Rwanda/Etats-Unis Candidature de Paul Kagame: les Etats-Unis «profondément déçus»

Publié le par veritas

Les Etats-Unis sont «profondément déçus» par la décision de Paul Kagame, qui a annoncé jeudi son intention de briguer un 3e mandat. Le département d’Etat vient de rendre public un communiqué dans lequel Washington exprime sa désapprobation après cette décision.
 
«Le président Kagame rate une occasion historique de renforcer les institutions démocratiques pour lesquelles le peuple rwandais s’est battu pendant 20 ans…» La réaction des Etats-Unis est claire, Washington n’approuve pas la décision du président rwandais de briguer un 3e mandat.
 
Le communiqué du département d’Etat rappelle la position américaine : «Washington estime que les alternances politiques sont essentielles pour consolider les démocraties», et exprime sa préoccupation «face à des changements qui ont pour objectif de servir un individu au dépens du principe d’élections libres». La révision constitutionnelle qui va permettre à Paul Kagame de rester au pouvoir pendant 17 ans de plus, provoque la colère de Washington.
 
Et si le président Kagame a des soutiens aux Etats-Unis, il a aussi des détracteurs actifs au sein du Congrès. Ed Royce, président de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants en fait partie. Il demande depuis des mois au département d’Etat d’instaurer des sanctions contre le gouvernement rwandais qu’il considère comme un frein à la démocratie et la liberté d’expression.
 
Source :rfi.fr

Commenter cet article

Ndabananiye 07/01/2016 00:02

KAGAME ICYIMUTERA KUGUNDIRA UBUTEGETSI NI IBYAHA BITEYE UBWOBA YIKOREYE KU MU TWE.
uBWICANYI BUKABIJE YAKOREYE ABANYANDA.
NIWE WATEGUYE INTAMBARA YO GUTERA IGIHUGU CYE, YISHE ABAHUTU N'ABATUTSI MU TURERE TWA AMAJYARUGURU Y'URWANDA AHO YALI YALIGARULIYE, MULI UTWO TURERE ABANYAPOLITIKI BOSE BI ISHYAKA MRND (ABABURMESTRI, ABAKONSEYE, ABANYABWENGE BARISHWE)UBWO SE YASHAKAGA IKI?
yISHE GAPYISI (ECRETAIRE W'ISHYAKA MDR), YICA gATABAZI(PRESIDENT WI ISHYAKA PSD), YICA BUCYANA MARTIN PRESIDENT W'IHYAKA CDR)
YICA HABYALIMANA BIRTYO ABA ATEGUYE GENOCIDE YAHITANYA ABAHUTU BATABALIKA HALIMO N'ABATUTSI.
BA MACANJI BILIRWA BARYA INDIMI AMATEKA Y'URWANDA TURAYAZI KANDI NTIMUGIRANGO CONSEIL DE SECURITE NTISHOBORA KWIVUGURUZA .
BIRASHOBOKA BYOSE NI UBUTABERA BUBIKORA.
GENOCIDE YO YARABAYE IBIMENYETSTO BYO KUBA YARATEGUWE N'ABHUTU BYARABUZE MULI RULIYA RUKIKO MPUZAMAHANGA RWA ARUSHA?NONE SE NI NDE WAYITEGUYE?? NI NDE WATUMYE BANTU BICANA?
NI NDE WABUJIJE CARLA DEL PONTE PROCURERI W'URUKIKO MPUZA MAHANGA RWA ARUSHA GUKORA ANKETI KU RUPFU RWA HABYALIMANA?
KUVA MULI 1994 UBWICANYI BWARAKOMEJE ABANTU BABAHURAMAMO AMASASU I KIBEHO, ABIHAYE IMANA BARIWA I GAKURAZO, ABATURAGE BARAHANAGURA I GITARAMA, BYUMBA YEWE NO MU MAKOMINI ATARABAYEMO IYICWA RY'ABATUTSI, KIBUYE NA GITARAMA BALICA ? BUTARE SINAKUBWIRA (AHA BAGEZEHO NO KWICA ABANYABWENGE BIGISHAGA MULI UNIVERITE Y'IBUTARE).
BAJE KWAMBUKA MULI CONGO BASENYA INKAMBI BACYURA IMPUNZI KU NGUFU BUNYAMASWA IZINDI BAZISHORA MU MASHYAMBA YA CONGO KUJYA KUZICIRAYO.
ANKETI ZARAKOZWE IBIMENYETSO BIRAHALI.
BADUKILIYE NO GUTERA ABANYARWANDA AHO BAHUNGIYE HIRYA NO HINO BAMWE BARAHOTORWA NANUBU UBIKORA NTARUNAMURA ICUMU.
ABANYARWARWANDA BARAMUSINGIZA KOBERA KO NTATERA URUPFU AHUBWO NIWE RUPFU RUBAHO.
ARAMUTSE AVUYEHO ABANYARWANDA BASHYIRA MU KULI BAVUZA IMPUNDU ;
KANDI YAFATWA BIDATINZE KUGIRANGO ASOBANULIRE ABANTU AMAVA N'AMAVUKO YILIYA NTAMBARA YAHITANYE ABNYARWANDA BESNHI.
IBYO NI BYO ADASHAKA , AKUNDA UBUTEGETSI BYANZE BIKUNZE ALIKO CYANE CYANE ARATINYA URUBANZA .
ALI NACYO GITUMA ATIGEZE YIKURURIRA AMASHYAKA MENSHI.
WE ARAGIYE MBABARIYE INKOMAMASHYI ZE.

