Bombardement de Bouaké: 3 ex-ministres français visés par la justice

Publié le par veritas

C'était il y a plus de onze ans. Le 6 novembre 2004, les forces loyales au président de l'époque Laurent Gbagbo bombardent le camp français de Bouaké, tuant 9 militaires français et 1 civil américain. Dans la foulée, l'armée française riposte, en attaquant l'aviation ivoirienne. Aujourd'hui, la juge française chargée de l'enquête veut en savoir plus sur le rôle de trois ministres français en poste à ce moment-là. Elle demande leur renvoi devant la Cour de justice de la République. Cela concerne Michèle Alliot-Marie à la Défense, Dominique de Villepin à l'Intérieur et Michel Barnier aux Affaires étrangères. Ils sont soupçonnés d'entrave aux investigations.
 
La juge reproche aux trois anciens ministres d'avoir tout fait pour empêcher l'arrestation des deux pilotes biélorusses, auteurs du bombardement du lycée Descartes de Bouaké, le 6 novembre 2004, où les troupes françaises de l'opération Licorne avaient installé leur base.
 
Pourtant, écrit la juge dans son ordonnance que RFI a pu consulter, ces « pilotes avaient été repérés, filmés, identifiés, surveillés dès la descente de l'avion». Ils ont même été arrêtés au Togo, dix jours après le bombardement. Mais la France ne fait rien. Les pilotes sont remis en liberté.
 
Pour la juge, «la décision de ne rien faire a été prise à l'identique par les trois ministres [...], ce qui permet de penser à l'existence d'une concertation à un haut niveau de l'Etat». Ces trois ministres risquent « trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende ».
 
« Une affaire d'Etat »
 
Pour l'avocat des familles des victimes, il s'agit ni plus ni moins d'«une affaire d'Etat [...] dans laquelle on a tout fait que l'on ne connaisse pas la vérité». Pour Me Jean Balan, cette ordonnance permet d'espérer l'ouverture d'un procès de la Cour de justice de la République et on pourra alors peut-être en savoir plus sur le pourquoi de cette affaire.
 
Car, pour le moment, on ne peut pas donner avec certitude les raisons qui auraient pu pousser les trois ministres à entraver l'enquête. Etait-ce une manipulation de la France pour pousser le régime Gbagbo à la faute ? Une manipulation qui aurait mal tourné ? C'est l'hypothèse retenue par Jean Balan.
 
D'autres mettent en avant la volonté de la France de ne pas lever le voile sur les dessous peut-être embarrassants pour elle des agissements des mercenaires étrangers dans la région.
 
RFI

Commenter cet article

Mbonyingabo 25/02/2016 10:16

Igihugu cyose kigezemo abasirikare bamerika cyangwa abafransa mujyemumenya nyuko ikibazanye arukwicisha abenegihugu noguha ubutegetsi uwo bashaka. Imana ishimwe kuko Nkurunziza yabaye ibamba akabahakanira. Byaringombwa yuko Habyarimana yichwa namarorerwa agakorwa nawe intambara igitangira ahita ahamagaza ingabo za Zaire, muminsi ikurikiyeho azana Abafransa hanyuma azana aba UN. Yumvaga igihuguke kizatabarwa namahanga gusa.

FDLR 24/02/2016 16:54

Toujours les occidentaux viennent,ils nous tuent et ils entravent les investigations. Ceci date depuis la periode coloniale. AU RWANDA, on n'a pa de boite noire,KINANI tue par KAGAME mais ils cachent tout. C'est comme ca . Ce sont des charognards!!

Muyango 24/02/2016 16:18

Ent que citoyen burundais..,cette histoire de l'intervention française en afrique de l'ouest ne me concerne pas du tout....!