, l’actuelle agression rwandaise trouve ses racines dans les soubresauts du
passé, à partir de 1959, « l’année-charnière » où l’avenir de ces pays s’est joué4.
En effet, en novembre 1959 il se produisit ce que Jean-Paul
Harroy décrit comme « la secousse déterminante » de la
révolution paysanne Hutu et la contre-révolution Tutsi, au
Rwanda, « laquelle devait, la Belgique aidant, aboutir à la
disparition du monopole Tutsi 5 ». Cette collision meurtrière
entre Hutu et Tutsi au Rwanda fit plusieurs morts et des
dizaines de milliers de réfugiés qui s’éparpillèrent dans la région,
Hutu compris au Burundi. Plusieurs immigrés rwandais Tutsi
s’établirent donc dans certaines régions du Burundi. En mairie
de Bujumbura, certains quartiers furent littéralement envahis,
comme au quartier alors appelé OCAF6 , actuelle Ngagara, à
Mutakura, à Cibitoke, à Nyakabiga et à Musaga. Ce n’est pas
étonnant que ce soit ces mêmes quartiers, cinq (5) sur un total
de 3002 collines du Burundi, qui soient les seuls à s’être
soulevés en 2015. Encore qu’il faut souligner que ce n’était pas
tous les habitants de ces quartiers qui participaient à cette
insurrection, mais ils étaient pris en otage par des individus
armés qui barricadaient les routes et menaçaient d’éliminer
physiquement quiconque irait au travail ou enverrait son enfant
à l’école.
Avant 1962, même si le Rwanda et le Burundi étaient asservis par un même
colonisateur, la Belgique, n’empêche que rwandais et burundais se regardaient, à cette
époque, en chiens de faïence, si l’on en croit toujours Jean-Paul Harroy qui décrit les
difficultés qu’il a eu à organiser un match de football « le premier de l’histoire » entre
les deux pays, le 8 février 1959 au Stade de Ngozi. Ce match se soldat par un score
sévère de 4 à 1 en faveur de l’équipe burundaise.7
A ce climat malsain et d’instabilité politico-sécuritaire et de
difficile cohabitation entre les Hutu et les Tutsi des deux
pays s’ajoute cette guéguerre que nous rapportent les
historiens, entre le Prince Louis Rwagasore et un père
blanc défroqué, Albert Maus, de la congrégation des
4 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.293
5 ibid.
6 Office des Cités Africaines
7 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.301
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 5
missionnaires, soupçonné de vouloir importer le modèle
rwandais au Burundi. « l’Urundi n’est pas le Ruanda » écrira,
à cette époque, le Prince Louis Rwagasore, héros de
l’indépendance du Burundi, avant d’ajouter : « je peux
affirmer avec la force et la foi d’un homme convaincu, que le
Burundi ne tombera pas dans le même piège que celui qui a
été tendu au Rwanda8 » Maus s’opposait à l’indépendance
immédiate du Burundi. A la victoire du parti Uprona, Albert
Maus qui apprit la nouvelle étant dans les environs de
Rumonge alla se pendre au bord du lac Tanganyika. Ce lieu
touristique porte actuellement le nom de « Château Maus ».
Le Burundi ne sera pas pour autant épargné de confrontations aux allures d’épuration
ethnique comme au Rwanda. Après l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, en 1961
et l’indépendance du Burundi en juillet 1962, le Burundi connaîtra sa première crise
ethnique six ans après celle du Rwanda, en 1965. Pratiquement toute l’année est
animée d’événements qui font couler de l’encre, de la salive et du sang. Un coup d’état
est opéré, dans le sang, le 15 janvier de cette année avec l’assassinat du Premier
Ministre Pierre Ngendandumwe, un Hutu, abattu par M. Gonzales Muyenzi, un réfugié
Tutsi rwandais qui travaillait à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique. Le premier
ministre sortait d’une Clinique où il était allé rendre visite à sa femme qui venait
d’accoucher.
Les élections législatives du 10 mai 1965 consacrèrent la victoire
du parti Uprona, encore une fois, mais les candidats Hutu de ce
parti obtinrent plus de postes à l’Assemblée Nationale et au Sénat.
Par conséquent, tous les trois membres des bureaux des deux
chambres étaient Hutu. Cependant avec l’ombre des déchirures
inter-ethniques qui planait à la fois sur le Burundi et le Rwanda ce
fût difficile de maintenir la stabilité des institutions mises en place
par les urnes. Quelques mois plus tard une tentative de Coup
d’Etat ajouta de l’huile sur le feu et ce parlement fut dissout par le
Roi et des massacres furent perpétrés à Kamenge, un quartier
situé au nord de la capitale Bujumbura. On rapporte l’exécution de
plus d’une centaine de Hutu.
En 1966 un autre Coup d’Etat qui cette fois-ci réussit dépose le Roi et la République est
instaurée. Trois ans plus tard d’autres tueries contre les Hutu sont opérées mais
n’atteindront le point culminant avec le Génocide de 1972 lorsque plusieurs centaines
de milliers de burundais perdirent leur vie (entre 3.000 et 5.000 Tutsi contre 200.000
à 300.000 Hutu) tandis que plusieurs centaines de milliers de Hutu prirent le chemin
de l’exil et s’établirent au Rwanda (à l’époque dirigé par un pouvoir entièrement Hutu),
88 La Dépêche du Rwanda – Urundi n°431, du 18 décembre 1959
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 6
en Tanzanie et au Zaïre9. Ces citoyens burundais furent dépossédés de leurs propriétés
foncières ainsi que de tous leurs biens matériels, y compris de l’argent en banque.
A partir de 2005, après les élections et suites aux mesures
salutaires prises par le Président Nkurunziza, des centaines de
milliers de réfugiés (un demi million) prennent le chemin du retour, y
compris ceux qui avaient fui le pays quatre décennies durant, avec
toute la problématique de réintégration que cela génère. Le
Gouvernement du Burundi a pris le taureau par les cornes, aidé par
ses partenaires, en essayant de trouver des solutions appropriées
aux multiples problèmes ayant trait à la réintégration socioéconomique
des rapatriés. Les orphelins et veuves de la tragédie
génocidaire de 1972 n’ont pas été oubliés. Le Gouvernement a lancé
un vaste programme d’indemnisation et de régularisation en faveur
des ayants droit, qui ont du patienter et endurer des souffrances sans
nom quatre décennies durant.
Ce rétablissement de ces sinistrés dans leur droit n’était pas sans casse. Dès 2012
une farouche résistance contre la mise en oeuvre des décisions de la CNTB a été
observée surtout dans les quartiers Nyakabiga et Ngagara, anciens quartiers qui
avaient accueilli plusieurs réfugiés rwandais et qui deviendront, en 2015, bastions de la
résistance insurrectionnelle. Ce qui porta l’étiquette de « résistance contre le 3ème
mandat » n’était en fait qu’une suite logique de l’insubordination qui y avait déjà élu
domicile. Le reste n’était qu’un prétexte pour chasser du pouvoir le parti Cndd-Fdd et
son gouvernement dans le but de faire perdurer la spoliation et l’injustice qui
remontent au génocide de 1972.
9 L’actuelle République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 7
III. LE « TROISIEME MANDAT » COMME PRETEXTE
Le Burundi a organisé un processus électoral dans un climat de crise politico -
sécuritaire majeure en 2015, avec des incidences sur tous les aspects de la vie
nationale. Comme le reconnaît la CENI10, c’était dans « un contexte de fragmentation de
certaines formations politiques, de contestations politiques internes et de pesanteurs
régionales et internationales » mais qui, au finish, n’ont pas mis en échec ce processus
qui a finalement été bien mené puisque toutes les institutions ont pu être mises en
place11. Le succès de ce processus tenu dans ce contexte très particulier était en
grande partie « la soif de la population de voter pour renouveler les institutions
dirigeantes du pays », malgré l’appel de l’opposition au boycott, qui n’a pas été entendu,
ni les tirs et jets de grenades pendant la nuit, à la veille de chaque élection, aux fins de
dissuader la population à se rendre aux urnes.
Ce comportement de négation de l’accession au pouvoir par la voie des urnes a
commencé au lendemain des élections communales de 2010 sur fond de prétextes de
fraudes électorales. En ordre dispersé, l’opposition burundaise s’est présentée aux
élections et n’a pas supporté d’être vaincue par le parti au pouvoir depuis 2005, le
Cndd-Fdd12 qui s’est taillé la part du lion avec un score de 64%. Un rapport final de la
Mission d’observation électorale de l’Union Européenne13 dit ce qui suit : « Il [le CNDDFDD]
se distancie avec tous les autres partis dont le plus méritant d’entre eux, le FNL,
n’obtient que 14,15%. Viennent ensuite l’Uprona (6,25%), le Frodebu (5,43%), le MSD
(3,75%), l’UPD (2,21%), le Frodebu Nyakuri (1,36%) et le CNDD (1,26%). […] Une
explication se trouve dans la multiplication des acteurs politiques visant plus ou moins
le même électorat et donc un morcèlement des voix de l’opposition ».
Ce processus électoral a pourtant été salué par tous les observateurs nationaux et
internationaux qui ont qualifié les élections de 2010 de régulières et démocratiques
tandis que le peuple burundais a reçu les félicitations du Secrétaire général de l’ONU,
Ban Ki-Moon, en déplacement au Burundi14. Cet échec n’a donc pas été supporté par
ces « mauvais perdants qui ont réclamé un dialogue avec le parti vainqueur, le Cndd-
Fdd comme ils le font d’ailleurs aujourd’hui, entretenant sciemment le flou entre
« dialogue » et « négociation ». Devant une fin de non recevoir, quelques uns ont donc
préféré prendre le large et entamer une vaste campagne d’intimidation sur tout le
territoire national afin de saboter le restant du processus électoral. Plusieurs
permanences du Cndd-Fdd ont été incendiées dans plusieurs provinces du pays, des
grenades ont été lancées dans des lieux publics et privés faisant des morts et des
blessés. En 2010, entre les élections communales de mai, la présidentielle de juin et
les législatives de juillet on a dénombré 128 attaques à la grenade qui ont fait 11
morts et 69 blessés15.
10 Commission Electorale Nationale Indépendante
11 http://ceniburundi.bi/IMG/pdf/rapport_general_sur_le_processus_electoral_de_2015-12.pdf
12 Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie, parti au pouvoir au
Burundi
13 http://www.eueom.eu/files/pressreleases/other/final-report-burundi-2010_fr.pdf
14 http://bi.chineseembassy.org/fra/sgxw/t739096.htm
15 https://www.hrw.org/fr/world-report/2011/country-chapters/259441
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 8
Après les élections ces violences se sont poursuivies dans la province de Bujumbura
communément appelée Rurale et ont fait plus d’une centaine de morts. Il a fallu que le
Président Pierre Nkurunziza se lève personnellement et se rende dans cette province. Il
y a prononcé un discours très fort et a donné, aux forces de défense et de sécurité, à
l’administration territoriale ainsi qu’à la justice un ultimatum de deux mois pour que
cette spirale de violences soit endiguée.
Ces machines à tuer ont donc été vaincues. Ceux qui n’ont pas été arrêtés ou tués ont
fui vers la RDC voisine et d’autres vers la Tanzanie et ont organisé plusieurs attaques
contre le Burundi qui ont été à chaque fois déjouées et plusieurs groupes de
malfaiteurs démantelés, entre 2011 et fin 2014.
Certainement qu’en 2010 le Burundi a frôlé un risque grave de retour en guerre, se
retrouvant de fait dans « l’engrenage qui touche les pays sortant d’une guerre. Ceux-ci
ont 50% de chances de replonger dans un conflit au cours des cinq années suivant les
hostilités » comme le dit si bien un rapport de l’OAG16,17 s’appuyant sur les thèses de
Paul Collier18. N’eût été la bonne gestion du contentieux électoral par le Gouvernement
de Pierre Nkurunziza et la maturité politique du peuple burundais dans son ensemble,
le pays allait replonger dans le chaos.
Certains politiciens de l’opposition comme un certain Alexis Sinduhije, Leader du MSD19
étaient impliqués dans les recrutements, l’armement et l’encadrement de ces bandes
armées et essayaient de « convaincre les gouvernements régionaux et internationaux
que les exactions et les actes de corruption commis par les autorités burundaises
justifiaient une rébellion armée » selon un rapport des Experts des Nations Unies sur la
Région des Grands-Lacs20, publié le 29 novembre 2011.
La veille de la publication de ce rapport, un hebdomadaire burundais, le Journal Iwacu
dans sa livraison du 28 novembre 2011, avait publié une interview exclusive de M.
Alexis Sinduhije. A la question du journaliste Antoine Kaburahe qui lui demandait s’il
pensait [aux élections] de 2015, M. Sinduhije a surpris : « 2015 ne peut pas être dans
le schéma des perspectives politiques au Burundi. […] Sauf s’il y a miracle, nous
sommes embarqués dans un processus révolutionnaire d’au moins trois ans et donc,
pas de place pour les élections ». Il promettait même que cette révolution allait se
mener « avec gravité et responsabilité » car selon Sinduhije, « préserver les vies des
civiles innocents » devrait être une nécessité21.
Moins d’une semaine plus tard, c’est France 24 qui diffusait un reportage de Pauline
Simonet sur une nouvelle rébellion au Burundi, le FRONABU22 - Tabara dont la base
arrière se trouvait au Sud Kivu de la RDC et qui viserait, curieusement, une
16 Observatoire de l’Action Gouvernementale
17 http://arib.info/oag-analyse-contextuelle-26112010.PDF
18 Collier Paul, Briser l’engrenage du conflit : guerre civile et politique de développement, Rapport de la Banque
Mondiale, New York : Oxford University Press, 2003.
19 Mouvement pour la Solidarité et le Développement
20 http://ddata.over-blog.com/3/15/38/72//CONSEIL-DE-SECURITE.pdf
21 http://iwacu-burundi.org/blogs/rolandrugero/files/2015/01/From-2011-28-11-170712.jpg
22 Front National pour la Révolution au Burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 9
« Révolution » au Burundi 23 . Toutes les sources concordantes précisent que ce
mouvement étouffé dans l’ oeuf appartenait à Alexis Sinduhije, à l’instar d’un autre qu’il
lancera plus tard, en 2015, le FOREBU – Tabra.
Parallèlement, un autre groupe rebelle s’organisait dans la brousse de Milamila en
Tanzanie. Il s’agit du FRD24 – Abanyagihugu dirigé par un certain Kabirigi Pierre-Claver,
qui lança sa première attaque au mois de novembre 201125. Jusqu’au mois d’avril
2012 il était complètement défait et ses leaders, tués ou arrêtés.
Au mois de mai 2012 l’armée congolaise annonçait avoir abattu un autre important
Chef rebelle du nom de Claver Nduwayezu, surnommé Carmel ou Mukono26. Ce dernier
avait mené des incursions sanglantes dans les zones riveraines de la Rusizi au Burundi
et en RDC. Il était accusé d’être à la tête du bain de sang de septembre 2011 à
Gatumba (près de Bujumbura), lorsque 39 personnes au moins ont été savagement
tuées.
En septembre de la même année, c’était le tour d’un certain Nzabampema, un
dissident du FNL27, de déclarer la guerre contre le Gouvernement du Burundi, appelant
toute la population à la résistance28. En 2013 il a multiplié des embuscades mais son
mouvement a subi de lourdes pertes en hommes et en matériel qu’il s’est finalement
retranché loin de la frontière, dans les profondeurs de l’Est de la RDC où, selon les
informations à notre disposition, reste encore actif dans des actes de vols à main
armée.
En 2013, sur appel du Président de la République qui demandait aux leaders de
l’opposition en exil de rentrer pour préparer les élections de 2015, Alexis Sinduhije
rentre en mars 2013 et annonce publiquement la couleur de son retour : organiser
des manifestations, à l’instar du printemps arabe. Ce qui avait échoué par le
truchement d’une rébellion armée allait donc être atteint par un soulèvement populaire,
une révolution, selon cet opposant29 qui multipliait des déplacements vers Kigali.
Une année, jour pour jour, le 8 mars 2014, M. Sinduhije organisa une insurrection
populaire durant laquelle des éléments de la police furent séquestrés pendant plusieurs
heures et désarmés, par des jeunes sous l’emprise de la drogue dont des enfants. Des
activistes de la Société civile et des cadres de la CNIDH ont du intervenir pour
récupérer ces armes et les remettre aux forces de l’ordre30 . M. Sinduhije prit de
nouveau le large et reste sous mandat d’arrêt international tandis que plusieurs
dizaines de membres du MSD furent arrêtés et jugés.
Néanmoins, M. Sinduhije ne désarma point. Le 24 décembre 2014, dans son édition
du matin, la Radio RPA31 fondée par lui-même annonça que des jeunes burundais des
23 http://www.france24.com/fr/20111202-burundi-ombre-guerre-groupes-armes-rebellion-tutsi-Hutu-presidentnkurunziza-
reporter
24 Forces pour la Restauration de la Démocratie
25 http://www.rfi.fr/afrique/20111126-une-nouvelle-rebellion-burundi
26 http://www.africa1.com/spip.php?article21464
27 Front National de Libération
28 https://wazaonline.com/fr/archive/declaration-de-guerre-contre-le-burundi-info-ou-intox
29 https://www.youtube.com/watch?v=nmdlJjVMLws
3030 https://www.youtube.com/watch?v=k-sd3qzkiqU&list=UU3uSN_ifXSf8dB_HYZrS0jQ&index=76
31 Radio Publique Africaine
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 10
partis d’opposition ont passé plusieurs jours à Kampala, en Ouganda, à la rencontre de
M. Sinduhije pour y apprendre des stratégies et techniques de soulèvement populaire.
Selon la même station radio, des consultants étrangers ont formé ces jeunes et ils ont
élu M. Patrick Nkurunziza, du parti Frodebu, afin qu’il soit leur coordinateur sur terrain,
au Burundi.
Une semaine plus tard, le 31 décembre 2014, le Burundi subit une attaque armée en
provenance de l’Est de la RDC32, dans la province de Cibitoke. D’après les documents
saisis et les témoignages de ceux qui ont été capturés vifs par l’armée burundaise, le
but principal de cette attaque était d’empêcher la tenue des élections en 2015. Parmi
ces combattants on note une présence remarquable d’enfants soldats et de membres
du MSD,.
En plus de tous ces actes de violences pour perturber ou arrêter le processus
électoral de 2015, ajoutons les différentes manoeuvres dilatoires de l’opposition
burundaise qui ont démontré à suffisance que certains acteurs ne voulaient pas la
tenue de ces élections, mais préféraient, à la place, un partage du pouvoir dans un
gouvernement de transition.
C’est le cas, par exemple, de la carte d’identité biométrique. C’est un projet qui a été
initié par le Gouvernement, en 2012, mais décrié par l’opposition qui disait que ce
n’était qu’un moyen mis en place pour frauder les élections de 2015. Cependant, en
décembre 2014, à quelques mois de la tenue des élections, la même opposition est
sortie de ses gongs pour réclamer une carte d’identité biométrique, ce qui, selon ses
arguments, empêcherait le parti au pouvoir de frauder les élections. Bien évidemment,
ce n’était plus possible compte tenu des délais constitutionnels.
Ainsi donc, le soulèvement populaire d’avril 2015, la tentative de coup d’état de mai
2015 ainsi que les attaques armées ne constituent que le point de démultiplication de
cette crise politico – sécuritaire qui était rampante que d’aucuns préfèrent, à tort,
placer au lendemain du Congrès du Cndd-Fdd du 25 avril 2015, qui a désigné Pierre
Nkurunziza comme son candidat à l’élection présidentielle de la même année. En effet,
dès le lendemain, des jeunes répondant à l'appel d'une partie de la Société Civile
burundaise et des politiciens de l’opposition radicale sont descendus dans la rue pour
« manifester contre le 3ème Mandat du Président Nkurunziza », disait-on, ce qui n’était
qu’un prétexte car le refus des élections avait commencé très longtemps avant.
On annonçait « des manifestations pacifiques » mais les Burundais, surtout les
habitants de Bujumbura virent plutôt une insurrection. Des jeunes gens investirent les
rues dès la matinée du 26 avril 2015, détruisirent des infrastructures publiques et