Mbabwize ukuri! 05/01/2016 03:32

njya bon aibyo mwandika hano nkicecekera! Ariko benshi muri mwe ni udufaranga tw'imounzi babaha iyo za bburaya twabanzonze umutwe! Murakina n'umunyamerika babiziranyeho n'abazungu nukugirango ! babajijishe! Ngo muzatera u Rwanda hahahhahahah! Munyuze he se? Demokarasi se? mu mazi se? intambara se? murishuka! Murabeshya azakiyobora sha! Ko nta numwe muri mwe muri referendum wahagarutse ngo aze i Kigali avuge muracyatsa gusa! Barabashuka! Niba ari utwo dufaranga tw'impunzi z'i Burayi tubashuka mukumva mudasanzwe ntabyo nzi pe! Mwiteze imbere aho guta umwanya

NAJUWA 04/01/2016 20:17

NGAHO NIBAMWAMBURE IMMUNITE BAMUHAYE
BAMUCE MULI AMERIKA NUBURYO AHAKUNDA
BAREBE KO ITEGEKONSHINGA ATALISUBIZA UKO
RYALI LIMEZE ???????
IBYO MVUMVA NI : CIRAHA NDAMUKUBITA !!! UBWO RERO MUGIYE KUNYWA ZA LEFFE
NGO BAVUZE !!! BAVUGA IKI SE BAYOBEWE IBIBA MURWANDA KO BABIKULIKIRA UMUNSI KUMUNSI !!!!
SIBO BAHEMBA INGABO ZO KAGAME ARAGIJE ABANYARWANDA ?? EREGA BAHINDUTSE NKAMATUNGO NIYO MPAMVU ABASILIKALI BAKWIRAKWIJWE MUBATURAGE BAKABA BACYIBA MUMYOBO NKIGIHE CYINTAMBARA !!! KANDI ABATURAGE BAKABA BARARA AMARONDO !!! NUKUBAHABURA !!! AMERIKA IHAGALITSE INFASHANYO AMEZI 6 GUSA BALIYA BASILIKALI BABYIRANGILIZA !!!

KORA NDEBE IRUTA VUGA NUMVE NGAHO NIBAGIRE IGIKORWA BAKORA BEREKANE KO BATABISHAKA ???

Edward 04/01/2016 19:20

Ntekereza ko mutazi abanyamerika kurusha kagame . arabizi neza ko americans are very strict , kagame na f pr bafite cash . ntacyop bazaba . ikindi kandi atangiye atangiye gukorana nabarabu . kach nabo kandi barayifite , agatinze kazaza

Munyarukato 04/01/2016 15:16

Ese koko urwanda Kagame yiyamamamaje muri 2017 nta démocratie yaba iri mu rwanda nkuko abahutu bamwe ababivuga?

Démocratie ubundi bivuga ubutegetsi bw'abaturage bukorera abaturage. Ibi ariko mu rwanda rwo hambere siko twabumvaga kuko abahutu kuva kera twumvako habaho démocratie iyo urwanda ruyobowe n'umuhutu. Ibi bishatse kuvuga ko mu myumvire yacu abahutu aribo baturage b'urwanda bonyine kandi urwanda rukaba ari urwabo naho abatutsi n'abahutu bakaba abavantara nkuko twabitojwe n'abambari ba parmehutu kuva 1957.
Aya macabiranya ashingiye ku bugome yigishijwe umuhutu wese kuva ari kw'ibere kandi yumvushwa ko agomba gukoresha amaboko kurusha ubwenge ari nacyo cyatumye abahutu tugira ukuboko kwica kandi tukishimira kumena amaraso ubuzima bwacu bwose.
Muri 1959 nibwo ba data biraye mu baturanyi barica barasahura baratwika kubera ubwibone no kumva ko barusha abandi uruhare k'urwanda.

Aho niho Paul Kagame yahunganye n'umuryango we afite 3ans gusa.
Kubera indambi, ubwenge bucye n'ubugome abahutu tuvukana, ntawigeze atekereza akazaza k'izo nzirakarengane zari zangajwe zizira uko zavutse. Ahubwo nkuko bavuga ngo "iyonnye ihoramo" Abahutu twagundaguraniye ku mitungo bari basize itubana iyanga bituma tumenesha abandi batutsi muri 1963, na 1973.
Kubera ko ngo akaboko kica gahora kabaguye rero abahutu twatangiye kurimbagurana dupfa ibintu baze turicana riravuga, ngizo za kiga na nduga aho bamwe mu bahutu bicishijwe ishoka mu ruhengeli abandi batabwa mu nzuzi baboshye ari bazima nka ba Nzanana, abandi bicishwa umunyu nka ba Kayibanda, ba Mayuya baraswa urufaya n'ibindi biteye agahinda.
Iki gihe rwose Kagame yari muto yaraciriwe ishyanga ahubwo abahutu dutemagurana kubera indambi n'akaboko kica ngo gahora kabanguye.

Nta muhutu numwe yaba uwize cg utarize, umuto cg umukuru wigeze agira agatima ngo ahumurize urwanda cg yumve ko abanyarwanda ari bamwe.
Muri 1982, abatutsi babaga mu makambi ibugande bacyuwe ku ngufu maze Habyalimana n'ibyegera bye bohereza aba commando mu kagera ngo bice ushaka kwambuka wese. Aha niho natangiye kugira ipfunwe ryo kuvuka mu bahutu kuko ntabundi butegetsi bwabayeho kwisi bukumira abaturage babwo bugamije kubamara no kubaheza ishyanga.
Muri 1990 nibwo abahejejwe hanze biyemeje kugaruka iwabo ku ngufu nyuma y'igihe kirenga 30ans binginga.
Burya koko ngo nta mugome ugira imbaraga. Ni muri urwo rwego inzirabwenge zahise ziyabangira ingata zitarwanye ahubwo zitangira gusahura, kwica no gufata abagore ku ngufu. Abazairwa baje kuzifasha nabo bageze mu kagera batangira kwiyokereza inyama z'imbogo maze abafaransa barwana bonyine bipfa ubusa kuko yari intambara yo mu misozi batamenyereye.
Abahutu kubera ka kaboko kica tuvukana nibwo twiraye mu batutsi n'ibyabo turica turasahura si ukubyinira ku mirambo turizihirwa!!
Kagame n'ingabo ze bafata igihugu batabara abicwaga maze igihugu tukimeneshwamo ubutarorinyuma nk'inzige zihunga umuhinzi no muri Congo ngo ba!!
Gusa nyakibi ngo ntirara bushyitsi kuko twatangiye kwica abagogwe n'abanyamurenge bituma inkotanyi zidutwikiraho za sheeting maze ab'umutima turatahuka abahunga amahoro n'ubutabera bakomeza urugendo aribo birirwa bavugagura kuri Internet.

Bref. Urwanda rwari rwiza rwishwe n'abahutu twumva ko twatungwa no kumena amaraso igihe cyose. Bahutu benemama dushatse twahinduka kuko ibiganza byakarabye inkaba ntawe tuzabitegera ngo atwumve kiko birimo umuvumo.
Tuve ku izima dusabe imbabazi abo twiciye tureke ububwa sinon tuzabunga mpaka isi irangiye kuko nta mahoro y'umwicanyi biranditse.
Ngaho mugire amahoro.

