Burundi : L'armée burundaise dément toute présence en RDC

Publié le par veritas

La société civile soupçonne l'armée burundaise d'entraîner des jeunes du parti au pouvoir au Burundi, les Imbonerakure, dans l'est de la RDC.

La société civile soupçonne l'armée burundaise d'entraîner des jeunes du parti au pouvoir au Burundi, les Imbonerakure, dans l'est de la RDC.

Vendredi 6 juin 2014, l’organisation congolaise Journaliste en danger a accusé de présumés militaires burundais d’avoir menacé deux journalistes congolais de Radio Ondes FM émettant depuis Kiliba, à quelques 110 km de Bukavu, le chef-lieu de la province de Sud Kivu de la RDC. Les journalistes congolais enquêtaient sur une formation militaire que des jeunes du parti au pouvoir au Burundi suivraient dans cette zone de l'est congolais.

L’armée burundaise a réagi dès hier, samedi 7 juin, et elle dément tout en bloc. L’armée burundaise est catégorique. « Il n’y a aucun soldat burundais stationné sur le sol de la RDC », a assuré son porte-parole, le colonel Gaspard Baratuza, samedi 7 juin. « Nous n’avons rien à faire en République démocratique du Congo, raison pour laquelle ces militaires qui auraient empêché des journalistes de faire leur travail, ce ne sont pas des militaires burundais. S’ils ont vu des militaires, il faut qu’ils se documentent beaucoup [sur leur identité, NDLR] », a-t-il ajouté.
 
Démenti burundais systématique
 
Depuis plus de deux ans, l’armée burundaise dément systématiquement toute présence dans l’est du voisin congolais, mais aujourd’hui cela ne semble plus suffire, car les accusations sont de plus en plus nombreuses et viennent de toutes parts. Ces soldats seraient chargés notamment de traquer des dissidents des ex-rebelles burundais des FNL qui opèrent depuis l’est de la RDC, en vertu d’un accord secret entre les deux pays, ce que dément encore une fois le porte-parole de l’armée burundaise :
 
« Il y a un cadre d’échange d’informations qui est bien reconnu, sinon en ce qui nous concerne, nous sécurisons notre frontière, on a renforcé les éléments dans la forêt de la Rukoko qui faisait l’objet d’infiltrations à partir de la République démocratique du Congo. Ça ne veut pas dire que les militaires burundais ont traversé la frontière », a encore expliqué le colonel Gaspard Baratuza.
 
Confirmation ?
 
Les allégations de Journaliste en danger semblent confirmer les révélations qui ont envoyé en prison depuis plus de trois semaines Pierre-Claver Mbonimpa, une des figures de la société civile burundaise, sur une éventuelle formation militaire en RDC de jeunes du parti au pouvoir au Burundi. Là aussi, l’armée burundaise dément catégoriquement.
 
Source: RFI

Publié dans FRANCAIS

Commenter cet article