brûlèrent des voitures de la Fonction Publique et d’autres institutions républicaines,
bloquèrent les routes au moyen de barricades et pneus brûlés, s'en prirent à la police
au moyen de pierres, de Cocktail Molotov, grenades et fusils d'assaut. Des quartiers
furent réduits à se vider de leurs habitants incapables de se rendre au travail sans
risque de se faire agresser alors que les enfants furent empêchés de se rendre aux
cours, certains placés aux premières lignes lors de cette insurrection ; des maisons
32 République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 11
appartenant aux policiers furent brûlées, les insurgés établirent des barrages et
rançonnèrent les habitants, etc33.
Malgré cette insurrection à Bujumbura et le climat de peur qui ont gelé l’activité
économique dans le pays, une grande majorité de la population burundaise garda le
calme. Sur les 119 communes que comptait alors le Burundi, 116 restèrent en paix.
Par contre, la contestation devint principalement une occasion d'une remise en cause
violente de l’autorité publique, processus en crescendo qui allait aboutir au coup d’État
(manqué) du 13 mai 2015.
Ainsi, d’avril à juillet 2015, sur un total de 245 personnes blessées lors de cette
insurrection, 154 sont des policiers dont 2 amputés de jambes par grenade, alors qu'il
Hutu a eu 71 civils blessés par les manifestants dont 49 par grenade. Sur les 92
personnes mortes, 52 personnes ont été tuées par ces manifestants violents (14
policiers, 1 militaire, 37 civils dont 10 par grenade).
Ces violences se sont intensifiées jusqu’à la création de milices urbaines34 qui ont tenté
d’arrêter le processus électoral en perturbant la sécurité, principalement à Bujumbura.
De juin à la mi-décembre 2015, la capitale du Burundi a vécu sous des tirs plus ou
moins nourris durant la nuit, des attaques à la grenade contre la police35 ou des
meurtres ciblés de membres des corps de défense et de sécurité. Le plus
emblématique de ces meurtres est l'assassinat du Lieutenant-Général Adolphe
Nshimirimana le 2 août 201536, au nord de Bujumbura, suivi un mois plus tard d'une
attaque contre le Chef d’État-Major de l’Armée burundaise37 (Hutu) après l'assassinat
d'un des prédécesseurs 38 à la retraite, le Colonel Jean Bikomagu (Tutsi). Ces
assassinats qui ciblaient des personnes d’ethnies différentes avaient un but : semer le
virus de la division et créer un schisme au sein de l’Armée nationale, pour que ces
divisions soient récupérées par l'opposition radicale au travers des désertions. En
attendant, la même opposition armait des jeunes 39 dans les mêmes quartiers où
avaient sévi l’insurrection de mai et juin 2015.
Heureusement, l'engagement des forces de défense et de sécurité pour sauvegarder
l’unité et la cohésion nationales ont prévalu sur ces calculs mesquins et divisionnistes.
Ainsi, la Force de Défense Nationale et la Police Nationale du Burundi, composées de
toutes les couches de la population burundaise (50 % Hutu, 50 % Tutsi, des Twa
cooptés), ont permis à la vaste majorité des Burundais de garder la sérénité dans un
contexte marqué par les peurs et les rumeurs, et de refuser l'offre d'une nouvelle
guerre civile40.
33 https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I
34 http://www.reuters.com/article/us-burundi-unrest-idUSKBN0TC1OE20151123
35 http://www.iwacu-burundi.org/?s=attaque+contre+police
36 http://www.iwacu-burundi.org/un-assassinat-eclair/
37 http://www.iwacu-burundi.org/le-chef-detat-major-general-echappe-a-un-attentat/
38 http://www.iwacu-burundi.org/alerte-lancien-chef-detat-major-le-colonel-jean-bikomagu-tue/
39 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
40 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/12/09/civil-war-unlikely-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 12
IV. LA CRISE BURUNDAISE : DES SCHEMAS D'ANALYSE ENDOGENES
INCOMPLETS
Plusieurs analyses ont tenté de déceler les causes véritables de la crise burundaise, en
l'attribuant uniquement à des facteurs de frustrations politiques et sociales des élites
politiques et de la jeunesse burundaise. Ainsi, le Professeur André Guichaoua
(Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) écrit 41 : « Plus profondément, la rupture
générationnelle qui s’exprime alors illustre la désillusion des jeunesses urbaines et
rurales sans travail en ville ou condamnés à la survie sur des parcelles de terre
étriquées. Confrontées à l’impuissance du nouveau régime à desserrer les contraintes
économiques et offrir des perspectives d’avenir, elles refusent le retour à un ordre
autoritaire qui ne cesse de restreindre les libertés individuelles et collectives et de
renforcer l’encadrement des populations. La dimension politique de cette révolte se
prolonge au travers d’une double exigence éthique de respect de la dignité des citoyens
et de moralisation des élites au pouvoir. Des aspirations comprises voire partagées par
tous, au-delà des ethnies et des régions d’origine, mais que ces élites ne peuvent ou
refusent d’entendre. »
Quoique juste sur des attentes de la jeunesse que le Gouvernement n'a pas pu combler
souvent par manque de moyens, le Burundi étant confronté à beaucoup de défis, cette
analyse oublie de souligner que la priorité première du gouvernement sur ces dix
premières années était d'asseoir la stabilité institutionnelle au travers d'un processus
d’autorégulation démocratique dont s'est approprié la population. Et le pas franchi sur
ces dix dernières années est une première depuis l’indépendance du pays, en 196242.
Ce processus, qui demande du temps au risque de réveiller les démons d'un passé
traumatique, est en passe d’être achevé avec le travail de la Commission Vérité et
Réconciliation.
Le Burundi ne peut pas aspirer vivre la stabilité économique et la moralisation de la vie
politique sans que les institutions chargées de ces missions soient viables et
demeurent sous une menace constante de renversement de pouvoir comme l'a prouvé
la tentative de putsch de mai 201543 ainsi que d’autres, au lendemain des élections de
2005 et celles de 2010.
C'est justement le coup d’État du 13 mai 2015 qui a fait comprendre à de nombreux
burundais et amis du Burundi que la crise de 2015 n’était en rien « adossée à la
contestation du 3ème mandat », mais rentrait dans le cadre d'un plan plus vaste de
l'agression du Rwanda contre le Burundi et de l’ingérence dans les affaires intérieurs
de la part de certaines puissances occidentales, comme la Belgique.
41 https://theconversation.com/heurs-et-malheurs-du-modele-burundais-53279
42 Voir point 10 de ce Mémorandum: “Les signes d'une stabilité renforcée à long terme”
43 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/07/15/understanding-crisis-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 13
V. FORMES DE L'AGRESSION RWANDAISE
a. Agression armée
L'agression du Rwanda contre le Burundi s'est faite sous différentes formes, la plus
visible étant au niveau militaire. Les enquêtes dans les camps de réfugiées burundais
au Rwanda, notamment dans celui de Mahama, ont démontré que des jeunes
burundais, et même des enfants, sont souvent enrôlés de force dans des unités de
rébellion aux fins d'une infiltration au Burundi. Le rapport de l'organisation Refugees
International a documenté en détail ces opérations de recrutement44, vérifiées ensuite
par la presse (Al Jazeera45, Newsweek46, IBtimes47,48 RFI49), même si d'autres sources en
avaient déjà parlé (Washington Post50, African Defense51, France2452).
Par ailleurs, l'administration burundaise a déjà signalé à plusieurs reprises les entraves
des autorités rwandaises pour le retour des réfugiés burundais désireux de regagner
leur patrie, avec des intimidations et de longues procédures administratives qui
découragent plus d'un. En outre, il conviendra de souligner que la ministre des Affaires
Étrangères du Rwanda a affirmé ce 30 janvier 2016 devant le Conseil Paix et Sécurité
de l'Union Africaine que le Rwanda n'entendait pas extrader les personnes recherchées
par la justice burundaise pour participation dans la tentative de coup d’État du 13 mai
2015. Pourtant, dans le cadre de bon voisinage et du respect des traités régionaux en
matière de coopération judiciaire et sécuritaire, le Gouvernement du Burundi a toujours
réagi favorablement à toutes les demandes d'extradition des personnes jugées comme
menace aux intérêts vitaux du Rwanda.
Par ailleurs, ces opérations de recrutement, d’enrôlement et de formation militaire de
jeunes burundais, dont des enfants, ont d'ailleurs été dénoncées par l’Envoyé Spécial du
Président des États-Unis d’Amérique dans la région des Grands Lacs africains, M.
Thomas Perriello : « Le Rwanda est parfaitement au courant de la volonté du
gouvernement américain d’imposer des mesures dans les situations similaires à celles
du M23. Nous avons exprimé un certain nombre d’inquiétudes publiquement et en
privé à propos de la crise au Burundi. J’ai moi-même rencontré certains des anciens
enfants-soldats burundais arrêtés ici en RDC. Et nous allons continuer de garder l’oeil
sur cette situation ... »53
44 http://bit.ly/1O4n3Wm
45 http://america.aljazeera.com/articles/2015/12/14/burundian-refugees-face-forced-recruitment-in-rwandancamp.
html
46 http://europe.newsweek.com/burundi-refugees-recruited-rwanda-406039?rm=eu
47 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-children-refugee-camps-rwanda-recruited-soldiers-1533221
48 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
49 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
50 https://www.washingtonpost.com/opinions/burundis-dangerous-neighbor/2015/11/18/298b1e88-8bbe-11e5-
934c-a369c80822c2_story.html
51 http://www.african-defense.com/defense-news/rwanda-accused-of-recruiting-burundi-refugees-for-new-rebelforce/
52 http://www.france24.com/fr/20151104-video-rwanda-burundi-rebelles-anti-nkurunziza-refugies-ingerence
53 http://www.rfi.fr/afrique/20160126-rwanda-burundi-rdc-pense-envoye-special-americain-tom-perriello
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 14
Les forces de défense et de sécurité du Burundi (FDN54 et PNB55 ) ont fait face à
plusieurs agressions venues du Rwanda, dont les plus visibles sont :
Un groupe d’hommes armés venu du Rwanda a tenté d’attaquer la zone Rugazi,
commune Kabarore dans la province de Kayanza, en dates du 10 et 11 juillet 2015. Le
bilan de cette tentative d'attaque, qui visait à faire dérailler le processus électoral alors
en cours, a coûté cher au groupe d'assaillants56 : 31 parmi eux ont été tués, 170
hommes se sont rendus, d'autres capturés (voir image), 78 armes saisies avec 4
groupes électrogènes, 1 mortier 60 et 2 radios Motorola. Ceux qui ont été capturés
affirment avoir été entraînés au Rwanda, avant de recevoir des armes des services de
sécurité rwandais57.
Le 12 juillet 2015, à Muyinga dans la
commune de Giteranyi, zone Ruzo,
les forces de l'ordre ont saisi 60
fusils d'assaut de type Kalachnikov
enterrés le long de la rivière Kagera
qui coule en venant du Rwanda. Un
mois plus tard, le 7 août 2015, sur la
colline Masaka de la zone Gisenyi,
dans la province Kirundo, une
trentaine de fusils d'assaut de type
Kalachnikov, 810 cartouches, 58
chargeurs et 52 bretelles ont été
saisis sur un groupe d'hommes qui
venaient attaquer le chef-lieu de
Kirundo. Parmi eux, un ancien policier
burundais a admis devant la justice que leur unité avait été recrutée et formée dans le
camp de réfugiés de Mahama, au Rwanda. Enrôlé sous les encouragements du Dr
Jean Minani, un opposant réfugié à Kigali, chacun des assaillants devait recevoir
200.000 Fbu au terme de l'attaque à Kirundo.
Toutes ces armes saisies avait une caractéristique
commune : elle n’étaient pas marquées, ce qui
n'est pas le cas de l'arsenal militaire au Burundi. De
nombreuses tenues de l’armée rwandaise ont été
saisies lors des opérations de désarmement de la
population, sur ces derniers mois, comme ici, à
Mutakura (effets militaires saisis le 23 octobre
2015, voir image).
54 Force de Défense Nationale
55 Police Nationale du Burundi
56 http://www.mdnac.bi/fr/article/l%E2%80%99attaque-d%E2%80%99un-groupe-arm%C3%A9-dans-lacommune-
kabarore
57 http://www.isanganiro.org/spip.php?article9448
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 15
Une nouvelle attaque est survenue le 21 novembre 2015 sur le
cabaret Top Hill, au chef-lieu de la province Kirundo, et visait à
assassiner notamment le gouverneur et des responsables
politiques proches du parti au pouvoir au Burundi. Les trois
assaillants en action ont été désarmés par les forces de sécurité,
avant d'avouer en audience publique qu'ils agissaient toujours
sous l'instigation du Dr Jean Minani, qui est par ailleurs un ancien
député élu à Kirundo, qui dirige actuellement la coalition
CNARED58, qui regroupe en son sein les putschistes de mai 2015,
les responsables de l’insurrection armée de 2015, les frondeurs
du Cndd-Fdd, ainsi que deux anciens présidents membres de
l’opposition radicale.
Après les échecs successifs des
différentes attaques menées avec
des groupes venus directement du
Rwanda, les services de
renseignement rwandais ont décidé
de changer d’itinéraire pour les
recrues burundaises. En effet, les
services de renseignement congolais
ont alerté le Burundi dès octobre
2015 que des insurgés burundais
allaient être infiltrés au Burundi à
travers la frontière congolaise, avec
de faux documents administratifs. Il
n'a pas fallu longtemps pour que les
enquêtes menées par la presse
viennent étayer ces informations 59 .
Ce réseau d’infiltration au Congo mis
sur pied par les services de renseignement militaire rwandais (DMI), est impliqué dans
le convoyage de ces infiltrés burundais vers la frontière jusqu’à la rivière de la Rusizi,
après leur avoir fourni de fausses cartes d’électeurs congolais.
Ainsi, le 12 janvier 2016, l’armée congolaise présentait à une délégation parlementaire
congolaise une quarantaine d'infiltrés interceptés avec des cartes d’électeur
congolaises afin de faciliter leur entrée au Burundi 60 (voir images). Les services de
renseignement burundais en arrêteront pour leur part cinq alors déjà présents sur le
territoire burundais.
58 Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi et de l’Etat
de droit
59 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
60 http://uviraonline.com/fizi-le-general-fariala-presente-les-infiltres-en-possession-des-cartes-delecteur-a-ladelegation-
de-kin/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 16
Suite à ces arrestations, les services de sécurité burundais ont décidé de ne plus
accueillir de ressortissant étranger qui présente la carte d’électeur congolaise comme
identifiant administratif.
Plusieurs jeunes qui ont subi ces formations au Rwanda ont finalement brisé le silence.
Certains ont été arrêtés et d’autres ont déposé les armes par leur propre volonté, se
sont rendus à la police et ont accepté de parler à la presse locale et internationale. Des
témoignages poignants avec des éléments probants sur la chaîne de recrutement,
celle de commandement et les actes qu’ils devaient poser afin d’attirer de l’ostracisme
sur le pouvoir de Bujumbura. Le phénomène de cadavres mutilés dans les rues de
Bujumbura en 2015, l’assassinat ignoble des trois soeurs catholiques âgées en
septembre 2014, l’incendie qui a détruit un supermarché chinois en septembre 2015,
etc.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 17
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 18
b. Campagne de médisance
L'autre forme de l'agression rwandaise contre le Burundi est sur le plan médiatique.
Par l'entremise de relais médiatiques sur les réseaux sociaux, la machine de
propagande du gouvernement rwandais mène depuis plusieurs années une campagne
soutenue visant à manipuler l'information sur le Burundi en faveur de l'opposition
radicale.
Cette campagne de propagande est principalement axée sur deux lignes de
communication, toutes tournant autour de l’idée d'une imminence d'un génocide au
Burundi et d’un système décousu, incapable de bien gouverner le pays:
∗ montrer que la crise qu’a connu le Burundi dans le courant des élections de
2015 est exclusivement le résultat d'une mauvaise gouvernance interne, et
mettre en parallèle du coup les acquis économiques et sociaux du Rwanda.
Ce processus de légitimation de la politique rwandaise post-1994 vise à conforter l’idée
que le modèle de gestion politique burundais, qualifié de « tribaliste »61, ne profite pas à
la population mais aux seules élites politiques, elles-mêmes corrompues. C'est dans ce
sens d'ailleurs que s'inscrivaient les propos des dirigeants rwandais62 à la veille du coup
d’État du 13 mai 2015, clamant que « la population burundaise ne voulait plus du
Président Nkurunziza »
∗ montrer à l'opinion internationale que le Burundi est au bord d'un génocide anti-
Tutsi, comme ce fut le cas au Rwanda en 1994.
Ainsi, le président Paul Kagame n'a pas caché son parti-pris en foulant aux pieds les
règles élémentaires de diplomatie, de réserve et de bon voisinage avec ces propos
tenus en place publique le 6 novembre 2015 : « Le Burundi, s'est vu couper les aides
internationales à cause de sa mauvaise situation, une situation qui rappelle un peu celle
qui a prévalu ici. Comment des dirigeants peuvent-ils s'autoriser à massacrer leur
population du matin au soir ? »
61 http://www.theafricareport.com/Interview/what-i-dont-accept-is-interference-president-paul-kagamerwanda.
html
62 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_crise-au-burundi-le-president-rwandais-critique-l-attitude-denkurunziza?
id=8976235
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 19
Cette campagne de médisance et de calomnie a été menée avec l'aide de quatre
principaux points focaux :
∗ Au Burundi, les messages alarmistes d'un génocide imminent ont été l'objet de
relais des journalistes Teddy Mazina 63 , 64 et Innocent Muhozi 65 , tous de la
Télévision Renaissance.
∗ Au Rwanda voisin, c'est principalement le journaliste Albert Rudatsimburwa66 ,
directeur de la Radio Contact FM, très proche du FPR, qui se chargera d'assurer
le relais des messages alarmistes et mensongers67, des rumeurs68, avec parfois
des informations qui indiquent ses liens avec l'opposition radicale. Ainsi, il est le
premier à annoncer la tentative de putsch du 13 mai 2015, sur Twitter.
∗ En France, ce réseau de communication s'appuie principalement sur l’écrivain
David Gakunzi, président de l'organisation Paris Global Forum69 et parrain de la
Télévision Renaissance d'Innocent Muhozi70. Depuis les débuts de la crise, ses
différentes interventions, que ce soit dans LeNouvelObs 71 , sur les réseaux
sociaux72, dans le Huffingtonpost73 à travers la voix de son ami Bernard-Henri
Lévy74, ou ailleurs75, l'antienne est la même : un génocide anti-Tutsi s'installe au
Burundi, semblable à celui de 1994 au Rwanda.
∗ En Belgique, le relais de communication est assuré par Me Bernard Maingain,
qui compte parmi ses clients le parti MSD et la Radio Publique Africaine (RPA),
tous créés par Alexis Sinduhije. Maître Maingain affirmait, sur la RTBF belge,
être « informé que les Imbonerakure ont été formés par des FDLR76, c’est-à-dire
des anciens de l’idéologie génocidaire Hutu. Le Burundi va vers un "nouveau
Rwanda" [de 1994]. Il y a un risque réel de massacre. » 77 Il y a quelques
semaines, il a induit en erreur la Rédaction de France 378, en y faisant diffuser
une vidéo de prétendues exactions dans la province Karusi par la jeunesse du
63 https://twitter.com/teddymazina/status/661863780561866752
64 https://twitter.com/teddymazina/status/686859017994530816
65 http://info.arte.tv/fr/burundi-la-peur-dun-nouveau-genocide-en-afrique
66 https://twitter.com/albcontact/status/662191948674015233