Munyarukato

ubuse FDLR ni Terrorist? 04/01/2016 15:02

USA itangiye kumenya ko KAGAME ari umuntu mubi? buliya bizacamo da!! wasanga USA itazongera kuvuga ngo FDLR ni terrorist

FDLR 04/01/2016 15:00

Iyaba KAGAME yakomezaga agasuzugura USA byaba ari byiza KUKO FDLR twatangira KWISUGANYA. Ubu noneho USA yahita yemera ko FDLR koko ishaka KUZANA DEMOCRACY MU RWANDA. Tubisabe IMANA

Yaba HE, yaba Nkurunziza ntabwo ari "IBINANI" kuri Leta Zunzubumwe 04/01/2016 14:25

Kuva Leta Zunze zabaho, nta na hamwe bigeze batanga gasopo bakina.

Bahaye gasopo Nkurunziza, yiterera agati mu ryinyo !
Bahaye gasopo Kagame, yiterera agati mu ryinyo.

Abo bombi, ntabwo ari « IBINANI ».
Leta Zunzubumwe zishobora kubakanira urubakwiye, au Burundi un Hutu reste aux affaires et au Rwanda, pourquoi pas RNC? Ou Twagira ?

Nyamara ni ibintu byo kwitonderwa. Kuko Leta Zunzubumwe zidafata icyemezo nkicyo, sans avis de l’ancienne puissance coloniale, ni de ses alliés!

None se, mwibwira ko iyo bagiye mu nama y’ibijyanye n’imihindure y’igihe (climat), iyo bari gufata ka kawa baba bavugana iki ? Ibyo bibazo byose ! Kandi bashyiramo n’urwenya.

Ibyabo BAGABO bombi, muzaba mubyumva.

@Munyarukato 04/01/2016 13:53

I told u soon that justice is going to be served, now it's a matter of time, the clock is ticking...Tick,Tack, and les faits sont tetus. I beg u just confess your sins and repent from your evil ways and give your life to Jesus Christ. Tell Kagame there's still a chance for saving this lovely country, otherwise mugiye kuturoha mu muriro !!!

KM 04/01/2016 12:35

Kuva muri 1962 Amerika yari ifite Ambassade i Kigali mu Rwanda!! Bishoboka bite ko uno munsi Amerika ivuga ko abanyarwanda barwaniye democratie hashize imyaka 20 gusa!! Ibi birerekana ko Amerika yafashe réference ku gihe Ingabo za Paul Kagame zafatiye ubutegetsi ku ngufu mu Rwanda muri 1994! Ibi sibyo kuko abanyarwanda baharaniye demokrasi kuva U Rwanda rwigenga muri 1962 hashize imyaka 54!!!Ikindi Kagame nk'umuntu kumubwira ko ariwe ubuza abanyarwanda démocratie ku bisobanura hari bamwe bitorohera!U Rwanda rufite gouvernement,Parlement na Presidence! Ibibazo by'u Rwanda bibazwa Kagame gusa?Izindi nzego z'ubuyobozi zakoze iki kugira ngo abaturage b'u Rwanda biyumvemo democratie? N'imvura nibura mu Rwanda bizabazwa Kagame? Dore aho ikibazo kiri ni systeme FPR acengeje mu banyarwanda aho badashobora gutandukanya démocratie n'igitugu,gutandukanya amahoro n'umwiryane,gutandukanya umwicanyi w'abigize umwuga n'umuturage uharanira amahoro ya bose! Systeme icengeza mu baturage urwango n'ivangura,kwikubira ibyiza by'igihugu,kubeshya no gutekininga,gushyigikira ubusumbane mu barurage,kwiyemera no kwishongora, kuba bagashora ntambara mu baturanyi! Ibi bibazo bikemuwe ndacyeka buri munyarwanda yaba yiyumvamo démocratie!

USA and KAGAME: ni ikibazoooo!! 04/01/2016 12:30

U.S. "deeply disappointed" Rwandan president will seek third term
.


Reuters
22 hours ago










.
ˠ
➕ ✓

..
.

....
.
..


President Paul Kagame of Rwanda waits to address attendees during the 70th session of the United Nations General Assembly at the U.N. Headquarters in New York
.
View photo

President Paul Kagame of Rwanda waits to address attendees during the 70th session of the United Nations …
.





KIGALI (Reuters) - The United States is "deeply disappointed" by Rwandan President Paul Kagame's New Year's announcement that he would seek a third term in 2017, according to the U.S. State Department.





Kagame, who has been president since 2000, has effectively been in control since his rebel force marched into Kigali to end the 1994 genocide. He had been limited to two terms, but Rwanda approved constitutional changes last year that would allow him to stay in power until 2034, if he wins elections.

"The United States is deeply disappointed that President Paul Kagame has announced his intention to run for a third term in office," John Kirby, a spokesman for the U.S. State Department, said in a statement late on Saturday.

The United States is a major donor to Rwanda and provides military aid. It has long praised Kagame for transforming the nation since the genocide.

It has expressed alarm at the growing list of African leaders seeking to extend their time in office.

Neighbouring Burundi, which shares a history of ethnic fighting with Rwanda, was plunged into chaos in April over President Pierre Nkurunziza's announcement he would seek a third term, which the opposition criticized as unconstitutional.

"The United States believes constitutional transitions of power are essential for strong democracies and that efforts by incumbents to change rules to stay in power weaken democratic institutions," Kirby's statement said.Rights groups acknowledge Kagame has broad support but accuse the authorities of stifling the media and opposition voices, charges the government denies.

The changes allow Kagame to run for another seven-year term in 2017, followed by two five-year terms afterwards.

"He has violated democratic principles," the spokesman for Rwanda's tiny opposition Green Party, Jean Deogratias Tuyishime, told Reuters. "This is a failure for Rwanda as a nation."

(Reporting by Clement Uwiringiyimana; Writing by Edith Honan; Editing by Stephen Powell

Compromis à la belge ! 04/01/2016 12:13

Ne vous trompez pas!
Un président Hutu au Burundi et un président Tutsi au Rwanda ou un président Hutu au Rwanda et un président Tutsi au Burundi. Vice versa
C’est l’équilibre voulu par les occidentaux, et rien n’y changera. Compromis à la belge !

