Rwanda : les FDLR condamnent les arrestations arbitraires massives et disparition inacceptables

Publié le par veritas

Les personnes disparues au Rwanda

Les personnes disparues au Rwanda


Depuis bientôt trois mois le gouvernement dictatorial de Kigali procède à des arrestations massives de toutes les personnes supposées acquises aux idéaux de l’opposition en l’occurrence ceux des Forces. Démocratiques de Libération du Rwanda(FDLR).La plupart des gens arrêtées sont purement et simplement tuées  après tortures et refus d’aveux dictés. Les victimes de cette impétuosité paranoïaque du régime  sont détenues dans des lieux tenus secrets et ne peuvent pas recevoir des visites familiales. Comme si cela ne ne suffisait pas, le potentat de Kigali a déclaré qu’il va tuer publiquement toute personne supposée ou réellement sympathisantes de l’opposition. Les familles des FDLR sont particulièrement visées par ce regain d’animosité.

Les FDLR sont très préoccupées par cette situation inacceptable dans laquelle le peuple rwandais  est plongé et la condamne avec la dernière  énergie. Les ONG de défense de droits de l’homme documentent quotidiennement ces arrestations et disparitions et les alliés traditionnels de ce régime honni sont eux-mêmes exacerbés par ses agissements qu’ils ne peuvent plus couvrir ni défendre. C’est le cas les Etats Unis qui, à travers le ministère des affaires étrangères, se sont dits préoccupés.

Les FDLR rappellent au gouvernement rwandais que depuis le 30 décembre 2013 elles ont transformé  leur lutte armée en combat politique et qu’à ce titre aucun rwandais ne peut être victime de son adhésion à leurs idéaux. Elles demandent aux rwandaises et aux rwandais de braver la peur et les intimidations de la dictature de kigali pour dorénavant
manifester leur adhésion massive aux FDLR.Le temps de la clandestinité est révolu. Aucun doute que plus des ¾ des rwandais sont des partisans des FDLR .Le gouvernement Kagame ne pourra donc coffrer ni tuer impunément ¾ de la population qu’il est censé sécuriser.

Les FDLR demandent au  général président Paul Kagame de mettre de l’eau dans son vin et de réaliser que les temps ont bien changé ;la situation de 96-98 dans laquelle  il a immolé des centaines de milliers de refugiés dans les camps et dans les forêts zaïroises et puis au nord du pays sous l’applaudissement de ses parrains ne peut plus se rééditer .Il doit plutôt  s’empresser de dialoguer avec les FDLR  et toute l’opposition rwandaise pour régler une fois pour toute le problème rwandais avant qu’il ne soit trop tard !

Les FDLR sont disposées à engager le dialogue avec le gouvernement de Kigali n’importe quand et n’ importe où sauf au Rwanda. Elles portent à la connaissance du monde entier que le processus dans lequel elles se sont unilatéralement engagées depuis le 30/12/2014 est irréversible.

 
                                         Fait à Masisi le25/juin/ 2014
 
La Forge Fils BAZEYE,
Commissaire à linformation et Porte-parole des FDLR
Tel: 00243812808422 et 00243993312537

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article

CESAR 02/07/2014 13:46

Kagame a peur d'affronter politiquement ses adversaires.Ce qui lui fait peur qui s'est tranformée en paranoïa c'est le renouveau démocratique dans notre pays. Par leurs actes, les FDLR viennent d'infirmer les imputations de Kagame et de ses parrains selon lesquelles celles-ci sont des criminels non pas parce qu'elles le sont effectivement mais parce qu'elles sont génétiquement génocidaires des Tutsi, une race sui generis du Rwanda( voir Affaire SOS Racisme Français c/ Pierre Péan). L'époque des mensonges est révolue. Kagame persiste dans ses fabulations au lieu de penser à l'avenir de ses postérités. Le Peuple Rwanda entame irrémediablement la marche vers la démocratie. L'époque de la tyrannie est dans sa phase terminale. Ce qui fait surtout peur à Kagame c'est le nombre exorbitant de cadavres de Hutu et de Congolais enregistré à son actif. Il sait qu'en tout état de cause et dès lors qu'il est vivant, il répondra de ses actes devant un tribunal. Si Kabila, son élève, a observé et observe le silence de tombeau sur des millions de morts congolais, son successeur ne sera pas apathique. Il faut l'espèrer bien que le versatilité des dirigeants congolais soit leur point fort.