67 https://twitter.com/albcontact/status/600995491397111808/photo/1
68 https://twitter.com/albcontact/status/598801891821285376
69 http://www.parisglobalforum.org/
70 http://www1.rfi.fr/actufr/articles/105/article_71896.asp
71 http://rue89.nouvelobs.com/blog/rues-dafriques/2015/05/16/rwanda-1994-burundi-2015-234572
72 https://twitter.com/DavidGakunzi/status/694853036745834496
73 http://www.huffingtonpost.com/bernardhenri-levy/so-burundi-does-not-becom_b_7450414.html
74 http://laregledujeu.org/auteurs/
75 http://www.opinion-internationale.com/2015/06/17/un-genocide-se-prepare-entretien-avec-davidgakunzi_
35509.html
76 Front De Libération du Rwanda, Milice rwandaises créées par le parti MRND, parti du président Juvénal
Habyarimana, au Rwanda
77 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_burundi-il-y-a-un-risque-reel-de-massacre-comme-au-rwanda?id=8981166
78 http://www.jeanmarcmorandini.com/article-348208-france-3-diffuse-par-erreur-des-images-presentees-commeayant-
ete-tournees-au-burundi.html
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 20
Cndd-Fdd. En réalité79, ces images remontaient à un mois auparavant, et avaient
été prise dans une contrée dans laquelle on parlait le haoussa et non le kirundi.
France 3 s'est excusé pour cette erreur80, le procédé de manipulation de Me
Maingain ayant grandement choqué le peuple burundais dans son ensemble, le
Gouvernement de la République du Burundi a porté plainte contre France 3.
Ayant mis en évidence ces connivences, il importe de retracer certaines affinités :
David Gakunzi est un frère de M. Muhozi, tous deux oncles à Teddy Mazina et cousins
d'Albert Rudatsimburwa. A cette famille burundo-rwandaise s'ajoute donc Me Bernard
Maingain, dont il est utile de souligner qu'il défend notamment les intérêts du FPR81
dans l'affaire de l'avion présidentiel rwandais abattu en 1994. Tous ces acteurs
reviennent sur la même thématique qu'on retrouve dans les discours des dirigeants
rwandais, à savoir l'imminence d'un génocide au Burundi.
Il importe, ici, d’indexer quelques personnes qui ont joué un rôle clé dans cette chaîne
de manipulation de l’information :
∗ La Représentante américaine aux Nations Unies, Samantha Power, très zélée
dans le dossier « Burundi » est une amie, de longue date, à Alexis Sinduhije. Des
informations non vérifiées font état d’une fille qui serait née de ce couple
d’anciens journalistes qui sont par ailleurs associés dans la mise en route de la
Radio Publique Africaine82, une station radio qui a joué un très grand rôle dans la
propagation de rumeurs qui ont fait fuir la population burundaise vers fin 2014,
vers le Rwanda.
∗ L’ancien Secrétaire général de l’East African Community (EAC) M. Richard
Sezibera, rwandais, a beaucoup manoeuvré pour influencer des décisions de la
Communauté dont fait partie le Burundi. Ayant échoué, il s’est tourné vers le
Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union Africaine, par l’entremise de l’algérien
Ismaïl Chergui, pour faire passer des décisions hâtives et irréfléchies afin de
nuire à la souveraineté du Burundi et saboter le processus démocratique. La
dernière en date étant celle de la tentative d’envoie d’une force de 5.000 soldats,
la fameuse MAPROBU, avec comme prétexte la prévention d’un génocide qui
serait en préparation par les autorités burundaises.
Il convient aussi de souligner que cette stratégie de déstabilisation par l'entremise
de la communication s'appuie aussi sur un relais médiatique savamment mis en
place par Kigali depuis plusieurs années.
Enfin, des procédés de manipulation des masses ont été aussi entrepris depuis
pratiquement fin 2013 au travers des campagnes supervisées par les services de
79 http://observers.france24.com/fr/20160114-erreur-france-3-images-massacre-burundi
80 http://www.ozap.com/actu/massacre-au-burundi-le-soir-3-s-excuse-pour-la-diffusion-d-une-video-amateur-a-lorigine-
douteuse/487981
81 http://www.humanite.fr/monde/me-bernard-maingain-%C2%AB-un-dossier-longtemps-pollue-par-lesmanipulations%
C2%A0%C2%BB-487598
82 https://en.wikipedia.org/wiki/Alexis_Sinduhije
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 21
renseignement rwandais, principalement avec les réseaux sociaux. Opérant dans un
champ social où l’oralité occupe une place de base dans la gestion de l'information,
des unités de fabrication des rumeurs ont fleuri depuis décembre 2013, jusque
vers octobre 2015, inondant les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, etc) d 'alertes
au génocide et au massacre ethnique contre les Tutsi. Ces stratagèmes ont
d'autant marché que la téléphonie mobile connaît une croissance fulgurante au
Burundi, notamment dans la ruralité avec l’arrivée du 3G et des smartphones. De
milliers de familles burundaises ont finalement fui cette situation de constante
tension psychologique vers les pays limitrophes. Jusqu’à ce que l'opinion se rende
compte de la fausseté de ces alertes, et que leur importance s'effondre.
Toujours dans le registre de la manipulation des masses, on notera la diffusion
d'une prophétie religieuse par un rescapé Tutsi du génocide de 1994, juste avant
l’entrée du Burundi dans la période électorale en avril 2015. Le prophète en
question, Gakwaya Damascene83, un agent des services de renseignement rwandais,
annonçait un génocide au Burundi (plus d'un million de morts dans le pays en 2015),
avant que le pays ne soit pris par une rébellion menée par Léonard Nyangoma
(Président – fondateur de la coalition CNARED84 ), et comprenant notamment
Agathon Rwasa, Alexis Sinduhije, et l'appui de l'armée américaine. Diffusée dans un
pays où la majeure partie de la population est croyante et chrétienne, avec la
poussée du mouvement charismatique et des églises « born again », cette
prophétie a grandement participé à nourrir la psychose d'une imminente guerre
dans les populations urbaines, surtout à Bujumbura. Malheureusement, la réalité a
progressivement démontré la fausseté des prophéties, qui s'appuyaient par ailleurs
sur un schéma politique correspondant aux prévisions des services de
renseignement rwandais. A savoir, la scission de l’armée du Burundi avec la
candidature du Président Pierre Nkurunziza, suivie par le déclenchement de
massacres inter-ethniques, et l'imposition d'un gouvernement de transition avec à la
tête une formation politique dirigée par un opposant Hutu ayant une légitimité
historique mais sans réel poids politique, donc facile à gérer. C'est d'ailleurs sur
base de ce schéma que les opposants burundais réfugiés au Rwanda et en Belgique,
malgré des idéologies totalement différentes, ont été poussés à former le CNARED
avec à la tête Léonard Nyangoma.
83 https://www.youtube.com/watch?v=w1rm39buSNg
84 Conseil national pour le respect de l'Accord d'Arusha pour la Paix et la réconciliation au Burundi,
http://www.iwacu-burundi.org/le-cnared-aujourdhui-et-demain/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 22
VI. LES ORIGINES ET LES RAISONS DE L'AGRESSION RWANDAISE
La partie émergée de l’iceberg est certainement le dossier des fameux corps du lac
Rweru. Mi-juillet 2014, des riverains du lac Rweru, burundais et rwandais, ont annoncé
avoir dénombré une quarantaine de corps humains sans vie, flottant, ligotés ou dans
des sacs en jute qui venaient échouer dans le lac Rweru, charriés par la rivière
Akagera qui trouve origine au Rwanda.
Quatre de ces corps ont été repêchés et enterrés sur le sol burundais, sans avoir été
identifiés. Dans un point de presse, le Procureur général de la République du Burundi a
fait connaître les résultats d’une enquête préliminaire à ce propos. Pour lui donc, c’était
sûr et certain que ces cadavres venaient du Rwanda : « Cela est corroboré par la
géographie de l’endroit où ont été découverts ces cadavres, les rapports des différents
services de sécurité, ceux des autorités administratives burundaises, les témoignages
des Burundais et Rwandais agriculteurs et pêcheurs riverains de la rivière Akagera et
du lac Rweru » a-t-il dit85.
La police du Burundi n’ayant pas les moyens scientifiques d’identification de ces
cadavres, le Gouvernement du Burundi a saisi l’Union africaine qui a répondu
favorablement à la requête du Burundi quatre mois plus tard86 au moment où le
Rwanda continuait de refuser toute investigation, arguant que « c’est un problème
interne au Burundi ». Au contraire, une mystérieuse tentative de « vol de ces
cadavres » fut organisée par d’inconnus venus du Rwanda à bord de plusieurs bateaux
à moteur, dans la nuit du 21 au 22 septembre 201487.
Cet antécédent ne pouvait donc que fâcher le régime de Kigali qui, selon toute
évidence, avait un intérêt à ce que la lumière ne soit pas faite. Tout porte à croire aussi
qu’il a trouvé, à sa façon, un moyen de se venger contre le Burundi à travers une
campagne de médisance et une volonté sans cesse accrue de pourfendre l’ordre
constitutionnel établi au Burundi, basé sur un partage de pouvoir entre les principales
ethnies burundaises, gage de la cohésion sociale.
Au regard des efforts, considérables, consentis par les services de renseignements
rwandais pour diviser les services de sécurité burundais, au vu des procédés de
déstabilisation des masses mis en branle depuis lors, nul ne peut plus douter de
l’efficacité du « remède Arusha » aux violences sociales qui ont endeuillé le Burundi
depuis l’indépendance.
En effet, malgré la pression psychologique subie par la société burundaise encore
traumatisée par un passé proche violent, la population est restée très largement unie.
La crise politique enclenchée par certains opposants en mal de stratégie électorale, et
avec le soutien des services de renseignement rwandais est restée dans des termes
politiques et n'a pas pris de dimension ethnique comme l’espéraient les autorités
rwandaises. Ces dernières comptaient sur l’éruption de violences ethniques au Burundi
85 http://www.rfi.fr/afrique/20141014-procureur-burundi-cadavres-lac-rweru-proviennent-rwanda
86 http://www.rfi.fr/afrique/20150310-burundi-rwanda-cadavres-lac-rweru-ua-pierre-nkurunziza-nkosazanadlamini-
zuma
87 http://www.rfi.fr/afrique/20140923-lac-rweru-groupe-non-identifie-tente-voler-cadavres
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 23
pour invoquer le concept de « responsabilité de protéger » (R2P88) et intervenir au
travers de l'East African Standby Force (EASF) au motif de protéger la minorité Tutsi.
Heureusement, le génocide et les violences ethniques prévus au Burundi n'ont jamais
eu lieu. En témoignent d’ailleurs, les propos des élus du peuple qui débattaient de la
question en décembre dernier 89 , lors d'une session parlementaire retransmise en
direct sur toutes les radios opérant au Burundi. Sans peur, après avoir décliné l'identité
(ethnie, région), les députés et sénateurs burundais, Hutu, Tutsi et twa ont
catégoriquement rappelé que la population burundaise dénonçait les manipulations
politiciennes sur un hypothétique génocide au Burundi.
Ces violences ethniques ne reverront jamais le jour, d'ailleurs, grâce aux Accords
d'Arusha, complétés par l'Accord Global de Cessez-le-feu de 200390 qui a accouché de
la nouvelle structure des forces de défense et de sécurité du Burundi. En effet, le
partage du pouvoir politique sur base de quotas ethniques 91 fait que toutes les
composantes de la société burundaise se retrouvent dans les instances de prise de
décision et de gestion de la sécurité. Or, comme le stipule l'Accord d'Arusha, les
différents conflits burundais se sont nourris des méfiances réciproques entre les deux
principales communautés ethniques, les Hutu et les Tutsi, « sur fond de lutte de la
classe politique pour accéder au pouvoir et/ou s’y maintenir »92. En créant des forces
de défense et de sécurité représentant toute la diversité de la composition
démographique du Burundi, que ce soit au niveau ethnique et régional, avec des
mécanismes de contrôle et de vérification en cas de besoin, l'Accord Global de Cessezle-
feu a permis de rétablir la paix93 et la confiance dans la très grande majorité des
coeurs des Burundais.
La crise politique de 2015 alimentée par les manoeuvres rwandaises a démontré que
le modèle de gestion politique par consensus hérité d'Arusha a uni le peuple burundais,
malgré des mémoires blessées94 et éclatées. Or, c'est justement cette étape qui effraie
les dirigeants rwandais : la politique de gestion politique initiée par le FPR est basée sur
une fausse négation des identités (car au fond tout le monde connaît l'ethnie de l'autre),
et la mise en avant d'un socle matériel (progrès économique) qui gommerait
progressivement les attaches identitaires. Parallèlement, ce processus s'accompagne
d'un rappel sans cesse renouvelé du « péché Hutu » avec le génocide Tutsi de 1994,
dans lequel finalement la responsabilité dans ce crime se transmet par filiation95 :
même si l'enfant Hutu né après 1994 n'a aucune responsabilité dans le génocide, il a le
devoir de porter le poids de ce crime contre l’humanité puisqu'il a été commis en son
nom (Politique « Ndi Umunyarwanda »).
Le processus de gestion de la société post-génocide au Rwanda s'accompagne d'un
verrouillage des lectures possibles de l'histoire. Les mémoires sont réduites au silence,
88 Le Rwanda co-préside d'ailleurs le “Groupe d'Amis du R2P” au sein des Nations Unies
89 https://www.youtube.com/watch?v=p7iez2x4h7k
90 http://www.mdnac.bi/sites/default/files/Accord_global_de_cessez-le-feu_16.11.11.pdf
91 60 % pour les Hutu pour des postes politiques et 40 % pour les Tutsi, ainsi que 50 %-50 % dans l’armée et dans
la police, en plus des Twa qui sont systématiquement coptés
92 http://bnub.unmissions.org/Portals/bnub-french/accorddarusha.pdf
93 http://www.hdcentre.org/uploads/tx_news/42BurundiReportFrench.pdf
94 http://www.impunitywatch.org/docs/Burundi_Mem_Research_Report_FR.pdf
95 https://www.youtube.com/watch?v=QP9cppLRZrs
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 24
mises au pas. Au Burundi, l'approche a été toute autre. L'accent a été mis sur un
véritable partage des mémoires, des peurs, des expériences de toutes les
composantes de la société burundaise. La mise en place de la Commission Vérité et
Réconciliation, l'instauration des mécanismes de partage du pouvoir, la prééminence
d'un modèle de gestion politique du pays par le dialogue sont des facteurs qui font
qu'aucune vérité n'est exempte de critique. La société burundaise, et ses dirigeants
sont alors en perpétuelle remise en question, ce qui alimente positivement la
démocratie burundaise.
Le Burundi a fait le choix d'un modèle de gestion des violences sociales, une gestion
basée sur l’institutionnalisation des identités (ethniques, régionales, genre) et un débat
ouvert sur l'Histoire. Ce modèle-là est perçu comme un danger idéologique pour le
pouvoir rwandais, qui tire principalement sa légitimité politique de la distorsion des
mémoires collectives et individuelles, sous prétexte du génocide rwandais. Le Burundi a
fait le choix d'une société ouverte sur son passé et son futur, le Rwanda l'inverse : et le
passé, et le futur sont lus sous un angle dicté par ceux qui ont pris le pouvoir au
lendemain du génocide de 1994. Au Burundi, le débat sur l'histoire est institutionnalisé
et démocratique, au Rwanda il est tout fait, répété. Sauf que nos deux pays ont vécu
des soubresauts sanglants de l'Histoire en vases communicants. Les massacres
ethniques au Rwanda en 1959 ont nourri les tensions ethniques au Burundi jusqu’au
génocide de 1972, ce qui a poussé plusieurs centaines de milliers de Hutu burundais à
prendre le large, une grande partie se déversant sur le Rwanda qui était entre les
mains d’une classe politique Hutu. Ces tensions ethniques au Rwanda ont également
nourri la formation d’une rébellion Tutsi dont l'une des principales bases-barrières était
le Burundi. Par conséquent, les Hutu burundais en exil au Rwanda formèrent des
mouvements de rebellions, avec l’appui du gouvernement rwandais. Les leaders
politiques burundais Hutu qui ont émergé au lendemain des élections de 1993 (dont
les Présidents Melchior Ndadaye, Domitien Ndayizeye, Sylvestre Ntibantunganya, …)
avaient évolué pour la plupart au Rwanda, etc.
Laisser éclater un processus de Vérité et de Réconciliation au Burundi, aux portes du
Rwanda, avec ces témoignages croisés, complexes, qui n’hésiteront pas de s'emparer
des vécus burundais mais aussi rwandais tant les liens entre les familles, les
communautés sont mêlées entre les deux pays, laisser donc éclore cet élan, loin de la
lecture unilinéaire imposée sur le Rwanda par le FPR constitue un grave danger pour le
pouvoir rwandais. Le débat sur l'Histoire du Burundi sera aussi, par ricochet, celui sur
l'Histoire du Rwanda (qui n'a jamais eu lieu). Des mensonges risquent d’être défaits, de
part et d'autre de la frontière burundo-rwandaise : voilà la peur du FPR de Paul Kagame.
La remise en question de la version officielle de l'histoire rwandaise ne peut se faire
sans toucher à la légitimité historique qui fonde le pouvoir de l'actuel leadership
rwandais. Contrairement au Burundi, où la contradiction et la remise en question sont
des acquis démocratiques reconnus et établis depuis une dizaine d’années.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 25
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
L'agression du Burundi par le Rwanda est un cas parmi d'autres d'un
leadership politique qui tient peu à coeur le respect de la souveraineté
des pays voisins, pour peu que ses intérêts soient en jeu. Le cas le plus
emblématique est la République Démocratique du Congo96, qui a subi les
agressions du Rwanda depuis une vingtaine d’années.
Suite aux accusations plusieurs fois répétées par les autorités
rwandaises d'une présence d'Interahamwe97 et FDLR98 au Burundi, le
gouvernement burundais a accepté que la CIRGL99 envoie une mission
d’enquête militaire pour vérifier l'exactitude de ces allégations. Les
résultats des enquêtes ont été négatifs.
Par contre, dès août 2015, la demande du gouvernement burundais,
pour une enquête menée dans le cadre régional sur l'implication
rwandaise dans la formation militaire et l'armement des réfugiées et
citoyens ordinaires burundais, s'est heurtée au refus catégorique des
autorités rwandaises. Pourtant, les évidences continuent à être
fournies. En témoigne le dernier rapport100 des experts de l'ONU sur le
soutien de l’armée et des services de renseignement rwandais à
l'opposition radicale burundaise afin de renverser les instituions
burundaises. En attendant une réaction ferme de la Communauté
Internationale aux demandes du Burundi, le gouvernement soutient que
la solution à la crise actuelle ne peut venir que d'un dialogue
interburundais franc et inclusif, lequel aboutira à un pacte sur la
démocratie, un instrument qui viendra s’ajouter à la Charte de l’Unité
nationale adoptée par référendum le 5 février 1991, à l’Accord
d’Arusha de 2000 et à l’Accord Global de Cessez-le-feu de 2003.
Les burundais ont besoin de cet instrument pour renforcer leur
démocratie et mettre un terme à la spirale de violences qui
accompagnent chaque processus électoral depuis 1961, lorsque le
pays était encore en quête de son indépendance.
96 http://www.droitcongolais.info/files/Rapport-final_Groupe-d-experts-du-Conseil-de-securite-de-l-ONU--Nov.-
2012-.pdf
97 Milice rwandaise créée par le MRND, parti du président Juvénal Habyarimana, au Rwanda
98 Forces démocratiques de libération du Rwanda
99 Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs
100 https://assets.documentcloud.org/documents/2704241/UN-Burundi.pdf
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 26
VIII. CONCLUSION
La paix et la sécurité sont rétablies sur tout le territoire national malgré quelques défis

