Burundi: Les diplomaties américaine et européenne préoccupées par la détention de Pierre Claver Mbonimpa

Publié le par veritas

Burundi: Les diplomaties américaine et européenne préoccupées par la détention de Pierre Claver Mbonimpa

Après la déclaration d’hier de la Délégation de l’Union européenne sur le climat politique au Burundi et l’arrestation du président de l’Aprodh, c’est au tour du Département d’État de s’exprimer.

Les deux institutions font part de leur « préoccupation » après l’arrestation le 15 mai de Pierre Claver Mbonimpa. Ainsi, la Délégation de l’UE demande au gouvernement burundais « que tout soit mis en œuvre pour que les procédures judiciaires et les droits de l’accusé soient respectés, dans ce cas tout comme dans d’autres cas récents mettant en cause l’exercice des libertés d’opinion et d’expression. » La porte-parole du Département d’Etat, Jennifer Psaki, a quant à lui « exhorté le gouvernement du Burundi à respecter tous les droits de M. Mbonimpa, conformément à la loi burundaise et aux droits humains internationaux », soulignant que « l’ambassade américaine à Bujumbura tente de s’entretenir avec le ministre burundais de la Justice. »

Même si l’on note que Pierre Claver Mbonimpa est écroué pour « atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat », les deux diplomaties soulignent l’importance notamment, dans le contexte actuel, du rôle de la société civile, du fonctionnement équitable de la justice et de la liberté d’expression, éléments essentiels pour « garantir un environnement politique adéquat pour les futures élections. » Sur ce point, l’ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies, Samantha Power, a été plus explicite dans un tweet en demandant au gouvernement, accusé d’armer les Imbonerakure, « de régler les appréhensions au lieu de s’en prendre aux messagers. »

On notera que la Délégation de l’Union européenne au Burundi n’a pas manqué de se féliciter de la tenue de l’atelier d’évaluation de la feuille de route qui « contribue à l’approche inclusive nécessaire à la tenue des prochaines échéances électorales », et « encourage vivement l’ensemble des parties prenantes à se conformer aux Principes généraux pour la bonne conduite des élections de 2015 approuvés par consensus » à l’issue de la rencontre.

 

Source :iwacu-burundi.org

Commenter cet article

jj 23/05/2014 17:25

Harya Abashinwa b'Abarusi bo nta rurimi bagira? Kuki bativanga mu bibazo by'abandi? Murakoze.

anonyme 22/05/2014 22:27

Uyu mugabo yamenye amabanga kandi abarundi badakunda kuvugiraho. Ibibazo vyabo ni Kagame yabizanye ashaka kubacamo ibice, abarundi ntibakunda kuvuga ivyabo. Ntakindi bamufungiye nukugira ahore (guceceka). Erega ngo Dan Munyuza nabandi bicanyi bo murwanda bari barinjiye muri surete zabarundi. Aho bibeshe nuko babita ibijuju, bakabigisha kwiba no kwubaka amazu kuri Tanganyika, none ubu ngo bakanuye amaso, nako ntibari bayafunze kuko batangajwe no kubona batuka Kikwete, bakabona abanyagwanda baza kuvugira muburindi, kuberako badafise aho bavugira, baca baribaza, ngo mbega mugwanda murasara???? None ninde kijuju hagati ya Munyuza na Adolphe?????