Pour moi, c’est bien comme ça.

D’autre part, ces deux pays ne sont pas condamnés à être dirigés par des présidents au passé non recommandable.
Qu'il soit Tutsi ou Hutu, l'important est qu'il travaille dans l'intérêt de tout son peuple, sans initier un apartheid ressemblant à celui de South Africa dans le passé.

Respecter la constitution à la lettre.

HARARI 04/01/2016 12:04

c'est de la pure hypocrisie comme d'habitude ...!

MUSEVENI EST PYROMANE POMPIER 04/01/2016 11:36

Désigné comme médiateur dans la crise burundaise, le président ougandais Museveni a convoqué tous les protagonistes à Kampala où il s’efforce de promouvoir un dialogue entre l’opposition, la société civile et les représentants du président Nkurunziza qui campent sur leurs positions.
Mais le président ougandais est-il réellement le mieux placé pour tenter de trouver une solution à la crise de légitimité qui ébranle le Burundi ?
Celui que les Américains considéraient naguère comme l’un des symboles d’une « renaissance africaine » fondée sur le néo libéralisme se prépare lui-même à une nouvelle échéance électorale. Ce ne sera pas la première : arrivé au pouvoir par les armes en 1986, Yoweri Museveni, lors des élections de 1996 et 2001, était relativement populaire et les taux de participation dépassaient les 70% ; en 2006, ils chutèrent à 69% puis 59% en 2011. Le cinquième terme, qui sera pratiquement acquis lors des élections de février prochain, risque aussi de confirmer l’usure du régime : selon un sondage d’opinion publié par le quotidien The Guardian, 45% des Ougandais ne croient pas que les élections mèneront à l’alternance politique et qu’elles donneront une chance au principal rival du président, l’ancien Premier Ministre Amama Mbabazi. Mais surtout, les principales préoccupations des Ougandais portent sur le chômage qui frappe 70% des jeunes, sur le fait que 20% de la population vit au dessous du seuil de pauvreté…
Longtemps considéré comme l’un des « nouveaux leaders africains » et bénéficiant d’une aide étrangère importante, le président Yoweri Museveni, se présentant comme l’un des favoris des Américains, a toujours voulu faire figure de « sage » dans la région, damant le pion à son voisin rwandais Paul Kagame dont les performances économiques sont cependant bien plus évidentes.
Dans le cas du Burundi cependant, comment oublier qu’il fut souvent partie prenante dans les crises sui secouèrent le pays : après avoir soutenu, à la fin des années 80, le dictateur Bagaza qui fut accueilli à Kampala après son renversement, l’Ouganda, en 1993, fut mêlé à l’assassinat du président hutu Melchior Ndadaye et offrit l’asile à l’un des militaires putschistes le colonel Bikomagu.
Par la suite, c’est le CNDD et l’actuel président Pieter Nkurunziza que Museveni décida de soutenir, au point de financer la campagne électorale de 2011, ce qui obligea le chef de l’Etat, sitôt élu, à vendre son avion Falcon afin de rembourser la dette contractée à l’égard de l’Ouganda…
Plus encore que dans le cas du Burundi, les relations entre Yoweri Museveni et le Congo sont très équivoques. En effet, après avoir soutenu Laurent Désiré Kabila alors qu’il était en lutte contre le président Mobutu, l’Ouganda, aux côtés de son allié rwandais, fut profondément impliqué dans les deux guerres du Congo (1996-1997 et 1998-2002) et le pillage des ressources de son voisin. Au point d’être condamné par la Cour internationale de Justice à devoir rembourser Kinshasa à la suite de la « guerre des six jours » qui, en 2000 détruisit Kisangani, lors des affrontements entre les armées rwandais et ougandaise qui se disputaient le contrôle des comptoirs de diamants.
Actuellement encore, c’est l’Ouganda qui héberge ce qui reste du mouvement rebelle M23, des Tutsis congolais qui furent défaits en 2012 après avoir occupé de larges zones du Nord Kivu voisines de la frontière. Durant des années, le contrôle de la frontière entre l’Ouganda et le Nord Kivu échappa à l’Etat congolais, ce qui permit le fructueux transit des produits miniers et des denrées agricoles. De tous temps, les Nande, l’un des groupes ethniques les plus industrieux et les plus prospères du Nord Kivu, ont été les meilleurs alliés de l’Ouganda et l’un de leurs chefs politiques, Mbusa Nyamwisi, aujourd’hui opposé à Kinshasa, a établi sa base arrière en Ouganda. L’ingérence militaire et politique de l’Ouganda au Nord Kivu, qui se traduit par des bénéfices économiques évidents, est souvent justifiée par la nécessité de mettre hors d’état de nuire le mouvement rebelle ougandais ADF Nalu, qui se présente comme islamiste et lié aux shebabs somaliens. Mais en réalité, les combattants des ADF Nalu se montrent plus cruels, plus acharnés du côté congolais de la frontière qu’en Ouganda leur pays d’ origine. C’est aux environs de Beni qu’ils multiplient les décapitations et entretiennent une instabilité chronique qui empêche la reconstruction de l’Etat congolais.
Médiateur dans la crise burundaise, le président Museveni peut se targuer d’une longue expérience politique et d’une bonne connaissance de tous les acteurs en présence. Mais le rusé pompier pyromane jouit-il pour autant de la confiance générale ?

