BUJUMBURA RURAL : LE COMMISSAIRE PROVINCIAL BLESSÉ DANS UNE ATTAQUE

Publié le par veritas

Le commissaire provincial (province de Bujumbura Rural) a reçu une balle dans la jambe dans la nuit dernière mardi 29/09/2015). Selon une source policière, ce haut gradé de la police a été attaqué par des inconnus au moment de se rendre sur le terrain, en patrouille.
 
La même source affirme qu'un des policiers qui assuraient sa garde a été blessé. Ce mardi, des informations sur les réseaux sociaux faisaient état de cette attaque et précisaient que le commissaire avait été admis à l'hôpital et que ses gardes du corps avaient été éliminés.
 
La source policière jointe par SOS MBDI confirme que cet officier a été légèrement atteint et qu'il a quitté l'hôpital. Toutefois elle a démenti la mort des gardes. Le weekend dernier, des obus de mortier avaient été largués sur la capitale Bujumbura à partir de cette province. Un opposant fidèle à Agathon Rwasa y avait été tué.
 
Un chef de Zone CNDD-FDD attaqué chez lui.
 
Mugamba (sud du Burundi) - Des individus armés de fusils et de grenades ont attaqué vers minuit (hier) la famille du chef de la zone de Muramba (colline de Coma-Bururi). La femme de ce membre du CNDD-FDD a été blessée ; elle est en soin à l'hôpital de Jenda.
 
L'homme qui a été visé, Cyprien Nibona affirme qu'il y a derrière cette action violente des motivations politiques. Il demande à ce que sa sécurité soit renforcée. Il soupçonne par ailleurs la présence d'habitants de la zone dans des groupes rebelles occupant désormais la colline de Coma. Beaucoup de coups de feu ont été entendus sur cette colline la nuit dernière.
 
RUYIGI : L'homme tué devant le domicile du président du CNDD-FDD était un policier de l’API
 
On en sait plus sur l'identité de la personne retrouvée morte lundi matin devant le domicile du président du CNDD-FDD en commune de Ruyigi. Il s'agit d'un policier qui travaillait à l'API, l'Appui de Protection des Institutions. D'après nos informations, il se trouvait en congés à Ruyigi dans sa province Natale.
 
Les circonstances dans lesquelles cet homme a été tué restent encore floues. Des sources sur place indiquent qu'un fusil a été retrouvé à côté du corps, mais ces mêmes sources précisent que l'arme n'était pas la sienne et qu'elle aurait été déposée pour simuler une attaque.
 
Un commandant d’un camp militaire absent au drapeau
 
Le commandant en second du camp Muha, bataillon support de la première région militaire, le major Emmanuel NDAYIKEZA est introuvable depuis ce samedi 26 septembre 2015 selon les informations données par la radiotélévision burundaise. L’information a été confirmée ce lundi 28 septembre 2015 par le porte-parole de l’armée nationale, le colonel Gaspard BARATUZA. Il reconnait l’absence de ce major ce lundi, mais préfère parler d’une simple absence plutôt que d’une désertion.
 
Il ajoute que le major Emmanuel NDAYIKEZA est parti seul et que ses agents de transmission sont toujours au service. Le porte-parole de l’armée explique en outre qu’on ne peut pas parler de désertion avant huit jours d’absence selon le règlement militaire.
 
Source : Médias Burundais

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article

Cyomoro 30/09/2015 19:43

Ku manywa naryamye ndota nabi. Narose mpura na Makanji ari kugenda akanja ibintu bimeze nka karoti. Mubajije nti Makanji mabya ya so ibyo urimo ukanjakanja kuri aya manywa ni ibiki, ansubiza ko yarimo akanja imboro zo mu Rugwiro. None byanteye kutazongera kurya karoti kugeza igihe ariya mabandi yitwaje intwaro azavira mu Rugwiro.

Kim 30/09/2015 16:44

Dore ibyabaye kuri General Diendere muri Burkina, ngo yahungiye muri ambasade ya Vatican: L’armée burkinabè a repris mardi dans la soirée le palais présidentiel de Kosyam et le camp Naaba-Koom II, dans lequel étaient retranchés des anciens putschistes du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Le général Gilbert Diendéré se serait quant à lui réfugié à l’ambassade du Vatican.( Source:http://www.jeuneafrique.com/268612/politique/burkina-kosyam-et-naaba-koom-ii-aux-mains-de-larmee-gilbert-diendere-refugie-dans-un-endroit-sur/)

Kabuhariwe 30/09/2015 16:21

Kuwa 6 mu Buholande hazagwa umuntu kubera mwene Rutagambwa witabiriye kuganisha abana b'u Rwanda. Ese ibyo yibonekezamo ni ibiki, umuntu ngo ni l'homme fort ariko agahora yishyira imbere uboshye akaguru kariho igisebe!

No comment 30/09/2015 15:53

« Au moment où la famille politique de Joseph Kabila, MP se désintègre de plus en plus, à l’Est l’armée rwandaise continue l’occupation des positions stratégiques dans le territoire de Rutshuru. Ce Complot en cours consiste à ramener tous les éléments du M23, chassés sur le sol congolais fin 2013, après un effort exceptionnel des FARDC aidées par la Brigade d’intervention de la MONUSCO »

Sources, Igihuha cyo kw’ikaze.com :
http://ikazeiwacu.fr/2015/09/30/rdc-larmee-rwandaise-occupe-les-positions-ambadonnees-par-les-fardc/

Harya buriya, kuri HE, sicyo gihe cyo kwumvikana na FDRL, hariya bakahaboza ? Kuko turabona Abakongomani bari kwiruka. Ibyo ni inyungu z’igihugu, n’abana bacu.

Amahanga yabyemera?

Ariko na none niba arukuhafata, « pour renflouer les caisses d’agaciro.com », ça serait inacceptable.
Ikindi twibaza, za drones za Monusco zigenzura imipaka ya Kongo, zasubiye i Burayi?

Ngaho rero INTORE, mugire icyo muvuga ku gitekerezo cyanjye !

Makanji urihe ?

km 30/09/2015 10:22

Nyamara i Burundi ibintu ntibyoroshye, ibyari imyigaragambyo byahindutse intambara, u Burundi bukaba bwarasubiye inyuma muri bya bihe FNL na CNDD byarwanyaga ubutegetsi bw'umututsi Pierre Buyoya! Dore nk'iyi nkuru y'ubwicanyi mu Burundi nsomye veritas ataduhaye:

ASSASSINAT D'UN MEMBRE DU MSD À SHOMBO
Jean Baptiste Nsengiyumva, président du MSD en commune de Muramvya vient d'être assassiné (21h30) devant son domicile à Shombo (commune Muramvya, centre du Burundi). Ce militant laisse une veuve et deux enfants. Il était natif de la commune de Matama (province de Bururi), une localite où il y a eu d'intenses manifestations contre le troisieme mandat du président Nkurunziza
M. Nsengiyumva enseignait au lycée communal de Shombo.Les tueurs ont monté une embuscade. Ils ont tiré et ont ensuite lancé deux grenades afin d'éloigner les éventuels témoins. Selon des sources jointes par SOS Médias Burundi, les tueurs ont emporté le corps et l'ont déposé à 200 mètres du lieu du crime.