La RDC démantèle deux nouvelles filières de rebelles burundais venus du Rwanda.

Publié le par veritas

Trois militaires accusés de complicité avec les insurgés à Bujumbura, Burundi, 11 décembre 2015

Trois militaires accusés de complicité avec les insurgés à Bujumbura, Burundi, 11 décembre 2015

Dans l’Est république démocratique du Congo, à la frontière avec le Burundi, les infiltrations de rebelles burundais continuent. Depuis février, les services de sécurité congolais en ont arrêté plusieurs dizaines et continuent d'accuser le Rwanda de les entraîner et de leur faciliter l'accès au Burundi via le Congo. Et ce malgré les opérations coordonnées menées par les FARDC et l’armée burundaise, chacune de leur côté, de la frontière le long de la rivière Rusizi. Les services de sécurité congolais disent avoir démantelé deux nouvelles filières.
 
La première filière est démantelée en février à Mutarule, quand plusieurs Congolais ont été arrêtés après la découverte d'une importante cache d'armes. Parmi eux, un chef de groupement barundi, qui, selon, Kinshasa, avait les numéros de responsables des services de sécurité rwandais dans son portable. C’est avec eux qu’il aurait coordonné les infiltrations. La fouille s'est poursuivie pendant plusieurs jours et aurait conduit à l'arrestation de sept combattants burundais.
 
La seconde filière est démantelée dans la plaine de Rusizi au mois de mars. Mais cette fois, les infiltrés auraient été assistés par un groupe Maï-Maï Bafulero, une ethnie pourtant réputée hostile à Kigali. «Ce n'est pas la première fois qu'on assiste à ce type d'alliance», explique un expert sur le Congo. Ces Maï-Maï auraient exigé jusqu'à 200 dollars par infiltré avant d’abandonner les Burundais à leur sort.
 
Au total, ce sont 37 Burundais qui auraient ainsi intercepté dont deux officiers de l'ex-armée burundaise, ainsi que trois mineurs remis à la Monusco. Les services de sécurité congolais assurent que le Rwanda reste impliqué en termes formation, de soutien logistique et financier. Tout comme ceux arrêtés l'an dernier, ces infiltrés auraient transité par les camps de réfugiés rwandais. « Les méthodes d'infiltrations évoluent après chacun de nos coups de filet », explique un officier congolais.
 
Quant aux allégations faisant état de transfert de prisonniers du Congo vers le Burundi, les deux gouvernements démentent.
 
RFI

Commenter cet article

amani 18/04/2016 17:49

ariko amashereka y'amoko muyonkera he? imana izakubaza ibyo wakoze ntizakubaza ibyo bagukoreye, Mana fasha abafite inzangano kuzireka kuko turi abagenzi.

Intore mwitonde. 15/04/2016 17:31

Dieu seul est le tout puissant.
Intore mwitonde. Kuri iyi SI, turi mu rugendo, kuko DEREVA ari Imana.

Erega no ku gihe cya Habyara twari dufite "inshuti"; nyuma ya 04/07/1994 nibwo watelefonaga iyo "NSHUTI", ikakubwira ko nta hantu muziranye.Abumva bumvishe.

Musome mwitonze ubu buhamya

https://www.youtube.com/watch?v=IyY28rvulOA

https://www.youtube.com/watch?v=nJ93UkBc8Bw

Mwacishije make? Tuzirikana ko ibyo mwagiye mukora haba iwacu, cyangwa i mahanga, bitatuma musubira inyuma.
Ariko na none ntarirarenga.
Nyuma ya GACACA, GUPFOBYA niyo igezweho, nta yindi nzira y'ubwimvikane mu gihugu?

RWANDA UKURI KURI HE, 15/04/2016 15:33

https://www.youtube.com/watch?v=MKWAG_yQ2Lw

Mbonyingabo 15/04/2016 12:32

Urwanda rwabahutu, abatwa nabatutsi bashyize hamwe ruraje, Abagande batuzanyemo amacakubili barajyahe?

