La Russie a réussi à dégotter des rebelles prétendus modérés mais elle s’interroge…

Publié le par veritas

le Ministère russe des affaires étrangères

le Ministère russe des affaires étrangères

Moscou a établi des contacts avec l’armée syrienne libre (ASL) et a demandé leur avis aux pays tiers afin de vérifier si ses partenaires de dialogue représentent vraiment la prétendue opposition modérée, a déclaré samedi le chef de la chambre haute russe de la Commission des affaires étrangères du Parlement.

Moscou (Spoutnik) — mercredi, le Ministère russe des affaires étrangères a annoncé qu’il avait informé les partenaires étrangers de sa volonté d’établir des contacts avec l’ASL, une faction de l’opposition syrienne armée considérée comme modérée par les pays occidentaux. Et ce à la suite de la demande de François Hollande concernant ce groupe. Poutine s’y était engagé mais notait la difficulté qu’il y avait à trouver sur le terrain ces braves gens et de savoir qui ils avaient à leur tête.
 
Notons que c’est visiblement sur ce genre de groupes que l’administration Obama s’apprête à déverser dollars et armes après avoir renoncé à former des combattants dans des camps d’entrainement dans les pays voisins et ayant dépensé des centaines de milliers de dollars en formation de combattants évaporés dans la nature et d’armes qui ont fini dans l’arsenal djihadiste.
 
«Ces contacts existent, mais nous ne sommes pas encore tout à fait sûrs que ceux qui ont répondu aux appels téléphoniques soient en fait l’armée de libération», a déclaré Konstantin Kosachev dans une interview à la chaîne de télévision russe Rossiya-24. Le ministère vérifie et interroge les alliés sur leurs preuves concernant ces gens…
 
Samir Ghoumari (facebook)

Commenter cet article

KIGALI hari icyoba!! 13/10/2015 10:36

Maze iminsi mvuye I KIGALI ariko nsize hari icyoba kubera ibyo NKURUNZIZA atangiye gukora byo GUTAMAZA KAGAME avuga ko ariwe wishe abaprezida ba BURUNDI.Ikindi nuko iliya genocide yatangiye 1972 igahitana abahutus mu BURUNDI nayo isa niyateye ubwoba intorse za KIGALI kuko abahutus bo mu RWANDA bashobora kuzabyururikiraho.. ICYOBA KIRAKABIJE WEEEEEE!!

RWANDA:Intore ko zitavuga? 13/10/2015 10:34

yewe kuva aho NKURUNZIZA yretse KAGAME ko ABAHUTUS bose bo mu BURUNDI bari maso kandi ko nta MUHIMA/TUTSI uzongera gutegeka UBURUNDI.Kandi ko genocide hutu yo mu BURUNDI igomba kubyutswa.INTORE ZAGIZE UBWOBA ,NONE ZAFUNZE UMUNYWA.Ayi ayinyaaaa!!