FDLR: BURUNDI ET RWANDA;ACTE D'AGGRESSION 15/05/2016 12:38

D’AGRESSION
DU RWANDA CONTRE LE BURUNDI
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 2
Table des Matières
I. Introduction
II. Burundi : cyclone des guerres fratricides et l’ombre du Rwanda
III. Le « troisième mandat » comme prétexte
IV. La crise burundaise : des schémas d'analyse endogènes incomplets
V. Les formes de l'agression rwandaise
a. Agression armée
b. Campagne de médisance
VI. Les origines et les raisons de l'agression rwandaise
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
VIII. Conclusion
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 3
I. INTRODUCTION
Dans ce Mémorandum, le Bureau chargé de la Communication à la Présidence de la
République du Burundi démontre le rôle prépondérant du Rwanda dans la préparation,
l'accompagnement et l'accomplissement des opérations de déstabilisation des
institutions burundaises en vue d’opérer un changement de régime favorable, avant
tout, aux intérêts idéologiques du FPR 1 et à d’autres intérêts géopolitiques et
géostratégiques de certaines puissances occidentales, certes inavoués mais visibles.
Comme partout ailleurs en Afrique, ce processus de déstabilisation du Burundi s'appuie
sur un contexte socio-politique marqué par :
∗ les frustrations de la jeunesse urbaine, fortement touchée par le manque
d'emploi et malléable aux manipulations politiciennes ;
∗ le mécontentement d'une partie de l'ancienne élite sociale qui digère peu la
consolidation d'un modèle de gestion de la société burundaise basée sur la
démocratie ;
∗ la mise à nue des responsabilités individuelles lors des différentes tragédies qui
ont endeuillé le Burundi à travers la CVR 2 et la CNTB 3 , instruments qui
interfèrent directement sur des intérêts vitaux de certains individus qui ont géré
la chose publique depuis les années des indépendances, en passant par
l’épuration ethnique, en 1965, 1969, le Génocide des Hutu de 1972 et la
spoliation des citoyens forcés à l’exil.
Ce Mémorandum entend démontrer comment le principe de neutralité auquel adhère
fortement le Burundi a été utilisé par le leadership militaire du Rwanda voisin pour
planifier la mise à mort du « modèle consensuel » burundais issu des Accords d’Arusha
signés en 2000 et de l’Accord de Cessez-le-feu global de 2003 qui ont défini une feuille
de route dans le partage du pouvoir entre les composantes ethniques au Burundi (Hutu,
Tutsi et Twa) dans l’administration politique et les forces de défense et de sécurité.
1 Front Patriotique Rwandais – parti au pouvoir au Rwanda, leadership tutsi
2 Commission Vérité et Réconciliation
3 Commission Nationale Terres et autres Biens
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 4
II. LE BURUNDI, CYCLONE DES GUERRES FRATRICIDES ET L’OMBRE DU
RWANDA
Sans vouloir faire oeuvre d’historien, nous pensons pourtant que pour mieux
comprendre les événements actuels, un bref aperçu sur certains événements qui ont
jonché l’histoire des deux pays voisins, le Burundi et le Rwanda, (qui partagent une
même configuration socio-culturelle et une langue presque commune) ne serait pas de
trop, car, l’actuelle agression rwandaise trouve ses racines dans les soubresauts du
passé, à partir de 1959, « l’année-charnière » où l’avenir de ces pays s’est joué4.
En effet, en novembre 1959 il se produisit ce que Jean-Paul
Harroy décrit comme « la secousse déterminante » de la
révolution paysanne Hutu et la contre-révolution Tutsi, au
Rwanda, « laquelle devait, la Belgique aidant, aboutir à la
disparition du monopole Tutsi 5 ». Cette collision meurtrière
entre Hutu et Tutsi au Rwanda fit plusieurs morts et des
dizaines de milliers de réfugiés qui s’éparpillèrent dans la région,
Hutu compris au Burundi. Plusieurs immigrés rwandais Tutsi
s’établirent donc dans certaines régions du Burundi. En mairie
de Bujumbura, certains quartiers furent littéralement envahis,
comme au quartier alors appelé OCAF6 , actuelle Ngagara, à
Mutakura, à Cibitoke, à Nyakabiga et à Musaga. Ce n’est pas
étonnant que ce soit ces mêmes quartiers, cinq (5) sur un total
de 3002 collines du Burundi, qui soient les seuls à s’être
soulevés en 2015. Encore qu’il faut souligner que ce n’était pas
tous les habitants de ces quartiers qui participaient à cette
insurrection, mais ils étaient pris en otage par des individus
armés qui barricadaient les routes et menaçaient d’éliminer
physiquement quiconque irait au travail ou enverrait son enfant
à l’école.
Avant 1962, même si le Rwanda et le Burundi étaient asservis par un même
colonisateur, la Belgique, n’empêche que rwandais et burundais se regardaient, à cette
époque, en chiens de faïence, si l’on en croit toujours Jean-Paul Harroy qui décrit les
difficultés qu’il a eu à organiser un match de football « le premier de l’histoire » entre
les deux pays, le 8 février 1959 au Stade de Ngozi. Ce match se soldat par un score
sévère de 4 à 1 en faveur de l’équipe burundaise.7
A ce climat malsain et d’instabilité politico-sécuritaire et de
difficile cohabitation entre les Hutu et les Tutsi des deux
pays s’ajoute cette guéguerre que nous rapportent les
historiens, entre le Prince Louis Rwagasore et un père
blanc défroqué, Albert Maus, de la congrégation des
4 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.293
5 ibid.
6 Office des Cités Africaines
7 Jean-Paul Harroy, Burundi 1955 – 1962 Souvenirs d’un combattant d’une guerre perdue, Hayez / Bruxelles,
1987, p.301
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 5
missionnaires, soupçonné de vouloir importer le modèle
rwandais au Burundi. « l’Urundi n’est pas le Ruanda » écrira,
à cette époque, le Prince Louis Rwagasore, héros de
l’indépendance du Burundi, avant d’ajouter : « je peux
affirmer avec la force et la foi d’un homme convaincu, que le
Burundi ne tombera pas dans le même piège que celui qui a
été tendu au Rwanda8 » Maus s’opposait à l’indépendance
immédiate du Burundi. A la victoire du parti Uprona, Albert
Maus qui apprit la nouvelle étant dans les environs de
Rumonge alla se pendre au bord du lac Tanganyika. Ce lieu
touristique porte actuellement le nom de « Château Maus ».
Le Burundi ne sera pas pour autant épargné de confrontations aux allures d’épuration
ethnique comme au Rwanda. Après l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, en 1961
et l’indépendance du Burundi en juillet 1962, le Burundi connaîtra sa première crise
ethnique six ans après celle du Rwanda, en 1965. Pratiquement toute l’année est
animée d’événements qui font couler de l’encre, de la salive et du sang. Un coup d’état
est opéré, dans le sang, le 15 janvier de cette année avec l’assassinat du Premier
Ministre Pierre Ngendandumwe, un Hutu, abattu par M. Gonzales Muyenzi, un réfugié
Tutsi rwandais qui travaillait à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique. Le premier
ministre sortait d’une Clinique où il était allé rendre visite à sa femme qui venait
d’accoucher.
Les élections législatives du 10 mai 1965 consacrèrent la victoire
du parti Uprona, encore une fois, mais les candidats Hutu de ce
parti obtinrent plus de postes à l’Assemblée Nationale et au Sénat.
Par conséquent, tous les trois membres des bureaux des deux
chambres étaient Hutu. Cependant avec l’ombre des déchirures
inter-ethniques qui planait à la fois sur le Burundi et le Rwanda ce
fût difficile de maintenir la stabilité des institutions mises en place
par les urnes. Quelques mois plus tard une tentative de Coup
d’Etat ajouta de l’huile sur le feu et ce parlement fut dissout par le
Roi et des massacres furent perpétrés à Kamenge, un quartier
situé au nord de la capitale Bujumbura. On rapporte l’exécution de
plus d’une centaine de Hutu.
En 1966 un autre Coup d’Etat qui cette fois-ci réussit dépose le Roi et la République est
instaurée. Trois ans plus tard d’autres tueries contre les Hutu sont opérées mais
n’atteindront le point culminant avec le Génocide de 1972 lorsque plusieurs centaines
de milliers de burundais perdirent leur vie (entre 3.000 et 5.000 Tutsi contre 200.000
à 300.000 Hutu) tandis que plusieurs centaines de milliers de Hutu prirent le chemin
de l’exil et s’établirent au Rwanda (à l’époque dirigé par un pouvoir entièrement Hutu),
88 La Dépêche du Rwanda – Urundi n°431, du 18 décembre 1959
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 6
en Tanzanie et au Zaïre9. Ces citoyens burundais furent dépossédés de leurs propriétés
foncières ainsi que de tous leurs biens matériels, y compris de l’argent en banque.
A partir de 2005, après les élections et suites aux mesures
salutaires prises par le Président Nkurunziza, des centaines de
milliers de réfugiés (un demi million) prennent le chemin du retour, y
compris ceux qui avaient fui le pays quatre décennies durant, avec
toute la problématique de réintégration que cela génère. Le
Gouvernement du Burundi a pris le taureau par les cornes, aidé par
ses partenaires, en essayant de trouver des solutions appropriées
aux multiples problèmes ayant trait à la réintégration socioéconomique
des rapatriés. Les orphelins et veuves de la tragédie
génocidaire de 1972 n’ont pas été oubliés. Le Gouvernement a lancé
un vaste programme d’indemnisation et de régularisation en faveur
des ayants droit, qui ont du patienter et endurer des souffrances sans
nom quatre décennies durant.
Ce rétablissement de ces sinistrés dans leur droit n’était pas sans casse. Dès 2012
une farouche résistance contre la mise en oeuvre des décisions de la CNTB a été
observée surtout dans les quartiers Nyakabiga et Ngagara, anciens quartiers qui
avaient accueilli plusieurs réfugiés rwandais et qui deviendront, en 2015, bastions de la
résistance insurrectionnelle. Ce qui porta l’étiquette de « résistance contre le 3ème
mandat » n’était en fait qu’une suite logique de l’insubordination qui y avait déjà élu
domicile. Le reste n’était qu’un prétexte pour chasser du pouvoir le parti Cndd-Fdd et
son gouvernement dans le but de faire perdurer la spoliation et l’injustice qui
remontent au génocide de 1972.
9 L’actuelle République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 7
III. LE « TROISIEME MANDAT » COMME PRETEXTE
Le Burundi a organisé un processus électoral dans un climat de crise politico -
sécuritaire majeure en 2015, avec des incidences sur tous les aspects de la vie
nationale. Comme le reconnaît la CENI10, c’était dans « un contexte de fragmentation de
certaines formations politiques, de contestations politiques internes et de pesanteurs
régionales et internationales » mais qui, au finish, n’ont pas mis en échec ce processus
qui a finalement été bien mené puisque toutes les institutions ont pu être mises en
place11. Le succès de ce processus tenu dans ce contexte très particulier était en
grande partie « la soif de la population de voter pour renouveler les institutions
dirigeantes du pays », malgré l’appel de l’opposition au boycott, qui n’a pas été entendu,
ni les tirs et jets de grenades pendant la nuit, à la veille de chaque élection, aux fins de
dissuader la population à se rendre aux urnes.
Ce comportement de négation de l’accession au pouvoir par la voie des urnes a
commencé au lendemain des élections communales de 2010 sur fond de prétextes de
fraudes électorales. En ordre dispersé, l’opposition burundaise s’est présentée aux
élections et n’a pas supporté d’être vaincue par le parti au pouvoir depuis 2005, le
Cndd-Fdd12 qui s’est taillé la part du lion avec un score de 64%. Un rapport final de la
Mission d’observation électorale de l’Union Européenne13 dit ce qui suit : « Il [le CNDDFDD]
se distancie avec tous les autres partis dont le plus méritant d’entre eux, le FNL,
n’obtient que 14,15%. Viennent ensuite l’Uprona (6,25%), le Frodebu (5,43%), le MSD
(3,75%), l’UPD (2,21%), le Frodebu Nyakuri (1,36%) et le CNDD (1,26%). […] Une
explication se trouve dans la multiplication des acteurs politiques visant plus ou moins
le même électorat et donc un morcèlement des voix de l’opposition ».
Ce processus électoral a pourtant été salué par tous les observateurs nationaux et
internationaux qui ont qualifié les élections de 2010 de régulières et démocratiques
tandis que le peuple burundais a reçu les félicitations du Secrétaire général de l’ONU,
Ban Ki-Moon, en déplacement au Burundi14. Cet échec n’a donc pas été supporté par
ces « mauvais perdants qui ont réclamé un dialogue avec le parti vainqueur, le Cndd-
Fdd comme ils le font d’ailleurs aujourd’hui, entretenant sciemment le flou entre
« dialogue » et « négociation ». Devant une fin de non recevoir, quelques uns ont donc
préféré prendre le large et entamer une vaste campagne d’intimidation sur tout le
territoire national afin de saboter le restant du processus électoral. Plusieurs
permanences du Cndd-Fdd ont été incendiées dans plusieurs provinces du pays, des
grenades ont été lancées dans des lieux publics et privés faisant des morts et des
blessés. En 2010, entre les élections communales de mai, la présidentielle de juin et
les législatives de juillet on a dénombré 128 attaques à la grenade qui ont fait 11
morts et 69 blessés15.
10 Commission Electorale Nationale Indépendante
11 http://ceniburundi.bi/IMG/pdf/rapport_general_sur_le_processus_electoral_de_2015-12.pdf
12 Conseil National pour la Défense de la Démocratie-Forces de Défense de la Démocratie, parti au pouvoir au
Burundi
13 http://www.eueom.eu/files/pressreleases/other/final-report-burundi-2010_fr.pdf
14 http://bi.chineseembassy.org/fra/sgxw/t739096.htm
15 https://www.hrw.org/fr/world-report/2011/country-chapters/259441
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 8
Après les élections ces violences se sont poursuivies dans la province de Bujumbura
communément appelée Rurale et ont fait plus d’une centaine de morts. Il a fallu que le
Président Pierre Nkurunziza se lève personnellement et se rende dans cette province. Il
y a prononcé un discours très fort et a donné, aux forces de défense et de sécurité, à
l’administration territoriale ainsi qu’à la justice un ultimatum de deux mois pour que
cette spirale de violences soit endiguée.
Ces machines à tuer ont donc été vaincues. Ceux qui n’ont pas été arrêtés ou tués ont
fui vers la RDC voisine et d’autres vers la Tanzanie et ont organisé plusieurs attaques
contre le Burundi qui ont été à chaque fois déjouées et plusieurs groupes de
malfaiteurs démantelés, entre 2011 et fin 2014.
Certainement qu’en 2010 le Burundi a frôlé un risque grave de retour en guerre, se
retrouvant de fait dans « l’engrenage qui touche les pays sortant d’une guerre. Ceux-ci
ont 50% de chances de replonger dans un conflit au cours des cinq années suivant les
hostilités » comme le dit si bien un rapport de l’OAG16,17 s’appuyant sur les thèses de
Paul Collier18. N’eût été la bonne gestion du contentieux électoral par le Gouvernement
de Pierre Nkurunziza et la maturité politique du peuple burundais dans son ensemble,
le pays allait replonger dans le chaos.
Certains politiciens de l’opposition comme un certain Alexis Sinduhije, Leader du MSD19
étaient impliqués dans les recrutements, l’armement et l’encadrement de ces bandes
armées et essayaient de « convaincre les gouvernements régionaux et internationaux
que les exactions et les actes de corruption commis par les autorités burundaises
justifiaient une rébellion armée » selon un rapport des Experts des Nations Unies sur la
Région des Grands-Lacs20, publié le 29 novembre 2011.
La veille de la publication de ce rapport, un hebdomadaire burundais, le Journal Iwacu
dans sa livraison du 28 novembre 2011, avait publié une interview exclusive de M.
Alexis Sinduhije. A la question du journaliste Antoine Kaburahe qui lui demandait s’il
pensait [aux élections] de 2015, M. Sinduhije a surpris : « 2015 ne peut pas être dans
le schéma des perspectives politiques au Burundi. […] Sauf s’il y a miracle, nous
sommes embarqués dans un processus révolutionnaire d’au moins trois ans et donc,
pas de place pour les élections ». Il promettait même que cette révolution allait se
mener « avec gravité et responsabilité » car selon Sinduhije, « préserver les vies des
civiles innocents » devrait être une nécessité21.
Moins d’une semaine plus tard, c’est France 24 qui diffusait un reportage de Pauline
Simonet sur une nouvelle rébellion au Burundi, le FRONABU22 - Tabara dont la base
arrière se trouvait au Sud Kivu de la RDC et qui viserait, curieusement, une
16 Observatoire de l’Action Gouvernementale
17 http://arib.info/oag-analyse-contextuelle-26112010.PDF
18 Collier Paul, Briser l’engrenage du conflit : guerre civile et politique de développement, Rapport de la Banque
Mondiale, New York : Oxford University Press, 2003.
19 Mouvement pour la Solidarité et le Développement
20 http://ddata.over-blog.com/3/15/38/72//CONSEIL-DE-SECURITE.pdf
21 http://iwacu-burundi.org/blogs/rolandrugero/files/2015/01/From-2011-28-11-170712.jpg
22 Front National pour la Révolution au Burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 9
« Révolution » au Burundi 23 . Toutes les sources concordantes précisent que ce
mouvement étouffé dans l’ oeuf appartenait à Alexis Sinduhije, à l’instar d’un autre qu’il
lancera plus tard, en 2015, le FOREBU – Tabra.
Parallèlement, un autre groupe rebelle s’organisait dans la brousse de Milamila en
Tanzanie. Il s’agit du FRD24 – Abanyagihugu dirigé par un certain Kabirigi Pierre-Claver,
qui lança sa première attaque au mois de novembre 201125. Jusqu’au mois d’avril
2012 il était complètement défait et ses leaders, tués ou arrêtés.
Au mois de mai 2012 l’armée congolaise annonçait avoir abattu un autre important
Chef rebelle du nom de Claver Nduwayezu, surnommé Carmel ou Mukono26. Ce dernier
avait mené des incursions sanglantes dans les zones riveraines de la Rusizi au Burundi
et en RDC. Il était accusé d’être à la tête du bain de sang de septembre 2011 à
Gatumba (près de Bujumbura), lorsque 39 personnes au moins ont été savagement
tuées.
En septembre de la même année, c’était le tour d’un certain Nzabampema, un
dissident du FNL27, de déclarer la guerre contre le Gouvernement du Burundi, appelant
toute la population à la résistance28. En 2013 il a multiplié des embuscades mais son
mouvement a subi de lourdes pertes en hommes et en matériel qu’il s’est finalement
retranché loin de la frontière, dans les profondeurs de l’Est de la RDC où, selon les
informations à notre disposition, reste encore actif dans des actes de vols à main
armée.
En 2013, sur appel du Président de la République qui demandait aux leaders de
l’opposition en exil de rentrer pour préparer les élections de 2015, Alexis Sinduhije
rentre en mars 2013 et annonce publiquement la couleur de son retour : organiser
des manifestations, à l’instar du printemps arabe. Ce qui avait échoué par le
truchement d’une rébellion armée allait donc être atteint par un soulèvement populaire,
une révolution, selon cet opposant29 qui multipliait des déplacements vers Kigali.
Une année, jour pour jour, le 8 mars 2014, M. Sinduhije organisa une insurrection
populaire durant laquelle des éléments de la police furent séquestrés pendant plusieurs
heures et désarmés, par des jeunes sous l’emprise de la drogue dont des enfants. Des
activistes de la Société civile et des cadres de la CNIDH ont du intervenir pour
récupérer ces armes et les remettre aux forces de l’ordre30 . M. Sinduhije prit de
nouveau le large et reste sous mandat d’arrêt international tandis que plusieurs
dizaines de membres du MSD furent arrêtés et jugés.
Néanmoins, M. Sinduhije ne désarma point. Le 24 décembre 2014, dans son édition
du matin, la Radio RPA31 fondée par lui-même annonça que des jeunes burundais des
23 http://www.france24.com/fr/20111202-burundi-ombre-guerre-groupes-armes-rebellion-tutsi-Hutu-presidentnkurunziza-
reporter
24 Forces pour la Restauration de la Démocratie
25 http://www.rfi.fr/afrique/20111126-une-nouvelle-rebellion-burundi
26 http://www.africa1.com/spip.php?article21464
27 Front National de Libération
28 https://wazaonline.com/fr/archive/declaration-de-guerre-contre-le-burundi-info-ou-intox
29 https://www.youtube.com/watch?v=nmdlJjVMLws
3030 https://www.youtube.com/watch?v=k-sd3qzkiqU&list=UU3uSN_ifXSf8dB_HYZrS0jQ&index=76
31 Radio Publique Africaine
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 10
partis d’opposition ont passé plusieurs jours à Kampala, en Ouganda, à la rencontre de
M. Sinduhije pour y apprendre des stratégies et techniques de soulèvement populaire.
Selon la même station radio, des consultants étrangers ont formé ces jeunes et ils ont
élu M. Patrick Nkurunziza, du parti Frodebu, afin qu’il soit leur coordinateur sur terrain,
au Burundi.
Une semaine plus tard, le 31 décembre 2014, le Burundi subit une attaque armée en
provenance de l’Est de la RDC32, dans la province de Cibitoke. D’après les documents
saisis et les témoignages de ceux qui ont été capturés vifs par l’armée burundaise, le