Bantou Clan Une Histoire De Chair Et De Sang Kibeho 15/04/2016 11:39

Fin Avril marque le vingtième anniversaire de l’un des écrans plus effroyables de assassiner en masse des civils hutus par l’armée de Paul Kagame: le massacre de Kibeho notoire dans laquelle des milliers de Hutus déplacés ont été abattus et piétinés devant des Casques bleus des Nations Unies et des observateurs des droits de l’homme.
documents divulgués de l’Organisation des Nations Unies, ainsi que des témoignages recueillis par ce journaliste, apportent un nouvel éclairage sur la façon dont ces opérations de refroidissement ont été planifiées et mises en œuvre dans un contexte d’exécutions sommaires dans toute la région.
Les documents confidentiels révèlent les témoignages de soldats tutsis impliqués dans tactiques, les crimes à motivation ethnique. Ils fournissent également des preuves que l’Armée patriotique rwandaise (APR) arrondie et tué les survivants de Kibeho, partout où il le pouvait.
Tout ce qui se passait dans l’après-génocide Gikongoro, qui abrite l’immense camp de réfugiés de Kibeho avant le massacre?
Au lendemain du génocide rwandais de 1994, dans lequel les extrémistes hutus des centaines de milliers de Tutsis pour l’extermination ciblée, la préfecture méridionale de Gikongoro est devenu un lieu volatile où les militaires rwandais infligé une pléthore de crimes contre des civils hutus.
Selon un document établi en 2003 par l’Unité des enquêtes spéciales du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), beaucoup de gens ont été amenés au camp militaire de Gikongoro entre Novembre 1994 et mai 1995, et rapidement exécuté. Leurs corps ont ensuite été enterrés dans la forêt de Nyungwe à proximité.
Un second document de l’ONU a révélé un témoignage détaillé d’un officier du renseignement de l’APR impliqué dans le meurtre des Hutus. « Nous étions là pour nettoyer. Les gens ont été arrêtés et placés dans des prisons au camp militaire de Gikongoro où ils ont été tués avec des cordes, des couteaux, des marteaux et des armes traditionnelles, et étouffé avec des sacs en plastique, « l’agent a témoigné.
Les victimes ont ensuite été transportés dans des camions, entre 60 à 70 corps à la fois, à Nyungwe et enterrés dans des fosses communes, selon le document. Le commandant de cours »operations’-avant le nettoyage de la Kibeho attaque-était Emmanuel Gasana, actuellement inspecteur général du Rwanda de la police. Le commandant général en charge de la préfecture de Gikongoro était Patrick Nyamvumba, actuellement chef de la Défense du Rwanda qui a servi en tant que commandant de la force de maintien de la paix des Nations Unies au Soudan 2009-2013.
L’Unité des enquêtes spéciales du TPIR a mené des enquêtes clandestines sur les atrocités commises par l’APR en 1994 en vue d’inculper certains des commandants supérieurs de Kagame pour des crimes contre l’humanité et d’autres atrocités. L’équipe d’enquête du TPIR, qui comprenait un analyste de la criminalité et d’autres chercheurs chevronnés, a rencontré le refoulement politique et se plaignait de risques de sécurité de leurs témoins confrontés lors de son témoignage contre puissant, le gouvernement soutenu par l’Occident de Kagame.
Les enquêteurs ont également recueilli le témoignage des crimes du FPR commis avant et après 1994, en plus d’obtenir des aveux relatifs à l’événement majeur menant au génocide le 6 Avril abattu l’avion transportant les présidents du Rwanda et du Burundi, Juvénal Habyarimana et Cyprien Ntaryamira. Les anciens fonctionnaires du TPIR disent que le retrait du procureur indépendant d’esprit du tribunal, Carla Del Ponte, effectivement annulé toute possibilité d’actes d’accusation émis contre des membres supérieurs de l’APR. En 2003, à la demande des États-Unis et la Grande-Bretagne, Del Ponte a été remplacé par le procureur plus politiquement malléable pro-Kagame, Hassan Jallow.