Rucyahana kuri Veritasinfo 13/10/2015 03:57

Kubuyobozi bwa Veritasinfo.
Mu mwaka wa 1996 inkotanyi zanyiciye umuryango wanjye wose ugizwe nabantu 120.
Bari mu bukwe twashyingiye babica bose nta numwe warokotse.
Ni muri cyagihe bicaga abantu ishyano ryose barimo bareba umupira muri Kigali ngali.
Icyo gihe ntabacengezi babaga ho.Ibi mbivuhiye ko kagame atakwitwaza ikibazo cyabacengezi yisobanura abeshya.
Kagame niwe wahaye ziriya ngirwa basirikare be order yo kurimbura abantu abicishije mu madiskuru atandukanye yagiye avugira hirya no hino mu gihugu.
Kubyerekeye bariya bantu banjye bapfuye umugabo natanga ni Twagiramungu na Gasana Dr ndetse na General Habyalimana Emmanuel na Colonel Ndengeyinka ndetse na General Kayumba na Karake karenzi.
Ikibazo cyaba bantu kizwi n, urukiko rwa Arusha kuko cyakozwe ho iperereza mu rwego rwo kwerekana ko Kagame ari umukirimineli.
None veritas na ikaze na inyenyeri news ndetse nigihe.com mumbarize France, Belgium, USA, Canada , UK bandenganure mbere yuko biruka bajya kwica abarundi bakoreshe uriya mwicanyi Pilato.
Ndasaba abanyarwanda bose kandi gukurikiranira hafi ikibazo cyaba ba ex far bafungiye muri america bazira kagame wababeshyeye ko bishe abamucyerarugendo bo muri America ns Canada kandi barishwe na mukotanyi.
Abacamanza berekanye ko aba bagabo ari abere ariko USA yagize isoni zo kubarekura kandi bihihiswa ko bari Gwatanamo bay muri Cuba.
Bagomba bose kurekurwa bagasimburwa na Kagame na Karenzi na Jacques Nziza.
Iki kibazo cyaba bantu Abdul Ruzibiza yagitanzeho testimony yerekana uko aba bazungu bapfuye avuga namazina yababishe ariko America yicira agati mu jisho.
Rero veritas mugerageze kurwanya akarengane ibyo mu Burusiya mube mubyihoreye!!!!!!!!!!!!!
Mbere y, uko turangarira muburusiya no mu Burundi tubaze Kagame icyo yahoye abacu.
Bwana Twagiramungu mperuka wowe na Sendashonga mukora Liste yabantu bose Kagame yishe kuva Byumba kujyera cyangugu no kuba Gisenyi Ruhengeli kugera igikongoro.
Sendashonga yarapfuye ariko uracyariho kandi uzi aho aliya malistes yayashize ndetse na ya mabaruwa 600 Sendashonga yandikiye Kagame amubwira ubwicanyi yarimo akorera abanyarwanda uzi aho abitse.
Ibi byose nimutubarize Ban Kin Moon ndetse nurukiko rwirahe mu buhorandi icyo bushaka kuri Kenyata na Omar Bashir bishe abantu batatu ariko bakirengagiza 12 millions zabantu kagame yishe.
Uriya mugore utegeka ruriya rukiko ajyiye kubura akazi mu minsi iri imbere kubera kubogama no kubura ikiraka nyamara kagame ni ikiraka cyamara byibuze imyaka 10!!!!!!!!!!!!!!!!
Ikindi ko Bosco Ntaganda yari afite commanda we uzwi kuki atari we uhanwa hagahanwa kaporal kandi agendera kuri order ya sebuja.
Please mwirangarira iburundi nkago mwahawe ubucamanza.
Ahubwo twashaka ba Avoca babarundi bakatubariza Kin Ban Moon icyo adushaka ho ariko tukareka abarundi bakicyemurira ibibazo byabo natwe tugakemura ibyacu.
Buri munyarwanda aho ari ku isi yose asabwe kugira icyo akora kubwicanyi kagame yakoreye abanyarwanda kuko twese bwatugeze ho kandi ucecetse wese kubera ubwoba ntibizabuza DMI kumuhotora.
Ngaho veritas nimukore akazi nyako mureke gukorera amacentimes gusa byitwa ko muri Ukuri (veritas)!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Kwitwa UMUNYARWANDA 12/10/2015 17:56

Ariko hari ibintu bidutangaza. Kuba UMUNYARWANDA bisigaye bisa n’igitutsi mu bihugu byinshi.
Kumva uri umunyarwanda, usigaye ugenda wububa mu bihugu byinshi.
Na Minister Kaboneka (Mininter) asaba Abanyarwanda kwitondera gusohoka mu gihugu.
Sources :
http://www.igihe.com/amakuru/u-rwanda/article/minisitiri-kaboneka-yasabye-abaturiye-imipaka-kugabanya-ingendo-mu-bihugu-by

None se, iyo vision twenty twenty (2020), iyo Singapuru, uzayigeraho ute, utabanye neza n’abaturanyi?
Nyamara ku muntu ureba kure, ntiyagombye gushingira gahunda y’ejo hazaza, ku binyoma no kugirira nabi umuntu wese utavuga rumwe nawe.

Mu by’ukuri, U RWD ni igihugu gikennye (uretse wenda bwa bwibone…), nta ruganda rw’intwaro rugira…
Intwaro yarwo ya mbere ni IKINYOMA (réf : Igitabo cya Bwana Nkuliyingoma J.B., inkundura).
Koko, Intore mutubwire, technologie y’ikinyoma, ifite avenir?
Turi mu cyinyejana cya 21.

INTORE mwahurira?

Pas jouer avec hutus burundais 12/10/2015 14:50

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

COURAGE HUTUS BURUNDAIS 12/10/2015 14:49

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

HUTUS BURUNDAIS mukomere cyane 12/10/2015 14:49

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

ABAHUTUS bo Mu Burundi "intelligent" 12/10/2015 14:48

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

BURUNDI: abahutus nta gusinzira 12/10/2015 14:47

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

ISOMO Nkurunziza ahaye KAGAME na BELGIQUE akorera ni ryiza 12/10/2015 14:47

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

BELGIQUE & RWANDA:abanzi b'UBURUNDI 12/10/2015 14:46

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

Yirukanye KAGAMEnone Belgique nayo irirukanye 12/10/2015 14:45

NKURUNZIZA nakomeze yirukane abo bicanyi nta numwe atinya. ABO BOSE NIBO BISHE ABAHUTU KUVA 1972

RWANDA: Kagame afite ikibazo 12/10/2015 14:43

kuva aho NKURUNZIZA atangiye guhumuka,ibintu bilimo kugenda bijya mu buryo kuko NKURUNZIZA atangiye kuvuga aho gutinya

BURUNDI is serious 12/10/2015 14:23

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

HE NKURUNZIZA yeretse KAGAME ko nta mishinyiko 12/10/2015 14:22

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

NKURUNZIZA NTA MUSHINYIKO AGIRA BURYA 12/10/2015 14:21

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

KAGAME yitondere UBURUNDI 12/10/2015 14:21

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

HUTU BURUNDAIS NI UMUGABO 12/10/2015 14:21

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

ABARUNDI bazi ubwenge kabisa 12/10/2015 14:20

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.

