Disparition du témoin Gafirita: la police kényane n'ouvre pas d'enquête

Publié le par veritas

Disparition du témoin Gafirita: la police kényane n'ouvre pas d'enquête
Le nouveau témoin dans l’attentat contre l’avion du président Habyarimana est toujours porté disparu. Selon des témoignages de résidents kényans de son quartier à Nairobi, Emile Gafirita aurait été enlevé le 13 novembre au soir alors qu’il rentrait chez lui. Après avoir démenti l’avoir elle-même arrêté, la police kényane, informée de l’identité et de la qualité du porté disparu, a tout de même choisi de ne mener aucune enquête. Pour les parties civiles dans le dossier Habyarimana, il faut que les autorités françaises agissent auprès de leurs homologues kényans pour comprendre les circonstances de cette disparition. Du côté des avocats des accusés, dont certains sont toujours aux affaires au Rwanda, cette disparition d'un témoin de dernière minute pourrait être une manipulation.
 
C’est en septembre que la justice française est informée de l’existence d’Emile Gafirita. Le juge d’instruction est très clair : Marc Trévidic ne souhaite pas rouvrir l'instruction, close début juillet « à la légère ». Evoquant des manipulations passées, il exige de connaitre l’identité du témoin.
 
Dans sa lettre au juge, Émile Gafirita  parlait des tentatives d'assassinats à son encontre. «Je ne vois pas en quoi indiquer son identité serait un risque supplémentaire », rétorque alors le juge d'instruction français. Exit l'anonymat prévu par l'article 706-58 du code français de procédure pénale puisque seul le juge d'instruction et le procureur peuvent la demander. Or, c'est la seule possibilité de protection qui présente toutefois l'inconvénient majeur de retirer de la déposition tous les détails qui peuvent identifier le témoin et donc, dans le cas présent, de crédibiliser son témoignage.
 
Émile Gafirita accepte les conditions du juge et c'est par l'intermédiaire du journaliste français Pierre Péan - curiosité - que sa pièce d'identité est transmise à son avocat... Le mail est immédiatement transféré au magistrat. Et dans les rangs du pouvoir au Rwanda, on se gausse déjà de ce témoin « amené » par Pierre Péan, personnalité régulièrement attaquée par Kigali et qui par le passé a déjà interviewé d'autres témoins à charge.
 
«Mais la fausse identité sous laquelle vivait Emile Gafirita et le pays où il résidait ne figurait pas au dossier », tient à souligner Me Leon-Lef Forster, avocat des accusés, dignitaires du régime rwandais.
 
Dans l'attente de sa convocation, qui n'arrivera que le jour de sa disparition, Emile Gafirita écrit à son avocat : « le plus vite serait le mieux avant qu'ils ne me fassent taire à jamais. »
 

RFI

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article