Détails des documents divulgués concernant spécifiquement Gikongoro montrent qu’à la fin de 1994, dans un camp de réfugiés à côté d’un poste tenu par la mission de maintien de la paix des Nations Unies, la MINUAR, l’APR a massacré le « environ 3.000 femmes, les enfants et les hommes. » camp était situé à Gikongoro entre Kibuye et Gitarama.
Dans Kibeho lui-même – le foyer de quelque 100.000 Hutus vivant dans des taudis de bâches bleues qui parsemaient les collines verdoyantes sur une surface carrée de neuf kilomètres – la situation sécuritaire était explosive. Un peloton de 30 soldats de l’APR a tué 100 civils il en Décembre 1994. « Leurs corps ont été mis dans une fosse commune et un terrain de basket-ball a été construit au-dessus, » les enquêteurs ont découvert.
L’attaque de l’APR sur le camp de Kibeho
En Avril 1995, les préparatifs étaient en cours pour la destruction de Kibeho, selon un troisième TPIR documents citant le témoignage d’un officier du renseignement qui ont assisté à des réunions préparatoires à Butare voisine. Les réunions ont été convoquées par le colonel Jack Nziza, l’officier réclamé.
Nziza était et reste une figure redoutée connu comme «l’exécuteur» des opérations spéciales de la Direction du Rwanda du renseignement militaire (DMI).
«La mission était de préparer la destruction du camp de réfugiés de Kibeho, » l’agent a expliqué. « Nous avons été emmenés à Kibeho directement. Il y avait le personnel du renseignement beaucoup là-bas. Nous environnés le camp pendant trois jours, bloquant toutes les routes, en particulier ceux de la forêt de Nyungwe où les réfugiés pourraient échapper. Un seul chemin a été laissée ouverte à travers laquelle ils auraient à passer par les barrages routiers « .
L’APR a déclenché un feu nourri sur les camps; «Il y avait beaucoup de victimes. » Certains ont été pris et brûlé à Butare. Certains des os des victimes ont été mis dans des sacs apportés par le colonel Jackson Rwahama-commandant notoirement cruel qui avait l’habitude de travailler pour Idi Amin en Ouganda. Les sacs ont été enterrés dans Kabutare, Save, en Senkoko à Ngoma, selon les témoignages.
Un autre officier impliqué dans les opérations de ciblage Hutus a admis qu’il a participé au «massacre de Kibeho.» Il dit que l’attaque a été coordonnée et dirigée par le commandant de brigade Colonel Fred Ibingira. D’autres commandants militaires responsables inclus Major Philbert Rwigamba, Patrick Nyamvumba, Emmnuel Gasana et Dan Munyuza, actuellement inspecteur général adjoint du Rwanda de la police.
L’officier a affirmé que Kayumba Nyamwasa, puis chef adjoint de la gendarmerie, ainsi que Jackson Rwahama et Jack Nziza les rejoignit deux jours dans les attaques.
Dans une interview avec ce journaliste, un ancien officier DMI maintenant en Amérique du Nord a confirmé que la gendarmerie a été impliqué dans l’attaque de Kibeho. « Oui réunions ont eu lieu pour discuter de cela. Les deux gendarmerie et DMI ont été impliqués. La gendarmerie et l’armée ont travaillé ensemble. »
L’officier a décrit un système dans lequel les membres de la gendarmerie et DMI, ainsi que la police militaire a agi de manière contiguë et symbiotique. Il a dit, en théorie, ils étaient des entités distinctes, mais en réalité il était différent.
« La gendarmerie, DMI, la police de renseignement et militaires extérieures étaient vraiment pas différente en substance. Dans de nombreux cas, les mêmes personnes exploitées dans chacun d’eux, « at-il ajouté, citant sa propre expérience personnelle.