but principal de cette attaque était d’empêcher la tenue des élections en 2015. Parmi
ces combattants on note une présence remarquable d’enfants soldats et de membres
du MSD,.
En plus de tous ces actes de violences pour perturber ou arrêter le processus
électoral de 2015, ajoutons les différentes manoeuvres dilatoires de l’opposition
burundaise qui ont démontré à suffisance que certains acteurs ne voulaient pas la
tenue de ces élections, mais préféraient, à la place, un partage du pouvoir dans un
gouvernement de transition.
C’est le cas, par exemple, de la carte d’identité biométrique. C’est un projet qui a été
initié par le Gouvernement, en 2012, mais décrié par l’opposition qui disait que ce
n’était qu’un moyen mis en place pour frauder les élections de 2015. Cependant, en
décembre 2014, à quelques mois de la tenue des élections, la même opposition est
sortie de ses gongs pour réclamer une carte d’identité biométrique, ce qui, selon ses
arguments, empêcherait le parti au pouvoir de frauder les élections. Bien évidemment,
ce n’était plus possible compte tenu des délais constitutionnels.
Ainsi donc, le soulèvement populaire d’avril 2015, la tentative de coup d’état de mai
2015 ainsi que les attaques armées ne constituent que le point de démultiplication de
cette crise politico – sécuritaire qui était rampante que d’aucuns préfèrent, à tort,
placer au lendemain du Congrès du Cndd-Fdd du 25 avril 2015, qui a désigné Pierre
Nkurunziza comme son candidat à l’élection présidentielle de la même année. En effet,
dès le lendemain, des jeunes répondant à l'appel d'une partie de la Société Civile
burundaise et des politiciens de l’opposition radicale sont descendus dans la rue pour
« manifester contre le 3ème Mandat du Président Nkurunziza », disait-on, ce qui n’était
qu’un prétexte car le refus des élections avait commencé très longtemps avant.
On annonçait « des manifestations pacifiques » mais les Burundais, surtout les
habitants de Bujumbura virent plutôt une insurrection. Des jeunes gens investirent les
rues dès la matinée du 26 avril 2015, détruisirent des infrastructures publiques et
brûlèrent des voitures de la Fonction Publique et d’autres institutions républicaines,
bloquèrent les routes au moyen de barricades et pneus brûlés, s'en prirent à la police
au moyen de pierres, de Cocktail Molotov, grenades et fusils d'assaut. Des quartiers
furent réduits à se vider de leurs habitants incapables de se rendre au travail sans
risque de se faire agresser alors que les enfants furent empêchés de se rendre aux
cours, certains placés aux premières lignes lors de cette insurrection ; des maisons
32 République Démocratique du Congo
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 11
appartenant aux policiers furent brûlées, les insurgés établirent des barrages et
rançonnèrent les habitants, etc33.
Malgré cette insurrection à Bujumbura et le climat de peur qui ont gelé l’activité
économique dans le pays, une grande majorité de la population burundaise garda le
calme. Sur les 119 communes que comptait alors le Burundi, 116 restèrent en paix.
Par contre, la contestation devint principalement une occasion d'une remise en cause
violente de l’autorité publique, processus en crescendo qui allait aboutir au coup d’État
(manqué) du 13 mai 2015.
Ainsi, d’avril à juillet 2015, sur un total de 245 personnes blessées lors de cette
insurrection, 154 sont des policiers dont 2 amputés de jambes par grenade, alors qu'il
Hutu a eu 71 civils blessés par les manifestants dont 49 par grenade. Sur les 92
personnes mortes, 52 personnes ont été tuées par ces manifestants violents (14
policiers, 1 militaire, 37 civils dont 10 par grenade).
Ces violences se sont intensifiées jusqu’à la création de milices urbaines34 qui ont tenté
d’arrêter le processus électoral en perturbant la sécurité, principalement à Bujumbura.
De juin à la mi-décembre 2015, la capitale du Burundi a vécu sous des tirs plus ou
moins nourris durant la nuit, des attaques à la grenade contre la police35 ou des
meurtres ciblés de membres des corps de défense et de sécurité. Le plus
emblématique de ces meurtres est l'assassinat du Lieutenant-Général Adolphe
Nshimirimana le 2 août 201536, au nord de Bujumbura, suivi un mois plus tard d'une
attaque contre le Chef d’État-Major de l’Armée burundaise37 (Hutu) après l'assassinat
d'un des prédécesseurs 38 à la retraite, le Colonel Jean Bikomagu (Tutsi). Ces
assassinats qui ciblaient des personnes d’ethnies différentes avaient un but : semer le
virus de la division et créer un schisme au sein de l’Armée nationale, pour que ces
divisions soient récupérées par l'opposition radicale au travers des désertions. En
attendant, la même opposition armait des jeunes 39 dans les mêmes quartiers où
avaient sévi l’insurrection de mai et juin 2015.
Heureusement, l'engagement des forces de défense et de sécurité pour sauvegarder
l’unité et la cohésion nationales ont prévalu sur ces calculs mesquins et divisionnistes.
Ainsi, la Force de Défense Nationale et la Police Nationale du Burundi, composées de
toutes les couches de la population burundaise (50 % Hutu, 50 % Tutsi, des Twa
cooptés), ont permis à la vaste majorité des Burundais de garder la sérénité dans un
contexte marqué par les peurs et les rumeurs, et de refuser l'offre d'une nouvelle
guerre civile40.
33 https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I
34 http://www.reuters.com/article/us-burundi-unrest-idUSKBN0TC1OE20151123
35 http://www.iwacu-burundi.org/?s=attaque+contre+police
36 http://www.iwacu-burundi.org/un-assassinat-eclair/
37 http://www.iwacu-burundi.org/le-chef-detat-major-general-echappe-a-un-attentat/
38 http://www.iwacu-burundi.org/alerte-lancien-chef-detat-major-le-colonel-jean-bikomagu-tue/
39 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
40 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/12/09/civil-war-unlikely-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 12
IV. LA CRISE BURUNDAISE : DES SCHEMAS D'ANALYSE ENDOGENES
INCOMPLETS
Plusieurs analyses ont tenté de déceler les causes véritables de la crise burundaise, en
l'attribuant uniquement à des facteurs de frustrations politiques et sociales des élites
politiques et de la jeunesse burundaise. Ainsi, le Professeur André Guichaoua
(Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) écrit 41 : « Plus profondément, la rupture
générationnelle qui s’exprime alors illustre la désillusion des jeunesses urbaines et
rurales sans travail en ville ou condamnés à la survie sur des parcelles de terre
étriquées. Confrontées à l’impuissance du nouveau régime à desserrer les contraintes
économiques et offrir des perspectives d’avenir, elles refusent le retour à un ordre
autoritaire qui ne cesse de restreindre les libertés individuelles et collectives et de
renforcer l’encadrement des populations. La dimension politique de cette révolte se
prolonge au travers d’une double exigence éthique de respect de la dignité des citoyens
et de moralisation des élites au pouvoir. Des aspirations comprises voire partagées par
tous, au-delà des ethnies et des régions d’origine, mais que ces élites ne peuvent ou
refusent d’entendre. »
Quoique juste sur des attentes de la jeunesse que le Gouvernement n'a pas pu combler
souvent par manque de moyens, le Burundi étant confronté à beaucoup de défis, cette
analyse oublie de souligner que la priorité première du gouvernement sur ces dix
premières années était d'asseoir la stabilité institutionnelle au travers d'un processus
d’autorégulation démocratique dont s'est approprié la population. Et le pas franchi sur
ces dix dernières années est une première depuis l’indépendance du pays, en 196242.
Ce processus, qui demande du temps au risque de réveiller les démons d'un passé
traumatique, est en passe d’être achevé avec le travail de la Commission Vérité et
Réconciliation.
Le Burundi ne peut pas aspirer vivre la stabilité économique et la moralisation de la vie
politique sans que les institutions chargées de ces missions soient viables et
demeurent sous une menace constante de renversement de pouvoir comme l'a prouvé
la tentative de putsch de mai 201543 ainsi que d’autres, au lendemain des élections de
2005 et celles de 2010.
C'est justement le coup d’État du 13 mai 2015 qui a fait comprendre à de nombreux
burundais et amis du Burundi que la crise de 2015 n’était en rien « adossée à la
contestation du 3ème mandat », mais rentrait dans le cadre d'un plan plus vaste de
l'agression du Rwanda contre le Burundi et de l’ingérence dans les affaires intérieurs
de la part de certaines puissances occidentales, comme la Belgique.
41 https://theconversation.com/heurs-et-malheurs-du-modele-burundais-53279
42 Voir point 10 de ce Mémorandum: “Les signes d'une stabilité renforcée à long terme”
43 http://www.worldpolicy.org/blog/2015/07/15/understanding-crisis-burundi
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 13
V. FORMES DE L'AGRESSION RWANDAISE
a. Agression armée
L'agression du Rwanda contre le Burundi s'est faite sous différentes formes, la plus
visible étant au niveau militaire. Les enquêtes dans les camps de réfugiées burundais
au Rwanda, notamment dans celui de Mahama, ont démontré que des jeunes
burundais, et même des enfants, sont souvent enrôlés de force dans des unités de
rébellion aux fins d'une infiltration au Burundi. Le rapport de l'organisation Refugees
International a documenté en détail ces opérations de recrutement44, vérifiées ensuite
par la presse (Al Jazeera45, Newsweek46, IBtimes47,48 RFI49), même si d'autres sources en
avaient déjà parlé (Washington Post50, African Defense51, France2452).
Par ailleurs, l'administration burundaise a déjà signalé à plusieurs reprises les entraves
des autorités rwandaises pour le retour des réfugiés burundais désireux de regagner
leur patrie, avec des intimidations et de longues procédures administratives qui
découragent plus d'un. En outre, il conviendra de souligner que la ministre des Affaires
Étrangères du Rwanda a affirmé ce 30 janvier 2016 devant le Conseil Paix et Sécurité
de l'Union Africaine que le Rwanda n'entendait pas extrader les personnes recherchées
par la justice burundaise pour participation dans la tentative de coup d’État du 13 mai
2015. Pourtant, dans le cadre de bon voisinage et du respect des traités régionaux en
matière de coopération judiciaire et sécuritaire, le Gouvernement du Burundi a toujours
réagi favorablement à toutes les demandes d'extradition des personnes jugées comme
menace aux intérêts vitaux du Rwanda.
Par ailleurs, ces opérations de recrutement, d’enrôlement et de formation militaire de
jeunes burundais, dont des enfants, ont d'ailleurs été dénoncées par l’Envoyé Spécial du
Président des États-Unis d’Amérique dans la région des Grands Lacs africains, M.
Thomas Perriello : « Le Rwanda est parfaitement au courant de la volonté du
gouvernement américain d’imposer des mesures dans les situations similaires à celles
du M23. Nous avons exprimé un certain nombre d’inquiétudes publiquement et en
privé à propos de la crise au Burundi. J’ai moi-même rencontré certains des anciens
enfants-soldats burundais arrêtés ici en RDC. Et nous allons continuer de garder l’oeil
sur cette situation ... »53
44 http://bit.ly/1O4n3Wm
45 http://america.aljazeera.com/articles/2015/12/14/burundian-refugees-face-forced-recruitment-in-rwandancamp.
html
46 http://europe.newsweek.com/burundi-refugees-recruited-rwanda-406039?rm=eu
47 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-children-refugee-camps-rwanda-recruited-soldiers-1533221
48 http://www.ibtimes.co.uk/burundi-you-are-young-must-fight-how-rebel-touts-manipulate-young-men-towardarmed-
conflict-1514228
49 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
50 https://www.washingtonpost.com/opinions/burundis-dangerous-neighbor/2015/11/18/298b1e88-8bbe-11e5-
934c-a369c80822c2_story.html
51 http://www.african-defense.com/defense-news/rwanda-accused-of-recruiting-burundi-refugees-for-new-rebelforce/
52 http://www.france24.com/fr/20151104-video-rwanda-burundi-rebelles-anti-nkurunziza-refugies-ingerence
53 http://www.rfi.fr/afrique/20160126-rwanda-burundi-rdc-pense-envoye-special-americain-tom-perriello
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 14
Les forces de défense et de sécurité du Burundi (FDN54 et PNB55 ) ont fait face à
plusieurs agressions venues du Rwanda, dont les plus visibles sont :
Un groupe d’hommes armés venu du Rwanda a tenté d’attaquer la zone Rugazi,
commune Kabarore dans la province de Kayanza, en dates du 10 et 11 juillet 2015. Le
bilan de cette tentative d'attaque, qui visait à faire dérailler le processus électoral alors
en cours, a coûté cher au groupe d'assaillants56 : 31 parmi eux ont été tués, 170
hommes se sont rendus, d'autres capturés (voir image), 78 armes saisies avec 4
groupes électrogènes, 1 mortier 60 et 2 radios Motorola. Ceux qui ont été capturés
affirment avoir été entraînés au Rwanda, avant de recevoir des armes des services de
sécurité rwandais57.
Le 12 juillet 2015, à Muyinga dans la
commune de Giteranyi, zone Ruzo,
les forces de l'ordre ont saisi 60
fusils d'assaut de type Kalachnikov
enterrés le long de la rivière Kagera
qui coule en venant du Rwanda. Un
mois plus tard, le 7 août 2015, sur la
colline Masaka de la zone Gisenyi,
dans la province Kirundo, une
trentaine de fusils d'assaut de type
Kalachnikov, 810 cartouches, 58
chargeurs et 52 bretelles ont été
saisis sur un groupe d'hommes qui
venaient attaquer le chef-lieu de
Kirundo. Parmi eux, un ancien policier
burundais a admis devant la justice que leur unité avait été recrutée et formée dans le
camp de réfugiés de Mahama, au Rwanda. Enrôlé sous les encouragements du Dr
Jean Minani, un opposant réfugié à Kigali, chacun des assaillants devait recevoir
200.000 Fbu au terme de l'attaque à Kirundo.
Toutes ces armes saisies avait une caractéristique
commune : elle n’étaient pas marquées, ce qui
n'est pas le cas de l'arsenal militaire au Burundi. De
nombreuses tenues de l’armée rwandaise ont été
saisies lors des opérations de désarmement de la
population, sur ces derniers mois, comme ici, à
Mutakura (effets militaires saisis le 23 octobre
2015, voir image).
54 Force de Défense Nationale
55 Police Nationale du Burundi
56 http://www.mdnac.bi/fr/article/l%E2%80%99attaque-d%E2%80%99un-groupe-arm%C3%A9-dans-lacommune-
kabarore
57 http://www.isanganiro.org/spip.php?article9448
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 15
Une nouvelle attaque est survenue le 21 novembre 2015 sur le
cabaret Top Hill, au chef-lieu de la province Kirundo, et visait à
assassiner notamment le gouverneur et des responsables
politiques proches du parti au pouvoir au Burundi. Les trois
assaillants en action ont été désarmés par les forces de sécurité,
avant d'avouer en audience publique qu'ils agissaient toujours
sous l'instigation du Dr Jean Minani, qui est par ailleurs un ancien
député élu à Kirundo, qui dirige actuellement la coalition
CNARED58, qui regroupe en son sein les putschistes de mai 2015,
les responsables de l’insurrection armée de 2015, les frondeurs
du Cndd-Fdd, ainsi que deux anciens présidents membres de
l’opposition radicale.
Après les échecs successifs des
différentes attaques menées avec
des groupes venus directement du
Rwanda, les services de
renseignement rwandais ont décidé
de changer d’itinéraire pour les
recrues burundaises. En effet, les
services de renseignement congolais
ont alerté le Burundi dès octobre
2015 que des insurgés burundais
allaient être infiltrés au Burundi à
travers la frontière congolaise, avec
de faux documents administratifs. Il
n'a pas fallu longtemps pour que les
enquêtes menées par la presse
viennent étayer ces informations 59 .
Ce réseau d’infiltration au Congo mis
sur pied par les services de renseignement militaire rwandais (DMI), est impliqué dans
le convoyage de ces infiltrés burundais vers la frontière jusqu’à la rivière de la Rusizi,
après leur avoir fourni de fausses cartes d’électeurs congolais.
Ainsi, le 12 janvier 2016, l’armée congolaise présentait à une délégation parlementaire
congolaise une quarantaine d'infiltrés interceptés avec des cartes d’électeur
congolaises afin de faciliter leur entrée au Burundi 60 (voir images). Les services de
renseignement burundais en arrêteront pour leur part cinq alors déjà présents sur le
territoire burundais.
58 Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi et de l’Etat
de droit
59 http://www.rfi.fr/afrique/20160105-infiltrations-rebelles-burundais-rdc-dixit-services-congolais
60 http://uviraonline.com/fizi-le-general-fariala-presente-les-infiltres-en-possession-des-cartes-delecteur-a-ladelegation-
de-kin/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 16
Suite à ces arrestations, les services de sécurité burundais ont décidé de ne plus
accueillir de ressortissant étranger qui présente la carte d’électeur congolaise comme
identifiant administratif.
Plusieurs jeunes qui ont subi ces formations au Rwanda ont finalement brisé le silence.
Certains ont été arrêtés et d’autres ont déposé les armes par leur propre volonté, se
sont rendus à la police et ont accepté de parler à la presse locale et internationale. Des
témoignages poignants avec des éléments probants sur la chaîne de recrutement,
celle de commandement et les actes qu’ils devaient poser afin d’attirer de l’ostracisme
sur le pouvoir de Bujumbura. Le phénomène de cadavres mutilés dans les rues de
Bujumbura en 2015, l’assassinat ignoble des trois soeurs catholiques âgées en
septembre 2014, l’incendie qui a détruit un supermarché chinois en septembre 2015,
etc.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 17
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 18
b. Campagne de médisance
L'autre forme de l'agression rwandaise contre le Burundi est sur le plan médiatique.
Par l'entremise de relais médiatiques sur les réseaux sociaux, la machine de
propagande du gouvernement rwandais mène depuis plusieurs années une campagne
soutenue visant à manipuler l'information sur le Burundi en faveur de l'opposition
radicale.
Cette campagne de propagande est principalement axée sur deux lignes de
communication, toutes tournant autour de l’idée d'une imminence d'un génocide au
Burundi et d’un système décousu, incapable de bien gouverner le pays:
∗ montrer que la crise qu’a connu le Burundi dans le courant des élections de
2015 est exclusivement le résultat d'une mauvaise gouvernance interne, et
mettre en parallèle du coup les acquis économiques et sociaux du Rwanda.
Ce processus de légitimation de la politique rwandaise post-1994 vise à conforter l’idée
que le modèle de gestion politique burundais, qualifié de « tribaliste »61, ne profite pas à
la population mais aux seules élites politiques, elles-mêmes corrompues. C'est dans ce
sens d'ailleurs que s'inscrivaient les propos des dirigeants rwandais62 à la veille du coup
d’État du 13 mai 2015, clamant que « la population burundaise ne voulait plus du
Président Nkurunziza »
∗ montrer à l'opinion internationale que le Burundi est au bord d'un génocide anti-
Tutsi, comme ce fut le cas au Rwanda en 1994.
Ainsi, le président Paul Kagame n'a pas caché son parti-pris en foulant aux pieds les
règles élémentaires de diplomatie, de réserve et de bon voisinage avec ces propos
tenus en place publique le 6 novembre 2015 : « Le Burundi, s'est vu couper les aides
internationales à cause de sa mauvaise situation, une situation qui rappelle un peu celle
qui a prévalu ici. Comment des dirigeants peuvent-ils s'autoriser à massacrer leur
population du matin au soir ? »
61 http://www.theafricareport.com/Interview/what-i-dont-accept-is-interference-president-paul-kagamerwanda.
html
62 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_crise-au-burundi-le-president-rwandais-critique-l-attitude-denkurunziza?
id=8976235
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 19
Cette campagne de médisance et de calomnie a été menée avec l'aide de quatre
principaux points focaux :
∗ Au Burundi, les messages alarmistes d'un génocide imminent ont été l'objet de
relais des journalistes Teddy Mazina 63 , 64 et Innocent Muhozi 65 , tous de la
Télévision Renaissance.
∗ Au Rwanda voisin, c'est principalement le journaliste Albert Rudatsimburwa66 ,
directeur de la Radio Contact FM, très proche du FPR, qui se chargera d'assurer
le relais des messages alarmistes et mensongers67, des rumeurs68, avec parfois
des informations qui indiquent ses liens avec l'opposition radicale. Ainsi, il est le
premier à annoncer la tentative de putsch du 13 mai 2015, sur Twitter.
∗ En France, ce réseau de communication s'appuie principalement sur l’écrivain
David Gakunzi, président de l'organisation Paris Global Forum69 et parrain de la
Télévision Renaissance d'Innocent Muhozi70. Depuis les débuts de la crise, ses