MUSEVENI EST PYROMANE POMPIER 04/01/2016 11:36

Désigné comme médiateur dans la crise burundaise, le président ougandais Museveni a convoqué tous les protagonistes à Kampala où il s’efforce de promouvoir un dialogue entre l’opposition, la société civile et les représentants du président Nkurunziza qui campent sur leurs positions.
Mais le président ougandais est-il réellement le mieux placé pour tenter de trouver une solution à la crise de légitimité qui ébranle le Burundi ?
Celui que les Américains considéraient naguère comme l’un des symboles d’une « renaissance africaine » fondée sur le néo libéralisme se prépare lui-même à une nouvelle échéance électorale. Ce ne sera pas la première : arrivé au pouvoir par les armes en 1986, Yoweri Museveni, lors des élections de 1996 et 2001, était relativement populaire et les taux de participation dépassaient les 70% ; en 2006, ils chutèrent à 69% puis 59% en 2011. Le cinquième terme, qui sera pratiquement acquis lors des élections de février prochain, risque aussi de confirmer l’usure du régime : selon un sondage d’opinion publié par le quotidien The Guardian, 45% des Ougandais ne croient pas que les élections mèneront à l’alternance politique et qu’elles donneront une chance au principal rival du président, l’ancien Premier Ministre Amama Mbabazi. Mais surtout, les principales préoccupations des Ougandais portent sur le chômage qui frappe 70% des jeunes, sur le fait que 20% de la population vit au dessous du seuil de pauvreté…
Longtemps considéré comme l’un des « nouveaux leaders africains » et bénéficiant d’une aide étrangère importante, le président Yoweri Museveni, se présentant comme l’un des favoris des Américains, a toujours voulu faire figure de « sage » dans la région, damant le pion à son voisin rwandais Paul Kagame dont les performances économiques sont cependant bien plus évidentes.
Dans le cas du Burundi cependant, comment oublier qu’il fut souvent partie prenante dans les crises sui secouèrent le pays : après avoir soutenu, à la fin des années 80, le dictateur Bagaza qui fut accueilli à Kampala après son renversement, l’Ouganda, en 1993, fut mêlé à l’assassinat du président hutu Melchior Ndadaye et offrit l’asile à l’un des militaires putschistes le colonel Bikomagu.
Par la suite, c’est le CNDD et l’actuel président Pieter Nkurunziza que Museveni décida de soutenir, au point de financer la campagne électorale de 2011, ce qui obligea le chef de l’Etat, sitôt élu, à vendre son avion Falcon afin de rembourser la dette contractée à l’égard de l’Ouganda…
Plus encore que dans le cas du Burundi, les relations entre Yoweri Museveni et le Congo sont très équivoques. En effet, après avoir soutenu Laurent Désiré Kabila alors qu’il était en lutte contre le président Mobutu, l’Ouganda, aux côtés de son allié rwandais, fut profondément impliqué dans les deux guerres du Congo (1996-1997 et 1998-2002) et le pillage des ressources de son voisin. Au point d’être condamné par la Cour internationale de Justice à devoir rembourser Kinshasa à la suite de la « guerre des six jours » qui, en 2000 détruisit Kisangani, lors des affrontements entre les armées rwandais et ougandaise qui se disputaient le contrôle des comptoirs de diamants.
Actuellement encore, c’est l’Ouganda qui héberge ce qui reste du mouvement rebelle M23, des Tutsis congolais qui furent défaits en 2012 après avoir occupé de larges zones du Nord Kivu voisines de la frontière. Durant des années, le contrôle de la frontière entre l’Ouganda et le Nord Kivu échappa à l’Etat congolais, ce qui permit le fructueux transit des produits miniers et des denrées agricoles. De tous temps, les Nande, l’un des groupes ethniques les plus industrieux et les plus prospères du Nord Kivu, ont été les meilleurs alliés de l’Ouganda et l’un de leurs chefs politiques, Mbusa Nyamwisi, aujourd’hui opposé à Kinshasa, a établi sa base arrière en Ouganda. L’ingérence militaire et politique de l’Ouganda au Nord Kivu, qui se traduit par des bénéfices économiques évidents, est souvent justifiée par la nécessité de mettre hors d’état de nuire le mouvement rebelle ougandais ADF Nalu, qui se présente comme islamiste et lié aux shebabs somaliens. Mais en réalité, les combattants des ADF Nalu se montrent plus cruels, plus acharnés du côté congolais de la frontière qu’en Ouganda leur pays d’ origine. C’est aux environs de Beni qu’ils multiplient les décapitations et entretiennent une instabilité chronique qui empêche la reconstruction de l’Etat congolais.
Médiateur dans la crise burundaise, le président Museveni peut se targuer d’une longue expérience politique et d’une bonne connaissance de tous les acteurs en présence. Mais le rusé pompier pyromane jouit-il pour autant de la confiance générale ?

Filip Reyntjens 04/01/2016 11:35

Filip Reyntjens et la crise burundaise

Catégorie Non classé


Au moment où, à Kampala s’ouvrent de difficiles négociations entre le gouvernement burundais et des représentants de l’opposition, le professeur Filip Reyntjens (Université d’Anvers) rappelle les enjeux du conflit qui déchire le Burundi depuis des mois et il évalue les chances d’une solution négociée.

Puisque le conflit est né du fait que le président Nkurunziza a été reconduit pour un troisième mandat, il faut reconnaître que le président ougandais Museveni, au pouvoir depuis 1986, n’est pas le mieux placé pour mener une telle négociation…A cela s’ajoute le fait que les interlocuteurs du gouvernement sont aussi divers que divisés ; qui va dialoguer avec qui ? On ne sait pas exactement qui fait partie de la nouvelle rébellion, le Forebu (Forces républicaines du Burundi) dont la création vient d’être annoncée tandis que le Cnared, (alliance regroupant des partis politiques et des membres de la société civile) est encore assez flou et l’un de ses membres, Alexis Sinduhije, a été placé sur une liste noire par les Américains…
Face à ses interlocuteurs le gouvernement a l’avantage du pouvoir : il veille à maintenir les apparences de la normalité, affirme qu’à part quelques quartiers de Bujumbura le pays est en paix, que les institutions fonctionnent… C’est en position de force que les autorités s’engagent dans la négociation…