L’un des documents de l’ONU révèle le témoignage de la façon dont les survivants Kibeho ont été transportés au camp Huye, après avoir promis la protection par l’APR. Au contraire, ces Hutus ont été mis à mort. « Pendant trois jours, pendant 24 heures d’affilée, nous avons tué les survivants Kibeho avec des cordes, des marteaux et des sacs en plastique », a déclaré l’ancien membre DMI.
On estime que 60 soldats étaient stationnés à Nyongwe prendre les corps hors des camions, à creuser des tombes et à enterrer les cadavres, at-il ajouté.
Il a également expliqué que allant de mai 1993 à mai 1995, alors qu’il était membre du DMI, on estime que 100.000 Hutus ont été tués dans les régions, il a été déployé.
«Le but était de tuer des Hutus … les hommes, les femmes et les enfants. Nous avons tué beaucoup de gens, peut-être 100.000. Notre groupe a tué au moins 150 à 200 personnes par jour. Ils ont été assassinés avec des cordes attachées autour de leur cou, étouffé avec des sacs en plastique sur la tête, tués à coups de marteau, des couteaux et des armes traditionnelles. Les corps ont ensuite été jetés dans des fosses communes et brûlés « , at-il dit aux enquêteurs.
Comment le massacre de Kibeho ne semble du point de Casques bleus de vue et droits humains de l’ONU surveiller?
Le récit suivant est tiré de témoignages de soldats de la paix australiennes et un entretien avec un fonctionnaire qui a travaillé à Butare pour le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. L’individu, qui a requis l’anonymat, était sur le terrain à Kibeho.
Plus tôt en Avril, le Rwanda a annoncé son intention de fermer Kibeho. Le gouvernement a dit qu’il voulait arrêter les génocidaires qu’elle croyait étaient dans les camps et la force Hutus là encore de rentrer chez eux. Les organismes d’aide, ainsi que le personnel militaire des Nations Unies de la Zambie et de l’Australie déjà présent au Rwanda, devaient surveiller la situation. Le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et de l’Union européenne a dépêché une équipe de 25 moniteurs, qui étaient déjà à la recherche sur les meurtres et les arrestations aveugles de Hutus par les forces de l’APR.
Le 18 Avril, l’APR entouré la zone et a commencé à tirer en l’air pour forcer les réfugiés à se déplacer, provoquant une bousculade et de nombreux décès. Le lendemain, l’APR a tiré à nouveau et brûlé autant de cabanes de réfugiés comme il pouvait.
Hostilités montés, avec des rapports de réfugiés étant abattus par des soldats dans le camp, et d’autres ont attaqué à l’extérieur des camps sur la route par les Tutsi milices civiles armés de fusils et de machettes.
Dans la matinée du 22 Avril sous la peau de fortes pluies, l’armée a tiré sur une foule de réfugiés dans l’enceinte de l’hôpital du camp, provoquant une autre bousculade, et a continué à tirer sur les réfugiés fuyant pendant encore deux heures.
Il y avait des rapports ainsi, vers midi ce jour-là, des coups de feu en provenance de réfugiés à l’intérieur du camp, dirigé à l’armée. Les soldats, qui ont d’abord utilisé des fusils, puis ont eu recours à 60 mm de mortiers, et ont continué à tirer sur les réfugiés jusqu’à la nuit.
Caporal Paul Jordan de l’Australie, a écrit: « Nous avons regardé (et pourrait faire un peu plus) que ces personnes ont été pourchassés et tués. »
Les Australiens ont estimé que au moins 4.000 réfugiés sont morts à Kibeho. L’APR contesté la réclamation, estimant que 338 personnes sont mortes lors de l’incident.
Dans une interview, un moniteur des droits de l’homme de l’ONU a déclaré l’image la plus obsédante de Kibeho regardait les réfugiés se jettent contre une barricade de coupe autour d’un complexe de l’ONU, dans une tentative désespérée sanglante pour éviter l’APR feu.