différentes interventions, que ce soit dans LeNouvelObs 71 , sur les réseaux
sociaux72, dans le Huffingtonpost73 à travers la voix de son ami Bernard-Henri
Lévy74, ou ailleurs75, l'antienne est la même : un génocide anti-Tutsi s'installe au
Burundi, semblable à celui de 1994 au Rwanda.
∗ En Belgique, le relais de communication est assuré par Me Bernard Maingain,
qui compte parmi ses clients le parti MSD et la Radio Publique Africaine (RPA),
tous créés par Alexis Sinduhije. Maître Maingain affirmait, sur la RTBF belge,
être « informé que les Imbonerakure ont été formés par des FDLR76, c’est-à-dire
des anciens de l’idéologie génocidaire Hutu. Le Burundi va vers un "nouveau
Rwanda" [de 1994]. Il y a un risque réel de massacre. » 77 Il y a quelques
semaines, il a induit en erreur la Rédaction de France 378, en y faisant diffuser
une vidéo de prétendues exactions dans la province Karusi par la jeunesse du
63 https://twitter.com/teddymazina/status/661863780561866752
64 https://twitter.com/teddymazina/status/686859017994530816
65 http://info.arte.tv/fr/burundi-la-peur-dun-nouveau-genocide-en-afrique
66 https://twitter.com/albcontact/status/662191948674015233
67 https://twitter.com/albcontact/status/600995491397111808/photo/1
68 https://twitter.com/albcontact/status/598801891821285376
69 http://www.parisglobalforum.org/
70 http://www1.rfi.fr/actufr/articles/105/article_71896.asp
71 http://rue89.nouvelobs.com/blog/rues-dafriques/2015/05/16/rwanda-1994-burundi-2015-234572
72 https://twitter.com/DavidGakunzi/status/694853036745834496
73 http://www.huffingtonpost.com/bernardhenri-levy/so-burundi-does-not-becom_b_7450414.html
74 http://laregledujeu.org/auteurs/
75 http://www.opinion-internationale.com/2015/06/17/un-genocide-se-prepare-entretien-avec-davidgakunzi_
35509.html
76 Front De Libération du Rwanda, Milice rwandaises créées par le parti MRND, parti du président Juvénal
Habyarimana, au Rwanda
77 http://www.rtbf.be/info/monde/detail_burundi-il-y-a-un-risque-reel-de-massacre-comme-au-rwanda?id=8981166
78 http://www.jeanmarcmorandini.com/article-348208-france-3-diffuse-par-erreur-des-images-presentees-commeayant-
ete-tournees-au-burundi.html
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 20
Cndd-Fdd. En réalité79, ces images remontaient à un mois auparavant, et avaient
été prise dans une contrée dans laquelle on parlait le haoussa et non le kirundi.
France 3 s'est excusé pour cette erreur80, le procédé de manipulation de Me
Maingain ayant grandement choqué le peuple burundais dans son ensemble, le
Gouvernement de la République du Burundi a porté plainte contre France 3.
Ayant mis en évidence ces connivences, il importe de retracer certaines affinités :
David Gakunzi est un frère de M. Muhozi, tous deux oncles à Teddy Mazina et cousins
d'Albert Rudatsimburwa. A cette famille burundo-rwandaise s'ajoute donc Me Bernard
Maingain, dont il est utile de souligner qu'il défend notamment les intérêts du FPR81
dans l'affaire de l'avion présidentiel rwandais abattu en 1994. Tous ces acteurs
reviennent sur la même thématique qu'on retrouve dans les discours des dirigeants
rwandais, à savoir l'imminence d'un génocide au Burundi.
Il importe, ici, d’indexer quelques personnes qui ont joué un rôle clé dans cette chaîne
de manipulation de l’information :
∗ La Représentante américaine aux Nations Unies, Samantha Power, très zélée
dans le dossier « Burundi » est une amie, de longue date, à Alexis Sinduhije. Des
informations non vérifiées font état d’une fille qui serait née de ce couple
d’anciens journalistes qui sont par ailleurs associés dans la mise en route de la
Radio Publique Africaine82, une station radio qui a joué un très grand rôle dans la
propagation de rumeurs qui ont fait fuir la population burundaise vers fin 2014,
vers le Rwanda.
∗ L’ancien Secrétaire général de l’East African Community (EAC) M. Richard
Sezibera, rwandais, a beaucoup manoeuvré pour influencer des décisions de la
Communauté dont fait partie le Burundi. Ayant échoué, il s’est tourné vers le
Conseil Paix et Sécurité (CPS) de l’Union Africaine, par l’entremise de l’algérien
Ismaïl Chergui, pour faire passer des décisions hâtives et irréfléchies afin de
nuire à la souveraineté du Burundi et saboter le processus démocratique. La
dernière en date étant celle de la tentative d’envoie d’une force de 5.000 soldats,
la fameuse MAPROBU, avec comme prétexte la prévention d’un génocide qui
serait en préparation par les autorités burundaises.
Il convient aussi de souligner que cette stratégie de déstabilisation par l'entremise
de la communication s'appuie aussi sur un relais médiatique savamment mis en
place par Kigali depuis plusieurs années.
Enfin, des procédés de manipulation des masses ont été aussi entrepris depuis
pratiquement fin 2013 au travers des campagnes supervisées par les services de
79 http://observers.france24.com/fr/20160114-erreur-france-3-images-massacre-burundi
80 http://www.ozap.com/actu/massacre-au-burundi-le-soir-3-s-excuse-pour-la-diffusion-d-une-video-amateur-a-lorigine-
douteuse/487981
81 http://www.humanite.fr/monde/me-bernard-maingain-%C2%AB-un-dossier-longtemps-pollue-par-lesmanipulations%
C2%A0%C2%BB-487598
82 https://en.wikipedia.org/wiki/Alexis_Sinduhije
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 21
renseignement rwandais, principalement avec les réseaux sociaux. Opérant dans un
champ social où l’oralité occupe une place de base dans la gestion de l'information,
des unités de fabrication des rumeurs ont fleuri depuis décembre 2013, jusque
vers octobre 2015, inondant les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, etc) d 'alertes
au génocide et au massacre ethnique contre les Tutsi. Ces stratagèmes ont
d'autant marché que la téléphonie mobile connaît une croissance fulgurante au
Burundi, notamment dans la ruralité avec l’arrivée du 3G et des smartphones. De
milliers de familles burundaises ont finalement fui cette situation de constante
tension psychologique vers les pays limitrophes. Jusqu’à ce que l'opinion se rende
compte de la fausseté de ces alertes, et que leur importance s'effondre.
Toujours dans le registre de la manipulation des masses, on notera la diffusion
d'une prophétie religieuse par un rescapé Tutsi du génocide de 1994, juste avant
l’entrée du Burundi dans la période électorale en avril 2015. Le prophète en
question, Gakwaya Damascene83, un agent des services de renseignement rwandais,
annonçait un génocide au Burundi (plus d'un million de morts dans le pays en 2015),
avant que le pays ne soit pris par une rébellion menée par Léonard Nyangoma
(Président – fondateur de la coalition CNARED84 ), et comprenant notamment
Agathon Rwasa, Alexis Sinduhije, et l'appui de l'armée américaine. Diffusée dans un
pays où la majeure partie de la population est croyante et chrétienne, avec la
poussée du mouvement charismatique et des églises « born again », cette
prophétie a grandement participé à nourrir la psychose d'une imminente guerre
dans les populations urbaines, surtout à Bujumbura. Malheureusement, la réalité a
progressivement démontré la fausseté des prophéties, qui s'appuyaient par ailleurs
sur un schéma politique correspondant aux prévisions des services de
renseignement rwandais. A savoir, la scission de l’armée du Burundi avec la
candidature du Président Pierre Nkurunziza, suivie par le déclenchement de
massacres inter-ethniques, et l'imposition d'un gouvernement de transition avec à la
tête une formation politique dirigée par un opposant Hutu ayant une légitimité
historique mais sans réel poids politique, donc facile à gérer. C'est d'ailleurs sur
base de ce schéma que les opposants burundais réfugiés au Rwanda et en Belgique,
malgré des idéologies totalement différentes, ont été poussés à former le CNARED
avec à la tête Léonard Nyangoma.
83 https://www.youtube.com/watch?v=w1rm39buSNg
84 Conseil national pour le respect de l'Accord d'Arusha pour la Paix et la réconciliation au Burundi,
http://www.iwacu-burundi.org/le-cnared-aujourdhui-et-demain/
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 22
VI. LES ORIGINES ET LES RAISONS DE L'AGRESSION RWANDAISE
La partie émergée de l’iceberg est certainement le dossier des fameux corps du lac
Rweru. Mi-juillet 2014, des riverains du lac Rweru, burundais et rwandais, ont annoncé
avoir dénombré une quarantaine de corps humains sans vie, flottant, ligotés ou dans
des sacs en jute qui venaient échouer dans le lac Rweru, charriés par la rivière
Akagera qui trouve origine au Rwanda.
Quatre de ces corps ont été repêchés et enterrés sur le sol burundais, sans avoir été
identifiés. Dans un point de presse, le Procureur général de la République du Burundi a
fait connaître les résultats d’une enquête préliminaire à ce propos. Pour lui donc, c’était
sûr et certain que ces cadavres venaient du Rwanda : « Cela est corroboré par la
géographie de l’endroit où ont été découverts ces cadavres, les rapports des différents
services de sécurité, ceux des autorités administratives burundaises, les témoignages
des Burundais et Rwandais agriculteurs et pêcheurs riverains de la rivière Akagera et
du lac Rweru » a-t-il dit85.
La police du Burundi n’ayant pas les moyens scientifiques d’identification de ces
cadavres, le Gouvernement du Burundi a saisi l’Union africaine qui a répondu
favorablement à la requête du Burundi quatre mois plus tard86 au moment où le
Rwanda continuait de refuser toute investigation, arguant que « c’est un problème
interne au Burundi ». Au contraire, une mystérieuse tentative de « vol de ces
cadavres » fut organisée par d’inconnus venus du Rwanda à bord de plusieurs bateaux
à moteur, dans la nuit du 21 au 22 septembre 201487.
Cet antécédent ne pouvait donc que fâcher le régime de Kigali qui, selon toute
évidence, avait un intérêt à ce que la lumière ne soit pas faite. Tout porte à croire aussi
qu’il a trouvé, à sa façon, un moyen de se venger contre le Burundi à travers une
campagne de médisance et une volonté sans cesse accrue de pourfendre l’ordre
constitutionnel établi au Burundi, basé sur un partage de pouvoir entre les principales
ethnies burundaises, gage de la cohésion sociale.
Au regard des efforts, considérables, consentis par les services de renseignements
rwandais pour diviser les services de sécurité burundais, au vu des procédés de
déstabilisation des masses mis en branle depuis lors, nul ne peut plus douter de
l’efficacité du « remède Arusha » aux violences sociales qui ont endeuillé le Burundi
depuis l’indépendance.
En effet, malgré la pression psychologique subie par la société burundaise encore
traumatisée par un passé proche violent, la population est restée très largement unie.
La crise politique enclenchée par certains opposants en mal de stratégie électorale, et
avec le soutien des services de renseignement rwandais est restée dans des termes
politiques et n'a pas pris de dimension ethnique comme l’espéraient les autorités
rwandaises. Ces dernières comptaient sur l’éruption de violences ethniques au Burundi
85 http://www.rfi.fr/afrique/20141014-procureur-burundi-cadavres-lac-rweru-proviennent-rwanda
86 http://www.rfi.fr/afrique/20150310-burundi-rwanda-cadavres-lac-rweru-ua-pierre-nkurunziza-nkosazanadlamini-
zuma
87 http://www.rfi.fr/afrique/20140923-lac-rweru-groupe-non-identifie-tente-voler-cadavres
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 23
pour invoquer le concept de « responsabilité de protéger » (R2P88) et intervenir au
travers de l'East African Standby Force (EASF) au motif de protéger la minorité Tutsi.
Heureusement, le génocide et les violences ethniques prévus au Burundi n'ont jamais
eu lieu. En témoignent d’ailleurs, les propos des élus du peuple qui débattaient de la
question en décembre dernier 89 , lors d'une session parlementaire retransmise en
direct sur toutes les radios opérant au Burundi. Sans peur, après avoir décliné l'identité
(ethnie, région), les députés et sénateurs burundais, Hutu, Tutsi et twa ont
catégoriquement rappelé que la population burundaise dénonçait les manipulations
politiciennes sur un hypothétique génocide au Burundi.
Ces violences ethniques ne reverront jamais le jour, d'ailleurs, grâce aux Accords
d'Arusha, complétés par l'Accord Global de Cessez-le-feu de 200390 qui a accouché de
la nouvelle structure des forces de défense et de sécurité du Burundi. En effet, le
partage du pouvoir politique sur base de quotas ethniques 91 fait que toutes les
composantes de la société burundaise se retrouvent dans les instances de prise de
décision et de gestion de la sécurité. Or, comme le stipule l'Accord d'Arusha, les
différents conflits burundais se sont nourris des méfiances réciproques entre les deux
principales communautés ethniques, les Hutu et les Tutsi, « sur fond de lutte de la
classe politique pour accéder au pouvoir et/ou s’y maintenir »92. En créant des forces
de défense et de sécurité représentant toute la diversité de la composition
démographique du Burundi, que ce soit au niveau ethnique et régional, avec des
mécanismes de contrôle et de vérification en cas de besoin, l'Accord Global de Cessezle-
feu a permis de rétablir la paix93 et la confiance dans la très grande majorité des
coeurs des Burundais.
La crise politique de 2015 alimentée par les manoeuvres rwandaises a démontré que
le modèle de gestion politique par consensus hérité d'Arusha a uni le peuple burundais,
malgré des mémoires blessées94 et éclatées. Or, c'est justement cette étape qui effraie
les dirigeants rwandais : la politique de gestion politique initiée par le FPR est basée sur
une fausse négation des identités (car au fond tout le monde connaît l'ethnie de l'autre),
et la mise en avant d'un socle matériel (progrès économique) qui gommerait
progressivement les attaches identitaires. Parallèlement, ce processus s'accompagne
d'un rappel sans cesse renouvelé du « péché Hutu » avec le génocide Tutsi de 1994,
dans lequel finalement la responsabilité dans ce crime se transmet par filiation95 :
même si l'enfant Hutu né après 1994 n'a aucune responsabilité dans le génocide, il a le
devoir de porter le poids de ce crime contre l’humanité puisqu'il a été commis en son
nom (Politique « Ndi Umunyarwanda »).
Le processus de gestion de la société post-génocide au Rwanda s'accompagne d'un
verrouillage des lectures possibles de l'histoire. Les mémoires sont réduites au silence,
88 Le Rwanda co-préside d'ailleurs le “Groupe d'Amis du R2P” au sein des Nations Unies
89 https://www.youtube.com/watch?v=p7iez2x4h7k
90 http://www.mdnac.bi/sites/default/files/Accord_global_de_cessez-le-feu_16.11.11.pdf
91 60 % pour les Hutu pour des postes politiques et 40 % pour les Tutsi, ainsi que 50 %-50 % dans l’armée et dans
la police, en plus des Twa qui sont systématiquement coptés
92 http://bnub.unmissions.org/Portals/bnub-french/accorddarusha.pdf
93 http://www.hdcentre.org/uploads/tx_news/42BurundiReportFrench.pdf
94 http://www.impunitywatch.org/docs/Burundi_Mem_Research_Report_FR.pdf
95 https://www.youtube.com/watch?v=QP9cppLRZrs
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 24
mises au pas. Au Burundi, l'approche a été toute autre. L'accent a été mis sur un
véritable partage des mémoires, des peurs, des expériences de toutes les
composantes de la société burundaise. La mise en place de la Commission Vérité et
Réconciliation, l'instauration des mécanismes de partage du pouvoir, la prééminence
d'un modèle de gestion politique du pays par le dialogue sont des facteurs qui font
qu'aucune vérité n'est exempte de critique. La société burundaise, et ses dirigeants
sont alors en perpétuelle remise en question, ce qui alimente positivement la
démocratie burundaise.
Le Burundi a fait le choix d'un modèle de gestion des violences sociales, une gestion
basée sur l’institutionnalisation des identités (ethniques, régionales, genre) et un débat
ouvert sur l'Histoire. Ce modèle-là est perçu comme un danger idéologique pour le
pouvoir rwandais, qui tire principalement sa légitimité politique de la distorsion des
mémoires collectives et individuelles, sous prétexte du génocide rwandais. Le Burundi a
fait le choix d'une société ouverte sur son passé et son futur, le Rwanda l'inverse : et le
passé, et le futur sont lus sous un angle dicté par ceux qui ont pris le pouvoir au
lendemain du génocide de 1994. Au Burundi, le débat sur l'histoire est institutionnalisé
et démocratique, au Rwanda il est tout fait, répété. Sauf que nos deux pays ont vécu
des soubresauts sanglants de l'Histoire en vases communicants. Les massacres
ethniques au Rwanda en 1959 ont nourri les tensions ethniques au Burundi jusqu’au
génocide de 1972, ce qui a poussé plusieurs centaines de milliers de Hutu burundais à
prendre le large, une grande partie se déversant sur le Rwanda qui était entre les
mains d’une classe politique Hutu. Ces tensions ethniques au Rwanda ont également
nourri la formation d’une rébellion Tutsi dont l'une des principales bases-barrières était
le Burundi. Par conséquent, les Hutu burundais en exil au Rwanda formèrent des
mouvements de rebellions, avec l’appui du gouvernement rwandais. Les leaders
politiques burundais Hutu qui ont émergé au lendemain des élections de 1993 (dont
les Présidents Melchior Ndadaye, Domitien Ndayizeye, Sylvestre Ntibantunganya, …)
avaient évolué pour la plupart au Rwanda, etc.
Laisser éclater un processus de Vérité et de Réconciliation au Burundi, aux portes du
Rwanda, avec ces témoignages croisés, complexes, qui n’hésiteront pas de s'emparer
des vécus burundais mais aussi rwandais tant les liens entre les familles, les
communautés sont mêlées entre les deux pays, laisser donc éclore cet élan, loin de la
lecture unilinéaire imposée sur le Rwanda par le FPR constitue un grave danger pour le
pouvoir rwandais. Le débat sur l'Histoire du Burundi sera aussi, par ricochet, celui sur
l'Histoire du Rwanda (qui n'a jamais eu lieu). Des mensonges risquent d’être défaits, de
part et d'autre de la frontière burundo-rwandaise : voilà la peur du FPR de Paul Kagame.
La remise en question de la version officielle de l'histoire rwandaise ne peut se faire
sans toucher à la légitimité historique qui fonde le pouvoir de l'actuel leadership
rwandais. Contrairement au Burundi, où la contradiction et la remise en question sont
des acquis démocratiques reconnus et établis depuis une dizaine d’années.
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 25
VII. La réponse du Burundi à l'agression rwandaise
L'agression du Burundi par le Rwanda est un cas parmi d'autres d'un
leadership politique qui tient peu à coeur le respect de la souveraineté
des pays voisins, pour peu que ses intérêts soient en jeu. Le cas le plus
emblématique est la République Démocratique du Congo96, qui a subi les
agressions du Rwanda depuis une vingtaine d’années.
Suite aux accusations plusieurs fois répétées par les autorités
rwandaises d'une présence d'Interahamwe97 et FDLR98 au Burundi, le
gouvernement burundais a accepté que la CIRGL99 envoie une mission
d’enquête militaire pour vérifier l'exactitude de ces allégations. Les
résultats des enquêtes ont été négatifs.
Par contre, dès août 2015, la demande du gouvernement burundais,
pour une enquête menée dans le cadre régional sur l'implication
rwandaise dans la formation militaire et l'armement des réfugiées et
citoyens ordinaires burundais, s'est heurtée au refus catégorique des
autorités rwandaises. Pourtant, les évidences continuent à être
fournies. En témoigne le dernier rapport100 des experts de l'ONU sur le
soutien de l’armée et des services de renseignement rwandais à
l'opposition radicale burundaise afin de renverser les instituions
burundaises. En attendant une réaction ferme de la Communauté
Internationale aux demandes du Burundi, le gouvernement soutient que
la solution à la crise actuelle ne peut venir que d'un dialogue
interburundais franc et inclusif, lequel aboutira à un pacte sur la
démocratie, un instrument qui viendra s’ajouter à la Charte de l’Unité
nationale adoptée par référendum le 5 février 1991, à l’Accord
d’Arusha de 2000 et à l’Accord Global de Cessez-le-feu de 2003.
Les burundais ont besoin de cet instrument pour renforcer leur
démocratie et mettre un terme à la spirale de violences qui
accompagnent chaque processus électoral depuis 1961, lorsque le
pays était encore en quête de son indépendance.
96 http://www.droitcongolais.info/files/Rapport-final_Groupe-d-experts-du-Conseil-de-securite-de-l-ONU--Nov.-
2012-.pdf
97 Milice rwandaise créée par le MRND, parti du président Juvénal Habyarimana, au Rwanda
98 Forces démocratiques de libération du Rwanda
99 Conférence Internationale sur la Région des Grands-Lacs
100 https://assets.documentcloud.org/documents/2704241/UN-Burundi.pdf
Actes d’Agression du Rwanda contre le Burundi 26
VIII. CONCLUSION
La paix et la sécurité sont rétablies sur tout le territoire national malgré quelques défis