Quelle est la cause d’un tel gâchis ?
Tout a commencé lorsque le CNDD, le parti au pouvoir, a décidé de présenter le président sortant, Pierre Nkurunziza, comme candidat aux élections afin qu’il obtienne un troisième mandat. N’importe quel autre candidat proposé par le parti aurait été élu sans que se pose la question de la légitimité. Il y a eu une interprétation spécieuse de la Constitution : si on a pu discuter des modalités du scrutin (suffrage indirect d’abord puis suffrage direct) la limitation du nombre de mandats à deux n’a jamais fait aucun doute. L’interprétation que donne le régime ne tient pas la route…
Pourquoi une telle opposition au Burundi, alors que dans la région, d’autres présidents changent la Constitution pour rester au pouvoir ?
Paradoxalement, le Burundi est peut-être victime du fait que dans ce pays, les progrès démocratiques avaient été plus évidents qu’ailleurs : la presse était plus libre, les partis d’opposition existaient, la société civile se montrait active…
Au Rwanda, tout ceux qui oseraient s’opposer à une prolongation du pouvoir du président Kagame risqueraient une arrestation immédiate. Qui peut croire que tous ceux qui ont répondu « oui » au récent referendum constitutionnel au Rwanda n’étaient pas, aussi, poussés par la peur ? Cela étant, ce qui a également joué au Burundi, ce sont les problèmes de gouvernance ; la corruption du régime Nkurunziza a aiguisé le désir de changement.
Cela étant, les Etats Unis sont le seuls à faire preuve de sévérité, même à l’égard du Rwanda, ils ont protesté, ce qui, à l’avenir, pourrait jouer sur le niveau de l’aide et sur le soutien politique.
En réalité, dans la région, il n’y a que le Burundi qui coince. Pour tous les autres, la prolongation au pouvoir, cela passe : au Congo Brazzaville le président Sassou va dépasser la barre des 70 ans, au Rwanda la Constitution va être modifiée. Ne parlons pas du président dos Santos, au pouvoir en Angola depuis 1976, ou de Robert Mugabe au Zimbawe. Au Burkina Faso, si le président Compaoré n’a pas réussi à rester au pouvoir c’est parce qu’il y a dans ce pays une longue tradition de mobilisation syndicale, une forte conscience politique.
Les craintes d’une guerre civile, voire d’un nouveau génocide, sont elles fondées ?
La population n’a certainement pas envie de s’engager dans une telle violence, personne n’en veut. Le régime tente d’ethniciser le conflit, d’opposer Hutus et Tutsis mais jusqu’à présent cela ne marche pas ; aussi bien au sein du parti au pouvoir que dans l’opposition au régime, les groupes ethniques sont mélangés. Cel a étant, si un mouvement rebelle venu du Rwanda lançait une attaque, on pourrait craindre pour la survie des Tutsis du Burundi qui, comme au Rwanda en 1990, seraient qualifiés de « complices ». Cela modifierait aussi la donne régionale…

A propos du Burundi, la région est- elle divisée ?
Même si la Tanzanie a changé de président et que Magufuli n’est pas Kikwete, il y a un axe Bujumbura Dar es Salaam… Si le Rwanda devait soutenir une nouvelle rébellion, la Tanzanie ne resterait pas inactive, ni même le Congo…C’est un scenario catastrophe…
La force de 5000 hommes que l’Union africaine souhaite envoyer au Burundi a-t-elle une chance de débarquer à Bujumbura ?
Très faible. Pour des raisons évidentes ni le Rwanda ni la Tanzanie ne participeront à cette force, et si le Burundi n’est pas d’accord, la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est ne pourra rien faire. Or à Bujumbura c’est très clair : dès le premier jour, les deux chambres du Parlement ont dit non à cette « force d’invasion » et l’armée burundaise a les moyens d’empêcher tout atterrissage non désiré à Bujumbura…
Donc, puisque cette force ne viendra probablement pas, il ne restera qu‘une solution, négocier, envers et malgré tout

Filip Reyntjens 04/01/2016 11:35

Filip Reyntjens et la crise burundaise

Catégorie Non classé


Au moment où, à Kampala s’ouvrent de difficiles négociations entre le gouvernement burundais et des représentants de l’opposition, le professeur Filip Reyntjens (Université d’Anvers) rappelle les enjeux du conflit qui déchire le Burundi depuis des mois et il évalue les chances d’une solution négociée.

Puisque le conflit est né du fait que le président Nkurunziza a été reconduit pour un troisième mandat, il faut reconnaître que le président ougandais Museveni, au pouvoir depuis 1986, n’est pas le mieux placé pour mener une telle négociation…A cela s’ajoute le fait que les interlocuteurs du gouvernement sont aussi divers que divisés ; qui va dialoguer avec qui ? On ne sait pas exactement qui fait partie de la nouvelle rébellion, le Forebu (Forces républicaines du Burundi) dont la création vient d’être annoncée tandis que le Cnared, (alliance regroupant des partis politiques et des membres de la société civile) est encore assez flou et l’un de ses membres, Alexis Sinduhije, a été placé sur une liste noire par les Américains…
Face à ses interlocuteurs le gouvernement a l’avantage du pouvoir : il veille à maintenir les apparences de la normalité, affirme qu’à part quelques quartiers de Bujumbura le pays est en paix, que les institutions fonctionnent… C’est en position de force que les autorités s’engagent dans la négociation…

Quelle est la cause d’un tel gâchis ?
Tout a commencé lorsque le CNDD, le parti au pouvoir, a décidé de présenter le président sortant, Pierre Nkurunziza, comme candidat aux élections afin qu’il obtienne un troisième mandat. N’importe quel autre candidat proposé par le parti aurait été élu sans que se pose la question de la légitimité. Il y a eu une interprétation spécieuse de la Constitution : si on a pu discuter des modalités du scrutin (suffrage indirect d’abord puis suffrage direct) la limitation du nombre de mandats à deux n’a jamais fait aucun doute. L’interprétation que donne le régime ne tient pas la route…
Pourquoi une telle opposition au Burundi, alors que dans la région, d’autres présidents changent la Constitution pour rester au pouvoir ?
Paradoxalement, le Burundi est peut-être victime du fait que dans ce pays, les progrès démocratiques avaient été plus évidents qu’ailleurs : la presse était plus libre, les partis d’opposition existaient, la société civile se montrait active…
Au Rwanda, tout ceux qui oseraient s’opposer à une prolongation du pouvoir du président Kagame risqueraient une arrestation immédiate. Qui peut croire que tous ceux qui ont répondu « oui » au récent referendum constitutionnel au Rwanda n’étaient pas, aussi, poussés par la peur ? Cela étant, ce qui a également joué au Burundi, ce sont les problèmes de gouvernance ; la corruption du régime Nkurunziza a aiguisé le désir de changement.
Cela étant, les Etats Unis sont le seuls à faire preuve de sévérité, même à l’égard du Rwanda, ils ont protesté, ce qui, à l’avenir, pourrait jouer sur le niveau de l’aide et sur le soutien politique.
En réalité, dans la région, il n’y a que le Burundi qui coince. Pour tous les autres, la prolongation au pouvoir, cela passe : au Congo Brazzaville le président Sassou va dépasser la barre des 70 ans, au Rwanda la Constitution va être modifiée. Ne parlons pas du président dos Santos, au pouvoir en Angola depuis 1976, ou de Robert Mugabe au Zimbawe. Au Burkina Faso, si le président Compaoré n’a pas réussi à rester au pouvoir c’est parce qu’il y a dans ce pays une longue tradition de mobilisation syndicale, une forte conscience politique.
Les craintes d’une guerre civile, voire d’un nouveau génocide, sont elles fondées ?
La population n’a certainement pas envie de s’engager dans une telle violence, personne n’en veut. Le régime tente d’ethniciser le conflit, d’opposer Hutus et Tutsis mais jusqu’à présent cela ne marche pas ; aussi bien au sein du parti au pouvoir que dans l’opposition au régime, les groupes ethniques sont mélangés. Cel a étant, si un mouvement rebelle venu du Rwanda lançait une attaque, on pourrait craindre pour la survie des Tutsis du Burundi qui, comme au Rwanda en 1990, seraient qualifiés de « complices ». Cela modifierait aussi la donne régionale…

