Burundi/Révolte burkinabè: la société civile burundaise prévient Nkurunziza

Publié le par veritas

Le président burundais, Pierre Nkurunziza

Le président burundais, Pierre Nkurunziza

Le porte-parole du président du Burundi, Pierre Nkurunziza, qui lui n’a jamais caché sa volonté de briguer un troisième mandat en 2015 malgré le verrou constitutionnel des deux mandats, botte en touche sur les événements qui ont précipité la chute du président burkinabè. La société civile se fait menaçante.
 
Léonidas Hatungimana, le porte-parole de la présidence burundaise, a assuré à RFI que le Burundi attendait que l’Union africaine prenne une position pour s’y aligner. Quant à craindre la même réaction des Burundais si Pierre Nkurunziza se représentait, il a répondu que « la question ne se pose pour l’instant ». Mais dans l’entourage du président Nkurunziza, on estime qu’une telle réaction n’est pas possible au Burundi car ce n’est pas le Burkina Faso.
 
La réaction de la société civile n’a pas tardé. L'une de ses principales figures, Pacifique Nininahazwe, s'interroge : « En quoi ce n’est pas le Burkina Faso ? Est-ce que ça veut dire que les Burundais vont accepter la violation de la loi fondamentale ? Je voudrais dire plutôt que Blaise Comparoé et Pierre Nkurunziza se ressemblent à bien des égards. Compaoré, le traitement qu’il avait fait de son mentor Thomas Sankara, on voit la même chose chez Nkurunziza [avec] ce qu’il a fait de Hussein Radjabu. L’un a été assassiné, l’autre est en prison»
 
Encore pire au Burundi ?
 
Et Pacifique Nininahazwe de multiplier les parallèles : « S’il y a une image qui marquera le pouvoir de Compaoré, c’est l’assassinat de Norbert Zongo. Chez nous aussi, l’assassinat de Ernest Manirumva en 2009 restera sur la conscience de ce pouvoir et du président Nkurunziza. Enfin cette volonté […] de réviser la Constitution par la voie parlementaire, c’est la même chose qu’on voit chez Compaoré. »
 
Ce représentant de la société civile craint que les choses tournent plus mal au Burundi qu’au Burkina Faso, surtout avec la présence des jeunes Imbonerakure, la jeunesse du parti au pouvoir au Burundi, que Compaoré n’avait pas. « Mais ça ne signifie pas que si Pierre Nkurunziza viole la Constitution, on va se taire, on va se laisser faire. »
 
RFI

Commenter cet article

POLOKAGME 03/11/2014 08:47

Inteko ya EAC ngomba gukoresha amafranga menshi cyane ariko igasenyuka kubera ko perezida wa Tanzaniya yansuzuguye kandi nkurikiza gahunda za ulminate: kwica benshi kandi buri gihe kugira ngo ibimana byacu bibone amaraso ahagije. Abadepite bakomoka Tanzania bagomba kuvamo, n'uriya mubozi w'inteko wiha kuvugisha Gikwete akavaho, maze ngashyirishaho uwo nibonamo!! lobbying nga ndayizi.

Iseat 03/11/2014 06:23

Na kariya gatsiko KKK kumvireho, cyangwa se karebereho. Mwene Rutagambwa we ngo nta kudeta yamukorerwa ra! Ijambo ry"Imana riti " uwizera umwana w'umuntu avumwe"; we rero abantu bose yabashyize mu gipindi cyo kutizerana no kunekaana, abagore benshi mu nteko nsenyamategeko, ngo ni byo bizamurambisha. AYINYAAA!

bwoba 02/11/2014 16:11

Bâ bwoba babahutu n'abatutsi bo mû Rwanda ni hanze wagirango Bose bafunzwe mû mutwe.mû mutima iminwa muri mais bapfuye bahagaze.imihindukire myiza IRI gukorwa muri Afrika bikiza abicanyi babasilikari wagiragangi ntibibareba.Hagati aho kagame na FPR ye ntibibeshy ngo bazashyiraho abasivili bazabakinggira ikibaba.abicanyi Bose uhereye kuru kagame nabakozibe nazamanekoze bagimba gushyikirizwa ubutabera.uzi ubwenge atangure yitandukanye nabo nawe ararandura

kgl 02/11/2014 18:00

Unva mbese ibigambo by'imbwa z'abahutu , muzi kumoka gusa! IBIRUTSI GUSA! MWADUTEMYE BURYA!!!

denis 02/11/2014 16:05

We are ready to fight for our president.we are not afraid and he must continue leading our Burundi.Nininahazwe,be warned,u and your agatsiko

Inconnu 02/11/2014 14:07

si NKURUNZIZA se présente aux 2015 il aura violé la constitution c'est qu'alors to ce qui suivra comme réaction du peuple devra également être à l'encontre de la constitution.