kilimambogo boy 15/05/2016 11:59

nimwiyumvire ibisigaye murwanda ruyobowe n'udushwiriri !!! :

https://www.youtube.com/watch?v=O6ePonM_q4M
n'amabanga !!!!!!!!!!!!!!!!!

kilimambogo boy 15/05/2016 11:29

Erdogan agize ati l'Occident est plus préoccupé par le droit des animaux et des homosexuels que par la Syrie et la mort de noirs ...

Akamasa 15/05/2016 11:07

Wowe munyarukato uri imbwa itagira imurizo

kilimambogo boy 15/05/2016 11:26

svp ntimugate umwanya wanyu musoma ibyuriya musega ! muba muri kuwuha agaciro utagira ! agaciro kawo kangana n'akamabyi yimpiswi... tugire amahoro

kilimambogo boy 15/05/2016 11:04

Citation de Malcolm X
"Personne ne peut vous donner la liberté. Personne ne peut vous donner l’égalité ou la justice. Si vous êtes un homme, c’est à vous de la prendre.
On peut modifier la méthode utilisée pour atteindre un objectif, mais l’objectif, lui, ne varie jamais. Ce que nous voulons par tous les moyens, c’est une liberté absolue, une justice absolue, une égalité absolue. Cela ne varie jamais. Être absolument et immédiatement reconnus et respectés en tant qu’êtres humains, voilà ce que nous voulons tous, et cela ne varie pas. Peu importe votre appartenance – ce qui compte, c’est que vous vouliez être reconnus comme des êtres humains et respectés en tant que tels."

umututsi mwiza umumenya iyo aphuye 15/05/2016 11:01

@ kubasomyi mwese

@guphobya genocide

banyarwanda banyarwanda kazi namwe nchuti zamahoro.mukomere kandi mbifurije paska nziza kuri mwese.

nshimishijwe nokubona abantu baramaze kumenya ubwenjye bakavumbura ububi nubugome bwacu twe abatutsi.

tugaruke kubyo mvuga ko umututsi mwiza umumenya iyo aphuye!! Bana ba mama rero kubona abazungu bateranya abirabure tukamarana dupha ubusa twaranjyiza tuti abazungu nabagome biteye isoni ngaha aho njya nihanukira nti habyarimana yari imbwa kuko yataye urwanda mukangara tete kandi ndumva narabisobanuye neza bihagije nkaba nkomeje kubishimangira kugirango ukuri kujte ahagaragara.

ariko reka nibarize abahutu:

- ese mwaba mufite umuyobozi uwo democratie nshya izubakirwaho??
-ese abahutu mwese mwaba muziko iyi arigahunda ikomeye ya fpr yokumaraho abahutu bose bazi ubwenjye kugirango hasigate injiji zizajya ziragira inka zabatutsi gusa??

Tubyemere ko abahutu musigaranye abayobizi babiri gusa mugisirikare no muli politique:
1). Mugisirikare :lt gen Mudacumura sylvestre
2).muli politique :nyakubahwa twagiramungu rukokoma

reka tugerageze kungurana ibitecyerezo:

- rukokoma ko ufite cite aho uhitisha ibitecyerezo byawe tukaba tugufite wowe wenyine mubasheshakanguhe bajijutse babayeho kungoma nyinshi zo murwanda mukarere kibiyaga bigari muri africa yose ndetse nokwisi yose ko utibanda muguhugura abana bato abasore ninkumi ngo ubigishe byibuze uko revolution ya 59 yakozwe cg se ngo ubabwire uko bigobotora ingoma mbi yakagame wumugande umaze urwatubyaye!! Dore rero uko ibintu bimeze kuva ukuze kandi ntamuntu uratwereka ushobora kugusimbura ndumva waba urimo kutujijisha kuko kuba ntakintu utubwira kizima cg gishyashya kurubu ndumva ibyawe ari birebire niba se CPC yarananiranye ntayindi nzira cg ibitecyerezo ufite ko abahutu muri benshi kuki ntacyo mukora kugeza ubu ngo mutabare nabasigaye wenda???

- kuri sylvestre Mudacumura lt gen.

ibuka ubwo waruyobowe ukiri murwanda ubwo wahungaga uri major mukarinda mwirunda mumakambi sud kivu na nord kivu ariko ntimugire icyo mukora wenda ngo hakurya ibintu bihinduke; barakwirukankihe urinda ugera centre africa ugaruka i kinshasa uba ubaye col ujya kuyobora Em Tac ariko birakunarira uhava kibuno mpamaguru ubwo abakuyoboraga gen ntiwiragabo na gen renzaho bari bafashwe ukomezanya za kamina ugera mwishyamba rwaeakabije ayamanitse urakomeza none ubu niwowe muyobozi ukomeye cyanewica ukanakiza wowe na vyiringiro !! Mbabaze:

ese mujya mwibukako ari madamme mukantabana seraphine wabashakiye inzira ???

ese nawe waba ukomeje kugwa mumutego wigisigisigi cya habyalimana wabaye impehe ntabashe guharanira urwamubyaye???

ese uwagusubiza inyuma ho imyaka 20 niba waruri i goma ubona haragomba gukorwa iki muri 96 kugirango ubwinshi bwabahutu mwari mufite mube mwarabukoresheje hakiri kare ??

ese politique yabakinnyi ivuga ko la meilleur defense c'est l'ataque ntacyo ikubwiye kujyeza ubu??

