Burundi: ADC-Ikibiri envisage « la rue » pour faire partir Pierre Nkurunziza

Publié le par veritas

Burundi: ADC-Ikibiri envisage « la rue » pour faire partir Pierre Nkurunziza
Face à une situation politique incertaine, l’opposition burundaise à l’étranger était réunie samedi dernier à Bruxelles pour parler des grands défis qui hantent le processus électoral et échanger sur les stratégies et les actions à mener.
 
Pour l’Alliance des Démocrates pour le Changement (ADC-Ikibiri), au cas où le président Pierre Nkurunziza refuserait la main que lui tend l’opposition pour organiser des élections dignes et transparentes, il pourrait partir par la petite porte, comme l’on en a vu ailleurs en Afrique et dans le monde. Et un plan d’actions dans ce sens est en réflexion.
 
Ils étaient une septantaine de Burundais venus de Belgique, de France, de Hollande, de Luxembourg et de l’Angleterre, autour de Léonard Nyangoma, président du CNDD et leader historique de l’opposition burundaise, et de Pancrace Cimpaye, nouveau coordonnateur de l’ADC-Ikibiri à l’étranger et les chefs des sections des partis FRODEBU, MSD, UPD et CNDD, les Burundais.

Etaient présents également, Mme Euphémie Nahimana, représentante du parti PIT (Parti Indépendant des Travailleurs) en Belgique et Mme Jeanne Mpabwanayo, représentante du parti FNL, section Benelux (aile Jacques Bigirimana) ainsi qu’un représentant de l’IPDD (Initiative Panafricaine pour la Défense de la Démocratie) en Belgique.
 
Pour l’opposition Ikibiri, « le troisième mandat du président sortant, le fichier électoral, la composition de la CENI, l’exclusion des principaux acteurs de l’opposition, le manque d’un front commun de l’opposition, la milice armée Imbonerakure sont autant d’embûches qui se dressent sur le chemin du processus électoral et qui peuvent conduire le Burundi vers une catastrophe », a relevé Cimpaye dans son mot liminaire.

Développant chacun de ces défis, Cimpaye tire la sonnette d’alarme : « Le pays est en danger. Le pays est au bord de l’implosion. Il faut agir dans les meilleurs délais ». Mais que faire ? Quelles stratégies. Quels moyens ? C’est justement ces questions qui ont occupé longuement les participants à la conférence.
 
Pour éviter que le pays ne s’engouffre pas, l’ADC-Ikibiri se dit toujours prête au dialogue et demande au président Nkurunziza et sa majorité présidentielle, ce qui suit : « L’abandon solennel, et dans les meilleurs délais, du troisième mandat ; la mise en place d’une nouvelle Commission électorale consensuelle. La mise en place d’une commission paritaire au niveau des démembrements de la CENI ; la mise en place des membres paritaires au niveau des bureaux de vote ; une présence de l’opposition dans la salle d’informatique de la CENI ; la révision du fichier électoral tel que convenu par tous les acteurs politiques ; la libération des prisonniers politiques, le retour des exilés politiques ainsi que l’abandon des charges contre tous les leaders de l’opposition ; le démantèlement de la milice armée Imbonerakure ; les libertés politiques, la liberté de la presse, de réunion et d’association doivent être garanties ».
 
« La rue » pour forcer le départ de Nkurunziza
 
Pendant que les Catholiques burundais ont commencé vendredi leurs neuf jours de prière « afin de demander à Dieu une alternance au sommet, dans la sérénité et la paix, au travers d’élections transparentes. », l’opposition, elle, prévoit plutôt de descendre dans la rue pour arriver à ce changement dont auraient soif la plupart des Burundais. Et l’ADC-Ikibiri à l’étranger prédit quatre scénarios :
 
1. Le président Nkurunziza accepte toutes les propositions susmentionnées. Des élections paisibles, inclusives et démocratiques ont lieu
 
2. Nkurunziza refuse les propositions et un coup d’Etat de l’Armée le dépose.
 
3. Nkurunziza refuse les propositions de l’ADC-Ikibiri ; il simule un coup d’Etat et place un homme à lui
 
4. Nkurunziza refuse les propositions de l’ADC-Ikibiri ; le peuple burundais dans toutes ses composantes descend dans la rue et chasse Nkurunziza. Un gouvernement de transition de courte durée organise les élections.
 
Sans être pessimiste, l’ADC-Ikibiri estime peu probable que le président Nkurunziza accepte toutes les propositions de son opposition. Mais aussi, un coup d’Etat par l’armée serait du mauvais goût. Non plus d’un changement à la « poutine » où Nkurunziza placerait à la tête de l’Etat son dauphin et lui, occuper la vice-présidence lui permettant de revenir à la présidence en 2020. C’est donc le scénario 4, celui d’éjecter Nkurunziza par la rue « à la burkinabée », qui est prévisible.
 
Pour cela, l’ADC-Ikibiri appelle à la mobilisation générale. Et pour ne pas agir seule, « l’ADC-Ikibiri est en pourparlers avec la coalition RANAC dans le but d’unir nos forces contre le pouvoir en place à Bujumbura », a annoncé le coordinateur de l’ADC-Ikibiri à l’étranger.
 
L’Ikibiri compte également sur le soutien de toutes les forces vives de la nation dont la société civile, le clergé, la police et l’armée, bien évidemment sur la population en général dont le pouvoir d’achat ne cesse de se dégringoler. Cette même population a manifesté leur ras-le-bol en février dernier lors de la libération du journaliste Bob Rugurika.
 
Les jeunes se disent ainsi prêts à répondre massivement à l’appel que leur va lancer leur alliance. Eddy Ndikumana, chargé de protocole et de la mobilisation des jeunes au sein de l’ADC à l’étranger, planche déjà sur un plan de mobilisation des jeunes : « nous allons utiliser les médias sociaux pour nous mobiliser au maximun et atteindre un plus grand nombre de jeunes par tous les moyens possibles. Nous ne pouvons pas nous laisser faire par le CNDD-FDD et sa milice Imbonerakure. Nous irons dans la rue et nous la quitterons quand Nkurunziza renoncera au 3è mandat et répondra à nos exigences », a prévenu Eddy Ndikumana.
 
L’opposition assure donc être déterminée et s’attèle à mettre en place un vaste mouvement en Amérique, Europe, Asie, Océanie et en Afrique. Son seul problème reste néanmoins le manque d’un front commun et l’insuffisance des moyens financiers pour exécuter la réussite de cette mobilisation. Ainsi, les participants à la conférence ont été appelés à soutenir financièrement et à sensibiliser leurs proches et amis.
 
Il faut dire enfin que d’autres actions de l’ADC-Ikibiri à l’étranger viseraient l’entourage du président Nkurunziza notamment les deux généraux de tous les coups, Alain Guillaume Bunyoni et Adolphe Nshimirimana. Un dossier de plainte contre les exactions de ces généraux auprès des instances judiciaires de l’East Africa Community et de l’Union Africaine, voire à la Cour Pénale Internationale (CPI) a été évoqué.
 
Source :bujumburanews

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article

Citoyen 16/03/2015 22:44

Ewe!!!!!! Ndatwenze kweri!!!! A voir les comportements des politicailleries burundaises, il y a de quoi rire et pleurer en meme temps!!!!!