A propos du Burundi, la région est- elle divisée ?
Même si la Tanzanie a changé de président et que Magufuli n’est pas Kikwete, il y a un axe Bujumbura Dar es Salaam… Si le Rwanda devait soutenir une nouvelle rébellion, la Tanzanie ne resterait pas inactive, ni même le Congo…C’est un scenario catastrophe…
La force de 5000 hommes que l’Union africaine souhaite envoyer au Burundi a-t-elle une chance de débarquer à Bujumbura ?
Très faible. Pour des raisons évidentes ni le Rwanda ni la Tanzanie ne participeront à cette force, et si le Burundi n’est pas d’accord, la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est ne pourra rien faire. Or à Bujumbura c’est très clair : dès le premier jour, les deux chambres du Parlement ont dit non à cette « force d’invasion » et l’armée burundaise a les moyens d’empêcher tout atterrissage non désiré à Bujumbura…
Donc, puisque cette force ne viendra probablement pas, il ne restera qu‘une solution, négocier, envers et malgré tout

FDLR(KIVU) 04/01/2016 11:32

Ubu ibintu bigiye kugenda neza kubera izi mpamvu: 1/Kagame yiyitaga umuntu udashyikirwa kandi hose ku isi bamwe bamwubahaga kubera kubeshya kwe 2/ibyo amaze gukora,bitumye ahinduka RUVUMWA: icyubahiro aragitaye ntawe azongera guha amasomo BIGENDE BITE? OPPOSITION yo hanze mwese mwishyire hamwe: MUTERE U RWANDA,MUTEZE AKADURUVAYO. Birashoboka se/ yes!! BURUNDI,TANZANIA.......byose ntibishaka KAGAME. Kwica KAGAME cg guteza ibibazo mu RWANDA biroroshye cyane. MUKORE MUKORE

KAGAME ABAYE IKIGARASHA? 04/01/2016 11:32

Ubu ibintu bigiye kugenda neza kubera izi mpamvu: 1/Kagame yiyitaga umuntu udashyikirwa kandi hose ku isi bamwe bamwubahaga kubera kubeshya kwe 2/ibyo amaze gukora,bitumye ahinduka RUVUMWA: icyubahiro aragitaye ntawe azongera guha amasomo BIGENDE BITE? OPPOSITION yo hanze mwese mwishyire hamwe: MUTERE U RWANDA,MUTEZE AKADURUVAYO. Birashoboka se/ yes!! BURUNDI,TANZANIA.......byose ntibishaka KAGAME. Kwica KAGAME cg guteza ibibazo mu RWANDA biroroshye cyane. MUKORE MUKORE

POLITIKI YO MU RWANDA YAHINDUTSE? 04/01/2016 11:32

Ubu ibintu bigiye kugenda neza kubera izi mpamvu: 1/Kagame yiyitaga umuntu udashyikirwa kandi hose ku isi bamwe bamwubahaga kubera kubeshya kwe 2/ibyo amaze gukora,bitumye ahinduka RUVUMWA: icyubahiro aragitaye ntawe azongera guha amasomo BIGENDE BITE? OPPOSITION yo hanze mwese mwishyire hamwe: MUTERE U RWANDA,MUTEZE AKADURUVAYO. Birashoboka se/ yes!! BURUNDI,TANZANIA.......byose ntibishaka KAGAME. Kwica KAGAME cg guteza ibibazo mu RWANDA biroroshye cyane. MUKORE MUKORE

Babonangenda S; 07/01/2016 18:22

Aliko murata igihe kuki abanyamerika se ntibagikeneye KOLTAN n'utundi twuma laaa!

BosS se ko atakoze nabi murabona bazamurekera iki , Nizere ko mutali muli za Cibercafer naho ubundi utwo tu euro mupfusha ubusa hali abo twagilira akamaro mu Rwanda. MUSABE IMANA niyo ifite igisubizo cy'iwacu.

Muramuke ho bavandimwe.

POLITIKI YO MU RWANDA YAHINDUTSE? 04/01/2016 11:31

Ubu ibintu bigiye kugenda neza kubera izi mpamvu:
1/Kagame yiyitaga umuntu udashyikirwa kandi hose ku isi bamwe bamwubahaga kubera kubeshya kwe
2/ibyo amaze gukora,bitumye ahinduka RUVUMWA: icyubahiro aragitaye ntawe azongera guha amasomo
BIGENDE BITE?
OPPOSITION yo hanze mwese mwishyire hamwe: MUTERE U RWANDA,MUTEZE AKADURUVAYO.
Birashoboka se/
yes!! BURUNDI,TANZANIA.......byose ntibishaka KAGAME. Kwica KAGAME cg guteza ibibazo mu RWANDA biroroshye cyane.
MUKORE MUKORE

Mbonyingabo 04/01/2016 11:28

Nyamara abibwira yuko America idakomeje baribeshya. Kagame baramushyigikiye kuko babonaga ahagarariye inyungu zabo mukarere, none izonyungu ntizikibageraho neza kuko M23 yatsinze. Kagame namenye yuko bashebuja bamushyize kubutegetsi aribo bagiye kumwiyicira. Kagame kubanyamerika asigaye ameze nkigisheke gishizemo umutobo; umuntu ntakirekera mukanwa ahubwo ahita agicira. Niyetegure rero imbwa zigiye kumurya.

Kagame ashobora kwicwa 04/01/2016 11:22

2017 KAGAME azicwa

Maria Utumabahutu(Kigali) 04/01/2016 11:19

nibyo benewacu muba hanze....rwose nimutere u RWANDA mudukize uyu nmwanda KAGAME. Ubwo na USA yatangiye kwanga Kagame,BYOSE BIRASHOBOKA kuko TWANZANIA ni OK!!