Ese ko kagame yanze kurekura ariko akaba asaza afite ugihugu ubwo wowe ukaba urimo usaza ntagihugu ugira uri mwishyamba ukaba utarabashije kwumganisha amashyaka menshi arwanya ingoma mpotozi yakagame ingoma ntutsi kandi tukaba dufite gahubda yokumara abahutu bose basa nabize kandi ko byibuze buri munsi twica abahutu 20 murwanda tukabahambana ubushishozi nubuhanga bukomeye kuburyo isi itabimenya ubwo nubwo muri rubanda nyamwinshi ubwo murumva noneho niba ntacyo mukoze mutarutwa na rwara wayamanitse ????

Ese ko wenda ukoresha igisirikare ariko ukaba ntacyo ukora kigaragara kugeza ubu kandi urwanda rukaba rukeneye umuyobozi nyawe (un leader charismatique) ushobora kunganisha abanyarwanda twese tukubaka urwatubyaye ?? Kandi ukaba mumyaka 20irimbere uzaba ushesha akanguhe nyabuneka ntago wareba hakiri kare icyo wakora amateka ataragucira urubanza???

Ese ko mutinya kwinyagambura kandi hakaba hari abantu bazima bokubafasha kwinyagambura cg se bo bakaba bakora ibishoboka byoose kugirango nawe uzagere aho utegecyera neza nkabandi bose bidatinze cg ngo bice munzira ndende urumva ibyiza utagombye kwicarana nabantu bawe mukareba icyakorwa hakiri kare??

Rukokoma na mudacumura tubahaye igihe kitari gito kabdi kitari kirekire mumisni 100 uhereye ubu nimuba mutara garagaza icyakorwa ngo murwaneho urwatubyaye haracyari kare muve munzira muhigamire abasore ninkumi ubundi murebe ko impinduka itabaho.

mvuze ibi byose maze kwitegereza nkabonako kuba umuyobozi bisaba ibintu byinshi cyane!!

capt sanogo wo muri Mali yaratabaye nyamara akaga Mali yaribonye kahise gahagarara!!

Abahutu muzapha mushire niba mutarebye neza.

kilimambogo boy 15/05/2016 11:23

ndakwemera ibyo uvuze n'ukuri ! gusa icyo tudahuriza ho ni twagiramungu njyewe simwemera ! azi kuvuga ariko amakosa yakoze si nkimubarira mubantu bashobora kutuyobora ahubwo au pire namushira muba jyanama ! tugire amahoro

Munyarukato 15/05/2016 10:40

Dore ingabo ureke za nkoramaraso z'abahutu zaroshye urwanda mu icuraburindi!! Nyamara abazungu nabo barabizi ko abahutu no kumena amaraso ari karande yacu.
Izi nkotanyi zisunzwe mu Kurinda umutekano wa Hollande na mugenzi we hatirengagijwe ko aba CNDD ba nkurunziza nabo bari i Bangui ariko urebye ibyo abahutu dukora ntawatwibeshyaho ngo aduhe inshingano nka ziriya.

Irebere nawe!!

Ingabo z’u Rwanda,Rwandabatt3, ziri mu butumwa bwa Loni bwo kugarura amahoro muri Centrafrique, MINUSCA, hamwe n’ingabo z’u Bufaransa ziri muri iki gihugu mu gikorwa cyiswe Sangaris; zafatanyije mu kurinda Perezida w’u Bufaransa François Hollande na Faustin Archange Touadera wa Centrafrique.

Iki gikorwa cyo gucungira umutekano aba bakuru b’ibihugu cyabaye mu gihe Perezida Hollande yagiriraga uruzinduko rw’umunsi umwe muri Centrafrique kuri uyu wa Gatanu tariki ya 13 Gicurasi 2016.

Nyuma y’ibiganiro hagati yabo, aba bakuru b’ibihugu byombi bagiranye ikiganiro n’abanyamakuru aho Perezida Hollande yavuze ko mu gihe cya vuba igikorwa cy’ingabo z’u Bufaransa cyiswe Sangaris kigamije kubungabunga amahoro i Bangui kiraba gisojwe.

Ni igikorwa cyatangiye mu mwaka wa 2013 ubwo muri Centrafrique ubugizi bwa nabi bwatangiraga.

Bacungiwe umutekano n’Ingabo z’u Rwanda ziri mu butumwa bw’amahoro, Rwandabatt3, hamwe n’ingabo z’u Bufaransa ziri muri Sangaris, aba bakuru b’ibihugu bombi basuye ibice bitandukanye by’Umujyi wa Bangui.

Ntaho nigeze numva Za Nzirabwoba zacu zari zubakiye ku bwoko n'amazuru abwataraye zihabwa inshingano nkizi mu karere kandi hirya no hino umuriro warakaga. Aha navuga nka Tchad,Angola,Mozambique,Uganda,Iburundi nahandi hari intambara.
Image yazo yariyo kwica abaturage,gufata abari ku ngufu,gusahura abaturage no kwica abayobozi b'igihugu urw'agashinyaguro mu magereza n'ahandi.

Yewe harabaye ntihakabe koko.

Munyarukato

Satoshi Nakamoto 15/05/2016 17:34

Sintangaye nibyishimo ugize kuberako nziko urwaye uburwayi bwo mumutwe. inkotanyi zishimishwa nogukora "coprophilia" niyompamvu muza muvuga ubusa hano...

kilimambogo boy 15/05/2016 10:30

niko wamusega we uzi gutera imbere icyo bisobanura ?! igihugu cy' Urwanda cyatejwe imbere kuva kubutegetsi bwa kayibanda naho kugihe cyayamibweju ngo n'abami mwabaga muri nyakatsi, ugasanga icyami baracyubakiye nyakatsi nk'ijana ngo n'iterambere, icyami bakagitwara mungobyi nkumurwayi wa macinya nacyo ngo cyakuze ingege... imbwa z'abami ntakindi zakoze uretse kwica no guteza inyuma igihugu ! mumyaka 25 urwanda rwari rugeze ahantu nyaho (nushaka ugende ubaze uriya musuzi ngo nikagome mugereranye 1959 na 1990 nubwo rwose uri igicucu ndazi neza ko uzabona ko 1959 yari moyen-age cyangwase ikuzimu naho1990 ikaba paradis sur terre ... ) kuburyo n'abazungu byabateye ubwoba bakabona ko badahagaritse iterambere, u Rwanda rwari kwigisha africa nzima hanyuma umugabane wacu ukarusha n'ubushinwa ntibabone uko basubira kutwiba no kutuvuruga... bahita ko bafata icyemezo cyo kugarura abicanyi binyenzi kugirango bakore icyo bazobereyemo nukuvuga kwica abahutu, abatwa, abatutsi, abakongomani n'abandi, gusuzugura, kubangamira uburenganzira bw' abantu guteza imvururu zidashira, nuko rero développement igahagarara. Nuko rero ahasigaye abazungu bagakoresha ingufu z'ibinyamakuru byabo mukogeza inyenzi bahumya abantu amaso ngo zakoze akazi (bakazubakira utugorofa dutanu etc,) alors que c'est le contraire qui est vrai (nazo sukwiyoza munyo) ! Niko bakoze muri africa yepfo, bafata abirabura nka batanu bakabagira abakire naho banyarucari bakarushaho gusubira inyuma hagira uvuga bati murebe abirabura twabateje imbere …
umugabi witwaga MALCOLM X niwe yagize ati « Les médias sont les entités les plus puissantes sur terre. Ils ont le pouvoir de rendre les innocents coupable et de faire des coupables des innocents et c'est ça le pouvoir. Parce qu'ils contrôlent l'esprit des masses .»

Cyizayves 15/05/2016 08:47

Umva wowe utagaragaza amazina wiyita TUZARUBANAMO TWESE! mwa nkozi zibibi mwe!nongere mbikubwire mayiti yuriya mubyeyi ntiwantanze kuyibona agishiramo umwuka! twese twarababaye kdi twaramwunamiye !urumva wa mugome we!ariko ibyo kuba umuntu akoze ikosa kugiti cye mwarangiza ngo yatumwe ni inkotanyi ibyo mbibonamo intege nke mugukora analyse!ubundi ngo nyina yararigitishijwe niko ubona koko uriya mubyeyi yakwica azizwa iki ko byatewe nundi wagirango yibagiwe inshingano ze akamukubita kugeza apfuye kdi nawe ubu ari gusambishwa nubutabera company yose yacungeraga umutekano uriya yakoreraga yarahagaritswe murashaka ko bigenda bite?Ariko aho ivangura ribageze mwabonye agaramye yapfuye nkaho mwavuze muti pole mwihitiramo kuvuga ko ngo ari umuhutu mwabaye mute?nicyo mpfa namwe !umva wantuka wagira ute niko uzavuge ibyo ushaka?niko wanjiji we niryari wigeze ubona igihugu gitera imbere nkubungubu?mwagitaye cyimeze gite wa njiji we?

kilimambogo boy 15/05/2016 10:30

niko wamusega we uzi gutera imbere icyo bisobanura ?! igihugu cy' Urwanda cyatejwe imbere kuva kubutegetsi bwa kayibanda naho kugihe cyayamibweju ngo n'abami mwabaga muri nyakatsi, ugasanga icyami baracyubakiye nyakatsi nk'ijana ngo n'iterambere, icyami bakagitwara mungobyi nkumurwayi wa macinya nacyo ngo cyakuze ingege... imbwa z'abami ntakindi zakoze uretse kwica no guteza inyuma igihugu ! mumyaka 25 urwanda rwari rugeze ahantu nyaho (nushaka ugende ubaze uriya musuzi ngo nikagome mugereranye 1959 na 1990 nubwo rwose uri igicucu ndazi neza ko uzabona ko 1959 yari moyen-age cyangwase ikuzimu naho1990 ikaba paradis sur terre ... ) kuburyo n'abazungu byabateye ubwoba bakabona ko badahagaritse iterambere, u Rwanda rwari kwigisha africa nzima hanyuma umugabane wacu ukarusha n'ubushinwa ntibabone uko basubira kutwiba no kutuvuruga... bahita ko bafata icyemezo cyo kugarura abicanyi binyenzi kugirango bakore icyo bazobereyemo nukuvuga kwica abahutu, abatwa, abatutsi, abakongomani n'abandi, gusuzugura, kubangamira uburenganzira bw' abantu guteza imvururu zidashira, nuko rero développement igahagarara. Nuko rero ahasigaye abazungu bagakoresha ingufu z'ibinyamakuru byabo mukogeza inyenzi bahumya abantu amaso ngo zakoze akazi (bakazubakira utugorofa dutanu etc,) alors que c'est le contraire qui est vrai (nazo sukwiyoza munyo) ! Niko bakoze muri africa yepfo, bafata abirabura nka batanu bakabagira abakire naho banyarucari bakarushaho gusubira inyuma hagira uvuga bati murebe abirabura twabateje imbere …
umugabi witwaga MALCOLM X niwe yagize ati « Les médias sont les entités les plus puissantes sur terre. Ils ont le pouvoir de rendre les innocents coupable et de faire des coupables des innocents et c'est ça le pouvoir. Parce qu'ils contrôlent l'esprit des masses .»

Simplice 15/05/2016 09:05

@ cyizayves.

"...niko wanjiji we niryari wigeze ubona igihugu gitera imbere nkubungubu?mwagitaye cyimeze gite wa njiji we?"

Hhhhhhhhhhhhh!!! Kare kose se wigiraga amaki? Iyo uba wahereye aho kare kose abantu bose ntibate umwanya baburana n'intozo nka ba Makanji alias Cartas. Ingeso ntiyihishira aho wahereye wiyoberanije wageze ahobunanirwa kwifata none birangiye uhamirije! Ubu mu kanya uri buze kuza utukana ubuhutu n'ubuterahamwe wikuze jyenosayidi nk'uko bisanzwe iteka.

gupfobya jenoside 15/05/2016 00:08

Uwateje amajenoside akaba anayapfobya ni KAGAME PAUL FPR ugomba gukurikiranwa mu nkiko n'abambari be.

jenoside ni ukwibasira inyoko muntu ugamije kuyitsemba no kuyipfinanagza kuburyo buteguwe neza.
Ibi akaba ari byo FPR-kagame paul yakoze .Mbere yo gutera u Rwanda gahunda ye ya 1 kwari ugusubiza abahutu inyuma ho nibura imyaka 10.
Gahunda ya kabiri yari ukubagabanya kuburyo bukurikira:
kwica 1/3 cy'abahutu mu ntambara,gukora uko ashaboye 1/3 cy'abahutu bagahunga u Rwanda biyubakiye agasiga mu rwanda 1/3 cy'abahutu.
Yafata ubutegetsi akica 1/3 cy'abahutu basigaye mu gihugu,agafunga anirukana 1/3 cyabasigaye mu gihugu ikindi 1/3 mu basigaye mu gihugu bagahinduka abagaragu n'inkomamashyi.Iyi migambi yayigezeho.
Gahunda ya 3 gutwara imitungo n'ibintu by'abahutu akabitwara ibindi akabigabira abatutsi: iyi gahunda iyinyuza muri gahunda ya agaciro n'iyo kubakira abacitse ku icumu.
Gahunda ya 4 gutesha umutwe no guharabika ikiri umuhutu ku isi yose:iyi gahunda yayigezeho.
Abakorewe jenoside bwa mbere ni abahutu b'i Byumba na Ruhengeli hakurikiraho abatutsi bo mu Rwanda FPR-kagame paul ikomereza ku bahutu bo mu makambi ya KONGO nomu BURUNDI,abo mu nkambi yi Kibeho no muri za tije yarabamaze ataretse abari mu magereza.None yadukiriye abahutu b'i BURUNDI.
Aya majenoside yose yateje agomba guhabwa agaciro kimwe :abahutu bagashyingura ababo mucyubahiro bakanakurikirana ababishe aho bari hose n'abatutsi bikagenda uko.
ikibabaje ni uko FPR-kagame ivangura abicanyi n'abiciwe ariko amagufa n'ibisigazwa byaba iby'abahutu byaba iby'abatutsi abimurikira amahanga abibacuruzaho n'amanyanga avanzemo ubugome n'amaganya.Banyarwanda banyarwandakazi ibi birababaje kandi birarambiranye binatandukaabanyarwanda twese.
Duhaguruke tugeze mu nkiko ba se kibi bavangura ,bica,babeshya bagamije indoke zabo zo kugura amadege n'ibindi.umwanzi wa twese ni FPR-kagame tumugeze imbere y'inkiko ntakomezegupfobya za jenoside yateje

kilimambogo boy 15/05/2016 10:52

ibyo byose uvuze n'ukuri kandi inyenzi zabigejejweho n'abazungu tutibagiwe n'abahutu n'abatutsi bimbwa nkaba kanyamurengwe n'abandi. kugirango ibintu bijye muburyo nukubohoza igihugu cyacu hanyuma izo nyana zimbwa akaba aritwe tuzicira urubanza ruzikwiriye ntakwirirwa duta umwanya tuzitwara munkiko z'abazungu kandi aribo bazitumye kandi banazishigikiye ! tugire amahoro

gupfobya jenoside 15/05/2016 00:06

Uwateje amajenoside akaba anayapfobya ni KAGAME PAUL FPR ugomba gukurikiranwa mu nkiko n'abambari be.

jenoside ni ukwibasira inyoko muntu ugamije kuyitsemba no kuyipfinanagza kuburyo buteguwe neza.
Ibi akaba ari byo FPR-kagame paul yakoze .Mbere yo gutera u Rwanda gahunda ye ya 1 kwari ugusubiza abahutu inyuma ho nibura imyaka 10.
Gahunda ya kabiri yari ukubagabanya kuburyo bukurikira:
kwica 1/3 cy'abahutu mu ntambara,gukora uko ashaboye 1/3 cy'abahutu bagahunga u Rwanda biyubakiye agasiga mu rwanda 1/3 cy'abahutu.
Yafata ubutegetsi akica 1/3 cy'abahutu basigaye mu gihugu,agafunga anirukana 1/3 cyabasigaye mu gihugu ikindi 1/3 mu basigaye mu gihugu bagahinduka abagaragu n'inkomamashyi.Iyi migambi yayigezeho.
Gahunda ya 3 gutwara imitungo n'ibintu by'abahutu akabitwara ibindi akabigabira abatutsi: iyi gahunda iyinyuza muri gahunda ya agaciro n'iyo kubakira abacitse ku icumu.
Gahunda ya 4 gutesha umutwe no guharabika ikiri umuhutu ku isi yose:iyi gahunda yayigezeho.
Abakorewe jenoside bwa mbere ni abahutu b'i Byumba na Ruhengeli hakurikiraho abatutsi bo mu Rwanda FPR-kagame paul ikomereza ku bahutu bo mu makambi ya KONGO nomu BURUNDI,abo mu nkambi yi Kibeho no muri za tije yarabamaze ataretse abari mu magereza.None yadukiriye abahutu b'i BURUNDI.
Aya majenoside yose yateje agomba guhabwa agaciro kimwe :abahutu bagashyingura ababo mucyubahiro bakanakurikirana ababishe aho bari hose n'abatutsi bikagenda uko.
ikibabaje ni uko FPR-kagame ivangura abicanyi n'abiciwe ariko amagufa n'ibisigazwa byaba iby'abahutu byaba iby'abatutsi abimurikira amahanga abibacuruzaho n'amanyanga avanzemo ubugome n'amaganya.Banyarwanda banyarwandakazi ibi birababaje kandi birarambiranye binatandukaabanyarwanda twese.
Duhaguruke tugeze mu nkiko ba se kibi bavangura ,bica,babeshya bagamije indoke zabo zo kugura amadege n'ibindi.umwanzi wa twese ni FPR-kagame tumugeze imbere y'inkiko ntakomezegupfobya za jenoside yateje

Tuzarubanamo_Twese 14/05/2016 23:26

@CyizaYves,

Wa mwidishyi we w'inkomamashyi, umenye ko utarusha ubukotanyi abo Kagame yamaze kwikiza abakubita udufuni, abaha uburozi cg ABAGONGESHA amakamyo, ntabwo niriwe ndondora amazina yabo ntamwanya mfite kandi nawe urabazi benshi ndetse kundusha.

Muri make, uriya mubyeyi UWAMAHORO bene Sekibi bishe ku manywa yihangu, umwana we w'ikibondo yarahetse mugongo, nyina wa Uwamahoro n'abandi bagore bane (4),...bose bishwe n'iyi NGOMA-MPOTOZI ya Semuhanuka alias SEKIBI Ndaribwaribwa.