«Nous étions dans un petit poste militaire des Nations Unies au milieu du camp. Il y avait des coups de feu tout autour et les réfugiés essayaient de pénétrer à l’intérieur de la partie du camp de l’ONU, mais il était entouré de barbelé de rasoir et ils ont été tout simplement se jeter sur elle. Donc, nous pourrions les voir … accroché sur le fil du rasoir en essayant de passer à travers. C’était choquant. C’était terrible. Voilà ce que je me souviens. »
Le moniteur de l’ONU patrouillent les routes et a aidé à coordonner les informations de son équipe. Il a personnellement été témoin de soldats de l’APR tir réfugiés et transporter les autres loin, et a tenté en vain de les arrêter. «Ces gens seraient tout simplement disparaître. »
Il se souvient avoir vu «des cadavres partout» et les gens être lynché par la foule des rescapés du génocide. À certaines occasions, il a été témoin soldats de l’APR sauver des réfugiés de foules armées avec des outils agricoles. Les membres de son équipe ont vu un soldat tirer une femme avec un bébé sur son dos.
Dans l’un des comptes plus sinistres documentés, les membres de son équipe ont vu des réfugiés se trouvant au milieu des cadavres et des soldats des corps dans les tranchées et les fosses des latrines le long des flancs de la colline enterrant blessés, avant de sceller la zone. Plus tard, ses collègues ont vu une traînée régulière de sang le long des routes, sans doute des corps qui avaient été transportés dans des camions militaires.
L’ex-fonctionnaire de l’ONU dit des observateurs militaires de l’ONU équipés de lunettes de distance de vision nocturne lui a dit l’APR a rouvert les tombes, déterré les corps, les charrié hors de la forêt de Nyungwe et rapidement les brûlèrent, avant que les membres d’une enquête internationale sont arrivés.
Il a dit que les observateurs militaires ont publié un rapport à d’autres branches de l’ONU sur ces observations, mais la preuve n’a pas été porté devant l’enquête. «L’ONU vient ignoré cela. Il ne voulait pas affronter le FPR que « .
L’enquête a conclu qu’il y avait eu des tirs à partir des réfugiés et l’APR avait subi des pertes, et «ont riposté en tirant dans la foule.» L’enquête a déclaré qu’en raison de «contraintes logistiques et de temps», il n’a pas pu déterminer le nombre de victimes.
L’enquête a été ostensiblement dirigée par un haut diplomate canadien nommé Bernard Dussault, mais a été effectivement supervisé par un avocat FPR nommé Christine Umutoni.
Dussault, que le moniteur de l’homme des Nations Unies considéré comme «un honnête homme», se plaignait que le rapport final est le résultat de négociations difficiles, des informations incomplètes, et la manipulation par le FPR.
«Je suis foutu,» se souvient-il Dussault dit à l’époque.
«Vous avez été vissé, la responsable de l’ONU commisération.
Il a ensuite décrit les Rwandais comme «otages» dans leur propre pays.
Le massacre de Kibeho, comme il est venu à être connu, pour toujours fracturé le gouvernement après le génocide du Rwanda, qui comprenait deux éminents et hautement respecté Hutus, Premier ministre Faustin Twagiramungu et ministre de l’Intérieur Seth Sendashonga. Les deux hommes sont devenus critiques vocaux du gouvernement après Kibeho, exigeant des réponses et de la responsabilité. Ils ont finalement été placés en résidence surveillée, avant de fuir en exil.
Twagiramungu est allé en Belgique, et Sendashonga et sa famille à Nairobi, où il est resté une voix modérée opposition Hutu jusqu’au 16 mai 1998, quand les hommes armés de AK-47 lui et son chauffeur dans une voiture de l’ONU marquée au cours de la circulation aux heures de pointe abattus . Sa veuve, Cyrie (a, de femme intelligente voix douce qui a décrit son mari comme un père radoteur) a déclaré que le gouvernement rwandais était derrière l’assassinat et que avant sa mort, Sendashonga devait témoigner au TPIR.http://www.foreignpolicyjournal.com/2015/04/27/kibeho-a-story-of-flesh-and-blood/