FDLR: ni byiza Kagame akomeze akore amakosa 04/01/2016 11:15

Alors qu’il avait été longtemps classé parmi les dirigeants africains qui symbolisaient la différence, le président Paul Kagame a rejoint la vaste confrérie des chefs d’Etat décidés à demeurer au pouvoir, persuadés qu’ils sont d’être indispensables à la stabilité et au progrès de leur pays.
Certes, le chef de l’Etat rwandais s’est montré soucieux de respecter les formes : lorsque, dans son message de Nouvel An il annoncé son intention de présenter sa candidature pour un troisième mandat, il a pris soin de rappeler à ses compatriotes qu’il ne faisait que répondre à un désir largement exprimé : « vous m’avez demandé de diriger le pays après 2017. Etant donné l’importance et la considération que j’attache à ce désir, je ne peux qu’accepter. » Il a cependant ajouté : « je ne crois cependant pas que nous ayons besoin d’un leader éternel. »
La demande des Rwandais à laquelle fait allusion le chef de l’Etat avait été exprimée à l’occasion d’un referendum portant sur le changement de la Constitution, permettant au président de se représenter en 2017 pour un nouveau terme de sept ans, qui pourrait être suivi par deux autres mandats de cinq ans. Ce changement de la Constitution avait été approuvé par 98,4% des votants. Autrement dit, le président Kagame a la possibilité légale, s’il le souhaite, de rester au pouvoir jusque 2034, ce qui, aux yeux des jeunes générations, nées après le génocide des Tutsis en 1994, pourrait bien ressembler à l’éternité.
C’est à la fin des années 80 en effet que Paul Kagame, avec son ami Fred Rwigyema avait fondé le Front patriotique rwandais et en 1990, après la mort au combat de Rwigyema, il avait pris le leadership militaire et politique du mouvement. Autrement dit, depuis 1990, Paul Kagame, remarquable stratège militaire qui, en 1994 mit fin au génocide et au règne du Hutu power, puis dirigeant politique charismatique et visionnaire préside aux destinées du Rwanda depuis plus de deux décennies déjà et il s’est donné les moyens de doubler la mise.
Alors que, dans les coulisses du pouvoir, il avait été longtemps murmuré que Kagame, artisan de la reconstruction de son pays avait aussi l’ambition d’ être un dirigeant politique exemplaire, capable de former une relève et de passer la main à un candidat civil sinon à une femme, les intentions actuellement affichées le placent aux côtés de son voisin ougandais Museveni qui, en février prochain se représentera alors qu’il est au pouvoir depuis 30 ans, du Zimbabwéen Mugabe ou de l’Angolais dos Santos…
Même si le président rwandais, assuré du suffrage populaire, pourrait encore créer la surprise en passant la main, il est donc pratiquement certain qu’il se maintiendra au pouvoir afin de parachever son œuvre : il souhaite arracher le Rwanda à la pauvreté et, dans un délai de dix ans, le placer dans la catégorie des pays émergents. Même si la majorité des Rwandais, encore traumatisés par le souvenir du génocide, ne souhaitent probablement pas prendre le risque du changement, les risques du pari ne sont pas négligeables. Le Britannique Richard Dowden, directeur de l’Institut Royal africain relevait récemment que « plus longtemps un chef d’Etat demeure au pouvoir moins il est efficace…Enfreindre l’Etat de droit et modifier la Constitution signifie en définitive affaiblir l’Etat. »
Faut il dire aussi que la décision de Kagame renforce la position de son voisin burundais Pierre Nkurunziza, dont le troisième mandat plonge son pays dans la violence et risque d’encourager le Congolais Joseph Kabila à se maintenir lui aussi au pouvoir après l’expiration de son deuxième terme fin 2016…





30 décembre 2015

Intambara mu RWANDA 04/01/2016 10:51

Yes,more likely!! Byose birashoboka rwose......NK'UBUFINDO!!!! Uko byagenda kose KAGAME arabizambije. TIME WILL NEVER BE THE SAME AGAIN

KIGALI hari icyobaaaaa!!! 04/01/2016 10:51

Yes,more likely!! Byose birashoboka rwose......NK'UBUFINDO!!!! Uko byagenda kose KAGAME arabizambije. TIME WILL NEVER BE THE SAME AGAIN

INTAMBARA MU RWANDA? 04/01/2016 10:50

Yes,more likely!! Byose birashoboka rwose......NK'UBUFINDO!!!! Uko byagenda kose KAGAME arabizambije. TIME WILL NEVER BE THE SAME AGAIN

Urugamba , umuriro 04/01/2016 10:45

Tugomba gutangiza urugamba vuba aha byihuse kuko M23 yaje muri Congo no mu Burundi tugomba kuyihashya twivuye inyuma tukayikurirana no mu mbere iwabo kwa kagome tukabasya, tukabasya twivuye inyuma, tugomba kwihorera, tugomba no gukoresha indege zintambara kuko turazi kuzitwara tukabamenaho ama bombe kakahava tukabaha ibyo bifuje kuva kera aribyo kubamenaho bombes, tugatwika nta nakimwe dusize, tugomba gucana umuriro inyenzi zikawota, umuriro ugurumana zikawuhaga bikazandikwa mu mateka ko habayeho ntihakabe. Dufite byose ntakibuze kurugamba twese ubu aka kanya. Bajeshi! , bajeshi!!!!!

KAGAME azagira ibibazo mbere ya 2017(FDLR) 04/01/2016 10:34

ubwo USA yatangiye kuvuga ko idashaka KAGAME dore ibishoboka mu minsi mikeya: 1/abahutu/bantous bashobora gutera u RWANDA mu minsi mikeya 2/opposition ishobora guteza akaduruvayo gashobora gutuma KAGAME agira ibibazo 3/amahanga ashobora gufasha opposition 4/BURUNDI ishobora gutera u RWANDA 5/TANZANIA ishobora gutera u RWANDA 6/TANZANIA,SOUTH AFRIKA,BURUNDI bishobora gufasha impunzi hamwe na opposition bagatesha KAGAME umutwe 7/KAGAME ashobora gufatirwa ibihano ETC ETEC...... MWITEGURE KUKO DUSHOBORA GUFATA KAGAME