BELGIQUE:Ambassadeur persona non grata au Burundi 12/10/2015 14:20

A Bujumbura, ce vendredi 9 octobre 2015, l’Etat du Burundi a déclaré M. Marc Gedopt, ambassadeur de la Belgique au Burundi, persona non grata. L’agrément de l’ambassadeur Belge à Bujumbura lui a été retiré.
Le Burundi reproche à la Belgique d’être derrière l’insécurité grandissante à Bujumbura depuis avril 2015. La Belgique est la base arrière, avec Kigali ( le Rwanda), des responsables de la tentative de Coup d’Etat militaire ratée du mercredi 13 mai 2015 à Bujumbura. Depuis le mois d’Aout 2015, fin du processus électorale démocratique 2015 au Burundi, les responsables du Coup d’Etat manqué sont passés à l’application de la politique du pourrissement. A coup de jets de grenades, de lances roquettes ou encore de Kalachnikovs, ils ont commencé à faire des assassinats ciblés à l’encontre de personnalités burundaises ( officiers, administrateurs, politiciens, ou membres de la société civile ). Des membres de la société civile ( Aprodh ) et de partis politiques de l’opposition ( ex. FNL et UPD ) qui ont dit non à leur plan macabre de mettre à sang le Burundi, ont été assassinés. Des lieux comme des ambassades ( Rwanda et Belgique ) sont devenus des lieux de stockages d’armes ou de replis d’assassins ou de terroristes qui tentent de créer la psychose -de guerre- dans des quartiers de Bujumbura. La dernière étape de ce scénario macabre, en fin de planification depuis Bruxelles, est l’affrontement militaire avec KIGALI. La Belgique tente depuis l’échec du Coup d’Etat de faire rentrer le Burundi et le Rwanda en guerre.
L’autre reproche faite à la Belgique est l’asphyxie économique qu’elle veut imposer au Burundi depuis l’Union Européenne. En effet, la Belgique a trompé l’Union Européenne UE sur la situation au Burundi ( comme le confirme les dernières rencontres et rapports ACP ) en l’informant d’une manière erronée et illégale ( voir Accord de Cotonou ), pour que l’UE stoppe sa coopération économique avec le Burundi. Cela a été facilitée par le fait que la position de l’Union Européenne sur le Burundi se règle entre Belges. D’une part entre le représentant de l’UE à Bujumbura, M. Patrick Spirlet ( Socialiste Belge ) qui est Belge et M. Louis Michel ( Libéral MR – Belge) – député Belge au Parlement européen qui écrit et propose les résolutions sur le Burundi. Cette mafia Belgo-Belge, au nom de l’Union Européenne, a décrété, de manière maladroite, dernièrement, des sanctions européennes à l’encontre de 4 citoyens burundais. De plus, ce mafia Belgo-Belge à l’Union Européenne risque de faire prendre à l’UE des sanctions économiques contre le Burundi …
Le Burundi va se défendre à l’Union Européenne UE contre ce règlement de compte que la Belgique a avec le Burundi et qu’elle veut que l’Union Européenne face sienne.
Le Burundi va demander à l’Union Africaine qu’elle prenne des sanctions contre des personnalités de l’Union Européenne qui sont impliqués dans la tentative de renversement de régime qu’il a subit depuis avril 2015 à nos jours.

Le Burundi demande au Rwanda , à la Belgique, à la France et aux USA , à stopper tout de suite ce projet de déstabilisation du pays. Il s’agit d’arrêter leurs soutiens : politique ( Droit de l’Homme ), diplomatique, médiatique, militaire et financier, à cette entreprise. Ces soutiens sont destinés aux organisations terroristes burundaises et rwandaises ( M23, MSD, FORSC, FOCODE, CNARED,APRODH … ), dont l’objet consiste à lever des rébellions au Burundi et à préparer une situation de guerre civile dans le pays. La Justice burundaise connait désormais, faits judiciaires à l’appui: les concepteurs principaux, les bras armées ( les exécutants du travail ou du job, les mercenaires qui font le travail demandé par les concepteurs), et leurs complices burundais (les collaborateurs locaux à ce projet de déstabilisation de l’État ). Le Burundi a été victime pendant sa période électorale démocratique 2015 et en ce moment, d’ une Révolution de Couleur ou une tentative de renversement de régime, dictée par des enjeux géopolitiques globaux ( impliquant des multinationales ) des USA, de la France et de la Belgique. Le bilan est de centaines de morts et de plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ( Cfr. https://www.youtube.com/watch?v=dDFaM1jvd3I et http://burundi-agnews.org/justice/?p=20777 )
DAM, NY, AGNEWS, le dimanche 11 octobre 2015.