INyota ya cash . !!!! 15/04/2016 10:34

Rwanda and Isreal to Discuss Terms for Asylum Seekers, Minister

Posted: 15/04/2016 09:52








Rwanda is in negotiations with Israel over the terms for accommodating refugees from Africa who are seeking asylum in Jerusalem.



Israeli policemen and immigration officers arrest an African asylum seeker. Israel wants to resettle African refugees in Africa.

Rwanda’s Minister of Foreign Affairs Louise Mushikiwabo said the negotiations would determine the resettlement package and the number of refugees to be flown from Israel, contrary to some reports that some refugees from Eritrea and Sudan had already been admitted to Rwanda as part of the deal.

“We were approached by Israel on the resettlement of some refugees, so were a number of other countries, not just Rwanda. This happened about two or one and a half years ago… We haven’t been able to finalize [the deal],” Ms Mushikiwabo said last Tuesday.

“Our immigration officials and their Israeli counterparts have been discussing the resettlement package in terms of where the refugees should settle in Rwanda, what kind of flexibility they would have and the medium-to-long-term status.”

A BBC report on February 3 however claimed that the Israeli government already had deals in place with Rwanda and Uganda to host its “unwanted” migrants.

Uganda confirmed it is receiving the refugees from Sudan and Eritrea, who had sought asylum in Israel but were to be deported to a third country.

The BBC also claimed to have interviewed some refugees who were flown to Rwanda under this deal.
One of these refugees is identified by BBC as Tesfay, an Eritrean who is said to have been flown to Rwanda from Tel Aviv in March 2015, on the promise of getting legal status, a home and a job.

In October last year, Israeli authorities said 3,000 asylum seekers had left Israel for a “third country,” without mentioning the country.

However, according to BBC. Only seven registered with the UN High Commissioner for Refugees in Rwanda, all of them Eritreans, and only eight, mostly from Sudan, in Uganda.

These claims were repeated by the International Refugee Rights Initiative (IRRI), which alleged that some refugees have already been “forcibly” flown to Rwanda and Uganda.

“These asylum seekers are sent to Uganda and Rwanda with a promise from the Israeli authorities that they will be provided with the necessary papers to enable them to stay legally in the receiving country. However, our findings show that, in reality, they do not receive any legal status,” IRRI said.

Efforts to reach Immigration Director-General, Anaclet Kalibata, for comment proved futile.

In mid-January, Ms Mushikiwabo went on a two-day visit to Israel, where she held talks with Tzipi Hotovely, Israeli Deputy Minister of Foreign Affairs, to discuss “Israel’s continuing contribution to the development of Rwanda’s agriculture and national water system.”

Leo Vinovezky, the Israeli Deputy Ambassador to Rwanda.

When contacted, Leo Vinovezky, Israeli deputy ambassador to Rwanda, only reiterated that Israel and Rwanda maintain “excellent bilateral relations and discuss a variety of areas of mutual interest.”

By Robert Muriisa, East African.

Rebero Jermy 15/04/2016 11:13

Ese ibi sibyo bita gucuruza abantu? "deal" buvuga kwumvikana ku giciro! Nonese se tuzongera kubihakana? Biteye isoni. Ikizwi nuko Isirayeli yohereza muri Afurika abanyururu harimo n'ibyihebe ruharwa bidafite uburenganzira bwo guhitamo aho bwoherezwa. ibizakulikira tuzabifatisha abili!

Ngoma 15/04/2016 10:30

Uyu witwa Makanji yarahahamutse! Ni iki cyabujije abatutsi kwica abahutu bagashiraho? Ngo kubaho kw'imishwi y'inkoko ntabwo ntabwo biva k'ubushake bwa kagoma kandi ngo ukwanga atiretse aravuga ngo turwane! Makanji ashobora kutubwira umubare w'abatutsi kagame amaze kwicisha ngo ararwanya abahutu?

MAKANJI 15/04/2016 10:25

Murarushywa nubusa nihahandi tuzabarimarima mwese abahutu tuzabayobora nibyanga tubice tubamareho.

Kaminzena 15/04/2016 12:00

Mwaratinze nimutugirire vuba kuko aho guhora dusuzugurwa nk'aho tutari ibiremwa nk'abandi twasezera
ku isi noneho tukareba ko mutazadukurikirayo